Archives par mot-clé : Attentat de Barcelone

POUR UN TWEET IRRÉPROCHABLE SUR L’ATTENTAT DE BARCELONE, L’EX-MISS FRANCE JUGÉE RACISTE !

Texte lu sur Boulevard Voltaire

Sûr qu’en se prénommant Marine, elle ne pouvait qu’être un jour suspectée de racisme. Marine Lorphelin, en rendant hommage aux victimes des attentats de Barcelone, a soulevé la colère de certains internautes.

Le 17 août, l’Europe, à travers Barcelone, était de nouveau visée par une attaque à la « camionnette folle ». Comme toujours en pareilles circonstances, personnalités connues et méconnues ont exprimé leur solidarité avec les victimes sur les réseaux sociaux. L’ancienne Miss France 2013 n’y a pas dérogé en déclarant sur twitter :

« Les politiques vont-ils enfin décider de protéger les citoyens européens ? Toutes mes pensées émues aux victimes et à leurs familles #Barcelone. »

​‌”

Mal lui en a pris car, à l’heure du politiquement correct, le moindre mot est scruté, analysé et condamné si une quelconque allusion susceptible d’être mal interprétée est détectée. Ainsi, ce court texte a déclenché la colère de ceux qui ont humé à travers cette phrase un relent « raciste ». Ils ont en effet considéré qu’il était inapproprié de vouloir « protéger les citoyens européens« , sans citer les autres. Un torrent d’injures s’est alors déversé sur la reine de beauté, renvoyée sans ménagement à sa simple apparence physique alors qu’elle est aussi étudiante en médecine à Lyon :

« Retour de bâton logique ! T’es passée de « la paix ds le monde » à « faut sauver/protéger nos semblables, les blancs, les occidentaux » #idiote ! »

​‌”

« Oh toi ferme ta gueule. Soit belle et tait toi sale raciste de merde. D’après toi ne doive se sentir en sécurité que des européens ?? »

​‌”

Devant ce déferlement de haine, l’« ultra Marine » a supprimé son message, mais n’a pas complètement abdiqué, répercutant un nouveau tweet :

« Je suis bien d’accord #meaculpa, le monde entier est touché,ms je refuse de me faire insultée/traitée de raciste pr avoir écris « européens. »

​‌”

Même si cet épisode n’est qu’un épiphénomène, il est révélateur d’une nouvelle offensive des bobos gauchistes qui, outrepassant le concept d’extrême droite – car il crée moins de phobies -, dénoncent maintenant leurs adversaires comme racistes ou nazis :

Si je dis l’Algérie aux Algériens tout le monde dit bravo, si je dis la Tunisie aux Tunisiens tout le monde dit bravo, mais quand je dis la France aux Français, je suis raciste !

Trump met dos à dos ultra-droite et ultra-gauche : il est raciste !

Tu défends une certaine vérité historique par exemple sur la Seconde Guerre mondiale ou sur la guerre de Sécession : tu es nazi et raciste !

Tu lis le livre Dix petits nègres de la célèbre romancière Agatha Christie, tu es raciste !

Tu manges une pâtisserie sous forme de personnages, en chocolat noir plutôt gros, avec des sexes disproportionnés, tu commets un « acte de racisme colonial » !

Tu te repasses le film de Victor Fleming « Autant en emporte le vent » : tu es raciste !

Même un distributeur automatique de savon américain serait devenu raciste car il refuserait de savonner les mains des gens de couleurs au Marriottd’Atlanta.

Par contre, en France, organiser un camp d’été « décolonial » interdit aux Blancs pour la deuxième année, cela n’a rien à voir avec du racisme, car le racisme anti-blanc n’existe pas. D’ailleurs, cette réunion était réservée « uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français » !

Ces marquages haineux et ces dénonciations systématiques vipérines qui s’abattent sur les patriotes n’ont qu’un but : faire peur au citoyen et empêcher le réveil des peuples. Pourtant, après Poutine, Trump et l’Europe de l’Est, les majorités silencieuses commencent à mieux percevoir une évidence : celle de la mortalité des nations et de leur nécessaire sursaut.

Attentat islamiste à Barcelone: Un islamiste au volant d’une camionnette fonce dans la foule en voiture (13 morts, 100 bléssés)

Aucune des deux personnes interpellées n’est le conducteur de la fourgonnette, dit la police

La police catalane a confirmé qu’elle détenait deux personnes en lien avec l’attentat, mais aucun d’entre eux n’étaient le ou les conducteurs de la fourgonnette. Par ailleurs, un homme a bien été abattu près de Barcelone après qu’il a forcé un barrage de police. Son lien avec l’attentat n’est pas encore établi avec précision.
Vers 17 heures, une camionnette percute la foule sur les Ramblas, l’avenue de Barcelone la plus fréquentée par les touristes espagnols et étrangers. Des témoins décrivent des scènes de chaos et de panique parmi les piétons. Selon le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, l’attaque a fait treize morts et plus de cinquante blessés. « Nous pouvons confirmer qu’il y a une douzaine de morts et 80 blessés, dont 15 graves », annonce-t-il sur Twitter. Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders annonce qu’une Belge a été tuée dans l’attentat.

o LA REVENDICATION
Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) revendique l’attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites djihadistes, SITE. « Les assaillants de l’attaque de Barcelone étaient des soldats de l’Etat islamique », indique le communiqué, ajoutant que « l’opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition » internationale anti-djihadistes opérant en Syrie et en Irak.

o LES SUSPECTS
La police régionale de Catalogne annonce l’arrestation d’un homme. « Nous avons arrêté un homme et nous traitons cela comme une attaque terroriste », a-t-elle annoncé sur Twitter. Un témoin a dit avoir vu dans la camionnette « un homme très jeune, d’une vingtaine d’années, au visage mince ». Le président régional Carles Puigdemont annonce ensuite l’arrestation d’une deuxième personne.
Auparavant une source policière avait indiqué que deux personnes étaient recherchées. La police avait fait état d’une personne retranchée dans un bar, avant de démentir.