Archives par mot-clé : Aymeric Chauprade

Des musulmans tuent des juifs, mais la Licra poursuit Chauprade

Dans un article récent, Paul Le Poulpe évoquait la scandaleuse plainte de la Licra contre le député européen Aymeric Chauprade.

Les prétendus antiracistes lui reprochaient une vidéo où il avait exprimé un verdict clair, au lendemain des attentats de Charlie Hebdo : « La France est en guerre avec des musulmans ». Selon Jakubowicz et ses sbires, ce serait de l’incitation à la haine contre les paisibles disciples d’Allah…

Pourtant, quand le 16 septembre 2011, Guy Sauvage donne la preuve dans une vidéo vue par plus de 2 millions d’internautes, que, dans les rues de Paris, des djihadistes ont réclamé qu’on égorge les juifs, la Licra n’a pas bougé une oreille.

Pourtant, quand, à Vaulx-en-Velin, un maire adjoint d’une municipalité socialiste, le nommé Ahmed Chekrab, se fait prendre la main dans le sac en train de parler des « enculés de juifs », non seulement la Licra ne dépose pas plainte, mais on apprendra, dans un communiqué signée de la clique Jakubowicz, que « Ahmed Chekhab va se consacrer à la mise en place à Vaulx-en-Velin d’un plan de lutte contre le racisme, en partenariat avec la Licra. » Imaginez un pédophile dans une commission de l’enfance, c’est pareil !

Faut-il rappeler en juillet 2014 les violentes manifestations anti-juives dans les rues de Paris et de Sarcelles, avec attaque de mosquées de la part de musulmans pro-palestiniens ?

Continuer la lecture de Des musulmans tuent des juifs, mais la Licra poursuit Chauprade

Ce gouvernement défend davantage l’islam de France que les Français

Entretien réalisé par Pierre Cassen pour Riposte Laïque

Grâce à une amie commune, Sylvia, Riposte Laïque a pu obtenir cette interview exclusive d’Aymeric Chauprade, député européen du Front national. Pour information, notre a soutenu deux initiatives majeures de ce patriote qui a tout compris sur la réalité de l’islam.

D’abord ce remarquable article, intitulé « Face à la question islamique, les choix crédibles pour un avenir Français », publié en août 2014, où Aymeric explique clairement les enjeux de la guerre que mène l’islam sunnite à l’Occident.

http://blog.realpolitik.tv/2014/08/la-france-face-a-la-question-islamique-les-choix-credibles-pour-un-avenir-francais/

Ensuite, cette inoubliable vidéo, au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, où le député européen explique, sans tourner autour du pot, que la France est en guerre avec des musulmans.

L’échange qu’il engage avec Michel Onfray, à travers une question de Pierre Cassen, est au cœur de débats que les vrais patriotes ne pourront contourner plus longtemps.

Nous invitons tous les lecteurs à lire attentivement cette interview d’un homme libre, qui, par la clarté de son discours, permet de prendre la vraie mesure des défis que la France devra surmonter pour survivre.


Riposte Laïque : Le 16 janvier, au lendemain des assassinats de Charlie et de l’épicerie casher, vous avez publié une vidéo où vous expliquiez que la France était en guerre avec des musulmans. Comment expliquez-vous que l’énoncé d’une telle évidence ait pu susciter une levée de boucliers à votre encontre, et que vous soyez encore, dans certaines revues, accusé de pousser à la guerre civile ?

Aymeric Chauprade : L’évidence a rattrapé beaucoup de monde et c’est l’essentiel ! Car une seule chose importe, l’intérêt de la France, et non la paternité des idées ou les querelles sémantiques. Il est désormais admis largement que la France est en guerre contre des musulmans. Quant à l’accusation que je pousserais à la guerre civile, c’est ridicule ! Ceux qui me connaissent savent à quel point je suis un homme de paix (qui ne tend pas l’autre joue pour autant), profondément ouvert sur les autres cultures et les autres civilisations, un homme qui passe sa vie à sillonner le monde. Cela va être difficile de faire croire que je « vends » de la haine car tout dans ma vie personnelle démontre le contraire ! Mais c’est symptômatique de la médiocrité de notre époque, de son inculture, de ses simplifications grossières. La condamnation, à partir de la surface des choses, de leur apparence plutôt que de leur substance propre, le refus de suivre le cheminement de la pensée au profit de réflexes pavloviens réagissant à des « mots-clés » fournis par le « mainstream médiatique », telle est bien la caractéristique des totalitarismes. Tout cela n’est hélas possible que parce que l’ignorance prospère sur le déclin de notre Education nationale. Le résultat c’est que lorsque vous dénoncez un problème bien réel, vous devenez vous-même le problème !

Riposte Laïque : Le 11 janvier, des centaines de milliers de nos compatriotes, soutenus par le gouvernement, l’ensemble des médias sont venus soutenir « Je suis Charlie ». Comment avez-vous vécu l’éviction du FN, et surtout la formidable manipulation qui a consisté à ne pas évoquer la religion des assassins, à faire la promotion du multiculturalisme et à traquer une prétendue islamophobie, voire du racisme ?

