Archives par mot-clé : Bernard Monot

Le FN promet un «Franxit» sur le modèle du «Brexit»

Le parti de Marine Le Pen réclame les mêmes dérogations que celles dont bénéficie la Grande-Bretagne dans l’Union européenne.

Le Front national observe avec satisfaction le jeu politique de David Cameron à Bruxelles. Si la Grande-Bretagne menace de sortir de l’Union européenne en réclamant de nouvelles concessions de la part du Conseil européen, c’est parce qu’elle est en position de force, juge-t-on au sein du parti de Marine Le Pen. Mais les frontistes n’attendaient pas grand-chose de ce sommet européen car, pour eux, les Britanniques disposent déjà de «l’essentiel».

Monnaie, banque centrale, frontières, budget et système bancaire: selon l’eurodéputé FN Bernard Monot, les Anglais pouvaient encore espérer des «mesurettes» à Bruxelles mais en disposant déjà de cinq critères dérogatoires «extraordinaires», ils sont le symbole d’une «souveraineté» que les frontistes promettent de défendre de la même manière, si toutefois ils arrivaient au pouvoir.

Monot estime que les vrais enjeux de l’Union européenne vont au-delà de ce sommet et que finalement, si Cameron fait la une des journaux en ce moment, cela relève surtout du «marketing politique». «Il manœuvre bien», considère-t-il mais il estime que le premier ministre britannique cherche surtout à incarner une réponse aux yeux des eurosceptiques de son pays, notamment ceux situés sur l’aile dure de son parti à droite et ceux du Ukip, le parti souverainiste de Nigel Farage.

«Le Franxit sera collé au modèle du Brexit et nous réclamerons les mêmes critères que le Continuer la lecture de Le FN promet un «Franxit» sur le modèle du «Brexit»

Bernard Monot (FN) : «la fin de l’euro est inéluctable» (Vidéo-Figaro)

Invité du Talk ce lundi, l’eurodéputé FN en charge du programme économique du parti s’est exprimé sur la crise grecque et la menace d’une sortie du pays de la zone euro.


Bernard Monot: «la fin de l'euro est inéluctable» par lefigaro

De gauche le programme économique du FN ? Bernard Monot (FN) répond.

Émission à écouter, notamment sur la nouvelle donne concernant l’euro et la crise sourde qui menace les banques et donc les épargnants européens.


 

Olivier Pichon reçoit Bernard Monot responsable, avec Jean-Richard Sulzer, du programme économique du Front National. Olivier Pichon reçoit Bernard Monot responsable, avec Jean-Richard Sulzer, du programme économique du Front National

Une clarification : le programme économique du FN est-il d’extrême gauche ?

Le plein emploi : le contrôle des frontières, la souveraineté, une nostalgie des années 60 ?

Une volonté de rétablir la souveraineté économique « ni plus ni moins comme la Grande-Bretagne », car le tribut payé pour l’Euro a été trop élevé.L’euro de toute façon n’est d’ores et déjà plus une monnaie unique en raison de la politique de facilité monétaire, M. Draghi a restitué aux banques centrales nationales une partie de leur politique monétaire.

Pour un protectionnisme intelligent, restaurer la demande intérieure et aider les PME PMI, lutter pour éviter que les « pépites industrielles » ne s’évadent du territoire français

Le syndrome Chypriote risque de frapper la France !

Il n’y a pas de modèle à imiter pas même l’Argentine, cité par F. Philippot, mais des solutions de patriotisme économique à opposer à des mesures européennes qui ont démontré leur nocivité.

Bernard Monot, économiste du Front national, dans Le Grand Journal BFM Business (vidéo)

Le 26 mai, Hedwige Chevrillon a reçu Bernard Monot, économiste du Front national, dans Le Grand Journal, sur BFM Business. Chaque soir, le Grand Journal, Hedwige Chevrillon reçoit la personnalité économique du jour, qui vient commenter son actualité et donner son point de vue sur les autres événements qui ont ponctué la journée. BFMBusiness, première chaîne d’informations économiques en France.

Partie 1

Partie 2

Bernard Monot (FN) : «Valls se heurtera rapidement aux obstacles économiques»

Qui est Bernard Monot ? : Homme de l’ombre du Front national dont il est sympathisant depuis plus de vingt-cinq ans et adhérent depuis 1989, Bernard Monot est, avec Jean-Richard Sulzer (responsable de la commission économique), l’un des conseillers les plus influents au sein du FN depuis 2006. On lui doit notamment la «nouvelle doctrine» du parti, écrite en réalité depuis 2007, qui s’est construite à partir de l’anticipation de la crise de 2008. «Nous avions vu arriver le big-bang dès 2005 et c’est d’ailleurs pour cela que j’avais rencontré Jean-Marie Le Pen à l’époque, explique Bernard Monot. Nous nous inspirons très fortement de l’école autrichienne d’économie par opposition à l’école de Chicago qui nous a conduits dans la situation où nous sommes. Notre ambition repose sur une nation et une monnaie comme cela existe partout dans le monde, pour pouvoir décliner la politique monétaire et nous rendre compétitifs au niveau mondial.»

———

INTERVIEW – Conseiller économique de Marine Le Pen et tête de liste du Front national aux élections européennes (région Centre), Bernard Monot estime que le nouveau premier ministre est dans une impasse.

-

LE FIGARO. – Vous estimez que le nouveau gouvernement de Manuel Valls se trouve dans une impasse économique. Pourquoi?

Bernard MONOT. – Le premier problème est celui de la compétitivité de la France, mais aussi celle de l’Europe. Aujourd’hui, le monde entier est en situation de dévaluation compétitive – que ce soit au niveau du dollar, du yen ou de la livre sterling – et seuls les pays de la zone euro ne peuvent pas agir sur le taux de leur monnaie. Tous les gains de compétitivité que nous pourrions imaginer via les sacrifices des Français (réductions de prestations et hausses d’impôts) permettront au mieux de gagner 4%, mais cela ne vaudra jamais une dévaluation interne de la monnaie, qui permettrait de gagner immédiatement 20% de gains de compétitivité. C’est cela qui pourrait entraîner une reprise économique et un retour à l’emploi.

Vous vous interrogez également sur la possibilité pour ce gouvernement de désendetter la France. Pourquoi?

Comment vont-ils pouvoir désendetter le pays? La dette ne cesse de croître depuis quarante ans. Quant aux déficits, cela fait trente ans que la France n’a pas de budget en excédent. Malgré tous les efforts, et même si l’on atteignait un déficit zéro, nous n’avons pas encore commencé à rembourser un seul euro du stock de dette. Je rappelle que nous allons atteindre 2000 milliards d’euros!

Que pensez-vous du pacte de responsabilité? Continuer la lecture de Bernard Monot (FN) : «Valls se heurtera rapidement aux obstacles économiques»