Archives par mot-clé : Claude Guéant

Face caméra, Ziad Takieddine assure avoir remis des valises d’argent libyen à Sarkozy et Guéant

Rappel: Claude Guéant qui a totalement disparu de l’entourage de Sarkozy, a été condamné à deux ans de prison avec sursis au procès des primes en liquide du ministère de l’Intérieur.

Jusqu’ici Ziad Takieddine avait toujours protégé Sarkozy et Guéant.


Dans un entretien vidéo publié par Mediapart ce mardi, le sulfureux homme d’affaires franco-libanais affirme avoir convoyé en 2006 et 2007 cinq millions d’euros en liquide, destinés à la première campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Ziad Takieddine distille ses accusations depuis décembre 2012 : le régime libyen de Mouammar Kadhafi aurait financé la première campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007. Mais aujourd’hui, l’intermédiaire franco-libanais va plus loin, assurant face caméra avoir remis précisément trois valises de billets à Claude Guéant et à Nicolas Sarkozy en 2006 et 2007.Mis en ligne par  ce mardi 15 novembre, cet entretien constitue une nouvelle révélation embarrassante pour l’ancien chef de l’Etat, à quelques jours du premier tour de la primaire de la droite.

Dans le détail, Ziad Takieddine affirme avoir remis deux valises à Claude Guéant dans son bureau de la place Beauvau, lorsque ce dernier était directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy : la première en novembre 2006, la seconde à une date qu’il ne précise pas. La troisième fois qu’il se serait rendu au ministère remonterait à janvier 2007 mais cette fois, c’est Nicolas Sarkozy en personne qui l’aurait accueilli dans son appartement privé et qui aurait réceptionné l’argent. Continuer la lecture de Face caméra, Ziad Takieddine assure avoir remis des valises d’argent libyen à Sarkozy et Guéant

Takieddine: «J’ai remis trois valises d’argent libyen à Guéant et Sarkozy»

Dans un entretien vidéo publié par Mediapart ce mardi, le sulfureux homme d’affaires franco-libanais affirme avoir convoyé en 2006 et 2007 cinq millions d’euros en liquide, destinés à la première campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Selon Takieddine, ces valises d’argent liquide lui ont été remises par Abdhallah Senoussi, l’un des chefs des services secrets libyens et beau-frère par alliance de Kadhafi. Au total, il affirme avoir convoyé pas moins de 5 millions d’euros. Or, interrogé en septembre 2012 dans une prison libyenne dans le cadre de poursuites de la Cour pénale internationale (CPI), ledit Senoussi avait affirmé avoir « personnellement supervisé » le transfert de… 5 millions d’euros à la campagne de Sarkozy en 2006-2007. Précision d’importance de Mediapart au sujet de la concordance de la somme dans les deux témoignages : « Takieddine avait confié exactement le même récit au journaliste Nicolas Vescovacci, quelques jours plus tôt, le 18 octobre, à une date où l’intermédiaire ne pouvait pas connaître matériellement l’existence du PV de Senoussi devant la CPI. »

Interrogé par Mediapart sur les nouvelles déclarations de Ziad Takieddine, Claude Guéant nie en bloc : « Je n’ai jamais reçu d’espèces du gouvernement libyen, non plus de quiconque d’autre du reste. Je n’en ai pas davantage vu passer. »

Succession de révélations

 

Certes, les affirmations de Ziad Takieddine sont à prendre avec des pincettes, tant la réputation de l’homme est sulfureuse et ses déclarations fluctuantes. En octobre 2011, il jurait ainsi à  n’avoir « jamais porté de valises bourrées de billets pour qui que ce soit ». L’homme d’affaires est mis en examen dans le volet financier de l’affaire Karachi – les soupçons de rétrocommissions qui auraient financé la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995, en marge de vente d’armes – et saura en janvier s’il sera renvoyé en correctionnelle dans ce dossier.

