Archives par mot-clé : Benoit Hamon

La petite visite amicale de Benoît Hamon à la mosquée salafiste

L’avocat de MR Hamon fait pression sur mon hébergeur pour que je supprime cet article.
La photo de Benoit Hamon arborant un chèche sur la tête lui semble insultante. Je n’en suis pas l’auteur. Et je dois dire qu’elle est dans la pure et simple tradition française des caricatures. De plus, je ne vois pas en quoi elle serait diffamatoire: il n’y a en effet aucun mal à porter un chèche sur la tête. Je n’ose croire que Mr Hamon considère ce costume comme dégradant… ce serait une forme de racisme, pensée nauséabonde totalement étrangère à la tradition du socialisme ( à l’exception peut-être d’Hitler, de Mussolini, de Pol Pot…)… Et puis Mr Hamon peut-il avoir le droit de se sentir stigmatiser par le port d’un chèches quand on sait qu’il juge avec mansuétude le port du voile ou du burkini. Benoit Hamon ne peut pas rejeter une caricature d’un homme portant un chèche quand il explique l’interdiction par des
Non, Benoit Hamon n’est que tolérance, amour de l’autre, ouverture d’esprit et compréhension.
Il n’est donc pas possible que le génie du socialisme revivifié par l’impétuosité révolutionnaire du revenu universel puisse vouloir me censurer.
Ce ne serait pas très très Charlie.

Louis Aliot : « Comment Benoit Hamon a-t-il pu être nommé professeur à l’université Paris8 sans en avoir les diplômes ?

Louis Aliot soulève là le problème de la mafia socialiste au sein des université et la chasse aux sorcières dont souffrent ceux qui ne pensent pas bien au sein de cette institution.

Islam, voile… Saint-Ouen (93) : « Eviter Valls à tout prix »

En Seine-Saint-Denis, « l’anti-vallsisme » fait florès. A la veille du second tour de la primaire à gauche, de nombreux électeurs, dénoncent les positions de l’ex-premier ministre sur l’islam, la loi travail ou la déchéance de nationalité.

«J’ai le choix entre Valls et l’autre, c’est ça ?» Fadia Mahmoudi, 25 ans, ne parvient pas à mettre un nom sur le visage de Benoît Hamon, qui apparaît en haut du tract qu’on vient de lui donner. Ce matin-là, devant la maternelle Jean-Jaurès de Saint-Ouen, deux militants tractent en faveur du candidat arrivé en tête au premier tour de la primaire à gauche. Et ils n’ont pas besoin de longues discussions pour convaincre les parents d’élèves d’aller voter en faveur de Benoît Hamon.

Mariam Tarik, qui vient de déposer ses enfants, n’a pas voté au premier tour. Mais elle compte bien se mobiliser pour le second face à Manuel Valls. « J’ai toujours voté socialiste et ses idées anti-islam ne sont pas celles du PS», estime-t-elle. Comme par automatisme, cette maman de 35 ans qui porte un hijab blanc précise qu’elle est « née ici» et a « grandi ici». En vue du vote de dimanche, Mme Tarik a Continuer la lecture de Islam, voile… Saint-Ouen (93) : « Eviter Valls à tout prix »

Ministre de l’éducation Tunisie: le port du niqab est une honte pour notre nation

Quand on sait que Benoît Hamon ne voit aucun inconvénient au port du Burkini ou du voile… on comprend la régression dans laquelle se trouve la gauche en France…

Hamon sur le voile

Burkini : Benoît Hamon tacle François Hollande et Manuel Valls

Hamon sur le voile en sortie scolaire: « il faut faire preuve de discernement » –

Benoît Hamon : « Bilal est un très beau prénom, c’est le 1er muezzin du prophète »

27/01/2017

Le candidat à la primaire de la gauche a répondu, jeudi, au surnom que lui ont attribué certains internautes pour dénoncer ses prétendues connivences avec l’islamisme.


26/01/2017

 

C’est devenu une habitude de la fachosphère : renommer un candidat à la présidentielle dans le but de dénoncer sa proximité présumée avec l’islam Continuer la lecture de Benoît Hamon : « Bilal est un très beau prénom, c’est le 1er muezzin du prophète »

« HAMON, IL TRAITE LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE COMME UNE CLIENTÈLE ÉLECTORALE»

