Archives par mot-clé : Assemblée nationale

Emmanuelle Duverger-Ménard : « C’est un virage certain vers un contrôle très strict de la parole politique »

Emmanuelle Ménard, député de l’Hérault, a pris la parole à plusieurs reprises ces derniers jours lors du débat sur le projet de loi relatif à la moralisation de la vie politique. Les députés de La République en marche ont soumis deux amendements qui visent à rendre inéligibles les personnes qui auront été condamnées pour des faits de discrimination, d’injures publiques, de provocation à la haine raciale, etc. Une telle mesure peut évidemment sous-tendre une condamnation politique pour ceux qui ne sont pas dans le moule du politiquement correct…

Vous êtes intervenue à de nombreuses reprises, notamment sur ce fameux article 1.

J’ai effectivement tenu à intervenir très tôt dans le débat et en début de semaine après le vote de l’article 1.
Les députés En Marche! ont soumis deux amendements incluant une disposition qui rend inéligibles les personnes condamnées pour des faits de discrimination, injures ou diffamations publiques, provocation à la haine raciale et sexisme…
Selon moi, rendre inéligible des députés et des parlementaires qui ont été pris « la main dans le pot de confiture » pour des problèmes financiers ou de conflits d’intérêts, ou des infractions liées à la probités ne me pose aucun problème.
Cela me semble conforme au travail sur la moralisation et restauration de la confiance de la vie publique.
En revanche, les faits de discriminations, d’injures et de diffamation publiques, cela peut évidemment sous-tendre une condamnation politique.
Vous savez bien que lorsqu’on n’est pas dans le moule du politiquement correct, que l’on a des propos qui ne sont pas politiquement corrects, il est très facile en France de poursuivre des élus.
De nombreuses associations, et j’en connais, font cela très bien.
Si ces élus sont condamnés, ils seront inéligibles.
C’est un moyen très efficace de se débarrasser des opposants.

Vous reprochez, si je comprends bien, que cette loi sur la moralisation soit en train de prendre un virage très idéologique.

De ce point de vue là, oui.
Je me répète. Tout ce qui a trait à la probité ne me pose aucun problème.
En revanche, toucher à l’opposition et à la liberté d’expression des hommes et femmes politiques est vraiment beaucoup plus problématique.
Il s’agit d’un virage certain vers un contrôle très strict de la parole politique et publique.
Les opposants politiques pourront évidemment être ainsi contrôlés très efficacement.

Inéligibles pour des condamnations pour des questions de discrimination, d’homophobie ou que sais-je encore…
On a quand même l’impression que cela touche un bord politique très précis finalement.

Absolument.
Vous remarquerez aussi que les associations qui poursuivent sont toujours des associations du même bord politique, en l’occurrence de gauche.
Elles font de ces poursuites un fonds de commerce. Pour autant, elles poursuivent rarement les hommes politiques de la même sensibilité qu’elles.

Comment cela se passe au sein du groupe?
Continuer la lecture de Emmanuelle Duverger-Ménard : « C’est un virage certain vers un contrôle très strict de la parole politique »

La France insoumise sans cravate à l’Assemblée: « Je n’ai pas envie qu’on m’impose un code vestimentaire », dit Corbière

Entre Ruffin qui annonce qu’il se paiera au smic (il a gavé de thune grâce au succès de son film et ses années passées à France Inter) et Corbière qui pense que s’habiller comme un clodo c’est rendre hommage au peuple, la France insoumise nous démontre qu’elle est constituée de rebelles n’ayant pas quitter l’adolescence.

Pour le gauchiste l’élégance et l’esthétique c’est trop bourgeois. Or s’ ils avaient vraiment fréquenté la classe populaire, ils sauraient que de tout temps les ouvriers aiment s’habiller beau lors de grandes occasions par respect pour eux et pour les autres.


« C’est le peuple qui rentre à l’Assemblée nationale. C’est en tout cas comme ça que nous l’entendons symboliquement. Il y des codes qu’on veut imposer », a déclaré ce mardi Alexis Corbière, député France insoumise de Seine-Saint-Denis. « J’ai fait campagne sans cravate et je n’avais pas de cravate sur mes affiches. Il m’arrive d’en porter mais je n’ai pas envie qu’on m’impose un code vestimentaire », a-t-il poursuivi.

