Archives par mot-clé : Arnaud Montebourg

Déficit: cacophonie entre Montebourg et Sapin

On avait cru comprendre qu’avec Valls il en serait fini des couacs…. oups!
——-
La question du déficit public est accessoire par rapport à la nécessité d’une amélioration de la croissance économique, a déclaré lundi le nouveau ministre français de l’Economie, Arnaud Montebourg.
7770895015_michel-sapin-ministre-du-travail-et-arnaud-montebourg-ministre-du-redressement-productif-le-24-septembre-2013-a-bordeauxIl a expliqué lors d’une visite à Berlin avoir trouvé bon accueil auprès de ses interlocuteurs allemands sur ce point. « La question des comptes publics est une question accessoire par rapport à la croissance », a dit Arnaud Montebourg sur I>Télé. « La croissance, c’est elle qui crée des emplois, les comptes publics ça ne crée aucun emploi, ça peut même en détruire », a-t-il ajouté. « C’est le message que j’adresse ici à nos amis allemands, qui d’ailleurs font preuve de compréhension. »
Egalement à Berlin, le ministre des Finances, Michel Sapin, a quant à lui expliqué qu’il fallait discuter du bon équilibre entre la croissance économique et le redressement des comptes, tout en assurant que la France tiendrait ses engagements en matière de baisse des déficits. « Nous avons tous conscience que le chemin qui nous mène vers la sortie définitive de crise passe premièrement par le respect de nos engagements et deuxièmement par une croissance économique supérieure », a-t-il dit.

Vente de SFR : un camouflet pour le gouvernement

Encore une fois Montebourg a perdu une occasion de se taire. Non seulement en voulant aider Bouygues (le nouvel ami du PS (1)), il vient de prendre une grosse claque, mais en plus son idée de réduire le nombre d’opérateurs aurait entrainé l’augmentation des tarifs et fragilisé le secteur. Ne négligeons pas aussi une autre conséquence : la pression exercée par Montebourg sur ce dossier a poussé Numéricable à surenchérir et donc à s’endetter de façon assez risquée. Si la société est incapable de rembourser son emprunt, ce sera la faillite. Et on dira Merci Mr Arnaud Montebourg !

Y-a-t-il des gens qui réfléchissent dans ce gouvernement?
moscovici-defend-l-option-lazard-marque-son-territoire-face-a-montebourg_scalewidth_630lire également : Arnaud Montebourg menace Numericable d’un contrôle fiscal

(1) Voir dans cette article comment le pouvoir PS , TF1 et Bouygues se font les yeux doux… : TF1 et les socialistes au pouvoir : histoire d’un réchauffement

———

Vivendi a écarté l’offre de Bouygues, soutenue par Arnaud Montebourg, au profit de celle de Numericable.

Vendredi matin, Arnaud Montebourg a tué le suspense en tempêtant au micro d’Europe 1 sur le fait que Vivendi a choisi l’offre de Numericable contre celle de Bouygues. Du jamais-vu dans l’histoire des fusions-acquisitions d’autant qu’officiellement, le conseil de surveillance de Vivendi ne s’était pas encore réuni. Ce qu’il a fait dans la matinée pour trancher en faveur de l’offre d’Altice, la maison mère de Numericable.

Vivendi entre donc en négociations exclusives avec Altice, pour une période de trois Continuer la lecture de Vente de SFR : un camouflet pour le gouvernement

Montebourg accuse Jean-Marie Le Pen d’avoir fait l’éloge de la gestapo. Jean marie Le Pen porte plainte (audio/video)

Coincé, dans les cordes, replié après avoir reçu de nombreux coups, Montebourg n’a rien trouvé d’autre que l’insulte pour essayer de faire bonne figure face à Marine Le Pen à l’occasion d’un débat organisé par RTL.
Comme un enfant dans une cour de récréation, le minable petit ministre, qui ne redresse rien et ne produit pas plus, a reproché à Marine Le Pen d’avoir un papa qui aurait fait l’éloge de la Gestapo et l’occupation allemande.(1) Évidement parmi toutes les stupidités proférées par Jean Marie Le Pen tout au long de sa carrière, on n’en retrouve aucune qui puisse s’apparenter à ce genre de déclaration. Peu importe, pour le SSocialiste Montebourg, l’essentiel est de diffamer. C’est ce que l’on appelle le reductium ad Hitlerum et le point Goldwin.
France's Prime Minister Ayrault and Minister for Industrial Recovery Montebourg visit the Technology Research Institute Jules Verne in Bouguenais near Nantes

Le vieux menhir de la politique française a aussitôt décidé de porter plainte contre le ministre menteur.

