Archives par mot-clé : catholique

Vincent Peillon opposé à la politique de Manuel Valls contre le port de burkini sur les plages

Peillon est un franc maçon cathophobe. Son objectif: Supprimer définitivement de l’identité française toute notion culturelle à la chrétienté.

Rappel:

Vincent Peillon : « La laïcité est une religion »

« on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique »
(2008)

Marion Maréchal-Le Pen : « Rencontrer d’autres catholiques est important pour moi »

Source: Famille Chrétienne

À la veille de l’université d’été catholique de la Sainte-Baume, la députée du Vaucluse revient sur la polémique concernant l’attitude de l’Église vis-à-vis du Front National. Elle se félicite du caractère décomplexé de la nouvelle génération catholique et aussi de leur capacité de dialogue sur l’essentiel au delà des étiquettes partisanes.

Votre invitation à l’université d’été catholique de la Sainte-Baume a fait couler beaucoup d’encre. Pourquoi?

La question est derrière nous. Les seules personnes choquées par cette affaire sont les journalistes ! C’est une illustration de la fracture entre le monde médiatique et le monde réel. Pour le public catholique du Var la question ne se pose plus ! C’est pourquoi je n’ai pas hésité une minute à répondre positivement à l’invitation. Ce qui est remarquable dans ce rassemblement, c’est la volonté de voir ce qui nous rassemble avant de focaliser sur ce qui nous divise.

Quel est le symbole en jeu dans votre présence ?

Ma présence à l’université de la Sainte-Baume marque un changement générationnel. Nous sommes face à une génération décomplexée par rapport à leurs aînés. Les jeunes catholiques ne s’encombrent plus avec l’autocensure et la culpabilité. Ils en ont assez de devoir en permanence s’excuser. Ils sont libres et veulent sortir du malaise. Les chrétiens en politique avaient pris l’habitude de se faire discrets de peur d’être taxés de conservateurs. Ils étaient diabolisés. Cette évolution n’est d’ailleurs pas propre aux catholiques, elle touche toute la société française.

Pourtant les jeunes catholiques ne sont pas toujours bien vus en 2015 ?

Les catholiques ont été victimes de christianophobie à la Révolution française. Après un temps d’accalmie, ce phénomène est en train de revenir. J’observe une forme d’agressivité manifeste à leur égard. Cela pousse la nouvelle génération à agir. Ces jeunes catholiques, qui appartiennent souvent à des milieux aisés, ont conscience d’appartenir à l’élite de demain. Ils veulent se donner les moyens de se former et d’agir.

Je ne suis pas d’accord à 100% avec la ligne du FN.
Je pense à une question comme la peine de mort par exemple.

Certains veulent un Mai 68 à l’envers. Est-ce votre horizon ?

Continuer la lecture de Marion Maréchal-Le Pen : « Rencontrer d’autres catholiques est important pour moi »

Belgique : des musulmans agressent un homme portant une croix

À Essen [banlieue d’Anvers], des musulmans se sont rendus coupables de violences ce dimanche à la terrasse d’un café. Ils ne toléraient pas de voir la croix que portait un diacre sur ses vêtements et l’ont agressé verbalement. La situation s’est compliquée quand le patron du café s’est interposé. 

Le diacre Léo Van Gink était assis à la terrasse d’un café  lorsque des musulmans qui avaient remarqué la croix sur son costume l’ont traité de pédophile. «Je leur ai demandé de s’en aller » déclare Richard Arnouts, le patron du café, sur son lit d’hôpital. Les musulmans n’ont pas obtempéré et se sont mis à le frapper.

