Archives par mot-clé : chrétien

Égypte : attaque d’un bus transportant des chrétiens, au moins 26 morts et 27 blessés


Au moins 26 personnes ont été tuées vendredi en Égypte dans l’attaque par des hommes armés d’un bus transportant des chrétiens coptes qui se rendaient dans un monastère. Le bilan fait également état d’une vingtaine de blessés. L’attaque s’est produite dans la province de Minya, à environ 200 km au sud du Caire.

Les victimes « se rendaient dans un monastère de la province de Minya« , précise Éric de Lavarene, le correspondant de France 24 dans le Continuer la lecture de Égypte : attaque d’un bus transportant des chrétiens, au moins 26 morts et 27 blessés

Evelyne Joslain: « Obama était plus Musulman que Chrétien,n’a pas voulu parler d’islamisme radical.

Tuerie dans l’Oregon : «Levez-vous si vous êtes chrétien» (Maj: le coupable métis s’est inspiré du tueur antiblanc Vester Flanagan)

Silence total des média….

CQTYLCtWwAA_L9M

Le tireur du college de l’Oregon a fait l’apologie de Vester Flanagan, le tireur ayant abattu ses anciens collègues en direct, car ses actions l’ont rendu célèbre, écrivant: « Les gens comme lui ont perdu toute raison de vivre ».

(…) Daily mail

 

«Levez-vous si vous êtes chrétien». Racontée sur CNN par le père d’une étudiante gravement blessée, la scène glaçante se déroule jeudi matin à l’université de Roseburg, dans l’Oregon. Armé de trois pistolets et d’un fusil automatique, un homme vient de pénétrer dans une salle de classe et d’abattre le professeur d’une balle dans la tête. Pris de panique, les étudiants se jettent au sol, cherchant un abri illusoire derrière une table ou un sac à dos.

Tout en rechargeant l’une de ses armes, le tireur ordonne alors aux chrétiens de se lever. «Bien, parce que vous êtes chrétien, vous allez voir Dieu dans une seconde», lance-t-il avant d’ouvrir le feu.

Pour la 45e fois depuis le début de l’année, une fusillade a éclaté dans l’enceinte d’un établissement scolaire américain, faisant au moins dix morts et sept blessés, dont trois graves. Il était 10h38, heure locale, lorsque les premiers coups de feu ont retenti. «J’ai entendu un « pop », presque comme un ballon qui éclate. J’ai compris que quelque chose n’allait pas. Nous avons fermé les portes, éteint les lumières, a raconté sur CNN une étudiante, Cassandra Welding, qui se trouvait dans une salle de classe voisine de celle où la fusillade a débuté. Nous avons appelé les secours et appelé nos parents, nos proches. Nous ne savions pas ce qui allait se passer, si c’était nos derniers mots ou pas».

L’homme qui a tué au moins 13 personnes jeudi sur le campus d’une université de l’Oregon a demandé aux étudiants leur religion avant d’ouvrir le feu, a déclaré un témoin, Kortney Moore, au journal local News-Review.

Ynpqhc9

«Vous ne m’entendrez jamais prononcer son nom»

Continuer la lecture de Tuerie dans l’Oregon : «Levez-vous si vous êtes chrétien» (Maj: le coupable métis s’est inspiré du tueur antiblanc Vester Flanagan)

«La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade (FN)

«La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade (FN)

Il est loin le temps où le monde arabe rêvait de développement, de modernisation, de sécularisation d’un islam sunnite toujours menaçant pour les minorités chrétiennes et chiites. Ce temps là c’était celui du nationalisme arabe, de Nasser jusqu’à Saddam Hussein en passant par Hafez el Assad. Le temps de régimes autoritaires tournés vers le développement et qui offraient aux femmes, aux chrétiens et à toutes les minorités un rempart face au fondamentalisme sunnite autant que d’inéluctables perspectives d’ouverture démocratique si l’on avait bien voulu laisser les processus internes se dérouler à leur rythme historique. C’était aussi le temps où la cause palestinienne était encore une cause nationaliste et pas encore une cause islamique. Seulement voilà, de l’eau a coulé sous les ponts et l’Autorité palestinienne comme le Fatah ont été effacés par le Hamas.