Il n’empêche, ses déclarations filmées s’ajoutent à une succession de révélations récentes dans l’affaire libyenne, sur laquelle des juges d’instruction enquêtent depuis avril 2013. Fin septembre, Mediapart dévoilait notamment que les enquêteurs avaient mis la main sur un carnet de l’ancien ministre du pétrole libyen, Choukri Ghanem – retrouvé noyé à Vienne en avril 2012 –  pour un montant d’au moins 6,5 millions d’euros. L’enquête s’intéresse également de très près à l’homme d’affaires français Alexandre Djouhri, réputé proche de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, soupçonné d’avoir fait bénéficier ses circuits financiers liés à la Libye à un éventuel financement de la campagne de 2007. Djouhri est visé par un mandat d’arrêt international, .

Continuer la lecture de Takieddine: «J’ai remis trois valises d’argent libyen à Guéant et Sarkozy»

Soupçon de financement libyen de Sarkozy: le fils de Guéant en garde à vue

Plus de trois semaines après la mise en examen de Claude Guéant, son fils vient à son tour d’être placé en garde à vue, selon une information d’i-Télé, confirmée par des proches de l’enquête.

S’il ne s’agit pas de l’affaire dite des tableaux flamands, cette garde à vue intervient toujours dans un dossier lié aux soupçons de financement de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye de Kadhafi.

Sarkozy-de-nouveau-accuse_article_landscape_pm_v8
François Guéant, avocat, a notamment été conseiller technique au cabinet de Rachida Dati, garde des Sceaux, en 2007.

Le fils de l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, entendu depuis lundi matin, est interrogé sur «des mouvements financiers», a précisé une source proche de l’enquête. Sa garde à vue porte sur des faits distincts de la vente des tableaux flamands, a -t-on également précisé.

Guéant et Bugshan mis en examen
Continuer la lecture de Soupçon de financement libyen de Sarkozy: le fils de Guéant en garde à vue

Arbitrage Tapie : Claude Guéant a été placé en garde à vue ce lundi matin, selon des sources judiciaires

Appelé à clarifier son rôle dans le cadre de l’affaire Tapie, Claude Guéant a, comme prévu, été placé en garde à vue par les enquêteurs de la brigade financière de la PJ parisienne.

303319_le-president-nicolas-sarkozy-g-et-le-ministre-de-l-interieurclaude-gueant-a-l-inauguration-d-une-nouvelle-gendarmerie-a-londe-les-maures-sud-est-le-19-mai-2011

L’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, a été placé lundi 26 mai en garde à vue dans l’enquête sur l’arbitrage controversé dont a bénéficié Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais.

Les enquêteurs de la brigade financière de la PJ parisienne devraient interroger leur ancien patron à l’Intérieur sur son rôle dans la décision de recourir à l’arbitrage, dans celle de ne pas contester la sentence, et dans la fiscalité jugée avantageuse appliquée à l’indemnité de plus de 400 millions d’euros octroyée en 2008 à Bernard Tapie.

RTL

UMPS : Quand Manuel Valls reprend les mêmes arguments de Guéant qu’il critiquait en 2012.

Rappel: c’est l’UMPS qui prône la libre circulation des biens, des personnes, et des capitaux. C’est l’UMPS qui a milité pour l’élargissement de l’Europe aux pays de l’Est, et l’ouverture totale des frontières. S’en souvenir le jour du vote….

Valls hier en 2012

valls tweet gueant

Valls, aujourd’hui ministre de l’intérieur en 2014, qui doit trouver des arguments pour justifier ses mauvais résultats :

Le ministre de l’Intérieur a commenté jeudi matin les chiffres de la délinquance. Selon Manuel Valls, « la montée du sentiment d’insécurité est liée à des réseaux qui viennent de l’est de l’Europe et des Balkans, qui écument notre pays, en s’installant parfois durablement en France » a-t-il déclaré alors en déplacement à Melun, à la Sureté départementale.

Mise en examen de Bernard Tapie : une victoire de Philippe seguin et de Marine Le Pen

Ministre de François Mitterrand, chef du parti radical de gauche en compagnie de Noel Mamere et de Christiane Taubira, client et complice de l’avocat d’affaire jean Louis Borloo, ami et soutien de Nicolas Sarkozy, Bernard Tapie est l’incarnation parfaite de l’UMPS.