[audio:http://www.prechi-precha.fr/wp-content/mp3/jmlpzinzin.mp3]

Quoi que l’on puisse penser de Jean-Marie le Pen, on doit reconnaitre qu’il a eu au cours de sa vie plus de courage pour défendre sa patrie que n’en montrent des socialistes comme Montebourg.
En novembre 1944, à 16 ans, il s’engage dans la résistance. Quand le colonel Henri de La Vaissière (alias Valin) des FFI (Forces françaises de l’intérieur), se rend compte de son âge, il lui demande de rentrer chez lui : « Désormais, ordre est donné de s’assurer que nos volontaires ont bien dix-huit ans révolus. Tu es pupille de la nation : songe à ta mère ! »
Après des études en droit, jean marie Le Pen sera le plus jeune vice-président du Comité Pierre de Coubertin et exercera les métiers de marin-pêcheur, mineur de fond, métreur d’appartements, ambulant des PTT, etc. En janvier 1953, il organise une colonne de secours d’étudiants volontaires pour porter assistance aux populations sinistrées lors d’inondations aux Pays-Bas. Il reçoit pour cette initiative l’appui de Vincent Auriol. En 1955, il part en Indochine où il sert comme officier dans le 1er Bataillon étranger parachutiste (sous-lieutenant). Dans la foulée, il va se battre en Algérie.

Autant dire que son CV est autrement plus impressionnant que celui d’un paltoquet comme Montebourg dont le plus grand courage a consisté à se séparer d’une journaliste inculte pour sortir avec une comédienne sans talent.

 

 

(1) « Je n’oublie pas que le président d’honneur du FN (ndlr Jean-Marie Le Pen) défendait il y a quelques années la gestapo et l’occupation allemande. » (Le Parisien).

Le débrief du Grand Jury :

Yves Thréard : Montebourg y est allé très fort parce qu’il a vu que le match était perdu. Il a quand même été assez baladé pendant tout ce débat…


Le Débrief du Grand Jury – Marine Le Pen et… par rtl-fr

Le chevalier Montebourg à l’assaut de l’euro (Zemmour/RTL)

Montebourg est un fumiste, à l’image de Todd. Ils font du blabla. Ils sont la dose minimale que le système s’autorise. Leurs analyses pourtant très faibles peuvent subjuguer. Mais elles ne sont jamais abouties. Et si Montebourg devait au bout de la logique qu’il préconise, il faudrait qu’il rejoigne le FN.
Montebourg c’est une posture. Un épouvantail. Il se rêve en rival de Valls pour la prochaine présidentielle. Il se place sur la ligne de départ comme le souverainiste qui manque à la gauche. Chevènement, autrement plus intelligent et pertinent, s’y est cassé les dents….


Le chevalier Montebourg à l'assaut de l'euro par rtl-fr

Arnaud Montebourg et le double discours souverainiste de la gauche !

Plus de 61.000 fermetures d’entreprises en 2014 ?

Les estimations des spécialistes parlent d’un record qui menacerait des dizaines de milliers d’emplois.

Mais il est où Démondialisator ?

article_montebourg

L’INFO.2013 a été émaillée de plans sociaux, mais 2014 ne devrait pas connaître d’accalmie.

Selon la Coface, l’un de principaux assureurs de crédit en France, ce serait environ 61.500 entreprises qui devraient fermer pendant l’année. Le ministère de l’Economie prédit une multiplication des plans sociaux dans les mois à venir. Des dizaines de milliers d’emploi industriels sont menacés.

Les petites entreprises d’abord. Dans la somme des entreprises menacées pour 2014, tous les types d’entreprises sont susceptibles de subir la loi de la crise. Les grosses entreprises et les PME devraient être durement touchées. Néanmoins, ce sont surtout les Très Petites Entreprises (TPE), celles qui emploient moins de 10 salariés, qui devraient constituer le gros des défaillances…

Europe1

Barroso / Montebourg : « Certains souverainistes de gauche ont le même discours que l’extrême droite »

L’opportuniste et carriériste Montebourg a accusé Barrosso d’être « le carburant du FN ». Avec une telle déclaration, le petit minuscule espère faire croire aux français que Hollande et lui-même sont des opposants à l’europe et se démarquent de la politique mondialiste de la commission. Les élections européennes approchent, il est urgent pour le PS de construire la tartufferie médiatique. Mais personne n’est dupe.