Aymeric Chauprade : L’éviction du FN était prévisible puisque le pouvoir, qui était en train de couler dans les sondages, a organisé, dans l’émotion des attentats, une sordide opération de récupération politique, une de ces « grandes messes émotionnelles » dont il a coutume et qui consiste à manipuler l’indignation légitime du peuple français. Le but était de jeter les gens dans la rue, tout en mettant le Front national de côté, afin de bien montrer que le FN n’est pas le peuple. Il suffisait alors, ensuite, d’expliquer dans les médias que le FN était, en réalité, une partie du problème, qu’il creusait les fractures dans notre société, et qu’il convenait de le combattre au même titre que le terrorisme. Cette vaste escroquerie s’est effondrée rapidement et malgré les invocations magiques du gouvernement à «l’esprit du 11 janvier », la plupart des Français comprend bien que le mal qui nous frappe est le résultat de la nullité des gouvernements qui se sont succédé !

Tout le monde chez nous, au Front national, quelque soit sa sensibilité, ses tropismes politiques prioritaires, se bat d’abord pour la défense de la civilisation française, composante essentielle et fondatrice de la civilisation européenne. Or, cette civilisation européenne est menacée par l’expansion démographique, idéologique, militaire même, des musulmans djihadistes. Il n’y a que les imbéciles qui refusent d’admettre cette réalité. Je l’ai entendue de la bouche même de nos amis Egyptiens musulmans qui font la guerre à cette hydre, la Confrérie des musulmans, et dont la composante « française » n’est autre que l’UOIF (considérée comme une organisation terroriste par les Emirats arabes unis, alors même que notre gouvernement dialogue tranquillement avec elle).

Vous savez, la collaboration avec un ennemi, c’est comme pendant la Seconde Guerre mondiale, cela admet toujours deux composantes : la collaboration passive, lâche et/ou intéressée (comme ces maires français qui se prostituent au vote communautaire ou ces élus corrompus qui prennent leur enveloppe au Qatar) ; et la collaboration active (le collaborationnisme) laquelle sait pertinement ce qu’elle veut détruire, ce qu’elle hait viscéralement : le christianisme et le judaïsme (la haine du judaïsme étant maquillée habilement en anti-sionisme). Cela fait des siècles que, de façon récurrente et au moment où le totalitarisme menace, nous voyons resurgir ces deux faces, l’une misérable, l’autre monstrueuse, de la collaboration.

Riposte Laïque : 6 mois après les attentats de Paris, notre pays a connu sa première décapitation islamique, et, mis à part quelques centaines de Français à Paris, Montpellier et Quimper, la France n’a pas bougé. Comment expliquez-vous cela ?

Aymeric Chauprade : Le réveil des Français est lent mais il a le mérite d’exister. Les Français sont de plus en plus conscients que la France est en danger d’islam. J’en suis convaincu et d’ailleurs tous les sondages le montrent. Malheureusement, pendant la phase de réveil du patient, les médias injectent sans cesse de nouvelles doses d’anesthésiants et de culpabilisants ; résultat, le patient se rendort ou bien il se sent coupable de se révolter face à la réalité. L’Histoire nous montre qu’il n’y a toujours qu’une minorité capable de voir arriver la catastrophe. La masse se réveille quand l’orage a déjà éclaté et qu’il a produit ses effets.

Riposte Laïque : Le blogueur algérien Aldo Sterone estime que si rien n’est fait, il y aura forcément, dans notre pays, des dizaines d’autres décapitations, des attentats-suicides et autres actes barbares qui vont frapper des milliers de Français. Partagez-vous cette inquiétude, et comment éviter de tels risques ?

Aymeric Chauprade : Oui c’est là une pure question de statistique mathématique, même si l’Histoire, j’en conviens, ne cesse de surprendre, en Bien comme en Mal d’ailleurs. A partir du moment où le basculement dans le djihad concerne une proportion croissante de musulmans, dans le monde islamique comme en Europe, au Canada, en Australie, aux Etats-Unis, en Russie (Caucase), en Chine (Xinjiang), en Inde (80 millions de musulmans tout de même !), jusqu’en Amérique Latine, il faut logiquement s’attendre à une multiplication de passages à l’acte sur le territoire national. Il n’est pas difficile de prédire une explosion de passages à l’acte djihadiques en France. Nous sommes dans la première phase durant laquelle nos autorités, sur ordre du gouvernement, sont contraintes « d’habiller » le phénomène sous un vernis psycho-pathologique (on parle de fous, de cas « isolés ») le but étant, avant tout, de protéger la réputation de la religion musulmane. La priorité de notre gouvernement n’est malheureusement plus d’assurer l’avenir des Français, elle est d’assurer l’avenir de « l’islam de France ». C’est sans compter, cependant, sur le Front national qui lui, a le devoir impératif de ne jamais s’écarte de la priorité identitaire.

Riposte Laïque : Depuis 6 mois, que cela soit sur la question des clandestins appelés migrants, ou sur la laïcité, on a l’impression d’assister à une gigantesque soumission du gouvernement devant les nouveaux venus et la religion musulmane, bradant des pans entiers de notre Histoire. Partagez-vous cette vision, et quelles conséquences y voyez-vous pour l’avenir de la France ?

