Archives par mot-clé : Brignoles

A Brignoles, la gauche manifeste contre « la connivence UMP-FN » et la suppression des repas de substitution sans porc à la cantine

Pour les dizaines de manifestants rassemblés hier, « les mesures discriminatoires prises par la municipalité élue en mars créent une fracture ethnique, sociale et morale » à Brignoles.G. R
Pour les dizaines de manifestants rassemblés hier, « les mesures discriminatoires prises par la municipalité élue en mars créent une fracture ethnique, sociale et morale » à Brignoles.G. R

Plusieurs dizaines de personnes ont dénoncé hier la politique menée par la municipalité, notamment les suppressions du quotient familial et du repas de substitution sans porc à la cantine.

(…)

Sans aucune concertation, la municipalité a décidé de supprimer le quotient familial pour la cantine et les activités périscolaires», expliquait Djamila Mehidi, ancienne adjointe du maire Claude Gilardo, et à l’initiative du rassemblement.

« Cela implique que pour les Brignolais modestes, ces tarifs ont été fortement augmentés, tandis qu’à l’inverse ils baissent pour les familles aisées ! Bel exemple de justice sociale… », ironisait d’ailleurs l’ancien maire Claude Gilardo.

La fin des repas sans porc

Autre décision qui passe mal, « la suppression du repas de substitution, sans porc, alors qu’il existe depuis plusieurs décennies à Brignoles comme ailleurs ». Pour l’ancienne élue, « le maire parle de laïcité, mais c’est tout le contraire : la laïcité consiste à ne pas, comme ici, stigmatiser les communautés, et à leur permettre de vivre ensemble, librement ».

Dans l’assemblée, on cite d’ailleurs « une circulaire de 2011, du ministre Claude Guéant – que l’on ne peut pas vraiment qualifier de gauchiste – qui invitait les maires à ce que les services de restauration respectent les convictions des usagers ».

Pour Djamila Mehidi, « la municipalité de droite extrême impose ainsi aux Brignolais ce que même les municipalités d’extrême droite Front national n’imposent pas à leurs concitoyens ailleurs ». Elle évoque d’ailleurs « une connivence évidente ici entre UMP et FN : c’est en réponse à une demande de Laurent Lopez(élu FN d’opposition et conseiller général) que le repas de substitution a été supprimé » (1).

Selon l’association « Agir en pays brignolais », « ces mesures ont exclu de fait 300 enfants brignolais des cantines. Et le centre aéré de la Toussaint a connu une fréquentation inférieure de 50 % à celle de l’an passé. Tous ces petits Brignolais ont ainsi passé leurs vacances dans la rue… »

« Les cocus du front républicain »

En dehors des raisons de fond qui motivent ces mesures, « l’absence de concertation » est également mal digérée. « Malgré de nombreuses sollicitations, nous n’avons jamais Continuer la lecture de A Brignoles, la gauche manifeste contre « la connivence UMP-FN » et la suppression des repas de substitution sans porc à la cantine

Brignoles : la permanence du nouveau conseil général FN dégradée

Selon Laurent Lopez, le nouveau conseiller général du canton de Brignoles, dans le Var, sa permanence a été dégradée dimanche soir. L’élu du Front national s’est dit également victime de menaces et d’insultes.

« Moi, l’extrémisme, je l’ai rencontré hier soir quand j’ai été victime de menaces d’invectives, d’insultes. J’ai dû faire face aux dégradations de véhicules, de ma permanence », a-t-il déclaré ce lundi matin sur France Inter.  »Les forces de l’ordre sont en train de mener des enquêtes, des dépôts de plaintes ont été effectués », a-t-il précisé.

Laurent Lopez a remporté dimanche l’élection cantonale partielle de Brignoles, avec 53,9% des voix, devant la candidate UMP Catherine Delzers (46,1%). Il devient ainsi le 2e conseiller général FN de France après celui de Carpentras-Nord.

Source : La Dépêche du Midi

Cantonale partielle à Brignoles : Victoire du FN (53.91%), défaite du Front Ripoux-blicain

Selon BFMTV, le candidat FN a obtenu 53% contre 47% à la candidate de l’UMP soutenue par le PS, l’UDI, Les verts, le Parti communiste, Modem…

Résultats définitifs au Val

Le candidat FN, Laurent Lopez termine devant Catherine Delzers (UMP): 54,54% contre 45,46%.

 La candidate UMP, a reconnu à 19h40 sa défaite face à son concurrent du FN. « J’observerai le travail de Laurent Lopez au conseil général », a-t-elle déclaré.

(…) Var Matin

FN : après Brignoles, le tocsin sonne

lu sur Causeur

Tiens, revoilà le Front républicain…

Face à la montée du Front National et au lendemain de l’élection cantonale de Brignoles, le tocsin sonne à toute volée dans les états-majors des partis. La République est en péril et chacun d’invoquer le pacte républicain, qui correspond  au code de bonne conduite des élus politiquement présentables.  La Gauche, de marteler qu’il faut absolument dresser en sus un front républicain pour faire échec si nécessaire  à l’intrus. Bien entendu, le pacte républicain, comme le Front républicain, sont censés reposer sur des valeurs républicaines dont, comme de juste,  les seuls partis de pouvoir ou de coalition détiennent l’absolu monopole. Pourtant, si dans l’esprit de la plupart des nos concitoyens ces valeurs demeurent encore vivantes, force est de reconnaître qu’elles sont aujourd’hui bien mal en point. Qu’on en juge plutôt !