Prendre acte de la disparition du nationalisme arabe

Ce temps des nationalismes arabes est bien révolu. Rongé par la corruption de ses propres élites, dévasté volontairement par la politique américaine (ennemie des nationalismes pétroliers) autant que par l’énorme erreur stratégique d’Israël avec lequel il aurait pu s’entendre pour assurer à la fois l’existence d’un État palestinien et la sécurité de l’État juif, le nationalisme arabe a signé son acte de décès.

En septembre 2001, la collusion probable entre une partie de l’État profond américain et l’État profond saoudien (ses services de renseignement), qui fut une sorte d’aboutissement paroxystique d’une alliance monstrueuse née dans la guerre d’Afghanistan face aux Soviétiques, créa une onde sismique mondiale. Le fondamentalisme sunnite se déchaîna tandis que les États-Unis, profitant de la « guerre contre le terrorisme » tentèrent d’opposer l’utopie d’un projet unipolaire à l’évidence du monde multipolaire.

Les partisans de la politique américaine purent successivement applaudir la guerre en Afghanistan contre des Talibans que Washington, Islamabad et Riyad avaient créés, la destruction du régime de Saddam Hussein à Bagdad, les révolutions colorées en Géorgie puis en Ukraine pour faire pièce à une Russie renaissante grâce à Vladimir Poutine, ou bien encore la politique d’isolement de Téhéran au prétexte d’une possible bombe iranienne.

Fiction occidentale, le « Printemps arabe » ne fut qu’un sombre festival qataro-saoudien. Le Qatar et ses amis « Frères musulmans » purent s’offrir les régimes Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Égypte, Kadhafi en Libye, la terreur et le chaos en Syrie. Quant à l’Arabie Saoudite, elle emporta le deuxième acte au Caire en éliminant, grâce aux généraux égyptiens, Morsi et ses Frères musulmans mais elle disputa au Qatar l’influence sur les groupes terroristes en Syrie.

Toute cette œuvre funeste d’égorgements, de décapitations, de viols des jeunes chrétiennes ou chiites vierges, d’exécutions sommaires, de prisonniers enterrés vivants, de vidéos macabres postées sur Youtube et téléchargées des dizaines de milliers de fois dans nos banlieues, tout cela nous le devons « à nos magnifiques alliés », nos nouveaux amis du Moyen-Orient, gorgés de pétro-dollars, le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Le bilan de Sarkozy et Hollande au Moyen-Orient : chaos islamiste et crimes contre l’Humanité

La dernière fois que nos gouvernants eurent un peu de bon sens au Moyen-Orient ce fut en 2003 quand Chirac refusa de s’associer à la guerre américaine en Irak. Certes notre politique était alors à la remorque de l’Histoire ; certes elle s’accrochait à des régimes finissants, mais c’était une politique « du moindre mal » et ce n’était déjà pas mal. Du moins nos ambassadeurs arabisants de l’époque, avant que Sarkozy et Hollande ne remplacent ceux-ci par des humanitaires naïfs quand ils n’étaient pas des hommes d’affaires cyniques, du moins ces vrais ambassadeurs (comme celui qui m’avait accueilli en février 2003 à Bagdad pour rendre à Tarik Aziz sans doute l’une de ses dernières visites) connaissaient-ils cet Orient compliqué et anticipaient-ils les horribles carnages communautaires qui devaient inéluctablement se produire en lieu et place des vieux régimes « laïcs ».

Nous avons le résultat de cette folie sous nos yeux et ce bilan n’est pas seulement le bilan de Washington. Non ce n’est pas seulement la faute de Washington car Sarkozy et Hollande (et avec eux Juppé et Fabius) portent une très lourde responsabilité dans les génocides communautaires (les chrétiens, les Alaouites, les chiites duodécimains, les Yazidis…) en œuvre aujourd’hui en Syrie et en Irak comme ils sont directement responsables des massacres tribaux en Libye.

