Archives par mot-clé : chiffres de la délinquance

Sur-délinquance ? C’est la sur-immigration qui l’explique !

Au premier trimestre 2014, les faits de violence ont augmenté de 6 % par rapport au premier trimestre 2013. 8 %, même, pour les actes de violence « gratuits ».

Le-boom-de-la-delinquance-feminine_article_landscape_pm_v8Il n’y a pas lieu d’être surpris. Depuis 40 ans, les violences contre les personnes ne cessent d’augmenter, passant de 100.000 à 500.000 par an.

Tous les plans annoncés, toutes les lois votées ont échoué à enrayer ce phénomène. Pour une raison simple : personne ne veut en analyser l’origine. Les vraies causes, les voici : il y a de plus en plus de délinquants, de moins en moins de policiers opérationnels, et le nombre de places de prison n’a pas évolué.

Disons les choses : la délinquance n’est pas également répartie sur le territoire.

Là où il y a sur-immigration, il y a sur-délinquance : d’après le SIRASCO (service statistique de la police judiciaire), les trois quarts des bandes criminelles sont étrangères ; plus de 20 % des détenus sont de nationalité étrangère ; plus de 50 % sont musulmans ; moins d’une place de prison sur trois est occupée par un Français de souche. La montée de la délinquance violente est donc la conséquence arithmétique de la poursuite de l’immigration et de son extension en provenance de nouvelles zones géographiques (les Balkans, par exemple).

Dans le même temps, les effectifs de policiers et de gendarmes sont restés stables mais leur productivité a considérablement diminué :
– dans les « zones sensibles » (y compris le centre de Paris !), les patrouilles à deux ont été remplacées par des patrouilles à 3 ou à 4, voire davantage ;
– et comme le Code pénal a triplé de volume, les procédures sont plus lourdes et plus complexes ; il faut donc davantage d’hommes pour arriver à monter les dossiers.

La construction de prisons n’a pas, non plus, suivi la croissance de la population, encore moins celle des banlieues de l’immigration. Or, si la prison n’est pas la panacée, elle a au moins un mérite incontestable : elle réduit à zéro l’activité délinquante (hors les murs, en tout cas) des détenus. Plus il y a de délinquants à l’ombre, moins il y en a dans la rue. La société multiraciale américaine survit en emprisonnant en permanence plus
de 2 millions de personnes ; dans ce que certains considèrent comme le « modèle américain », 2 % des jeunes hommes noirs sont derrière les barreaux.

À partir d’un bon diagnostic, arrêter la hausse de la délinquance violente est donc possible. Voici quelques remèdes simples : Continuer la lecture de Sur-délinquance ? C’est la sur-immigration qui l’explique !

Sarkozy a-t-il fait maquiller les chiffres de la délinquance ?

Les statistiques de la délinquance à Paris ont été amoindries et maquillées pendant des années au sein même de la préfecture de police, accuse un rapport officiel de l’Inspection générale de l’administration, dont l’AFP et Europe 1 ont pu consulter lundi des extraits.

sarkozy-menteur-300x300C’est un rapport « très sensible », selon plusieurs sources policières, que l’Inspection générale de l’administration (IGA) vient de boucler. Commandé par le préfet de police de Paris Bernard Boucault en septembre 2012, il avait pour objet d’établir un état des lieux des pratiques d’enregistrement des faits de délinquance à Paris et dans la petite couronne. Mais les auteurs de ce rapport, en se plongeant dans les méandres du recueil statistique policier, ont mis à nu un système mis en place depuis plus d’une dizaine d’années et monté en puissance à partir de 2008, visant à minorer la délinquance.

Minoration des faits (un cambriolage enregistré comme une dégradation par exemple), report (les services stoppent l’enregistrement des plaintes avant la fin du mois), ou même destruction pure et simple de certains faits, sont pointés comme les principales techniques utilisées.

Le rapport évoque notamment près de 16.000 faits de délinquance disparus en 2011 à Paris, selon une source proche du dossier. A l’époque, la préfecture de police de Paris était dirigée par Michel Gaudin, un fidèle de l’ex-président Nicolas Sarkozy. […]

7sur7

UMPS : Quand Manuel Valls reprend les mêmes arguments de Guéant qu’il critiquait en 2012.

Rappel: c’est l’UMPS qui prône la libre circulation des biens, des personnes, et des capitaux. C’est l’UMPS qui a milité pour l’élargissement de l’Europe aux pays de l’Est, et l’ouverture totale des frontières. S’en souvenir le jour du vote….

Valls hier en 2012

valls tweet gueant

Valls, aujourd’hui ministre de l’intérieur en 2014, qui doit trouver des arguments pour justifier ses mauvais résultats :

Le ministre de l’Intérieur a commenté jeudi matin les chiffres de la délinquance. Selon Manuel Valls, « la montée du sentiment d’insécurité est liée à des réseaux qui viennent de l’est de l’Europe et des Balkans, qui écument notre pays, en s’installant parfois durablement en France » a-t-il déclaré alors en déplacement à Melun, à la Sureté départementale.

