Archives par mot-clé : Cohn Bendit

Quand Marine Le Pen rappelle à Eva Joly les racines pédophiles des verts français et allemands. (vidéo)

Dans l’émission Mots Croisés, Marine Le Pen en réponse aux invectives d’Eva Joly a brandi un article du Journal Le Monde démontrant les racines pédophiles des verts français et allemands. Ce n’est pas une première. La présidente du FN avait, il y a quelques années, reproché son passé pédophile à daniel Cohn Bendit, la vache sacrée des soixante huitards attardés.

(Pour des raisons techniques cliquer sur le lien pour voir le montage sur Youtube.)

http://youtu.be/cI_Z1v8vZgc

Le passage en question

Sur l’article du Journal Le Monde brandit par Marine Le Pen au cours de l’émission Mots croisés. (voir l’émission en entier)

On assiste Outre-Rhin à une opération vérité sur l’implication des Verts allemands (les « Grünen ») et de membres du Parti libéral centriste FDP dans la vague de « pédophilie » qui a déferlé à travers l’ancienne RFA dès les années 70 et 80. Par la même occasion, plusieurs journaux représentatifs de l’intelligentsia libérale de gauche allemande ont regretté leur complaisance passée pour les rapports sexuels entre adultes et enfants.

Tout a commencé par le boycott de la remise du prix politique Theodor Heuss à Daniel Continuer la lecture de Quand Marine Le Pen rappelle à Eva Joly les racines pédophiles des verts français et allemands. (vidéo)

L’eurodéputé vert Cohn-Bendit est-il une nouvelle fois rattrapé par son passé ?

En Allemagne, le libéral‑libertaire Daniel Cohn‑Bendit devait recevoir un prix de la Fondation Theodore Heuss, pour couronner « son combat pour la démocratie et les droits fondamentaux ». Problème : le président de la Cour constitutionnelle fédérale allemande a refusé de remettre le prix et de prononcer un discours.

La raison de ce refus ? D’après son service de presse, « le président ne pouvait associer la Cour de Karlsruhe avec des écrits parlant de la sexualité entre les adultes et les enfants. » Sans doute faisait‑il référence au livre Le grand bazar écrit par Cohn‑Bendit en 1975. Le soixante‑huitard y affirmait : « Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. S’ils insistaient, je les caressais ». Peut‑être, pour le haut magistrat allemand, ces faits juridiquement prescrits sont‑ils moralement imprescriptibles ?

source

Iran : quand les intellectuels français encensaient les fous d’Allah

Il y a 34 ans, ils prenaient fait et cause pour la révolution iranienne sans voir les dangers. Daniel Salvatore Schiffer n’a pas oublié leur fourvoiement… (…)

(…) Cette théocratie, matrice pseudo-religieuse du plus abominable des totalitarismes, où toute personne arbitrairement considérée comme « hérétique » risque la peine de mort (par lapidation ou pendaison), Michel Foucault ne fut toutefois pas, en ce temps-là, le seul des intellectuels français, loin de là, si on ajoute les très zélés maoïstes (tel Maurice Clavel, père idéologique des « nouveaux philosophes ») et autres soixante-huitards (style Daniel Cohn-Bendit), à la cautionner du haut de son incomparable prestige.

Ainsi, il n’est pas jusqu’à Jean-Paul Sartre lui-même qui ne fît carrément là, accompagné pour l’occasion de Simone de Beauvoir en personne, le voyage de Téhéran afin d’y aller soutenir publiquement, à grand renfort de publicité, ce barbu enturbanné au regard halluciné. Pour le moins paradoxal, au vu du bien peu enviable statut des femmes au sein de la République islamique d’Iran, de la part de l’historique auteur de ce véritable manifeste de l’émancipation féminine que fut, pour l’époque, le très avant-gardiste Deuxième sexe (1949) !

