Archives par mot-clé : banlieue

Ces Français juifs qui fuient la violence des banlieues

Insultes, menaces et même violences… Certaines familles, principalement franciliennes, choisissent de quitter leur quartier pour vivre dans des secteurs où elles se sentent davantage en sécurité.

«Mais qu’est-ce qu’on a fait pour devoir fuir et vivre cachés comme des malfrats?» Cela fait maintenant cinq mois que Sophie*, Laurent et leurs trois enfants ont dû quitter, en catastrophe, leur pavillon de Romainville, en Seine-Saint-Denis. Après s’être fait cambrioler en mars, cette famille retrouve un matin de mai sa voiture pneus crevés, taguée au tournevis en grosses lettres: «Juif», «Israël», et une étoile de David…

«Ça fait trop, ils vous ont repérés, partez!», leur conseille la police. Continuer la lecture de Ces Français juifs qui fuient la violence des banlieues

Seynod (74) : voitures et poubelles brûlées, pompiers attaqués, ambiance tendue dans ce quartier multiculturel

Depuis plusieurs jours, l’ambiance est tendue dans le quartier de la Jonchère à Seynod. À la nuit tombée, des individus -adolescents et jeunes adultes- se livrent à du tapage (cris, musique “à fond”), suscitant des appels exaspérés d’habitants aux forces de l’ordre.

Dans ce quartier de logements majoritairement sociaux, récemment rénovés, où se côtoient des habitants de 27 nationalités différentes, Françoise Camusso déplore les agissements de quelques dizaines d’individus « entre 9 et 30 ans » (sic), « qui ont décidé d’embêter la population et sont dans l’agressivité permanente. »

Ils s’en prennent aussi au mobilier urbain et aux conteneurs à déchets : « Sept abribus ont été brûlés ces dernières semaines », se désole Françoise Camusso, maire déléguée de Seynod.

Le premier acte a mis en scène les pompiers. Appelés une première Continuer la lecture de Seynod (74) : voitures et poubelles brûlées, pompiers attaqués, ambiance tendue dans ce quartier multiculturel

Sevran (93) : les policiers dénoncent « un déchaînement de violence inqualifiable »

Dans la nuit du 14 juillet, un policier appelé en renfort à Sevran pour des feux de poubelle a été violemment agressé par des jeunes. L’agent a fait usage de son arme pour se dégager, blessant au bas-ventre l’un de ses assaillants. Un responsable du syndicat Alliance 93 revient sur les faits.

Situation tendue à Sevran, en Seine-Saint-Denis, où un policier a été roué de coups par des jeunes dans la nuit du 14 juillet. Cet agent motocycliste faisait partie d’une compagnie de sécurisation et d’intervention qui avait été appelée en renfort pour des feux de poubelle. Mais la situation a très vite dégénéré comme l’explique Grégory Goupil, secrétaire régional du syndicat Alliance 93. Il dénonce un « déchaînement de violence totalement inqualifiable ».

« Mes collègues de la compagnie de sécurisation et d’intervention sont arrivés sur place au nombre de six et se sont retrouvés dans une impasse avec aucun échappatoire. Il y avait des jeunes qui arrivaient de partout. Les deux premiers sont arrivés à s’extraire assez rapidement. Malheureusement, les quatre autres ont été victimes de coups de barres de fer et le dernier de nos collègues s’est retrouvé isolé, seul et pris de nouveau à partie par les individus qui l’ont roué de coups au sol. C’est à ce moment-là qu’il s’est dit qu’il allait réellement y passer ».

Le policier, qui est toujours hospitalisé en soins intensifs, a fait usage Continuer la lecture de Sevran (93) : les policiers dénoncent « un déchaînement de violence inqualifiable »

Prostitution : les délinquants des cités font leur entrée sur ce «marché»

C’est un phénomène nouveau et en expansion, selon la police : après des années de trafics en tous genres, les délinquants issus des cités françaises ont fait leur entrée sur le marché de la prostitution en exploitant des jeunes filles souvent mineures.

«Nous étions persuadés que les cités échappaient au phénomène de la prostitution. Le quotidien de cette délinquance relevait davantage des braquages, des trafics et surtout des stupéfiants. Mais aujourd’hui les choses ont changé», souligne Jean-Marc Droguet, le patron de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCTREH).

«C’est à partir de 2014 que les premières affaires ont été traitées. Nous sommes passés de quelques cas en 2014, à 21 affaires en 2015, puis 48 affaires en 2016. Sur les premiers mois de 2017, nous tournons déjà à une vingtaine d’affaires», poursuit M. Droguet.

Selon l’OCTREH, cette prostitution dite de cités représenterait 14 % des victimes identifiées sur le territoire national en 2016.