On commencera par le contournement sournois de la volonté du peuple français par la triple collusion de l’Exécutif, du Parlement et, dans une moindre mesure, du Conseil constitutionnel pour faire échec au Non des Français au referendum de 2005 sur l’adoption d’une nouvelle constitution européenne. Cela fait partie des trahisons qui marquent. Toujours à propos de représentation nationale, on comprend mal comment un parti qui réunit à grand peine moins de 5% des suffrages de la Nation réussit à avoir quasiment vingt fois plus de députés qu’un mouvement qui mobilise régulièrement près d’un électeur sur six. De même, comment le principe républicain d’égalité se conjugue-t-il avec le monopole de la représentation syndicale qui aboutit à ce que seule compte ou presque la voix de  8 % des salariés (surtout publics) , quand les 92% qui restent (surtout privés !)  sont pratiquement réduits au silence. Enfin, comment ose-t-on prétendre conduire démocratiquement le processus de réforme des retraites, sans que 16 millions de retraités puissent déléguer un seul représentant ni au Conseil d’orientation des retraites, ni au Conseil économique, social et environnemental ?

Le Conseil constitutionnel, lui-même, dont on vient de célébrer en grande pompe le 55ème anniversaire avec celui de la Constitution, n’échappe pas davantage à la critique. C’était, on l’a vu,  avec son aval complaisant que le pouvoir put en 2008 mettre à la corbeille le referendum de  2005.  Mais dix années avant, le Conseil avait déjà sciemment validé les comptes de  deux candidats à la présidence, en sachant parfaitement qu’ils étaient pour l’un parfaitement faux et pour l’autre gravement irréguliers. C’est encore ce même Conseil qui avait cru pouvoir le 30 juillet 2010 “louvoyer” avec l’illégalité flagrante de l’ancienne procédure de garde à  vue en fixant  à l’Exécutif  pour la régulariser un délai de rien moins que 11 mois  qu’il n’était normalement pas au pouvoir du juge d’accorder.

La laïcité, l’une des valeurs-phare de notre République, se fissure sous les coups de boutoir de ceux qui y voient un obstacle à leurs ambitions prosélytiques ou pas. Il est patent désormais qu’en violation des règles européennes,  une bonne partie  des abattages se font sur notre sol  selon le rite hallal, alors que la population musulmane ne représente pas 1/5 de la population française et qu’en son sein, les tenants purs et durs d’un  islamisme radical sont encore infiniment moins nombreux. L’interdiction du voile ne franchit pas la porte de nos universités, comme si ces dernières bénéficiaient par rapport à la République d’un privilège d’extraterritorialité. Et que dire de ce qui subsiste encore des horaires “aménagés” de certaines  de nos piscines, des menus “alignés” de nos cantines scolaires,  des pans entiers de notre histoire que nos enseignants ne peuvent plus aborder sans mettre leurs classes en ébullition ou encore de ces admissions hospitalières en urgence qui s’opposent à l’intervention d’un soignant masculin ?

Que dire aussi de l’attaque en règle contre les familles ? De l’ambition exorbitante d’une Continuer la lecture de FN : après Brignoles, le tocsin sonne

Cantonale partielle à Brignoles : FN 40%, gauche éliminée

Intervention de Laurent Lopez (candidat FN) sur BFM TV

Réaction de Florian Philippot : Nous sommes aujourd’hui le premier parti de France

Sur les déplacements de Vall contre le FN :

Il y a à la tête du pays des responsables qui sont uniquement dans la com, et qui n’hésitent pas à dépenser l’argent de l’État pour faire une tournée électorale. Est-ce qu’on attend aujourd’hui du ministre de l’intérieur en titre qu’il s’occupe de l’élection d’un député maire sortant à Forbach, et qu’il fasse la campagne du Parti Socialiste ? ou est-ce-qu’on attend de lui qu’il lutte contre l’insécurité, la délinquance et la criminalité…

Addendum : Marine Le Pen, réagit au résultat de Laurent Lopez, lors de l’élection cantonale partielle dimanche dernier à Brignoles

Il est à noter que le candidat d’extrême droite du Parti de la France appelle lui aussi à voter pour… l’UMP. Ce qui veut dire que le fameux front républicain va de l’extrême gauche néo-stalinienne à l’extrême droite en passant par l’UMPS mondialiste et immigrationiste. Ce n’est donc pas un front républicain mais un vrai front de Ripoux-blicain.

– – – – – – – – – – – –

 

Le candidat du Front national obtient près de 40% des voix. La gauche est éliminée. Continuer la lecture de Cantonale partielle à Brignoles : FN 40%, gauche éliminée