Défendre militairement les Chrétiens d’Irak

À mes yeux Sarkozy et Hollande se sont rendus complices, par ces choix, de crimes contre l’Humanité. C’est à tout le moins ce qui devrait les disqualifier à jamais aux yeux des Français.

Sarkozy plus qu’Hollande d’ailleurs puisque c’est l’UMP qui, finalement, aura le plus brutalement rompu avec les fondamentaux gaulliens de la politique étrangère française pour nous aligner sur les politiques américaine, qatarie et saoudienne. Mais Hollande vaut-il mieux lui qui, en 2012, voulait envoyer notre armée attaquer l’État syrien, en tentant de nous refaire le coup américain des armes de destruction massive? Lui qui ne propose aujourd’hui comme seule aide aux Chrétiens d’Orient, face à la poussée de l’État islamique en Syrie et Irak, que l’envoi de colis alimentaires?

Nous devons aider les Chrétiens à rester chez eux, à défendre leurs villages, leurs églises, car ils étaient les premiers sur la Terre d’Orient. Je soutiens donc sans réserve les frappes militaires américaines contre l’État islamique et j’affirme que c’est l’intérêt et l’honneur de la France que de se joindre à ces frappes. Moi qui suis le premier à m’opposer à la folle politique des États-Unis en Ukraine, je sais aussi refuser le systématisme et dire que les Américains ont fait le bon choix en aidant le gouvernement irakien.

Mais la logique impose d’aller plus loin, d’avoir le courage d’accepter l’erreur occidentale en Syrie ce qui signifie s’allier à nouveau avec Bachar al Assad et l’aider à détruire les foyers islamistes qui gangrènent son pays.

Nous avons mené une guerre pour rien en Afghanistan dans laquelle de nombreux soldats sont morts pour la France et des milliers d’autres y ont perdu un membre, un œil, une aptitude physique ou mentale. Nos Rafales ont pilonné l’Armée régulière libyenne et nos hélicoptères lui ont infligé de lourdes pertes. Nos services spéciaux ont vendu, avec l’argent du Qatar des armes aux islamistes syriens dans le seul but de miner l’État syrien dans ses fondations. Devrions nous alors nous contenter d’envoyer quelques colis pour les Chrétiens d’Irak ?

Certes le principe de non ingérence est un principe essentiel auquel je tiens beaucoup. Mais je crois aussi au principe de solidarité civilisationnelle. La France reste à mes yeux la Fille aînée de l’Eglise, celle qui a secouru les Chrétiens du Liban en 1860, et ces chrétiens sont mes frères. C’est ce principe d’ailleurs qui me rend critique à l’égard du traitement injuste de De Gaulle à l’encontre des Harkis lesquels s’étaient battus pour la France. Je défends la reapolitik mais jamais contre l’honneur de la France. La France est une personne, elle a un honneur, pas seulement des intérêts. C’est donc ce principe de solidarité civilisationnelle qui peut justifier exceptionnellement l’ingérence.

Il faut choisir, soit nous accueillons ces pauvres gens au motif de la préférence chrétienne qui devrait être une évidence en matière d’asile, soit nous aidons activement (solution que Louis Aliot a préconisé le premier et qui a été malhonnêtement déformée par les médias en une forme d’indifférence à l’égard des chrétiens) les Chrétiens d’Orient à rester sur une terre où leurs prières en araméen s’entendaient à l’époque du Christ, six siècles avant l’apparition de l’islam.

Telle est donc ma position, que j’assume et que j’affirme, à savoir que la France devrait s’associer aux frappes militaires américaines pour soutenir l’armée régulière chiite et les Pershmergas kurdes dans leur combat contre l’État islamique.