Article de Marianne

(..) Pour Othman Nasrou, la gauche trappiste s’emploie à faire de la religion une question politique pour gagner les élections : «Dans cette ville, le PS monte les gens les uns contre les autres, et plus précisément, parfois, les musulmans contre les autres. Benoît Hamon est dans une logique boutiquière. Il traite la communauté musulmane comme une clientèle électorale.» Même au sein de la gauche locale, le positionnement de l’ex-ministre de l’Education nationale ne fait pas l’unanimité. Son suppléant à l’Assemblée nationale, Jean-Philippe Mallé, député de 2012 à 2014, a récemment claqué la porte du PS, en désaccord avec ce discours. Stéphane Dubouchy, militant PS à Trappes pendant près de vingt ans, est lui aussi parti après l’arrivée de Benoît Hamon. «Il ne dit jamais clairement qu’il y a un problème avec la place de la religion à Trappes. Il se complaît dans une certaine désinvolture, aux relents électoralistes», reproche ce postier, transfuge de la liste municipale de LR en 2014, sur laquelle il a été élu.

L’accusation ne date pas d’hier : en 2014, le candidat à la primaire a déjà été taxé d’électoralisme, à la suite de propos qu’il aurait tenus à Continuer la lecture de « HAMON, IL TRAITE LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE COMME UNE CLIENTÈLE ÉLECTORALE»

Benoît Hamon panique et traite Fdesouche de négationiste

Benoît Hamon et ses islamo-racailles ont trop regardé soral et Dieudonné; ils confondent tout. Fdesouche est une revue presse identitaire, patriote et libérale-conservatrice. Et l’ensemble de ces contributeurs en ont faire un média incontournable du journalisme en France.

Ce qui explique que même au PS on est obligé de suivre la course du navire amiral de la « Fachosphère ». hi,hi,hi


Lettre ouverte de Mathieu Hanotin à Jean-Christophe Cambadélis

Hamon ou le crépuscule de la gauche républicaine ?

Ça fait belle lurette que la gauche n’est plus républicaine… ils ont même un problème avec la démocratie.


Arrivé deuxième au premier tour, Manuel Valls n’a pas réussi à percer lors de la primaire de la gauche. Laurent Bouvet estime que la gauche républicaine risque d’être écartée du jeu politique au profit d’un renforcement de la ligne Terra Nova.

FIGAROVOX. – Dans un entretien à FigaroVox le 6 juin 2015, vous prophétisiez la mort du parti d’Epinay. Le premier tour de la primaire confirme-t-il cette hypothèse pessimiste?

Laurent BOUVET. – On arrive, à l’occasion de l’élection présidentielle et des législatives de 2017, au bout d’un processus de lente décomposition du PS sous sa forme «Epinay», c’est-à-dire depuis sa refondation en 1971 sous la houlette de François Mitterrand. L’élément principal de cette décomposition étant que les conditions de victoire électorale (au niveau local ou au niveau national selon l’époque) qui tenaient ensemble les différentes composantes idéologiques du PS (en gros une aile droite sociale-libérale et une aile gauche sociale-étatiste) depuis des décennies ne sont plus présentes, ne sont plus même possibles aujourd’hui.

Pour plusieurs raisons. D’abord le fait que l’exercice du pouvoir a révélé au grand jour, en raison des choix à faire et au regard de l’ambiguïté de la promesse hollandaise en 2012, et comme l’a bien souligné Manuel Valls lorsqu’il était Premier ministre, qu’il y avait deux gauches irréconciliables, tant sur le plan économique et social qu’en termes de «valeurs», d’identité culturelle ou à propos de la laïcité. Ensuite parce que ces deux composantes du PS sont
débordées dans cette campagne électorale, de l’extérieur, par des offres politiques plus attractives que celles qu’elles proposent, autour des candidatures de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron. C’est-à-dire que pour la première fois, le PS n’est plus au centre du jeu, qu’il n’est plus non seulement le parti hégémonique à gauche mais encore qu’il n’est plus le lieu vers lequel les regards se tournent afin de permettre à la gauche d’accéder à nouveau au pouvoir. Enfin, on arrive aussi au moment d’un épuisement de la forme-parti telle qu’incarnée par le PS avec ses structures totalement sclérosées, son nombre restreint d’adhérents et de cadres dont le principal souci est la candidature à l’élection ou la préservation de leur siège.

On est donc, bien plus qu’en 1993 ou en 2002, à un véritable moment de rupture par rapport au PS que l’on a connu jusqu’ici. Sur quoi est-ce que cela peut déboucher, sous quelle forme… Il est trop tôt pour le dire, surtout avant les élections.

Le score décevant de Manuel Valls semble indiquer que la gauche républicaine est de plus en plus minoritaire au sein du PS…

Continuer la lecture de Hamon ou le crépuscule de la gauche républicaine ?

Primaire à gauche: Pour Malek Boutih, «Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste»

Ils sont en train de se torpiller entre eux en révélant au grand jour leur penchants communautaires respectifs. Ça va devenir sanglant.