L’homme est en ce moment à l’hôpital avec une vertèbre cassée. Ils ont également blessé quatre autres personnes. “Ma femme a le petit doigt cassé, mon beau-frère a le tympan déchiré et la cheville foulée” explique Arnouts. Le diacre, lui aussi, en état de choc, a été conduit à l’hôpital. L’incident s’est terminé à l’arrivée de la police. Les coupables ont été arrêtes. La police se refuse à tout commentaire. »

Lu dans le Salon Beige . Traduction de cet article néerlandais – Merci à Ramir

Les Églises, complices actives du « Grand Remplacement »

De plus en plus, on dénonce le « grand remplacement » qui est en train de s’opérer chez nous. À comprendre l’arrivée sur notre sol des millions d’individus poussés hors de leurs frontières par une misère toujours plus grande. Mais curieusement, on n’entend rien ou presque sur la surpopulation. Rien ou personne qui ose dire que si l’on ne peut « accueillir ici toute la misère du monde », c’est parce qu’on ne peut non plus accueillir là-bas toutes les bouches à nourrir. Enfin, rien ou personne qui ose dire que les Églises, dans leur ensemble, sont les complices actives des menaces vitales que fait peser sur la planète une démographie galopante.

L-Eglise-bresilienne-compte-sur-les-JMJ-pour-rajeunir_article_popin

Certes, on accuse les musulmans de vouloir, par le terrorisme, imposer l’islam au monde. C’est absurde, et c’est oublier que l’Église catholique et romaine fit autrefois, elle aussi, le grand rêve messianique et missionnaire d’une planète chrétienne. Les Églises, organisations humaines s’il en est, font encore ce rêve, mais quand elles comptaient autrefois les âmes à sauver et les sauvages à convertir, elles parlent aujourd’hui ouvertement d’acquérir des parts de marché. Les JMJ – ces « Woodstock d’un genre nouveau », comme on dit sur ce site –, lancées par un Jean-Paul II qui n’en faisait pas mystère, sont aussi une entreprise de reconquête face aux évangéliques dont le pragmatisme financier et les pratiques hautement festives gagnent chaque année du terrain.

Du coup, certains se félicitent de voir prospérer, au milieu d’une Asie musulmane ou bouddhiste, un archipel catholique : les Philippines. Ce pays qui comptait 77 millions d’habitants en 2002 en a plus de 98 millions aujourd’hui, dont des hordes de crève-la-faim. L’Église et ses prélats, qui là-bas règnent en maîtres, interdisent tout contrôle des naissances. La simple contraception y est passible de prison. Le taux de natalité est aux Philippines de 24,89 %, et la mortalité infantile y atteint 22,81 %. À ce régime, le pays voit chaque année sa population s’accroître de 2 millions de personnes, soit autant de futurs miséreux.

Conséquence logique : l’archipel philippin est désormais le premier exportateur mondial de main-d’oeuvre, avec le soutien des gouvernements successifs qui voient dans le bradage de la population une source de devises considérable sur laquelle ils se sucrent avec la complicité d’une partie du clergé.

La population mondiale était de 1,76 milliard en 1900. C’est très exactement l’estimation de la seule population de l’Inde à l’horizon 2060. Les prévisions de l’ONU tablent sur une augmentation de 250 % des pays « à fécondité élevée » à la fin de ce siècle, contre 26 % environ pour les pays à « fécondité intermédiaire ». Quant à notre vieille Europe, elle verrait, elle, ses populations autochtones décroître de 20 %.

Le premier milliard de terriens a été atteint en 1800. Le second en 1930. Le troisième en 1960. Le quatrième en 1975… et le dixième sans doute vers 2060. Alors, on continue de fermer les yeux ?

Source: BVoltaire

L’Église et l’État font mauvais ménage

Bien que athée et républicain, il me semble intéressant que des croyants plus courageux que la moyenne fassent entendre leur voix… et particulièrement quand leurs discours s’opposent au laïus de nos bien-pensants.

Tel est le cas de ce texte lu sur le site causeur et rédigé par le bloggeur Fromage Plus

De tout temps, la République s’est attaquée aux religions. Et surtout à une

Le 12 septembre, Manuel Valls affirmait : “S’attaquer à une religion, c’est s’attaquer à la République”. La veille, une mosquée de Limoges avait retrouvé ses portes souillées d’excréments.
Le 14 septembre 2012, le même Manuel Valls sortait d’un entretien avec Monseigneur Barbarin et déclarait au sujet du mariage homosexuel : “L’opinion est mûre et favorable à cela, nous parlons là de mariage civil, il s’agit là d’une évolution majeure pour la société, c’est un engagement du président de la République. Personne ne doit se sentir atteint dans sa conviction. Cette loi s’imposera à tous”.
Entre les quarante-huit heures qui séparent ces deux faits, un incroyable bouillonnement de mensonge s’est déchaîné sous le ciel de France.