Casser la dynamique califale et éliminer les djihadistes citoyens français

Il y a un enjeu essentiel dans la destruction de ce califat. C’est qu’il a muté du statut de califat régional au statut de califat mondial. Son calife s’est proclamé calife mondial et il a obtenu le ralliement de plusieurs imams radicaux influents dans le monde islamique sunnite, dont un en Indonésie le plus grand pays musulman du monde. Le risque de propagation est évident et les Américains l’ont compris. Il faut impérativement écraser sous un déluge de feu ces fous qui mutilent les femmes, les vendent comme esclaves sur les marchés de Mossoul, assouvissent sur elles leurs instincts criminels et inondent le monde de leurs vidéos macabres.

Vladimir Poutine a eu des mots aussi brutaux que de bon sens vis-à-vis de ces islamistes que les Russes ont combattu en Tchétchénie (tandis que les Américains les aidaient) ou qui ont massacré des dizaines d’enfants à Beslan. « Il faut butter les terroristes jusque dans les chiottes ». Ce n’est pas très politiquement correct mais c’est le meilleur programme face à l’islamisme.

Et ce programme ne doit pas s’arrêter là. Nous savons que près de 1000 djihadistes disposant de la nationalité française sont partis combattre en Syrie et en Irak et que beaucoup ont rallié le califat islamique. Nous ne devons pas les considérer comme des égarés mais comme des ennemis qui reviendront bientôt en France, forts de leur expérience militaire, l’esprit affranchi de toute limite après les exactions commises (viols, tortures, décapitations). Nous devons les éliminer in situ et ce devrait être le rôle de nos services spéciaux de s’en occuper dès maintenant. Nous ne pouvons prendre le risque d’attendre qu’ils reviennent. Arrêtés et emprisonnés en France ils seront de puissants moteurs de conversion à l’islam dans les prisons et donc un facteur supplémentaire de propagation du fondamentalisme islamique dans notre pays. Il revient la responsabilité à chaque nation européenne (France, Royaume Uni…) d’éliminer ses ressortissants djihadistes avant qu’ils ne reviennent.

Affronter la corruption de la politique et de l’économie française par le Qatar et l’Arabie Saoudite Continuer la lecture de «La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade (FN)

En Syrie, la grande ville chrétienne de Maaloula tombe aux mains des rebelles

Les combats ont fait 17 morts et plus de 100 blessés parmi les rebelles et des dizaines de morts et de blessés dans les rangs des forces gouvernementales et leurs supplétifs, selon des ONG. […]

« Dans la nuit, les troupes du régime sont entrées dans la ville mais les rebelles y ont envoyé des renforts et ont pu prendre le contrôle de toute la cité », a déclaré à l’AFP le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. […]

Maaloula

Une habitante, jointe par téléphone, a confirmé le retrait de l’armée et la présence de forces rebelles à Maaloula, l’une des plus célèbres localités chrétiennes de Syrie dont les habitants parlent l’araméen, la langue de Jésus-Christ. S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, elle a indiqué que la situation était calme dimanche matin. « Les rebelles sont à l’intérieur de Maaloula, dans toute la ville. Les troupes du gouvernement s’en sont retirées ». M. Abdel Rahmane a déclaré que « de violents combats ont opposé dans la nuit les forces du régime aux rebelles et les soldats se sont repliés aux confins de la ville ». Les rebelles sont constitués notamment de combattants du groupe jihadiste du Front al-Nosra, a-t-il précisé.

Maaloula, située à 55 km au nord de Damas, doit sa renommée à ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme. La majorité de ses habitants chrétiens sont grecs-catholiques.