Aymeric Chauprade : Le gouvernement répète, sans cesse, que la question n’est pas de savoir s’il y aura d’autres actes terroristes mais quand ceux-ci se produiront. Mais sa priorité n’est pas de régler le problème terroriste ; elle est de protéger la réputation des musulmans qui vivent en France, d’où le prêt-à-penser du « padamalgam » massivement diffusé par la classe politique et les médias. Cela revient à dire qu’une partie conséquente de nos élites a choisi la soumission. L’Histoire n’est jamais mieux expliquée que par la littérature. Je vous renvoie donc au récent roman de Michel Houellebecq, « Soumission », dans lequel les Français finissent par élire, en 2022, un candidat issu d’un parti politique musulman.

Riposte Laïque : Sur un plateau de télévision, le philosophe Michel Onfray estimait que notre civilisation était finissante, et que, dans cinquante ans, la France et l’Europe seraient sous domination musulmane. Partagez-vous cette inquiétude ? Que faudrait-il faire, précisément, pour éviter qu’une telle catastrophe, qui paraît de plus en plus inéluctable à de nombreux Français, ne se déroule ? Continuer la lecture de Ce gouvernement défend davantage l’islam de France que les Français

Entretien avec Aymeric Chauprade: « Pas de place pour les « tièdes » dans le combat contre le totalitarisme islamique »

Nous en sommes déjà au stade de devoir protéger toutes nos synagogues et de « prier pour que rien n’arrive à nos églises » ! Alors, posons-nous la question de savoir quel sera l’état de la France quand nous serons arrivés à une proportion de 30 % de musulmans.

648x415_aymeric-chauprade-conseiller-special-marine-pen-questions-internationales-tete-liste-rassemblement-bleu-marine-europeennes

« La France est en guerre avec des musulmans », disiez-vous dans une vidéo qui vous a valu bien des ennuis avec votre propre parti. Vous le maintenez ?

J’aurais préféré me tromper ! Oui, la France est en guerre avec des musulmans, elle est en guerre avec une part non négligeable des musulmans qui vivent à l’extérieur ou chez nous, profitent d’ailleurs des largesses de notre État-providence tout en étant hostiles à ce que nous sommes, à nos valeurs, à notre civilisation.

Il faut avoir le courage de le dire, parce que c’est une vérité essentielle à reconnaître si nous voulons maintenir l’unité de notre nation. S’il devait y avoir une seule raison ayant justifié mon passage de la société civile à l’engagement politique, c’est cette conviction profonde que le totalitarisme islamique nous mène une guerre implacable, et que notre classe politique refuse de regarder cette réalité en face, comme elle a refusé de le faire dans les années 30 face aux totalitarismes nazi et communiste.

Le terrorisme continue d’être analysé en France comme une simple manifestation criminelle, comme une sorte de désordre psychologique (avez-vous remarqué cette épidémie de « fous » qui crient « Allah Akhbar » en agressant des gens ?) appelant des réponses sociales et judiciaires. Or, le terrorisme islamique, c’est l’expression, pour l’instant sporadique, d’une guerre mondiale contre ce que nous sommes, et cette guerre est d’autant plus inquiétante que son réservoir de recrutement en Europe est énorme.

Vous êtes d’accord avec Christian Estrosi quand il parle de « 5e colonne » à propos des islamistes en France ?

Peu importe de savoir si c’est lui qui est d’accord avec moi ou l’inverse, et puis il y aussi Nadine Morano ou Jacques Myard et d’autres encore qui emploient cet expression de « 5e colonne » pour désigner le puissant ennemi intérieur qui est en train de grandir sur le territoire national. Quand il s’agit de résistance face à l’ennemi, il faut être capable de refuser le sectarisme politique…

Le problème, c’est que cette 5e colonne, ce ne sont pas seulement les 5.000 fiches dites « S » que l’on ne surveille même pas, c’est plus que cela, c’est l’immense armée des sympathisants, de ceux qui se sentent de l’Oumma plus que de France, de ceux qui, à mesure que le rapport de force démographique leur est favorable, sont de plus en plus tentés par le passage à l’acte. J’ose le dire, l’unité d’une nation est incompatible avec une masse de gens qui rêvent mentalement de prendre le dessus sur vous, de mettre à terre votre civilisation, et ces gens-là, j’en suis le premier désolé, mais ils sont déjà des centaines de milliers en France.

Marine Le Pen refuse de reprendre à son compte l’expression « Grand Remplacement » lancée par Renaud Camus. Vous n’avez pas les mêmes réticences…

Dépassons les débats sémantiques, car parfois les mots sont liés à telle ou telle tendance politique, et allons à l’essentiel. L’essentiel, c’est de reconnaître que la France est confrontée à un choc migratoire massif, d’origine extra-européenne, qui a pour conséquence un choc culturel, lequel choc culturel est d’autant plus problématique qu’il se produit entre notre civilisation judéo-chrétienne et l’islam.

Regardons cette réalité : avec « seulement » 10 à 15 % de musulmans au sein de la population française, nous en sommes déjà au stade de devoir protéger toutes nos synagogues et de « prier pour que rien n’arrive à nos églises » ! Alors, posons-nous la question de savoir quel sera l’état de la France quand nous serons arrivés à une proportion de 30 % de musulmans.

