Archives par mot-clé : Champs-Élysées

Paris : un fiché S arrêté sur les Champs-Elysées. Était-il en repérage ?

L’homme, domicilié dans le XIe arrondissement est connu des services de police et de renseignement pour être «en relation avec la mouvance islamiste radicale d’Île-de-France».

Que faisait-il à 23h50 à déambuler, «nerveux», capuche sur la tête, sac sur le dos, entre la station de métro Champs-Elysées, le commissariat de police à côté, et les jardins sur l’avenue ?

Ce jeudi, un homme fiché S (sûreté de l’Etat), 43 ans, est en garde à vue au commissariat du VIIIe arrondissement de Paris. Mercredi soir, soit une semaine après l’assassinat terroriste du gardien de la paix Xavier Jugelé, quasiment au même endroit, «les policiers ont été vigilants», résume une source policière. Les fonctionnaires ont vu l’individu «stopper à plusieurs reprises face à l’entrée du commissariat avant de reprendre ses allers et retours».

[…] Il a déjà été condamné à six mois de prison pour «menace de crime/délit contre des personnes/biens à l’encontre de chargé de Continuer la lecture de Paris : un fiché S arrêté sur les Champs-Elysées. Était-il en repérage ?

FLN et Việt Cộng sur les Champs-Élysées le 14 juillet : merci François !

Dans de récents courriers aux associations d’anciens combattants, le secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants (SEDAC), Kader Arif, confirme que François Hollande a invité l’armée nationale populaire algérienne (ANPA) ainsi que l’armée de la république socialiste du Vietnam à défiler sur les Champs-Élysées à l’occasion du 14 Juillet, pour commémorer la participation de ces pays (et une soixantaine d’autres) au premier conflit mondial.

feminisme-boulevard-voltaire-565x250Si l’on peut voir dans cette démarche de nombreux symboles tout à fait louables (volonté d’apaisement, souhait de réconciliation, paix entre les peuples…), n’oublions pas qu’en 1914-1918, les soldats « algériens » étaient français au même titre que les Sénégalais, les Soudanais, les Tonkinois, les Malgaches, etc. Que le drapeau tricolore leur a servi de linceul.

Car l’inconvénient est que, dans tous ses courriers, le SEDAC semble limiter la qualité de soldats « algériens » aux seuls autochtones musulmans, niant au passage la francité des combattants de 14-18 (et de 39-45) et niant aussi leurs origines multiculturelles : kabyles, juifs, chrétiens, etc. Pourquoi donc faire une différence et tenter de réécrire l’histoire ?

Pis. L’ANPA, qui n’est autre que la reformulation de l’armée de libération nationale du FLN, a renié la francité de ces morts pour la France en allant jusqu’à effacer leurs noms des monuments aux morts après l’indépendance de 1962 ! Pour eux, ces soldats ayant combattu sous l’uniforme français étaient des traîtres !

Ajoutons à cela que jamais le FLN et son armée de libération n’ont respecté les lois et règles de la guerre, multipliant les actes de cruauté et de barbarie.

Et comme par un malheureux hasard du calendrier, alors que la France vient de se souvenir de Điện Biên Phủ, le 1er novembre 2014 coïncidera avec le 60e anniversaire de la Toussaint sanglante.

Vous voyez les États-Unis inviter Al-Qaïda à défiler dans les rues de New York ou Washington en 2061 ? Et pendant qu’on y est, pourquoi ne pas demander à l’Amicale des anciens de la division « Das Reich » de venir se joindre au cortège ?