Archives par mot-clé : bulle obligataire

Dettes d’État : la BCE pointe le risque de bulle financière

Et oui les taux d’intérêts sont trop bas pour être honnêtes… et comme ils sont bas, les zozos qui nous gouvernent se gavent, sauf qu’au coin de la rue c’est une bulle obligataire qui risque de leur péter à la gueule…..

Super Mario a promis de l’oseille aux marchés. Sauf qu’il va se contenter de baisser les taux directeurs qui sont déjà au plus bas. Cela n’aura donc aucun effet. Les marchés seront alors très déçus…. quelle sera leur réaction???

—–

Francfort redoute un retournement brutal sur le marché obligataire.

La Banque centrale européenne (BCE) met clairement en garde les banques contre le risque de retournement sur le marché des dettes d’État de la zone euro, dans son rapport semi-annuel sur le risque de stabilité financière, publié mercredi. «Les préoccupations concernant la formation de déséquilibres et la possibilité d’une remise en cause brusque et désordonnée des flux d’investissement récents s’intensifient», avertit l’institution de Francfort.

Jamais les gouvernements de la zone euro n’ont emprunté si bon marché. Le regain de tension sur le marché obligataire constaté à la veille des élections européennes a été oublié. L’Italie, l’Espagne et le Portugal s’endettent à moins de 3 % à dix ans, du jamais vu depuis la création de l’euro! Malgré ses déboires économiques et politiques, la France s’endette à 1,7 % sur dix ans, au plus bas depuis 2000, si l’on exclut une fenêtre d’emprunt à 1,6 %, mi-2013.

En privé, les responsables de banques centrales s’inquiètent depuis plusieurs semaines du risque de retournement sur ce marché des dettes publiques, en raison d’une croissance plus faible, dans un contexte de ralentissement persistant en Chine et de crise en Ukraine.

Une hausse des taux d’emprunt d’État serait risquée pour les gouvernements aux finances publiques les plus fragiles, comme la France ou l’Italie. Un crack obligataire serait également très dommageable pour les bilans des banques, premières acheteuses de dettes d’État.

 

Mais les banques commerciales ont pris les devants en renforçant leurs capitaux propres depuis le troisième trimestre, un effort dont se félicite la BCE.

L’euro en baisse

Si l’institution monétaire tire la sonnette d’alarme sur la bulle obligataire, qu’elle a elle-même nourrie en abreuvant les marchés de liquidités, c’est aussi et surtout parce qu’elle veut inciter les banques à prêter davantage au secteur privé au lieu d’acheter des obligations d’État. «La BCE redoute aussi que ces dettes très bon marché ne découragent les efforts de réformes en zone euro», indique Gilles Moec, de la Deutsche Bank. Du coup, la BCE serait réticente à se lancer dans une politique d’assouplissement quantitatif, qui reviendrait à racheter de nouvelles dettes d’État, en échange de création monétaire, ce qui ferait mécaniquement baisser les taux. Mario Draghi pencherait plutôt pour une baisse du taux directeur ou pour des injections de liquidités conditionnées au volume de crédits, comme cela se fait au Royaume-Uni.

Alors que l’euro baisse face au dollar, – il est à son plus bas niveau depuis 4 mois – Continuer la lecture de Dettes d’État : la BCE pointe le risque de bulle financière

Assurance-vie : la menace d’une bulle obligataire plane sur les fonds en euros

On vous l’a souvent dit sur ce blog, l’épargne des français est fortement exposée à la dette de l’Etat. L’ensemble des produits d’épargne sont constitués d’obligations émises en euro. Une situation qui exposent les français à la bulle obligataire qui gonfle, gonfle, gonfle… jusqu’au jour où elle fera boum… et là ça va pas être jolie à voir ! Pour sauver votre épargne, achetez de l’OR physique et investissez dans la pierre.

– – – – – – – – –

bulle

Les Français qui investissent massivement dans les fonds en euros de l’assurance-vie pour la sécurité offerte par ces placements savent-ils que, finalement, ils prennent des risques ? Selon nos calculs, réalisés sur une trentaine de sociétés d’assurance-vie, les actifs des fonds en euros sont investis en moyenne à 81 % sur des obligations, 9 % sur des actions, 5 % sur de l’immobilier et 4 % sur du monétaire.

Les Français ayant 85 % de fonds en euros dans leurs contrats d’assurance-vie, la sécurité de leur épargne est donc fortement corrélée à celle des obligations. Or leurs rendements sont anémiques. L’obligation assimilable du Trésor (OAT) à dix ans évolue aujourd’hui à 1,73 %, et du côté des entreprises il faut désormais sélectionner des sociétés notées BBB par les agences, c’est-à-dire présentant un certain risque, pour obtenir un rendement de 3 %.

BULLE OBLIGATAIRE

Ces taux anormalement bas conduisent à la constitution d’une « bulle obligataire ». Concrètement, il suffirait de tensions au Continuer la lecture de Assurance-vie : la menace d’une bulle obligataire plane sur les fonds en euros