Oui, la population française de souche est progressivement remplacée par une population extra-européenne, c’est un fait. Et oui, ce processus de substitution ethnique n’assure pas la question de la survie de notre culture puisque le mécanisme d’assimilation ne fonctionne plus. Quand est-ce que les politiques auront, eux aussi, en France, le droit aux évidences historiques ?

Ces constats d’ordre historique et géopolitique ne préjugent bien entendu pas du comportement loyal que chacun peut avoir, quelle que soit son origine ethnique ou culturelle.

On sent la gauche gouvernementale désarmée face aux attentats islamistes. Demain au pouvoir, quelles mesures concrètes prendriez-vous pour protéger les Français ? Continuer la lecture de Entretien avec Aymeric Chauprade: « Pas de place pour les « tièdes » dans le combat contre le totalitarisme islamique »

Marine Le Pen veut rendre à la France sa vocation de protectrice des chrétiens d’Orient

CGQ2w7HW0AAd_uD

Extraits d’un communiqué du FN :

« La Présidente du Front National et député au Parlement européen, Mme Marine Le Pen, accompagnée du député Aymeric Chauprade, membre de la commission des Affaires étrangères au Parlement européen, effectue une visite de plusieurs jours en Egypte.

Le jeudi 28 mai au matin, lors d’un entretien à l’Université d’Al Azhar au Caire, avec le Grand Imam Mohammed El Tayeb, plus haute autorité religieuse du monde arabe sunnite, elle a salué le combat sans failles du Président égyptien Sissi contre l’extrémisme et le terrorisme et l’importance que revêt, dans les années à venir, le partenariat stratégique entre la France et l’Egypte. […] Marine le Pen et le Grand Imam d’Al Azhar ont exploré ensemble les voies possibles d’une future coopération contre les salafisme et tous les courants radicaux de l’islam. L’entretien de plus d’une heure a aussi permis au Grand Imam de découvrir le véritable projet politique de Marine le Pen et contribuera à gommer les effets malheureux de la désinformation médiatique dans l’esprit de nombreux musulmans du monde. […]

Les convergences de vue entre la Présidente du Front National et la plus Haute Autorité sunnite du monde arabe sont multiples : l’importance vitale des 10 millions de chrétiens coptes, descendants directs de l’Egypte des Pharaons, et qui paient un lourd tribut à l’intolérance islamiste ; le rôle d’équilibre que doivent jouer la France et l’Egypte dans les conflits du monde arabe (conflit israélo-palestinien, conflit entre chiites et sunnites…) ; le rôle stabilisateur que l’Egypte peut avoir en Libye face à la double menace de l’émiettement étatique et du radicalisme islamiste ; l’importance de dissuader les populations d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient d’abandonner la terre de leurs ancêtres pour un avenir sans débouché en Europe. […]

Le jeudi 28 mai en début de soirée, après une visite à la rencontre des Egyptiens dans des lieux de vie du Caire, Marine Le Pen a été reçue au Patriarcat copte, par le Pape copte Théodore II auquel elle a fait part, à la fois de son émotion à pouvoir saluer le successeur direct de Saint-Marc sur le trône d’Alexandrie, et de sa très vive inquiétude pour les Chrétiens d’Egypte, de Syrie et d’Irak.

Elle a assuré le Pape que, Présidente de la République française, elle rendrait à la France sa vocation historique, sa mission protectrice des chrétiens d’Orient. Très chaleureux, le Pape copte a insisté sur l’importance du lien entre la France et l’Egypte depuis l’Expédition fondatrice de Bonaparte et sur l’espoir qu’il mettait dans le peuple français à rester fidèle à sa vocation historique. […] »

Je suis Aurélie Châtelain (Tribune d’Aymeric Chauprade)

Il a fallu qu’un hasard à deux faces, l’une diabolique, l’autre providentielle, place un terroriste islamiste sur le chemin d’une jeune mère de famille pour qu’une attaque terroriste échoue de peu. Ce hasard cruel a désigné Aurélie Châtelain, une de ces nombreuses jeunes mères qui se lèvent tôt, qui triment dur, qui acceptent de passer une semaine loin de leur petite fille de 5 ans, pour progresser sur le « marché » du travail. Il a placé un islamiste sur le chemin de cette femme courageuse, déterminée à ne pas se laisser déposséder de sa voiture, pour qu’en la tuant, il puisse heureusement se blesser et déclencher ainsi l’alerte.

Le courage de cette jeune femme a évité une attaque terroriste de grande ampleur, qui visait des églises de la banlieue parisienne. C’est une alerte, car notre patrimoine chrétien, en plus de notre peuple, est bel et bien menacé. On se souvient du projet d’attentat contre la cathédrale de Strasbourg, contre les marchés de Noël. Partout dans le monde le fondamentalisme islamique s’attaque à l’histoire et à l’identité des peuples. Il est une tragique négation du temps et des cultures.