Montebourg a fait du protectionnisme sa marque politique pour mieux se vendre le moment venu.
Montebourg a fait du protectionnisme sa marque politique pour mieux se vendre le moment venu.

Car celui qui vantait le protectionnisme est aujourd’hui aux commandes d’un ministère qui vient de brader l’agriculture et l’industrie française en donnant à la Commission européenne un mandat pour négocier une zone de libre-échange avec les États-Unis. Montebourg est donc un menteur et un guignol. Sa place au gouvernement et les décisions qu’il y prend discréditent totalement son discours copier-coller du bavardage inconsistant de l’ineffable Emmanuel Todd.
Le problème de l’Europe n’est pas le problème d’une personne, mais d’un système… celui que l’UMPS a mis 30 ans à construire… et qui nous mène dans le mur.
José Manuel Barroso, ancien Maoïste portugais devenu comme bon nombre de ses anciens camarades un fervent mondialiste, a accédé à la présidence de la commission européenne avec le soutien et le vote des socialistes français…. Montebourg devrait donc se taire…. il frise le ridicule. Il est d’ailleurs assez piquant d’entendre Barroso comparer Montebourg à l’extrême droite, il utilise là la méthode de la gauche française qui consiste à traiter un adversaire de fasciste afin de le discréditer. Encore une preuve que nos maîtres sont à court d’argument, et qu’il vont sortir le bâton….


Pour Barroso, « certains souverainistes de… par lemondefr

Le mari de Najat Vallaud-Belkacem devient directeur de cabinet d’Arnaud Montebourg

Après avoir nommé au poste de PDG d’EADS son ami et directeur de cabinet Stéphane Israël, Montebourg choisit comme nouveau directeur de cabinet le mari de Najat Vallaud-Belkacem. Avec Montebourg la république des copains et des coquin c’est maintenant.

– – – – – – – – – –

Il était pressenti, il est désormais promu. Boris Vallaud est nommé ce jeudi 18 avril directeur de cabinet du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Ancien conseiller du ministre, l’homme est également, en privé, le mari de Najat Vallaud-Belkacem. C’est Arnaud Montebourg qui en fait l’annonce dans un communiqué.

Arnaud Montebourg savait qu’il devrait, à terme, remplacer son directeur de cabinet, Stéphane Israël, devenu président d’Arianespace. Et envisageait, comme le relatait Libérationle 29 mars dernier, de nommer Boris Vallaud à ce poste.

Les deux hommes se connaissent déjà. Boris Vallaud était le bras-droit d’Arnaud Montebourg lorsqu’il était président du Conseil général de Saône-et-Loire. Dans un communiqué laudateur, le ministre du Redressement productif salue les qualités de son nouveau « dircab » . (…)

Le Lab

Montebourg : « L’État pourrait vendre ses parts dans des entreprises semi-publiques »

Ah, ils sont beaux les socialos….ils sont en train de faire le sale boulot que même la droite a refusé de faire. Et dire que des gens ont cru aux belles paroles et à la lucidité de Montebourg. La naïveté qui existe encore chez des électeurs de gauche est toujours touchante, mais elle n’en demeure pas moins intellectuellement désastreuse.

– – – – – – – – – – –

Le gouvernement français envisage de céder certaines de ses participations dans des entreprises en partie contrôlées par l’État, afin de réduire la dette du pays sur fond d’aggravation de la crise dans la deuxième économie de la zone euro, ont déclaré des responsables gouvernementaux.

Le gouvernement, qui a déjà indiqué que l’objectif de déficit ne serait pas atteint cette année, étudie comment il pourrait vendre certaines participations sans renoncer à l’influence qu’il peut exercer sur les entreprises concernées, ont expliqué ces personnes.

« Dans le cadre de la restructuration budgétaire, la modernisation de notre politique publique, nous réfléchissons à l’évolution de nos participations, bien sûr« , a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, dans un entretien accordé à Dow Jones Newswires et au Wall Street Journal.

« Nous n’excluons pas ce type de décisions mais nous ne souhaitons pas perdre nos moyens d’action sur les entreprises« , a-t-il ajouté. L’État français détient des participations directes et indirectes dans de nombreuses entreprises, dont EDF, Areva, France Télécom, Air France-KLM et Renault.