TF1 News

Nouvelle vague de violence contre des églises au Nigeria

Au moins 36 personnes ont été tuées et une centaine blessées dans les attentats ayant visé dimanche des églises de l’Etat de Kaduna (nord du Nigeria), et les émeutes de chrétiens en colère qui ont suivi, selon des bilans de la police et des secours.
Au moins 36 personnes ont été tuées et une centaine blessées dans les attentats ayant visé dimanche des églises de l’Etat de Kaduna (nord du Nigeria), et les émeutes de chrétiens en colère qui ont suivi, selon des bilans de la police et des secours.
Un précédent bilan faisait état de 21 morts et 101 blessés.
Les attentats, dont des attaques suicide, ont eu lieu en un intervalle de près d’une heure à Zaria et Kaduna, les deux principales villes de l’Etat du même nom, où un couvre-feu immédiat de 24 heures a été décrété par les autorités locales.
« Des attentats suicides ont visé des églises des quartiers de Wusasa et Sabongari de (la ville de) Zaria, ainsi que dans le quartier de Trikania à Kaduna », a indiqué un porte-parole de la police de l’Etat, Aminu Lawan.
Deux autres explosions ont ensuite visé deux églises de Kaduna, dans les quartiers de Nassarawa et Barnawa, au sud de la ville, a affirmé un responsable de la NEMA. Mais la police n’a pas confirmé ces possibles attaques ni leurs objectifs supposés.
A Zaria, les explosions ont visé vers 8H35 à dix minutes d’intervalle la cathédrale catholique du Christ Roi et l’église évangélique de la Bonne Nouvelle. A Kaduna, c’est l’église de Shalom qui a été visée vers 9H30, dans des faubourgs sud de la ville à majorité chrétienne.
« Au total, seize personnes sont mortes du fait des explosions dans les trois églises », a précisé dans un communiqué un porte-parole de la police, Frank Mba. Continuer la lecture de Nouvelle vague de violence contre des églises au Nigeria

En Tunisie et en Egypte, les islamistes s’en prennent aux chrétiens (vidéos)

Cela devait être un printemps démocratique. Une belle épopée citoyenne et révolutionnaire. Les commentateurs assermentés du système nous avaient prévenu du changement : attention, le soleil va se lever au sud.
Mais le réel, facétieux et souvent tragique, se moque pas mal des convictions à l’emporte pièce de nos manipulateurs. Aujourd’hui en Egypte et en Tunisie, ce sont les islamistes qui deviennent majoritaires. Des islamistes qui persécutent les chrétiens et exigent l’application de la Charia.

Alors nos pseudo-experts, après nous avoir servi leurs analyses fallacieuses, cherchent aujourd’hui à nous rassurer. Selon eux les islamistes d’Egypte et de Tunisie sont de gentils démocrates. Une opinion que partage d’ailleurs notre ministre de la défense, Alain Juppé (1), que le système politico-médiatique s’acharne à nous présenter comme un grand homme d’État :

“Le dialogue que j’ai eu avec l’ensemble de cette délégation, et en particulier avec les membres des Frères musulmans, a été intéressant, et m’a permis de bien mesurer que la présentation qui est faite parfois de ce mouvement mérite d’être éclairée et approfondie”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite au Caire. » alain Juppé, le figaro

On se réjouirait presque de cet optimisme si celui-ci ne ressemblait pas à l’expression un peu niaise de l’incompétence. Juppé devrait arrêter son abonnement au très islamophile Monde Diplomatique, et lire les propos plus nuancés et plus prudents du sociologue tunisien Larbi Sadiki sur les révolutions arabes. Interrogé par le journal algérien l’Expression, ce dernier s’est montré assez circonspect sur les mouvements islamo-conservateurs :

« le spectacle que reflètent, aujourd’hui, les rues tunisiennes et égyptiennes ne prête guère à voir l’avenir en faveur de la démocratie. L’organisation, les liens et réseaux, clandestins et informels tissés par les islamistes durant les dictatures répressives, sont actionnés et mis en marche pour asseoir un islamisme politique et idéologique. Ils peuvent même confisquer les acquis arrachés par des centaines de milliers de jeunes manifestants et réseaux de masse, qui ont fait tomber les dictatures.
En Egypte par exemple, les mouvements islamistes sont bien solides et enracinés dans les entrailles de la société, d’où même le président déchu Hosni Moubarak n’a pu les contenir et les contrôler et ce, en dépit des campagnes de répression qu’il avait menées contre eux. Voire, ils détiennent des biens et intérêts économiques. Aujourd’hui, sur le terrain, les islamistes sont donc présents au sein de toutes les catégories sociales. Et, ils s’expriment, haut et fort, dans les places publiques et officielles.
 » (l’expression)

On attend donc avec impatience les explications de nos experts de la révolution arabe. Ceux qui hier encore traitaient de fascistes les rabats-joie qui osaient émettre des doutes sur le caractère démocratique des révoltes égyptiennes et tunisiennes.