L’objectif de cette attaque terroriste était double : montrer que les islamistes peuvent frapper, quand ils le veulent, au cœur de la France, pour y massacrer des chrétiens, comme ils le font en Syrie, en Irak, au Nigéria, en Libye, en Ethiopie, au Kenya… Une française, des églises, tout est dit : il s’agit bien ici d’une guerre contre notre civilisation, la civilisation européenne, comme il s’agit ailleurs d’une guerre contre toutes les civilisations non musulmanes, la Russie, l’Amérique, la Chine, l’Inde, Israël… comme il s’agit aussi d’une guerre, ne l’oublions pas, contre tous les gouvernements modérés des pays musulmans avec lesquels nous sommes alliés et qui subissent depuis longtemps déjà de lourdes pertes. C’est la même guerre qui conduit des migrants musulmans à jeter par dessus-bord les migrants chrétiens qui partageaient leur embarcation de fortune en pleine Méditerranée… Que nous le voulions ou non, nous sommes dans une guerre de civilisations, nous sommes en guerre contre des musulmans, pas contre tous, mais contre une part significative d’entre eux.

Les services de renseignements ont déclaré qu’il s’agissait de la sixième attaque déjouée depuis le début de l’année. Six tentatives déjà, depuis le cinéma obscène du gouvernement, de son « esprit du 11 janvier » qui sert manifestement à combattre le Front national (avec l’efficacité que l’on constate) plutôt que les ennemis de la France.

Les terroristes se moquent du confort, ils méprisent notre faiblesse, notre hyper-sensibilité, la tyrannie de l’émotion avec laquelle ils jouent en élevant sans cesse le degré de leurs horreurs. Les terroristes islamistes sont les serviteurs de la mort, ils la chérissent, ils la nourrissent, ils l’espèrent même pour gagner leur paradis mortifère. Dans la plupart des cas ce sont des lâches, comme cet Algérien qui a préféré massacrer une femme sans défense et tenter de faire sauter des églises plutôt qu’aller se battre contre des combattants en armes en Syrie. Mais dans tous les cas, ils sont animés par la même haine de ce que nous sommes.

La France est en guerre et l’ennemi est parmi nous : ses combattants sont les enfants que l’Europe a fait grandir en son sein ou qu’elle a accueillis, auxquels elle a offert éducation, allocations, vacances, couverture sociale, regroupement familial, aides sociales en tous genres. Et comme si cela ne suffisait pas, notre classe politique nous explique qu’il faut accueillir en Europe des millions de nouveaux migrants venus de l’autre côté de la Méditerranée.

On se demande quand même ce que faisait en France un étudiant algérien, fiché à l’anti-terrorisme et connu pour ses liens avec les filières djihadistes.

Si ce dernier n’avait pas croisé le chemin d’une jeune française courageuse, combien de Continuer la lecture de Je suis Aurélie Châtelain (Tribune d’Aymeric Chauprade)

Russie, grand remplacement, Islam… : Aymeric Chauprade Vs Claude Askolovitch

L’eurodéputé FN Aymeric Chauprade était l’invité de Claude Askolovitch samedi 8 novembre. Les questions d’asko sont comme souvent au niveau zéro de l’échelle de l’intelligence…

Aymeric Chauprade : “Je suis entré en politique pour aider Marine Le Pen à stopper le changement de population”

Aymeric Chauprade, géopoliticien français reconnu et auteur notamment de Géopolitique : Tendances et changements dans l’Histoire, a récemment publié une tribune sur la place de la France face à la question islamique, qu’il définissait comme une priorité. Récemment engagé aux côtés du Front National, avec lequel il a été élu au parlement européen, M. Chauprade a répondu à nos questions suite au débat qui a suivi sa prise de position radicale contre l’État islamique et, secondairement, en faveur d’Israël face au Hamas.

LBDP : Est-ce la mort de Dominique Venner qui dicte votre engagement politique aujourd’hui ?

A. Chauprade : Ce qui dicte mon engagement politique aujourd’hui c’est d’abord une réalité charnelle et sentimentale : une famille, des enfants auxquels je veux laisser un avenir français et européen. […]

Dominique Venner… m’a consolidé dans mon combat pour l’identité de notre civilisation.

Y a-t-il une différence de ligne entre le Chauprade géopoliticien indépendant et le Chauprade candidat du Front National ?

Une différence de ligne certainement pas. Je me suis engagé pour faire gagner mes idées et non pour en changer. Une différence d’approche et de traitement des idées oui et c’est normal. Le champ libre de la politique est plus réduit que le champ libre de l’écriture. Il y a des contraintes de formulations évidentes. L’autre différence c’est que l’écriture est tendue vers l’explication tandis que la politique est tendue vers la solution. […]

Je suis entré en politique avec un objectif simple : aider Marine Le Pen à arriver au pouvoir pour que celle-ci stoppe le changement de population qui est en train de nous vider de notre substance, de notre civilisation. […]

 

Votre récente tribune, « La France face à la question islamique », a été beaucoup critiquée par certains milieux, qui vous accusent entre autres de soumission à Israël. Qu’avez-vous à leur répondre ?