Le premier mensonge est assez facile à débusquer : il est de l’ordre de la vérité historique. Sachant ce que la République inflige à la religion depuis 1789, il est scandaleux d’entendre Valls claironner que “S’attaquer à une religion, c’est s’attaquer à la République”. Les républicains sont les grands champions du massacre de religieux, par la chair et par l’esprit. En France, mais aussi au Mexique, en Espagne ou en Russie, le bilan est extrêmement lourd dans les paroisses et les monastères qui ont vu passer la République. La répression antireligieuse qui s’abat aujourd’hui très durement sur le christianisme possède une nature idéologique diffuse et insidieuse qui nous baigne dans l’idée que les cathos sont ringards, coincés, pédophiles, responsables de l’épidémie de Sida en Afrique, etc. Bref, tout cela entretient soigneusement un discrédit malhonnête sur l’Église.

Ce qui est assez amusant, c’est qu’aucun Mélenchon ni aucun Poutou ne s’est levé pour signaler l’erreur de Valls. Moi, si j’étais un bon Mélenchon, j’aurais sauté sur l’occasion pour bouffer du Valls ; j’aurai dit quelque chose du genre “Cet âne de Monsieur Valls prétend que s’attaquer à une religion c’est s’attaquer à la République, or je rappelle tout de même à ce monsieur à cravate crème que, justement, la grandeur de la République repose sur des fondements qui sont, non pas la superstition archaïque telle qu’on l’admettait sous l’Ancien Régime, mais la Raison, les Lumières, n’est-ce pas ! Et il est donc du devoir naturel de la République de chasser la religion et les religieux, de s’opposer le plus fermement possible à leur obscurantisme ! Monsieur Valls fait des effets de moulinets pour noyer le poisson et détourner les citoyens de la vraie question qui est celle des inégalités.” Mais je ne suis pas Mélenchon.

Le second mensonge est beaucoup plus subtil : Valls affirme qu’il est d’une certaine façon indigne que la République s’attaque à une religion ; or, en faisant la promotion du mariage homosexuel, il s’attaque clairement à un fondement chrétien majeur de notre société.
La subtilité de ce mensonge n’est pas évidente pour tout le monde, car la République, en s’appropriant les lois du mariage pour déshabiller l’Eglise et se revêtir de ses effets, s’escrime à faire oublier le véritable propriétaire du mariage monogame, hétérosexuel, fidèle, à secours mutuel des conjoints dans l’épreuve, à consentement libre et bilatéral, devant témoins, à but d’éducation responsable et exclusive de sa progéniture, et consigné dans un registre sous l’autorité d’un officier qui rend l’acte social, public, et historique. Parce que le détenteur de ce copyright-là, c’est tout simplement l’Église.

Priés de croire qu’ils vivent dans un système universel infiniment supérieur à tous les autres régimes, notamment grâce à l’invention de la laïcité, les Français ne se rendent absolument plus compte que le mariage civil est la photocopie en noir et blanc d’une institution profondément chrétienne.

Pourquoi cet oubli ? Parce que l’Église a mangé son chapeau en se pliant devant la République. La communauté musulmane de France pratique de façon régulière le mariage religieux hors de tout mariage civil, ce que, docilement, l’Église catholique ne commet pas par goût de l’honnêteté et refus petit-bourgeois du scandale. Je ne dis pas que les musulmans ont raison, mais il est clair qu’ils ont beaucoup moins l’intention de se laisser déposséder de leurs coutumes et de leurs convictions que ne l’ont consenti les chrétiens depuis ces deux derniers siècles.

Si le mariage homosexuel est sur le point d’être instauré, je crois que la faute en revient hélas largement à l’Eglise elle-même, et ce pour deux raisons majeures : Continuer la lecture de L’Église et l’État font mauvais ménage