Le profil des nouveaux proxénètes ? Généralement «un petit groupe de copains», pas aussi structuré que les réseaux d’Europe de l’Est, Continuer la lecture de Prostitution : les délinquants des cités font leur entrée sur ce «marché»

Antisémitisme en banlieue: Arte censure un documentaire

La direction de la chaîne culturelle franco-allemande passe à la trappe un documentaire sur l’antisémitisme en Europe. Motif : on y met trop en lumière la haine antijuive qui progresse dans la sphère arabo-musulmane et dans une certaine gauche obsédée par l’antisionisme.

Sur Arte, la dénonciation de l’antisémitisme se limite à parler du nazisme et à mettre en accusation toutes les déclinaisons de l’extrême droite, du FN à Geert Wilders

On n’avait jamais vu cela dans l’histoire de la chaîne franco-allemande, qui va bientôt fêter son quart de siècle d’existence : le directeur des programmes, Alain Le Diberder, décide de ne pas diffuser un documentaire de quatre-vingt-dix minutes, produit et financé par Arte.

Il s’agit du film Un peuple élu et mis à part : l’antisémitisme en Europe, écrit et réalisé par deux cinéastes allemands, Joachim Schroeder et Continuer la lecture de Antisémitisme en banlieue: Arte censure un documentaire

Seine-Saint-Denis (93) : Benoît Hamon cible l’électorat des banlieues

Il était ce mercredi 12 avril à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) et dans le Val d’Oise, où il s’est présenté comme le candidat des quartiers périphériques.

Aucun doute, Benoît Hamon est parfaitement accueilli en banlieue. Interpellé par des habitants qui souhaitent le saluer, le candidat du Parti socialiste a le sourire. Hier près de Lyon (Rhône), il était ce Continuer la lecture de Seine-Saint-Denis (93) : Benoît Hamon cible l’électorat des banlieues

«On est là pour profiter de la France parce que la France nous a baisés en Algérie…»

Polonium – Paris Première – 08/02/2017 (extrait)

Natacha Polony recevait Georges Bensoussan pour la publication de son livre «Une France soumise».

France Inter : « La question ethno-culturelle est décisive pour comprendre les clivages électoraux »

Le Front National gagne-t-il du terrain en banlieue ? La Seine St Denis sera-t-il le laboratoire d’une banlieue patriote ? Quel est la réalité du vote frontiste dans les banlieues françaises ? Comment votent les différentes communautés ? Les votes ont-ils évolué ? Existe-t-il un lien entre le vote FN et la population issue de l’immigration ?

« Historiquement, la Seine-St-Denis a fait figure de bastion FN notamment sur des problématiques liées à la confrontation avec une population immigrée, néanmoins aujourd’hui hormis quelques communes ou quartiers, le vote FN est en fort recul.

La question ethno-culturelle est tout à fait décisive pour comprendre comment se structure les clivages politiques et électoraux.

La population issue de l’immigration européenne vote souvent plus FN que la moyenne national. Quand on connaît la sociologie électorale, on constate un vote FN relativement élevé dans certaines communes du Val de Marne dans des quartiers où il y a une forte population d’origine portugaise. » Jérome Fourquet, directeur de l’IFOP.
Continuer la lecture de France Inter : « La question ethno-culturelle est décisive pour comprendre les clivages électoraux »

Les subventions délirantes de la région lorraine découverte par le FN.

« Les élus du Front national, emmenés par Thierry Gourlot, n’en ont pas cru leurs yeux quand ils ont découvert, début avril, la liste des subventions qu’il leur était proposé de voter au conseil régional de Lorraine présidé par le socialiste Jean-Pierre Masseret. Thierry Gourlot, président du groupe FN et membre du comité central du parti, a beau faire de la politique depuis quelques décennies, il a frôlé l’émerveillement !

miegebanlieuesouv500

2 500 euros à une école d’arts martiaux pour un projet intitulé : « J’apprends à me défendre (1re année) » dont le but, c’est écrit noir sur blanc sur le document en notre possession, est de « favoriser le développement de la pratique des sports de combat pour les mères de familles d’origine étrangère » !

4 000 euros en faveur du Printemps algérien de Villerupt – commune de Meurthe-et-Moselle et non du Constantinois –, une « manifestation intercommunale valorisant le patrimoine culturel, artistique et artisanal, ainsi que les us et coutumes de l’ensemble des ethnies formant l’Algérie » ! Quel rapport avec la Lorraine ? Mystère.

10 000 euros ont été accordés à un centre culturel turc basé à Metz pour rémunérer un « ombudsman ». Un quoi ? L’ombudsman, qui est un mot suédois, désigne une sorte de médiateur qui intervient pour régler les litiges entre le citoyen et l’Etat. Il semblerait qu’entre les Turcs et l’administration française, il y avait des différends à éclaircir, qui nécessitaient l’intervention d’une tierce personne.

– le même centre culturel a encore bénéficié de 10 000 autres euros l’action « Pour l’émancipation des femmes par l’expression ». On n’est pas certains qu’il s’agisse du développement de l’expression de langue française.