Délinquance : les résultats de Manuel Valls sont calamiteux.

Les résultats de Valls sont pitoyables. La délinquance explose, les cambriolages atteignent un record (+ 14 dans les campagnes et la périphérie des villes) et le nombre d’expulsions de clandestins est en nette diminution. Et que fait le ministre de l’intérieur pour remédier à cette escalade ? :

– Il s’organise une petite tournée de propagande financée par les contribuables dans les villes où le FN peut gagner aux prochaines municipales (Carpentras, Forbach, Sorgues… et ce Week-end à Hénin-Beaumont)

– Il traque Dieudonné qu’il a lui même désigné comme l’ennemi numéro Un de la République au nom de son attachement à Israël et sous les injonctions du Crif.

Le plus pathétique c’est que Manuel Valls attribue la hausse des cambriolages à «des groupes venus d’Europe de l’est». Imaginez ce qu’aurait dit la presse si cette déclaration avait été faite par Marine Le Pen.

Mais dites moi, ce n’est pas Valls et ses amis socialistes qui étaient, et sont toujours, de farouches défenseurs de l’Europe sans frontières, de l’élargissement de l’Europe aux pays de l’EST, de la libre circulation des hommes et des marchandises…et ce n’est pas le PS qui soutient l’opposition pro-européenne en Ukraine ??????

Amis de gôche, vous n’avez toujours pas l’impression que vous vous faites balader par des minables ?

——–

BILAN2013-VALLSL’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales a publié jeudi son bilan chiffré de la délinquance en 2013.

En 2013, par rapport à 2012, selon le bilan annuel de l’ONDRP — l’organisme livrant les statistiques de la police et de la gendarmerie — il y a eu une hausse de 6,4% des cambriolages en zone (urbaine) de la police et + 4,7% en zone (rurale) de la gendarmerie. Ceux ayant visé les habitations principales ont respectivement augmenté, dans ces mêmes zones, de 7% et de 1,3%. Ceux des résidences secondaires de 10% et 17,7%.

La hausse des cambriolages était déjà très importante en 2012 et était une priorité de Continuer la lecture de Délinquance : les résultats de Manuel Valls sont calamiteux.

Les vrais chiffres de la délinquance du 14 juillet (Exclusif Le Point)

Le Point.fr a pu consulter les chiffres officiels concernant les faits délictueux du week-end dernier. 21 fonctionnaires de police ont été blessés près de Paris.

Au lendemain de chaque 14 juillet se pose le même dilemme au ministre de l’Intérieur, qu’il soit de droite ou de gauche : doit-il publier les chiffres des incidents et des arrestations survenus au cours de la nuit de la fête nationale ?[…]

Si aucun bilan n’a été délivré concernant les faits délictueux du week-end dernier, est-ce alors parce que les chiffres ne sont pas à l’avantage du ministre ? […]

Selon des documents officiels que le Point.fr a pu consulter, 21 fonctionnaires de police ont été blessés à Paris et dans les trois départements limitrophes de la capitale (92, 93, 94) au cours de la soirée. En 2012, le bilan faisait état de 3 policiers malmenés dans l’exercice de leurs fonctions.

Le nombre de véhicules incendiés a augmenté de 30 % par rapport à 2012, passant de 196 à 256 en 2013.

Les tirs de mortier et les jets de projectiles sur les agents de la force publique se maintiennent à un niveau élevé.

On a dénombré 386 faits de caillassage, mais surtout 337 tirs de mortier contre 210 l’an dernier.

Les pétards tirés au mortier font de plus en plus de dégâts : si les utilisateurs peuvent y perdre leur main, ces gros pétards peuvent aussi déclencher des incendies. À Suresnes (92), cette nuit-là, un tir de mortier sur le toit d’un immeuble a provoqué l’incendie de deux appartements.

À Aulnay-sous-Bois, les forces de l’ordre ont été visées par une vingtaine de tirs de mortier ainsi que des cocktails Molotov. Les policiers se sont dégagés en tirant au Flash-Ball.

Par rapport aux festivités des 13 et 14 juillet 2012, le nombre d’interpellés a diminué de près de 30 %, passant de 543 à 387.

Les individus arrêtés l’ont été principalement pour des vols aggravés ou simples et pour des jets de projectiles sur les fonctionnaires de police. De même, il y a eu, selon les statistiques officielles, 294 personnes placées en garde à vue contre 330 l’an dernier. Au vu de ce bilan, on peut comprendre que le ministre de l’Intérieur n’ait pas opté pour la transparence.

Le Point