L’appel du pied de Louis Aliot à Nicolas Dupont-Aignan


Invité d’Yves Calvi ce lundi 19 juin sur RTL, Louis Aliot a annoncé qu’il souhaitait pouvoir constituer un groupe à l’Assemblée nationale, rassemblant députés du Front national et indépendants. Si les huit députés frontistes élus au second tour des législatives ce dimanche 18 juin ne suffisent pas à constituer un groupe, une alliance avec des élus indépendants pourrait permettre de dépasser le seuil des 15 députés requis pour la fondation d’un groupe parlementaire.
“Il y a nécessairement des choses qui font parler”

“Nous espérons former un groupe à l’Assemblée avec des indépendants”, a ainsi indiqué à l’antenne de RTL Louis Aliot, élu dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales. Et de citer Nicolas Dupont-Aignan, élu dans l’Essonne.. Le bureau Continuer la lecture de L’appel du pied de Louis Aliot à Nicolas Dupont-Aignan

Edouard Philippe Premier ministre : un cancre de l’Assemblée pour diriger la majorité de MacronEdouard Philippe Premier ministre : un cancre de l’Assemblée pour diriger la majorité de MacronEdouard Philippe Premier ministre : un cancre de l’Assemblée pour diriger la majorité de Macron

Pour diriger sa majorité parlementaire, Emmanuel Macron a donc choisi… un cancre de l’Assemblée. En cinq ans, Edouard Philippe, le nouveau locataire de Matignon, ne s’est en effet pas tellement fait remarquer du côté du Palais Bourbon. Ou alors, plutôt par son absence ! Depuis sa première élection comme député, en 2012, il compte à son actif seulement dix interventions dans le débat législatif. Et sur les 404 textes adoptés par le Parlement au cours du dernier quinquennat, seuls six projets de loi ont retenu l’attention du maire du Havre !

Edouard Philippe ne peut pas non plus attester une grande présence en commission des lois, où sa technicité d’avocat et de conseiller Continuer la lecture de Edouard Philippe Premier ministre : un cancre de l’Assemblée pour diriger la majorité de MacronEdouard Philippe Premier ministre : un cancre de l’Assemblée pour diriger la majorité de MacronEdouard Philippe Premier ministre : un cancre de l’Assemblée pour diriger la majorité de Macron

Les 24 contrats des filles du ministre de l’intérieur Bruno Le Roux à l’Assemblée.

Quotidien révèle que le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, lorsqu’il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes

Peut-on être collaborateur parlementaire à 16 ans, quand on est au lycée ? Selon le ministre de l’Intérieur, oui. Bruno Le Roux a employé ses deux filles en CDD à l’Assemblée nationale lorsqu’il était député, selon des informations obtenues par Quotidien et confirmées par le cabinet du ministre.


« Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence », a répondu Bruno Le Roux àQuotidien en marge d’un Continuer la lecture de Les 24 contrats des filles du ministre de l’intérieur Bruno Le Roux à l’Assemblée.

Affaire Penelope Fillon : elle n’avait ni badge ni boîte mail à l’Assemblée nationale

(…) Selon nos informations, ces diverses investigations ont permis aux policiers et aux magistrats d’avoir la certitude que Penelope Fillon ne disposait ni de badge d’accès, ni de messagerie électronique spécifique, lorsqu’elle était assistante parlementaire de son mari, entre 1998 et 2007.

6639495_penelope-francois-fillon_1000x625

(…) Le Parisien

Extension du délit d’entrave à l’IVG: Marion Maréchal Le Pen défonce les feministes islamo-socialistes à l’assemblée nationale:

Marion Maréchale Le Pen est certainement la députée la plus coriace et combattante de ces 30 dernières années. À 27 ans c’est impressionnant.
Je suis pour l’avortement mais je dois dire que les délires socialistes me font de plus en plus peur. Et le discours de Marion est juste parfait!

Maj Discours intégral

« Je suis un ‘accident’ qui se vit bien »

Putain qu’est ce qu’elle tabasse!

Marion Maréchal LePen : je mesure la qualité de mes interventions à l’Assemblée nationale au nombre de huées qu’elles suscitent

Et en plus elle cite Philippe Murray, cette jeune fille est merveilleuse..

Assemblée nationale : « Il faut éduquer les enfants le plus tôt possible à cette réalité de genre »

Encore une preuve que la gauche et les média vous mentent quand ils déclarent que la théorie du genre n’existe pas et qu’ils n’en n’ont jamais parlé… vous noterez que les preuves s’accumulent sur le net, mais qu’aucun média ne les reprend pour contredire leurs invités de gauche…

Assemblée Nationale
Commission des affaires culturelles et de l’éducation
Jeudi 28 février 2013 Séance de 14 heures 30

Examen de l’amendement AC 421 de Mme Martine Faure (PS). Intervention de Julie Sommaruga (PS).