On aimerait que nos grands savants à têtes plates nous expliquent pourquoi 300 islamo-démocrates,
un peu salafistes sur les bords, ont tenté d’incendier dimanche le siège de la télévision privée Nessma à Tunis après la diffusion vendredi soir du film franco-iranien Persepolis et d’un débat sur l’intégrisme religieux ?

Qu’ils nous expliquent aussi pourquoi nos aimables démocrates, un peu islamistes radicaux sur la tranche, ont fait une violente irruption mercredi dans la faculté de lettres de Sousse, à 150km de Tunis, pour tenter d’imposer l’inscription d’étudiantes portant le niqab, en menaçant d’égorger le doyen de la fac.

Quand vont s’émouvoir les mandarins de la bonne cause sur la violence qui s’abat contre les chrétiens Coptes d’Égypte ? Un chrétien serait-il trop catholique pour susciter la compassion de nos maîtres-censeurs ?
Ces chrétiens qui voient depuis des mois leurs villages et leurs églises brûlés par les islamistes et l’armée ne sont pas des victimes assez politiquement correct ? Leurs filles enlevées et violées ne respectent-elles pas assez les codes de la diversité ? (2) Leurs fils massacrés en toute impunité n’offrent-ils pas assez l’image de l’icône du martyr palestinien tant vénéré par la gauche ?
Le chrétien n’est pas assez Hype, voilà donc son problème, sa faute et son erreur.


Égypte : heurts mortels entre coptes et policiers par BFMTV

Aujourd’hui, avec courage, et sans attendre le soutien de leurs frères occidentaux qui ne viendra jamais, les coptes se révoltent contre les traitements qu’ils subissent, au risque de se faire massacrer par l’armée qui n’hésite plus à tirer à balles réelles dans la foule. Ce dimanche 9 octobre, dans le centre du Caire, la répression a fait 24 victimes.

Devant la situation une question se pose : les chrétiens seraient-ils devenus indésirables dans leur propre pays ?
Parions que nos élites ne se bousculeront pas pour répondre à cette question !

Jérôme Cortier

(1) Il est bon de rappeler ici que Juppé a confié la mosquée de Bordeaux à Tareq Oubrou, un imam qui se dit proche des thèses du fondateur des Frères musulmans Hassan Al-banna et qui lors de ses conférences déclare ce genre de petite musique :

« L’islam comme le veut le Coran touche à tous les domaines de la vie. C’est un Etat, c’est un pays […] il regroupe toute la communauté dans une géographie. Il n’y a pas de frontières […] la frontière entre deux pays est une hérésie méprisable en islam. Les Frères musulmans ne reconnaissent pas les frontières entre les peuples musulmans. »

(2) « Le nombre de jeunes filles chrétiennes enlevées et forcées de se convertir à l’Islam depuis la révolution égyptienne du 25 Janvier » a explosé, selon le père Filopateer Gamil de l’église St. Mary de Gizeh. «Plus de deux à trois jeunes filles disparaissent tous les jours à Gizeh seul», a-t-il dit. « Les cas qui sont portés à l’attention du public sont rares par rapport à ce que les chiffres sont en réalité. »

Beaucoup de chrétiens blâment le conseil militaire pour ne pas mettre un terme à ce problème, qui a dégénéré après la Révolution en raison de «l’émergence des salafistes musulmans», déclare le militant Copte Mark Ebeid qui croient fermement que la conversion d’un infidèle chrétien permet de gagner un ticket pour le paradis, pour ne pas mentionner la rémunération qu’ils obtiennent des Saoudiens « . Assyrian International News Agency