Archives par mot-clé : bercy

L’imposture Macron

Bercy : Quand Macron dépensait 120 000 euros en 8 mois pour ses repas en bonne compagnie

Emmanuel Macron recevait à tour de bras les personnalités influentes dans son bureau du troisième étage. Y compris des hiérarques religieux, des philosophes, des responsables associatifs, tous estimables, mais qui n’avaient pas grand-chose à voir avec les attributions officielles du ministre, économie, industrie et numérique. Exemple : le politologue Stéphane Rozès, consulté pendant deux heures un samedi matin, pour évoquer « l’imaginaire politique des Français ». À Bercy, Emmanuel Macron réunit également son « groupe informel », comme le raconte le journaliste Marc Endeweld : « L ’écrivain et ancien conseiller de François Mitterrand, Erik Orsenna, ancien membre de la commission Attali, en fait partie, tout comme le journaliste des Échos, Éric Le Boucher, […] ou le philosophe Olivier Mongin, de la revue Esprit, ou bien encore le communicant Gilles Finchelstein, qui détaille des enquêtes d’opinion réalisées pour l’occasion (2)… » « Il multipliait les dîners, parfois deux par soir », raconte un autre membre du gouvernement installé à Bercy. Selon nos informations, en 2016, Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80 % de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget. Continuer la lecture de Bercy : Quand Macron dépensait 120 000 euros en 8 mois pour ses repas en bonne compagnie

Macron a-t-il utilisé l’argent de Bercy pour lancer En marche! ?

Selon les présidents des groupes UDI et LR à l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron doit s’expliquer sur l’utilisation d’argent public dans le cadre de son projet politique En Marche! après les révélations d’un livre consacré à son passage à Bercy.

Avec quel argent Emmanuel Macron a-t-il lancé En Marche! ? Les chefs de file des députés LR et UDI, Christian Jacob et Philippe Vigier, s’en sont pris ce mardi au candidat à l’élection présidentielle, dénonçant le « mensonge » et l' »imposture » de l’ancien ministre de l’Economie sur des frais de représentation à Bercy.

Des accusations qui interviennent alors que le livre enquête Dans l’enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Finances (JC Lattès, 2017) – qui sort cette semaine – revient sur les habitudes dispendieuses d’Emmanuel Macron lors de son passage à Bercy.

« A quoi ont servi ces 120 000 euros? »

Continuer la lecture de Macron a-t-il utilisé l’argent de Bercy pour lancer En marche! ?

La France menacée par un mur de dette en 2015

Héritage de l’année 2010, l’Etat français va devoir refinancer plus de 140 milliards d’euros dans deux ans. Une perspective qui inquiète Bercy.

Paris ne va pas pouvoir lever le pied de sitôt sur les marchés. Alors que la note de la France vient d’être dégradée ,

le budget de 2014 prévoit encore un montant d’émission de dette de moyen et long terme de 174 milliards d’euros (net des rachats), ce qui place l’Etat français en deuxième position dans la zone euro, derrière l’Italie. Car si le déficit budgétaire se réduit, les montants à « refinancer », c’est à dire les sommes à emprunter pour rembourser la « vieille » dette, restent très impressionnantes. Plus de 100 milliards l’an prochain et…plus de 140 milliards en 2015  ! Ce mur de la dette à l’horizon de deux ans donne des sueurs froides, à Bercy.

La France va emprunter des sommes toujours élevées

«  Le niveau d’emprunt sur les marchés va forcément demeurer à un niveau élevé ces Continuer la lecture de La France menacée par un mur de dette en 2015

Le Crédit Immobilier de France met la clé sous la porte

A noter que les socialistes kleptomanes ont choisi de sacrifier les salariés du CIF pour pouvoir récupérer une partie des fonds propres de la banque. Elle n’est pas belle la gauche ?

cif-credit-immobilier-france-manifestations

Les actionnaires de cette banque spécialisée dans les prêts immobiliers ont voté en faveur de la cessation d’activité. 1.500 salariés se retrouvent sans emploi.

L’acte de décès du Crédit Immobilier de France (CIF) vient d’être signé. Requiescat in pace. Le plan de résolution du petit établissement bancaire spécialisé dans les crédits immobiliers a été voté ce mercredi à l’unanimité par ses actionnaires, selon une source proche du dossier. En d’autres termes, sa fermeture ordonnée, prévue par Bercy, a été actée par les Sociétés anonymes coopératives d’intérêt collectif pour l’accession à la propriété (Sacicap), actionnaires de référence des HLM.

Concrètement, cette décision concerne 2.400 salariés. 700 d’entre eux vont, pour au moins quelques années, continuer à gérer les crédits accordés par le CIF. La Banque Postale s’est engagée de son côté à reprendre 300 salariés, mais n’en a à ce jour effectivement recruté qu’une cinquantaine.

« Le plus gros plan social de l’année »

A minima, plus d’un millier de personnes devraient donc rester sur le carreau.