[…] Quant à l’accusation d’être soumis à Israël, comme d’ailleurs à un quelconque autre État, elle est grotesque. Je ne veux même pas mettre en avant l’argument suivant lequel j’ai voyagé dans tous les pays du Moyen-Orient sauf Israël, car je m’autorise à aller un jour dans ce pays et personne ne m’en empêchera. […]

Dans votre ouvrage « Géopolitique, constantes et changements dans l’histoire », vous mettez en garde contre une vision monocausale du monde. N’avez-vous pas fait de même dernièrement par rapport à l’islamisme ? Continuer la lecture de Aymeric Chauprade : “Je suis entré en politique pour aider Marine Le Pen à stopper le changement de population”

«La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade (FN)

«La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade (FN)

Il est loin le temps où le monde arabe rêvait de développement, de modernisation, de sécularisation d’un islam sunnite toujours menaçant pour les minorités chrétiennes et chiites. Ce temps là c’était celui du nationalisme arabe, de Nasser jusqu’à Saddam Hussein en passant par Hafez el Assad. Le temps de régimes autoritaires tournés vers le développement et qui offraient aux femmes, aux chrétiens et à toutes les minorités un rempart face au fondamentalisme sunnite autant que d’inéluctables perspectives d’ouverture démocratique si l’on avait bien voulu laisser les processus internes se dérouler à leur rythme historique. C’était aussi le temps où la cause palestinienne était encore une cause nationaliste et pas encore une cause islamique. Seulement voilà, de l’eau a coulé sous les ponts et l’Autorité palestinienne comme le Fatah ont été effacés par le Hamas.

Prendre acte de la disparition du nationalisme arabe

Ce temps des nationalismes arabes est bien révolu. Rongé par la corruption de ses propres élites, dévasté volontairement par la politique américaine (ennemie des nationalismes pétroliers) autant que par l’énorme erreur stratégique d’Israël avec lequel il aurait pu s’entendre pour assurer à la fois l’existence d’un État palestinien et la sécurité de l’État juif, le nationalisme arabe a signé son acte de décès.

En septembre 2001, la collusion probable entre une partie de l’État profond américain et l’État profond saoudien (ses services de renseignement), qui fut une sorte d’aboutissement paroxystique d’une alliance monstrueuse née dans la guerre d’Afghanistan face aux Soviétiques, créa une onde sismique mondiale. Le fondamentalisme sunnite se déchaîna tandis que les États-Unis, profitant de la « guerre contre le terrorisme » tentèrent d’opposer l’utopie d’un projet unipolaire à l’évidence du monde multipolaire.

Les partisans de la politique américaine purent successivement applaudir la guerre en Afghanistan contre des Talibans que Washington, Islamabad et Riyad avaient créés, la destruction du régime de Saddam Hussein à Bagdad, les révolutions colorées en Géorgie puis en Ukraine pour faire pièce à une Russie renaissante grâce à Vladimir Poutine, ou bien encore la politique d’isolement de Téhéran au prétexte d’une possible bombe iranienne.

Fiction occidentale, le « Printemps arabe » ne fut qu’un sombre festival qataro-saoudien. Le Qatar et ses amis « Frères musulmans » purent s’offrir les régimes Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Égypte, Kadhafi en Libye, la terreur et le chaos en Syrie. Quant à l’Arabie Saoudite, elle emporta le deuxième acte au Caire en éliminant, grâce aux généraux égyptiens, Morsi et ses Frères musulmans mais elle disputa au Qatar l’influence sur les groupes terroristes en Syrie.

Toute cette œuvre funeste d’égorgements, de décapitations, de viols des jeunes chrétiennes ou chiites vierges, d’exécutions sommaires, de prisonniers enterrés vivants, de vidéos macabres postées sur Youtube et téléchargées des dizaines de milliers de fois dans nos banlieues, tout cela nous le devons « à nos magnifiques alliés », nos nouveaux amis du Moyen-Orient, gorgés de pétro-dollars, le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Le bilan de Sarkozy et Hollande au Moyen-Orient : chaos islamiste et crimes contre l’Humanité

La dernière fois que nos gouvernants eurent un peu de bon sens au Moyen-Orient ce fut en 2003 quand Chirac refusa de s’associer à la guerre américaine en Irak. Certes notre politique était alors à la remorque de l’Histoire ; certes elle s’accrochait à des régimes finissants, mais c’était une politique « du moindre mal » et ce n’était déjà pas mal. Du moins nos ambassadeurs arabisants de l’époque, avant que Sarkozy et Hollande ne remplacent ceux-ci par des humanitaires naïfs quand ils n’étaient pas des hommes d’affaires cyniques, du moins ces vrais ambassadeurs (comme celui qui m’avait accueilli en février 2003 à Bagdad pour rendre à Tarik Aziz sans doute l’une de ses dernières visites) connaissaient-ils cet Orient compliqué et anticipaient-ils les horribles carnages communautaires qui devaient inéluctablement se produire en lieu et place des vieux régimes « laïcs ».

Nous avons le résultat de cette folie sous nos yeux et ce bilan n’est pas seulement le bilan de Washington. Non ce n’est pas seulement la faute de Washington car Sarkozy et Hollande (et avec eux Juppé et Fabius) portent une très lourde responsabilité dans les génocides communautaires (les chrétiens, les Alaouites, les chiites duodécimains, les Yazidis…) en œuvre aujourd’hui en Syrie et en Irak comme ils sont directement responsables des massacres tribaux en Libye.

Défendre militairement les Chrétiens d’Irak

À mes yeux Sarkozy et Hollande se sont rendus complices, par ces choix, de crimes contre l’Humanité. C’est à tout le moins ce qui devrait les disqualifier à jamais aux yeux des Français.