La tension monte encore d’un cran. Manuel Valls a fustigé la position de Benoît Hamon sur la laïcité mardi, à la veille du dernier débat de la primaire à gauche. L’ancien Premier ministre a accusé son adversaire d’« ambiguïtés », et dénoncé les « risques d’accommodements » du député des Yvelines sur ces sujets. Contacté par 20 Minutes, Malek Boutih, député de l’Essonne, et soutien de Manuel Valls, tire à boulets rouges sur Benoît Hamon.

Benoît Hamon est-il « ambigu » sur les questions de laïcité ?

Ceux qui défendent la laïcité ont toujours un propos clair. Benoît Hamon, comme tous les Tartuffe, cultive une ambiguïté. C’est un peu, « cachez ce voile que je ne saurais voir ». Sa théorie est claire : il est normal qu’il y ait du communautarisme car les musulmans sont maltraités. Il justifie des comportements sexistes, mais aussi une montée de la radicalité.

Ces accusations rejoignent celles que faisait Manuel Valls contre l’« islamo-gauchisme », visant Clémentine Autain…

 

Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste et fait un appel du pied électoral. C’est une stratégie d’attrape-tout. Pour obtenir un vote, tout est valable. C’est le pire des discours possibles, un discours de faiblesse. Autour de lui, il y a un certain nombre de gens, comme Pascal Cherki [porte-parole de Benoît Hamon], qui vont encore plus loin et ont soutenu par exemple une réunion qui était interdite aux blancs.

 

Benoît Hamon a réagi ce matin, en estimant qu’il s’agissait d’accusations « graves »…

Continuer la lecture de Primaire à gauche: Pour Malek Boutih, «Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste»

Eric Zemmour : « Hamon et Valls, c’est un peu Corbyn et Blair »

Après que le premier tour de la primaire de la gauche a désigné ses finalistes, Manuel Valls et Benoît Hamon, Eric Zemmour y a vu ce matin sur RTL une correspondance avec le Parti travailliste britannique : « Do you speak english ? Le Parti socialiste parle anglais mais ne le sait pas, ne veut pas le savoir. Il croit être l’héritier du parti d’Épinay, fondé par François Mitterrand en 1971, alors qu’il est devenu une copie du Parti travailliste britannique. »

« Manuel Valls, c’est Tony Blair, poursuit l’éditorialiste, mais il en a honte aujourd’hui, alors qu’il en était si fier naguère. Il imitait son style direct, son obsession de la com, son souci de l’efficacité, son respect de l’ordre, son rejet de la culture de l’excuse, son libéralisme, son culte de l’ouverture au monde, sa modernité, sa proximité décomplexée avec le patronat, son goût de la transgression son mépris des tabous de la gauche. »

« Au début de cette campagne des primaires, se gausse Eric Zemmour, [Valls] a essayé de se travestir en socialiste à l’ancienne, en roi de la synthèse à la Hollande, et le costume lui allait aussi bien que des lunettes roses à un canard. Il l’a compris mais un peu tard. » Continuer la lecture de Eric Zemmour : « Hamon et Valls, c’est un peu Corbyn et Blair »

Un ministre : «Hamon est le candidat des Frères musulmans»

NDLR:En matière d’islamogauchisme, Hamon aurait toute sa place au parti de gauche ou au NPA.


Depuis dimanche, l’ex-Premier ministre tape fort contre la ligne Hamon. Son équipe se demande s’il ne faudrait pas plutôt bétonner ses mesures sociales.

XVMd0cbd9f6-dd68-11e6-a569-fcb5161cc046

(…) Eux conseillent à l’ancien ministre de l’Intérieur de donner dans le rugueux. «Ça va saigner», a laissé échapper Caresche, dimanche soir. Cette ligne virulente est résumée par l’ancien chef de cabinet de Manuel Valls à Matignon sur sa page Facebook. «Maintenant, il faut faire le choix entre les valeurs républicaines et le communautarisme», écrit Sébastien Gros. Sous couvert d’anonymat, un ministre glisse que «Hamon est le candidat des Frères musulmans». Sans ciller.

(…) Libération

Benoit Hamon: Des positions pro-palestiniennes guidées par un clientélisme pro-musulman?

Ça se comprend: Trappes, dont benoit Hamon est le député, n’a rien à envier à Molenbeeck. Pour se faire élire et ré-élire il est bien obligé de séduire la communauté devenue majoritaire. Un avant-gout de ce qui se passera partout en France dans une vingtaine d’années.
lire:
TRAPPES, LA POUDRIÈRE ISLAMISTE

Islamisme radical: Trappes sous influence