« C’est le plus gros plan social de l’année », avait prévenu Yannick Borde, le président de la banque. Même si elle est anticipée et que le sort des salariés banque émeut moins que celui des ouvriers, c’est une mauvaise nouvelle de plus pour le gouvernement, confronté actuellement à une vague de plans sociaux: FagorBrandt, La Redoute, Alcatel Lucent…

Placé sous surveillance négative par l’agence de notation Moody’s en février 2012, Continuer la lecture de Le Crédit Immobilier de France met la clé sous la porte

Comment Bercy veut saigner l’armée à blanc

Les services de Bercy travailleraient sur une baisse de 11% du budget de la Défense, impliquant 50.000 suppressions d’emploi.

Le bras de fer ? Aussi terrible que souterrain. D’un côté, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui refuse de voir le budget de la défense amputé trop fortement à quelques jours de la remise au président de la République du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. De l’autre, les services de Bercy, dans une quête obsessionnelle d’économies, qui poussent à des efforts inédits sur le budget des armées. « Certains fonctionnaires de Bercy ont une obsession : sabrer la défense française et l’industrie qui va avec, dénonce un député, membre de la commission de défense. En oubliant que la défense est aussi un investissement qui rapporte, en technologies, en exportations, en emplois, en influence internationale. »

Sur quels scénarios travaille Bercy ? Le blog Secret Défense, très bien informé sur le sujet, évoque aujourd’hui une proposition de 28 milliards d’euros présentée par le ministère du Budget en décembre, contre 31,4 milliards prévus en 2013. Cette proposition représente une baisse de 11%, et impliquerait selon les armées une coupe de 50.000 personnes dans les effectifs, assure le blog.

Une saignée sans précédent

Problème: « Depuis 15 ans et la fin de la conscription, l’outil de défense est dimensionné en moyenne à 32 milliards constants en valeur de 2012 », expliquait en octobre le chef d’état-major des armées Edouard Guillaud. Un niveau de coupe de 11%, s’il se confirme, mettrait à mal la thèse de François Hollande et Jean-Yves Le Drian que la défense participe à l’effort de désendettement, « ni plus, ni moins » que les autres.

Un tel objectif impliquerait une saignée sans précédent dans un outil de défense qui a déjà beaucoup donné. L’application de la règle « zéro valeur » (stabilité en euros courants) au budget de la défense couperait automatiquement 40 milliards d’euros d’ici à 2020, soit plus d’une année de budget de défense. Or L’effort de défense français est déjà tombé au chiffre historiquement bas de 1,5% du PIB, et sera d’à peine 1% en 2015 si la tendance actuelle se poursuit.

Des navires et des avions en mauvais état

D’ici à 2015, le ministère de la Défense aura supprimé 54.000 postes, soit 17% de ses effectifs de 2009 (320 000 personnels), dont 32 000 suppressions sont déjà effectives. Sur l’année 2012, la défense, avec plus de 7000 emplois supprimés, représente même 60% des suppressions totales dans la fonction publique. Et la tendance à la sur-sollicitation financière de la défense se confirme : dans le « surgel » de 2 milliards d’euros, nouvelles économies à consentir en 2013 transmises aux ministères par le Budget, c’est encore la Défense qui est la plus touchée, avec 384 millions d’euros de crédits gelés.

Un nouveau passage à la paille de fer ne manquerait pas de dégrader encore une armée mise à rude épreuve par l’opération Serval au Mali, alors qu’elle sortait à peine du bourbier afghan. « Les cloisons intérieures de certains avions sont dans un triste état ; dans la coque de certains navires, l’épaisseur du métal n’est plus que d’un centimètre en comptant les couches de peinture ; le châssis de certains blindés montre des faiblesses », énumérait en octobre 2012 le chef d’état-major des armées Edouard Guillaud.

L’effectif de l’armée de l’air est équivalent à celui de la RATP

Si les armées ont vu leurs équipements largement renouvelés ou en passe de l’être (Rafale, hélicoptères Tigre et NH90, avions de transports A400M, blindés VBCI, panoplie du fantassin FELIN, frégates FREMM, missile balistique M51…), beaucoup reste à faire : avions ravitailleurs, drones MALE, satellites militaires, mais aussi renouvellement des blindés de l’armée de terre.

L’armée française, dont le format a été largement réduit ces dernières années, coûte-t-elle si cher? Elle affiche au contraire un bon rapport qualité-prix, mis en évidence par l’opération malienne et par quelques grands ordres de grandeur : la Force océanique stratégique (FOST), qui met en œuvre les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et les six sous-marins d’attaque (SNA), est mise en œuvre, rappelait le chef d’état-major des armées, par 3.200 marins, effectif équivalent à celui des agents municipaux d’une ville comme Montpellier. L’effectif de l’armée de l’air est équivalent à celui de la RATP. Le groupe PSA pèse en effectifs deux fois plus que l’armée de terre.

Et si l’armée française intervient plutôt plus que les armées comparables, elle coûte finalement plutôt moins cher : « En Europe, l’écart entre les efforts de défense britannique et français s’est creusé : le budget britannique restera significativement plus élevé, même après la mise en œuvre des réformes britanniques de 2010, écrivait la Cour des comptes en juillet 2012. Quant à l’Allemagne, son budget de défense tend à devenir plus important que le budget français, hors sa composante nucléaire. »

Les 3 risques que ferait courir à la France une coupe budgétaire à la hussarde

lire la suite sur Challenge