Lire la Suite  sur Fortune

Goodyear : l’incroyable courrier du PDG de Titan à Montebourg

« Les Echos » ont obtenu la copie du courrier où le président du groupe américain Titan explique au ministre du Redressement productif pourquoi il jette l’éponge sur la reprise de l’usine Goodyear d’Amiens Nord. Dans un style très direct.

« J’ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l’ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m’ont répondu que c’était comme ça en France (…). Monsieur, votre lettre fait état du fait que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan a l’argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu’a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d’un euro l’heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n’est pas intéressé par l’usine d’Amiens nord. »

Les Echos

Exploitation de l’OR : Montebourg donne un permis de polluer la Guyane.

La société Rexma pourra exploiter une zone proche du Parc national. L’impact s’annonce catastrophique.

Il s’appelle Limonade, du joli nom d’une crique de Guyane française, mais recèle tous les ingrédients d’un cocktail explosif pour Arnaud Montebourg. Le 26 octobre, le ministère du Redressement productif a accordé à la société française Rexma le permis d’exploiter l’or alluvionnaire dans le secteur de la crique, à proximité du village de Saül, en lisière du Parc national de Guyane. La publication du permis Limonade au Journal officiel, le 11 décembre, a mis le feu aux poudres : la centaine d’habitants de ce village, situé en pleine forêt amazonienne, à 250 kilomètres du littoral, combat ce projet depuis 2005 et a ressenti cette décision comme un camouflet. Elle a immédiatement rédigé une pétition pour manifester sa colère.

 

«Miner». La contestation ne cesse de croître. Le 21 décembre, les associations WWF, France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement accusaient Montebourg de «miner le plus grand parc national français». Le 8 janvier, la fondation Nicolas-Hulot demandait au gouvernement d’annuler cette «autorisation incompréhensible». Quant au parc amazonien de Guyane, créé en 2007, sa direction vient de réaffirmer son opposition, maintes fois exprimée depuis 2008. Elle rappelle que «plusieurs services de l’Etat [Direction régionale de l’environnement, Direction de l’agriculture et de la Forêt, Office national des forêts] et le préfet de l’époque» s’y étaient aussi opposés. Jeudi, c’est un collectif de scientifiques (1), spécialistes de la biodiversité guyanaise et de l’impact de l’orpaillage, qui a adressé à Montebourg une lettre ouverte, très argumentée, pour l’enjoindre de reconsidérer sa décision.

Au ministère, on rétorque que l’autorisation a en fait été accordée à Rexma le 2 mai par le gouvernement précédent, et que la validation du 26 octobre n’était qu’une formalité obligatoire pour publication au JO. Mais à Saül, la population est tombée des nues. «On pensait en avoir fini avec ce feuilleton», résume Christian Roudgé, coordinateur de Guyane Nature Environnement.

Le Schéma départemental d’organisation minière, entré en vigueur en janvier 2012, interdit en effet toute exploitation minière sur le territoire de Saül. Mais la société Rexma a bénéficié de l’antériorité de sa demande de permis, déposée en 2008, et a obtenu une autorisation pour cinq ans. «Le temps de déboiser, polluer les rivières, détruire le cadre de vie des habitants de Saül, ruiner l’activité touristique…» soupire Roudgé.

Le Parc de Guyane s’interroge aussi sur «la cohérence d’une décision qui va faire émerger une activité temporaire et néanmoins durablement dégradante pour l’environnement». L’exploitation aurifère ira aussi à l’encontre de la «solidarité écologique» que la loi de 2006 sur les parcs nationaux impose entre la zone cœur et la zone périphérique de ces établissements publics.

La crique Limonade se situe à quelques kilomètres en amont du cœur du parc, et les boues générées par l’extraction de l’or affecteront cette zone protégée. «L’activité aurifère sera à l’origine de la destruction inévitable de milieux naturels et aquatiques jusqu’alors préservés», écrit la direction du parc. Continuer la lecture de Exploitation de l’OR : Montebourg donne un permis de polluer la Guyane.

Montebourg et son indécente satisfaction sur le dossier Renault

La satisfaction du ministre Arnaud Montebourg sur le dossier Renault, entreprise qui annonce pourtant 7.500 suppressions d’emplois en France d’ici 2016, est parfaitement indécente. Renault a déjà largement délocalisé sa production hors de nos frontières et on ne saurait tolérer le moindre signal politique, a fortiori gouvernemental, qui validerait l’accélération de cette stratégie.