Si bien que, face à l’énormité de pareilles errances, Sartre, qui n’en était pas à une contradiction près, avait parfaitement raison de se demander, en son Plaidoyer pour les intellectuels, si « les intellectuels sont […] coupables ». Car, de la première à la Seconde Guerre mondiale, de l’avènement du communisme à la chute du mur de Berlin et de l’émergence du national-socialisme à l’hypothétique mort des idéologies selon Francis Fukuyama, ce n’est effectivement, à de très rares exceptions près, que d’une longue suite d’erreurs, les unes plus tragiques que les autres sur le plan humain, que les annales de l’intelligentsia française, toutes tendances philosophiques confondues et par-delà tout clivage politique, se voient, malheureusement, parcourues. Ce fut là, pour reprendre la très juste et adéquate formule de Max Weber dans son essai intitulé « Le savant et le politique » (1959), la dangereuse victoire de la seule « éthique de conviction » au détriment de la nécessaire « éthique de responsabilité » !

Raymond Aron avait vu juste Continuer la lecture de Iran : quand les intellectuels français encensaient les fous d’Allah

Eric Zemmour : « Le jackpot électoral des Verts »

Zemmour sur les arrivistes et anti-républicains écolo-bobo

Le scrutin majoritaire à deux tours privilégie les alliances sur l’indépendance altière, la soumission habile sur la fierté, c’est pour cette raison que ni le front national ni le Modem n’ont quasiment pas d’élus.


Eric Zemmour : "Le jackpot électoral des Verts" par rtl-fr

Quand Eva Joly était conseillère juridique de l’autocrate Marc Ravalomanana

Alors que nos petits flics de la LDH et de SOS racisme perquisitionnent et fouillent les tiroirs de l’histoire afin de trouver les traces d’un prétendu nazisme au sein des bals viennois, on apprend que l’inquisitrice en chef ÉFFa Choli a été conseillère juridique de l’autocrate malgache Marc Ravalomanana.

Et cerise sur le gâteau, on découvre que la publication de l’étude réalisée par quatre économistes de l’OFCE,  validant de façon élogieuse le programme d’Éffa Choly et publié mercredi dernier dans les média-complices, a été rédigé par….un militant des verts. Trois des quatre experts viennent de révéler la supercherie….

Mais attention, n’allait pas croire qu’il s’agit là d’un comportement d’extrême droite . Non ! Nous le savons depuis les années Mitterand, la gôche est au dessus de tout soupçon. Quand Kouchner travaillait pour le compte du dictateur Bongo, c’était pour le bien de l’Humanité. Les révélations faites par le journaliste Jean Montaldo dans « Mitterrand et les 40 voleurs » ne sont que pures affabulations fascistoïdes. Les soixante élus socialistes condamnés par la justice sont d’innocentes victimes, et Éffa Choli, grande prêtresse de l’empire du BIEN, ne peut-être soupçonnée d’amitié douteuse.

Il n’y a que des militants nazis pour imaginer une chose pareil !

Eva Joly : les casseroles malgaches de « Madame Morale »

Eva Joly a fait de la défense de la morale publique son credo politique ultime et sa marque de fabrique personnelle dans cette campagne présidentielle. Jamais avare d’une critique acerbe sur le système judiciaire français et sur la corruption de nos élites, la candidate écologiste a pourtant officié comme conseillère justice auprès du président malgache Marc Ravalomanana… un autocrate notoire qui avait pour autre spécificité d’être l’homme le plus riche de Madagascar.

Peu de pays au monde peuvent se targuer d’un niveau de corruption comparable à celui de Madagascar (123e pays mondial selon le classement 2010 de Transparency International). Et le régime de l’ex-chef d’État Marc Ravalomanana (2002-2009) s’est particulièrement distingué en matière de népotisme et de détournements de fonds publics. Continuer la lecture de Quand Eva Joly était conseillère juridique de l’autocrate Marc Ravalomanana

L’UMP et le PS nous prennent pour des imbéciles quand ils osent encore parler de souveraineté

Alors qu’ils sont d’accord sur l’essentiel, une Europe fédérale, son euro et des majorités qualifiées, l’UMP et le PS paraissent incapables d’assumer un tel choix devant les Français, de plus en plus sceptiques, à quelques mois des présidentielles, et se livrent à une bataille politicienne très vive, pour essayer de prouver aux électeurs potentiels que chacun d’eux serait le meilleur garant d’une souveraineté nationale qu’ils piétinent à qui mieux mieux depuis des lustres.
Continuer la lecture de L’UMP et le PS nous prennent pour des imbéciles quand ils osent encore parler de souveraineté