Mis en examen pour escroquerie en bande organisée après un compromis fumeux au dessus duquel planent les ombres de Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde, Claude Guéant, et Jean-Louis Borloo, Bernard Tapie doit ses tracasseries judiciaires à la vigilance de Marine Le Pen. Dés 2008, la vice-présidente du FN suspecte une malversation dans l’arbitrage rendu sur son litige avec le Crédit Lyonnais. Elle sollicite alors l’intervention de la cour des comptes dirigée à l’époque par Philippe Seguin.
En vrai républicain, et soucieux du bon fonctionnement de la démocratie, Seguin lui répond qu’il examinera le dossier, et exprimera son appréciation.

Entre les magouilleurs de la fédération PS du Nord, ceux de PACA comme Guérini et Andrieux, ou encore Bernard Tapie, le FN a entrepris de faire le ménage dans la Ripoux-blique… et on ne peut que s’en féliciter.

Article du journal Challenge de 2008 qui indique la démarche entreprise par Marine Le Pen envers Philippe Seguin
Article du journal Challenge de 2008 qui indique la démarche entreprise par Marine Le Pen envers Philippe Seguin

Après Tapie, Guéant, Lagarde et Balladur, à qui le tour ?

Que d’eau, que d’eau, s’exclamait le brave maréchal de Mac Mahon, impressionné, voire débordé par le spectacle de la crue de la Garonne. Que de boue, que de boue, aurait-on envie de dire devant la déferlante de convocations, d’interrogatoires, de gardes à vue et de mises en examen qui s’abat depuis quelques jours sur les premiers rôles et les seconds couteaux de la Sarkozie. Christine Lagarde, Stéphane Richard, Bernard Tapie, Claude Guéant, c’est du beau monde, et du beau linge, comme on disait dans le mitan, qui se bouscule dans le cabinet des juges d’instruction, et qui fait ou refait connaissance avec les cellules inconfortable de la rue du Château-des-Rentiers et les chambres spécialement aménagées pour les hôtes de marque de la police du vieil Hôtel-Dieu.

boulevard-voltaire-nicolas-sarkozy2

On devrait, dans les jours qui viennent, voir de prestigieux défroqués de la politique tels François Léotard, des battus du suffrage universel comme Renaud Donnedieu de Vabres et de paisibles retraités de la haute politique comme Édouard Balladur, arrachés à la douceur de la Côte d’Azur ou à la quiétude de leur appartement des beaux quartiers y répondre aux convocations et aux questions des juges.

Rien, je dis bien rien, n’autorise à mettre en doute l’indépendance de magistrats tels que Continuer la lecture de Après Tapie, Guéant, Lagarde et Balladur, à qui le tour ?

Sarkozy : les soupçons d’un financement libyen se renforcent

un proche de Mouammar Kadhafi, l’ex-dictateur libyen, indique que Tripoli a versé « 20 millions de dollars à la France ». Extrait.

kadhafi-sarkozy-campagne

Son témoignage risque de gêner l’ancien président. Dans un extrait de l’émission « Complément d’enquête » diffusée jeudi 20 juin sur France 2, repris par Mediapart, Moftah Missouri, diplomate libyen et interprète personnel de Mouammar Kadhafi, affirme que l’ancien « Guide » a versé « une vingtaine de millions de dollars » à Nicolas Sarkozy, à l’occasion de la campagne électorale de 2007. Dans l’interview réalisée par les équipes de France 2, le diplomate confirme aussi l’authenticité de la note libyenne publiée en avril 2012 par le site Mediapart. Le document daté de 2006 affirme que Kadhafi aurait débloqué une somme de 50 millions d’euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Selon Moftah Missouri, il s’agit d’un « vrai document (…) d’appui ou de soutien financier » à l’ex-président.

Mafia UMP : Claude Guéant a touché 10 000 euros de primes par mois de 2002 à 2004

Après l’affaire Tapie, voilà une nouvelle affaire qui prouve que Sarkozy et sa bande sont des gredins. Selon une enquête de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) et de l’inspection générale de l’administration (IGAS), Claude Guéant, alors directeur de Cabinet du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, aurait touché, entre mai 2002 et l’été 2004, quelque 10 000 euros par mois prélevés sur les frais d’enquête et de surveillance de la police.

Ça s’appelle du détournement de fonds publics.