Sarkozy plus qu’Hollande d’ailleurs puisque c’est l’UMP qui, finalement, aura le plus brutalement rompu avec les fondamentaux gaulliens de la politique étrangère française pour nous aligner sur les politiques américaine, qatarie et saoudienne. Mais Hollande vaut-il mieux lui qui, en 2012, voulait envoyer notre armée attaquer l’État syrien, en tentant de nous refaire le coup américain des armes de destruction massive? Lui qui ne propose aujourd’hui comme seule aide aux Chrétiens d’Orient, face à la poussée de l’État islamique en Syrie et Irak, que l’envoi de colis alimentaires?

Nous devons aider les Chrétiens à rester chez eux, à défendre leurs villages, leurs églises, car ils étaient les premiers sur la Terre d’Orient. Je soutiens donc sans réserve les frappes militaires américaines contre l’État islamique et j’affirme que c’est l’intérêt et l’honneur de la France que de se joindre à ces frappes. Moi qui suis le premier à m’opposer à la folle politique des États-Unis en Ukraine, je sais aussi refuser le systématisme et dire que les Américains ont fait le bon choix en aidant le gouvernement irakien.

Mais la logique impose d’aller plus loin, d’avoir le courage d’accepter l’erreur occidentale en Syrie ce qui signifie s’allier à nouveau avec Bachar al Assad et l’aider à détruire les foyers islamistes qui gangrènent son pays.

Nous avons mené une guerre pour rien en Afghanistan dans laquelle de nombreux soldats sont morts pour la France et des milliers d’autres y ont perdu un membre, un œil, une aptitude physique ou mentale. Nos Rafales ont pilonné l’Armée régulière libyenne et nos hélicoptères lui ont infligé de lourdes pertes. Nos services spéciaux ont vendu, avec l’argent du Qatar des armes aux islamistes syriens dans le seul but de miner l’État syrien dans ses fondations. Devrions nous alors nous contenter d’envoyer quelques colis pour les Chrétiens d’Irak ?

Certes le principe de non ingérence est un principe essentiel auquel je tiens beaucoup. Mais je crois aussi au principe de solidarité civilisationnelle. La France reste à mes yeux la Fille aînée de l’Eglise, celle qui a secouru les Chrétiens du Liban en 1860, et ces chrétiens sont mes frères. C’est ce principe d’ailleurs qui me rend critique à l’égard du traitement injuste de De Gaulle à l’encontre des Harkis lesquels s’étaient battus pour la France. Je défends la reapolitik mais jamais contre l’honneur de la France. La France est une personne, elle a un honneur, pas seulement des intérêts. C’est donc ce principe de solidarité civilisationnelle qui peut justifier exceptionnellement l’ingérence.

Il faut choisir, soit nous accueillons ces pauvres gens au motif de la préférence chrétienne qui devrait être une évidence en matière d’asile, soit nous aidons activement (solution que Louis Aliot a préconisé le premier et qui a été malhonnêtement déformée par les médias en une forme d’indifférence à l’égard des chrétiens) les Chrétiens d’Orient à rester sur une terre où leurs prières en araméen s’entendaient à l’époque du Christ, six siècles avant l’apparition de l’islam.

Telle est donc ma position, que j’assume et que j’affirme, à savoir que la France devrait s’associer aux frappes militaires américaines pour soutenir l’armée régulière chiite et les Pershmergas kurdes dans leur combat contre l’État islamique.

Casser la dynamique califale et éliminer les djihadistes citoyens français

Il y a un enjeu essentiel dans la destruction de ce califat. C’est qu’il a muté du statut de califat régional au statut de califat mondial. Son calife s’est proclamé calife mondial et il a obtenu le ralliement de plusieurs imams radicaux influents dans le monde islamique sunnite, dont un en Indonésie le plus grand pays musulman du monde. Le risque de propagation est évident et les Américains l’ont compris. Il faut impérativement écraser sous un déluge de feu ces fous qui mutilent les femmes, les vendent comme esclaves sur les marchés de Mossoul, assouvissent sur elles leurs instincts criminels et inondent le monde de leurs vidéos macabres.

Vladimir Poutine a eu des mots aussi brutaux que de bon sens vis-à-vis de ces islamistes que les Russes ont combattu en Tchétchénie (tandis que les Américains les aidaient) ou qui ont massacré des dizaines d’enfants à Beslan. « Il faut butter les terroristes jusque dans les chiottes ». Ce n’est pas très politiquement correct mais c’est le meilleur programme face à l’islamisme.

Et ce programme ne doit pas s’arrêter là. Nous savons que près de 1000 djihadistes disposant de la nationalité française sont partis combattre en Syrie et en Irak et que beaucoup ont rallié le califat islamique. Nous ne devons pas les considérer comme des égarés mais comme des ennemis qui reviendront bientôt en France, forts de leur expérience militaire, l’esprit affranchi de toute limite après les exactions commises (viols, tortures, décapitations). Nous devons les éliminer in situ et ce devrait être le rôle de nos services spéciaux de s’en occuper dès maintenant. Nous ne pouvons prendre le risque d’attendre qu’ils reviennent. Arrêtés et emprisonnés en France ils seront de puissants moteurs de conversion à l’islam dans les prisons et donc un facteur supplémentaire de propagation du fondamentalisme islamique dans notre pays. Il revient la responsabilité à chaque nation européenne (France, Royaume Uni…) d’éliminer ses ressortissants djihadistes avant qu’ils ne reviennent.