_
Cet amendement a pour objet l’intégration dans la formation dispensée dans les écoles élémentaires d’une éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la déconstruction des stéréotypes sexués. Il s’agit de substituer à des catégories telles que le « sexe » ou la « différence sexuelle », qui renvoient à la biologie, le concept de « genre », qui montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites.
Julie Sommaruga

Lucette Lousteau, PS :

_
Il faut éduquer les enfants le plus tôt possible à cette réalité de genre.
Lucette Lousteau
_

La Commission adopte l’amendement.

cliquer pour agrandir
cliquer pour agrandir

Source : Assemblée nationale

« L’Assemblée nationale veut dicter aux écoles de journalisme ce qu’elles doivent enseigner »

Les écoles de journalisme sont déjà sous influence politiques et idéologiques. Mais là on dépasse la ligne du supportable…. on vous le dit et on vous le répète ce gouvernement, comme le précédent, piétine nos libertés. Après avoir tué la république, l’UMPS  nous amène vers la fin de la démocratie.

———

Projet de loi égalité hommes-femmes : les écoles de journalisme s’insurgent

1685653_3_2b79_des-soldats-nord-coreens-attendent-une_315b20f387c831f2940fc9de4f8cbeab

Les écoles de journalisme s’insurgent contre un article présent dans le projet de loi de la ministre Najat Vallaud-Belkacem sur l’égalité hommes-femmes. Cet article leur impose un enseignement de l’égalité entre les sexes. Et à elles seules.

Les écoles de journalisme dénoncent dans un communiqué commun un article contenu dans le projet de loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes : voilà que « l’Assemblée nationale prétend dicter le contenu des enseignements de (nos) formations ». « Inédit dans une démocratie », déplore le communiqué.

Metronews

Communiqué

Paris le 27 janvier 2014

L’Assemblée nationale veut dicter aux formations au journalisme ce qu’elles doivent enseigner
La Conférence des Écoles de journalisme, qui regroupe les 14 formations inscrites à la convention collective nationale des journalistes, a appris avec consternation que l’Assemblée Nationale prétendait dicter le contenu des enseignements de ses formations.

Ainsi, de manière inédite dans une démocratie, les députés ont, le vendredi 24 janvier 2014, introduit dans le projet de loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes, l’article 16 bis qui fait obligation à l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur au journalisme à modifier leurs programmes.

Aujourd’hui, c’est l’égalité homme femme ; demain, quelles seront les autres « matières » dont l’enseignement deviendra obligatoire aux yeux des députés? Continuer la lecture de « L’Assemblée nationale veut dicter aux écoles de journalisme ce qu’elles doivent enseigner »

Une femme voilée à l’Assemblée nationale… sur invitation de Noël Mamère !

Lu sur le blog de Christine Tasin

2013_11_27_ismahaneassembleenationale

http://www.psm-enligne.org/index.php/2011-06-30-23-44-4/articles/2540-debat-sur-lislamophobie-a-lassemblee-nationale

Honte à nos députés qui ont accepté ce scandale. Honte à Mamère l’antirépublicain.

Je vous invite à signifier votre colère, en termes polis, à votre député, au Président de l’Assemblée nationale et à Mamère. Ma foi, pour lui, j’hésite entre le goudron et les plumes ou la condamnation à habiter et travailler en Seine saint Denis dans un quartier islamisé, sans chauffeur, sans femme de chambre, sans gardes du corps… pendant un an. Juste un an. Et avec sa fille s’il en a une. Pour voir.

Qui sont ces veaux, ces abrutis qui élisent un Mamère à l’Assemblée nationale ? Suffit-il qu’une vache ou un serpent aient l’étiquette PS ou Europe Ecologie Les Verts pour qu’ils soient élus ?

Ils ont osé.

Ils ont osé, pour préparer les députés et l’opinion à voter les lois qu’ils préparent contre l’islamophobie, c’est-à-dire contre la liberté d’expression, c’est-à-dire pour le retour au délit de blasphème confier à une voilée le discours introductif que l’on peut lire ci-dessus.

Ismahane Chouder est la vice-présidente du Collectif des féministes (sic !) pour l’égalité (re-sic !) née en 2003 contre la loi sur le voile à l’école…

Son combat est simple : autoriser le voile et interdire l’islamophobie.

Ses arguments, à lire dans son discours d’introduction, sont limpides : il y aurait un déferlement de violence(s) contre les musulmanes, pauvres petites choses perdues au milieu de vilains racistes.

On pourrait en rire, parce que la dame oublie de dire que s’il y a provocation elle vient des Continuer la lecture de Une femme voilée à l’Assemblée nationale… sur invitation de Noël Mamère !