Archives par mot-clé : BFM Business

Fact-Checking Brexit : Florian Philippot corrige Hedwige Chevrillon (spécialiste finance BFM Business)

Soit Chevrillon fait de la propagande, soit elle ne sait même pas  lire le Figaro économie… est-elle aussi nulle? Et les autres qui entonnent le même refrain, sont-ils tous des abrutis?.
Non; ils ont une mission: défendre un modèle qui nous tue…


Hedwige Chevrillon (spécialiste finance de BFM Business) affirmait hier que la bourse anglaise (FTSE) n’a pas tout regagné depuis le Brexit. Ce qui est faux comme vous pouvez le voir à la fin de cette vidéo. Non seulement elle a tout regagné, mais elle est au plus haut depuis 2015 comme l’a affirmé Florian Philippot.

Hedwige Chevrillon est rédactrice en chef du Grand Journal de BFM Business et éditorialiste BFM TV.

fig

Olivier Delamarche invité des Experts sur BFM Business (14/06/2013)

Nicolas Doze et « l’americanodolatre » Jean-Pierre Petit n’aiment pas Delamarche. Le gérant de platinium est un cassandre, un oiseau de mauvaise augure. Aussi malin que des tartufes, ils lui demandent alors des solutions pour sortir de la crise. Delamarche leur répond qu’il n’y en a pas; quand on a choisi le mauvais chemin et que l’on tombe au fond du précipice, il est trop tard pour se renseigner sur les pistes qu’il aurait fallu suivre. Les précieuses ridicules s’indignent devant tant de muflerie. Il faut dire qu’à l’époque elles ont servi de guide pour mener le troupeau à l’abattoir et qu’elles sonnaient l’hallali contre tous ceux qui ne pensaient comme elles… Nicolas Doze et « l’americanodolatre » Jean-Pierre Petit sont grotesques et se sont méchamment fait savater par un Delamarche passablement exaspéré par leur bêtise…
On le comprend. Il est en effet insupportable de voir des libéraux pur porc défendre la politique de la planche à billet et trouver normal que l’argent du contribuable serve à sauver des banques et des états corrompus…
Un jour il faudra quand même que les citoyens de ce pays s’interrogent sur les raisons qui font que l’on puisse continuer à entendre tous ces crétins alors qu’ils se sont toujours trompés…

BFM Business : Marine Le Pen a été la seule a avoir eu raison sur les prévisions de croissance. Les autres ont menti (vidéo)

Les prévisions de croissances sont fausses. Elle sont fausses depuis des années…. aux dernières élections la seule a avoir eu raison sur les prévisions de croissance 2012, on était au mai c’est Marine Le Pen. C’est la seule a avoir dit qu’il y aurait 0% de croissance…. tous les autres mentent structurellement.

Olivier Delamarche : ça fait 50 ans qu’on perd 1% tout les 10 ans de croissance

Il est temps que les gens s’aperçoivent qu’on les prend pour des cons.

Soit on va être obligé de faire un Haircut sur l’ensemble des dettes mondiales parce qu’il faudra bien y arriver un moment…. ou soit vous aurez un effondrement des monnaies parce qu’à force d’en créer elles ne valent plus rien (…) il n’y a pas de solution intermédiaire, la solution intermédiaire serait qu’on ait de la croissance mais on sait qu’on ne peut pas en avoir (…) ça fait 50 ans qu’on perd 1% tout les 10 ans de croissance. Ce n’est pas demain matin qu’on va re-basculer d’une croissance 0 à une croissance 4% comme ça par l’opération du Saint Esprit.

BFM Business : Il reste énormement d’actifs toxiques dans les banques européenes (vidéo)

Les banques italiennes sont plombées. On a même appris qu’elles produisent des comptes truqués avec la bénédiction des autorités de surveillance. Les banques espagnoles sont au plus mal, le premier ministre Rajoy est même suspecté de corruption. Le système bancaire anglais est une vaste escroquerie, le Financial Time a dernièrement révélé les magouilles entre la Barclays Banks et un fond qatari. L’Etat néerlandais vient de nationaliser le groupe bancaire et d’assurance SNS Reaal, le crédit agricole est dans le rouge avec presque 3 milliard de perte… bref, le système bancaire européen est une pétaudière.

Ce Lundi 4 février, dans l’émission les experts, Nicolas Doze avait invité Catherine Gerst, Jean-Louis Mullenbach, et Henri Pigeat pour faire un point sur les chiffres révélés par le crédit agricole. Il en ont profité pour dévoiler ce qui se cache derrière le vernis de la communication des banques..

Deuxième partie : L’euro fort

Les États sont confrontés aux monstres qu’ils ont crées.

Christian Saint-Étienne : En finir avec la médiocratie française (vidéo)

Avec son livre  » la Fin de l’euro » Christian Saint-Étienne avait mis un grand coup de pied dans la fourmilière. Avec son dernier livre « France: état d’urgence« , il espère convaincre qu’il faut en finir avec la médiocratie. Il regrette notamment la vision négative de la prise de risque véhiculée par l’école et les média. On peut ne pas partager le libéralisme têtu de Christian Saint-Etienne. Toutes ses solutions ne nous semblent pas opportunes. Mais son coup de gueule lucide vaut bien l’aveuglement Keynésien de la gauche Kleptomane que nous supportons depuis trop longtemps.

Mardi 8 janvier, lors de l’émission Good Morning Business, Stéphane Soumier a reçu Christian Saint-Etienne, économiste sur BFM Business.


La France en état d’urgence : Christian… par BFMBUSINESS

Olivier Delamarche : ” Nous allons vers un tsunami financier et économique” (vidéo)

Olivier Delamarche, du groupe Platinium Gestion, le 08 janvier 2013 sur BFM Business, met les points sur les i, dans l’émission “Intégrale Placements.

« Les marchés ne baissent pas parce qu’ils sont manipulés. Aujourd’hui nous ne sommes plus dans des marchés mais dans des décisions politiques qui fabriquent un cours qui n’a rien à voir avec les fondamentaux. On se demande comment ça peut encore marcher. »

Olivier Delamarche a raison : Les prix ne sont plus fixés par les vendeurs et les acheteurs, mais manipulés par les gouvernements et les banques centrales. C’est la conséquence d’une politique néo-Keynésien stupide et dangereuse. Le néo-libéralisme des années 80-90 fut une erreur. Le Keynésianisme de la dernière décennie va nous étouffer. Nos hommes politiques n’ont toujours pas compris qu’il ne s’agit pas d’une crise, mais d’une mutation. Un changement en profondeur de notre civilisation et de tous les modèles que nous avons connu jusqu’ici.

En complément à l’intervention de Delamarche, je vous invite à lire l’article : La mort lente du marché libre