La réaction d’Arnaud Montebourg est d’autant plus révoltante que le même gouvernement n’avait pas hésité à saluer en décembre dernier avec beaucoup d’enthousiasme l’ouverture d’une usine Renault en Algérie, à Oran, qui a suivi de quelques mois l’inauguration d’un autre site Renault, cette fois à Tanger au Maroc.

Arnaud Montebourg serait-il ravi d’être le ministre du Redressement productif de l’Algérie ou du Maroc, mais pas de la France ?

Des explications devant les travailleurs français et en premier lieu ceux de Renault sont nécessaires.

Plus largement, les suppressions massives d’emplois chez PSA et Renault posent la question de l’avenir de l’industrie automobile française.
L’ouverture totale des frontières telle qu’elle existe aujourd’hui empêche toute réindustrialisation.

Nous rappelons notre proposition : sur le modèle de ce que font avec succès d’autres pays, notamment en Amérique du Sud, nous demandons la mise en place d’une taxe de 35 % sur les ventes en France des fabricants d’automobiles qui ne réalisent pas au moins 50 % de leur production sur le territoire français.

Les actions de soutien à l’innovation dans le secteur automobile, tel le crédit impôt-recherche, doivent aussi être réorientées vers les PME et PMI, et non systématiquement captées sans résultat probant par les grands groupes.

Marine Le Pen interviewée par Boulevard Voltaire : « Montebourg n’a plus aucune crédibilité »

Boulevard Voltaire a rencontré Marine Le Pen. Tour d’horizon des questions économiques, politiques et « sociétales », comme on dit. La Présidente du Front national ne mâche pas ses mots. Premier volet…

BV. Florange ne sera pas nationalisé : à qui la faute ?

MLP. Au pouvoir politique. C’est toujours lui le responsable. Le plus grand problème de notre temps, c’est que le pouvoir politique s’est soumis au pouvoir économique. C’est la déliquescence, la mort du pouvoir politique. Florange n’en est qu’une énième démonstration. C’est la disparition de l’État-stratège, qui n’est plus capable de faire preuve d’autorité à l’égard des acteurs économiques dans la défense des intérêts stratégiques de la France.

Est-ce qu’aujourd’hui, avec les carcans imposés par Bruxelles, il est encore possible de nationaliser ? Est-ce seulement envisageable ?

Probablement non, mais c’est le grand secret de la vie politique française. En réalité, la défense des intérêts stratégiques de la France est un concept interdit par l’Union européenne. Ce n’est pas la première fois qu’on le constate. Quand nous avions renfloué l’industrie automobile, Nicolas Sarkozy avait dit qu’il imposerait une clause pour que les sous-traitants français en soient bénéficiaires. Or, il savait pertinemment en le disant que l’Union européenne le lui interdirait, ce qu’elle n’a pas manqué de faire… Donc, le préalable, dans la défense des intérêts stratégiques de la France, c’est le bras de fer avec l’Union européenne. Le problème est que nos dirigeants ont un bras en mousse.

Est-ce que ça veut dire que Montebourg a tenté « d’enfumer » tout le monde en promettant quelque chose qu’il savait parfaitement impossible à réaliser ?

C’est toute l’ambiguïté du personnage. Il est dans le mensonge, et un mensonge de fond… Il ne s’agit pas ici uniquement d’un désaccord de points de vue entre le Premier ministre et Montebourg. Le ministre du Redressement productif obéit à un rôle très précis qui lui a été attribué par François Hollande : il doit faire oublier que le socialisme s’est soumis à l’ultra-libéralisme européen. Il doit faire des promesses, faire mine que c’est possible alors qu’il savait pertinemment que la nationalisation n’aurait pas lieu. C’est d’ailleurs la première chose que j’ai dite dans ce dossier. Cette nationalisation n’aura jamais lieu pour une raison simple : le Parti socialiste est soumis au diktat et à l’idéologie ultra-libérale européenne…

C’était également du cinéma quand Montebourg a laissé entendre qu’il envisageait de démissionner ?

En tout cas, il aurait dû le faire. La fracture de fond était tellement symbolique qu’il aurait dû démissionner. Continuer la lecture de Marine Le Pen interviewée par Boulevard Voltaire : « Montebourg n’a plus aucune crédibilité »