4 000 euros versés à l’Association meusienne pour l’accueil des travailleurs migrants (Amatrami) pour une opération de « soundpainting ». Le soundpainting, explique l’Amatrami, est « le langage gestuel permettant la composition spontanée et pluridisciplinaire de création artistique collective »

Le Salon Beige

Du PCF au communautarisme musulman, de la banlieue rouge à la banlieue «verte»

Du PCF au communautarisme musulman, de la banlieue rouge à la banlieue «verte»

La banlieue du chanteur Renaud a disparu. Alexandre Devechio explique comment les anciens bastions du PCF ont cédé face à la montée du communautarisme musulman.

Pour les enfants de la troisième génération, comme pour ceux de la deuxième, la Palestine ou l’Algérie ne sont qu’un prétexte. Les noms de leur sécession avec la nation française. C’est pour eux une identité de substitution. Un ailleurs fantasmé. L’illusion d’une communion.

«J’m’appelle Slimane et j’ai 15 ans, j’vis chez mes vieux à La Courneuve…» En 1983, Renaud racontait, à travers la chanson Deuxième génération, l’histoire d’un gamin de banlieue déraciné. Plus de trente ans après, les paroles résonnent étrangement. «Pour m’sentir appartenir à un peuple, à une patrie… J’porte autour de mon cou, sur mon cuir, le keffieh noir et blanc et gris…»

Cette année-là, la cité des 4 000 pleure son premier mort: Toufik, 10 ans, est tué d’un coup de carabine à plomb tiré par un voisin excédé par le bruit. François Mitterrand effectue une «visite surprise» dans le quartier… C’est encore l’époque de la «banlieue rouge», celle des ZUP, des voleurs de mob et de «Touche pas à mon pote».

Mais au fil des années, tandis que les frontières s’ouvrent, les dernières usines ferment: les «loubards» laissent place aux «racailles», le haschisch à l’héroïne, la lutte pour l’égalité à celle pour les minorités, l’antiracisme à l’antisionisme puis à l’antisémitisme, et enfin l’école publique et le parti communiste aux communautarismes.[…]

Dans Le Village de l’Allemand, roman de Boualem Sansal (Gallimard, 2008), Malrich, le personnage principal, prophétise: «A ce train, la cité sera bientôt une République islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles.»

Le Figaro

Grigny : deux guet-apens tendus à la police

Le combat ordinaire d’un maire de banlieue

Par Alain Hajjaj, maire de La Verrière (Yvelines)

(…) Que répondre aux habitants qui attendent depuis trois ou quatre ans un logement et qui voient arriver des familles d’autres départements, fragilisées socialement ? Que dire aux équipes de bénévoles des associations d’aide, Secours populaire et Restos du cœur, quand elles voient arriver massivement dans les hôtels de la zone industrielle voisine des demandeurs d’asile, initialement hébergés à Paris et en Seine-Saint-Denis, et qu’il faut aider ? Que dire du manque de cohérence de l’Etat qui donne d’une main dans le cadre de la politique de la ville en octroyant les moyens d’agir sur la précarité et qui reprend de l’autre, lorsqu’il oriente vers nos banlieues des personnes à l’histoire personnelle et familiale douloureuse, que la commune n’a pas les moyens d’accompagner ? Nos habitants le vivent comme une concurrence, et de nouveau jaillit le risque de division et de rejet.(…)

Roubaix : Nouveau guet-apens contre la police, 15 individus armés de briques et pierres

Jeudi vers 23 h 45, une patrouille de police traverse l’avenue de Verdun dans le quartier des Trois-Ponts. Arrivés à la hauteur de la rue Léonie-Vanhoute, les policiers se font insulter par plusieurs individus tenant le carrefour avant d’essuyer un premier de jet de projectiles.

Les policiers poursuivent leur route et s’arrêtent un peu plus loin pour constater les dégâts subis par le véhicule. C’est alors que de nouveaux projectiles sont lancés en direction des fonctionnaires qui voient un groupe d’une quinzaine d’individus, armés de briques et pierres venir à leur rencontre. Un des policiers s’est alors saisi d’un flashball et à tiré à une reprise en direction du groupe qui se trouvait à une vingtaine de mètres. Les assaillants se sont alors rapidement dispersés.

Un guet-apens qui intervient deux jours après l’agression d’un policier, frappé d’un violent coup de tête lors d’un contrôle routier, rue de Condé, à Roubaix.

Le tout après l’interpellation de trois individus pour un trafic de drogue dure en début de semaine. Parmi les trois suspects interpellés mardi, figure un jeune homme originaire du quartier des Trois-Ponts. Les auteurs du guet-apens de jeudi soir sont activement recherchés.

Nord Eclair

Revue de presse et commentaires sur l'actualité