Affronter la corruption de la politique et de l’économie française par le Qatar et l’Arabie Saoudite Continuer la lecture de «La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade (FN)

Aymeric Chauprade : « Rompre avec l’UE pour sauver l’Europe »

Après Alain Lamassourre et avant Pervenche Berès, le candidat du Rassemblement Bleu Marine en IIe- de- France donne sa vision de l’Europe.

Aymeric Chauprade, docteur en science politique est géopolitologue et tête de liste FN/RBM Ile-de-France et Français de l'étranger aux élections européennes du 25 mai.
Aymeric Chauprade, docteur en science politique est géopolitologue et tête de liste FN/RBM Ile-de-France et Français de l’étranger aux élections européennes du 25 mai.

Depuis quelques décennies, le projet européen s’enfonce résolument dans un déni mortifère, signe d’une crise de civilisation sans précédent. Pour éviter la dissolution de la France dans l’Europe, et de l’Europe dans l’utopie mondialiste, il est plus que jamais urgent de redonner aux peuples le pouvoir qui leur a été insidieusement confisqué. Une soif d’omnipotence pousse nos élites européennes à nier peu à peu toutes les éléments fondamentaux d’un monde authentiquement humain: la nation, la famille, la culture.

La construction européenne a volontairement instrumentalisé les deux guerres mondiales, les tragédies du XXème siècle pour culpabiliser la nation en tant qu’entité politique et culturelle. Reposant sur une vision aussi partielle que subjective de l’histoire pour être à même de réduire la nation au nationalisme, cette culpabilisation n’a servi qu’à légitimer une construction européenne postnationale. Or, comme le rappelle magistralement Pierre Manent, la nation est la forme politique berceau de la démocratie moderne. Sortir de la nation, c’est abandonner la démocratie au profit d’un gouvernement oligarchique, gouverné davantage par les intérêts particuliers de puissants lobbies que par le bien commun. Les peuples européens, notamment le peuple français, ne croient plus en l’Union européenne démocratique. Ils identifient désormais clairement le stratagème stigmatisant toute volonté nationale comme symptôme de «populisme».

Les institutions européennes sont aussi le foyer du démantèlement de l’ordre familial et du sens de la filiation, dont la pression sur les Parlements nationaux s’est encore vérifiée l’an dernier en France. Par une habile redéfinition du concept de «vie privée» et sous couvert d’un pseudo respect des minorités, le droit de la famille est chaque jour méthodiquement réécrit dans un esprit libertaire et nihiliste. «L’individu total» dont parle Marcel Gauchet est Continuer la lecture de Aymeric Chauprade : « Rompre avec l’UE pour sauver l’Europe »

Le soutien amical de Philippe de Villiers au candidat FN Aymeric Chauprade

PHILIPPE DE VILLIERS, (MOUVEMENT POUR LA FRANCE), AU TALK ORANGE-LE FIGARO

« Marine le Pen n’est pas Jean-Marie; je comprends parfaitement votre engagement et je vous soutiens», a lancé Philippe de Villiers à son ami Aymeric Chauprade selon Valeurs Actuelle. Le magazine rapporte que les deux hommes ont partagé un repas fin avril au cours duquel ils ont constaté la convergence de leurs points de vue: «Si j’avais votre âge, je ferais la même chose» a ajouté Villiers.

Le Figaro

Européennes IDF : Aymeric Chauprade était l’invité du « Lundi politique » de France Bleu et Métronews

Regardez la vidéo de l’interview d’Aymeric Chauprade, tête de liste le Front National en Ile-de-France pour les élections européennes. Un très bon résumé de ce que pourrait être une Europe des nations souveraines.


Lundi Politique – Aymeric Chauprade par francebleu1071

Qui est Aymeric Chauprade, tête de liste FN en Île-de-France ?

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a présenté jeudi sa tête de liste en Ile-de-France aux élections européennes, Aymeric Chauprade, qui s’est affiché comme « un candidat de la société civile ».

« C’est un choix courageux de proposer à un candidat, au fond, de la société civile, qui n’était pas encore en politique ouverte il y a cinq mois, de mener cette liste Ile-de-France-Français de l’étranger », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au côté de Marine Le Pen à Paris.

Aymeric Chauprade a expliqué « les trois raisons fortes » qui l’ont conduit à son engagement au FN: « L’expérience du déclassement de la France à l’international », « le refus d’accepter la formation d’une petite oligarchie mondialisée contre la majorité des peuples » et « la financiarisation de l’économie ». Il a fustigé « l’UMPS », « qui porte le bilan d’une Europe qui a détruit les économies des différentes nations européennes, qui a produit plus de chômage, plus d’immigration, plus de fiscalité, plus de délocalisation, plus de travailleurs détachés venant concurrencer nos travailleurs en France », a-t-il dit. Ancien conseiller de Philippe de Villiers, il a estimé jeudi « que toutes les tendances souverainistes autres que le FN n’avaient servi finalement qu’à consolider cette arnaque de l’UMP ».

Aymeric Chauprade est âgé de 45 ans. Docteur en science politique, il conseille Marine Le Pen sur les questions internationales depuis 2010.