Archives par mot-clé : Commission européenne

Le groupe BIC porte plainte contre la France et l’Allemagne, accusés de laisser rentrer des briquets non conformes

Il faut donc des frontières avec des policiers et des douaniers…. et un puis mettre en pratique un très vilain mot : le protectionnisme.


Les dirigeants de Bic sont en colère. Ils viennent de porter plainte auprès de la Commission européenne contre la France et l’Allemagne, les accusant de laisser rentrer des briquets dangereux sur leur territoire. En ligne de mire, par exemple, le port de Hambourg qui serait une porte d’entrée pour les briquets fabriqués en Chine et au Vietnam.

Le groupe met en avant les défauts de surveillance des États et la défaillance des contrôles douaniers à l’entrée de l’Union européenne face à cette invasion de produits « potentiellement dangereux ». Dans le communiqué, Gonzalve Bich, directeur général de Bic, explique que « le problème a été résolu dans de nombreux pays dans le monde ».

Un danger pour les consommateurs

Continuer la lecture de Le groupe BIC porte plainte contre la France et l’Allemagne, accusés de laisser rentrer des briquets non conformes

L’UE lance une procédure inédite qui pourrait priver la Pologne de droits de vote (Maj)

21 décembre

John Laughland : «La Commission Européenne dénonce en Pologne les défauts que tout le monde devrait dénoncer chez elle. Je rappelle à vos spectateurs que c’est une instance bureaucratique non-élue et non-démocratique qui ne rend de comptes à personne.»

La dictature europeïste s’étend. La souveraineté des Nations n’existe plus.


L’Union européenne (UE) a annoncé mercredi qu’elle avait déclenché une procédure inédite contre la Pologne. Elle pourrait aller jusqu’à priver le pays de ses droits de vote au sein de l’UE. En cause: le refus de Varsovie d’infléchir ses réformes judiciaires controversées.

L’exécutif européen « a conclu aujourd’hui qu’il y a un risque clair d’une violation grave de l’État de droit en Pologne« , a-t-il indiqué dans un communiqué, ajoutant qu’il avait par conséquent déclenché l’article 7 du traité de l’UE, encore jamais utilisé.

« C’est avec le coeur lourd que nous avons activé l’article 7 », a déclaré Continuer la lecture de L’UE lance une procédure inédite qui pourrait priver la Pologne de droits de vote (Maj)

Le Brexit attire à Londres les entreprises qui fuient la Commission européenne

Non seulement le Brexit n’a pas faire fuir les entreprises, mais il attire celles qui veulent échapper à la Commission européenne ! C’est ce qu’a expliqué ce matin François Lenglet sur RTL, notant d’abord que, dès janvier 2017, dans quelques semaines donc, McDonald’s aura installé « le siège de toutes ses activités non américaines » à Londres. Elles étaient jusque-là au Luxembourg. De même Google va-t-il migrer d’Irlande à Londres, où le Campus Google pourrait accueillir jusqu’à 7000 salariés.

Dans ces deux cas, explique François Lenglet, la question fiscale a été déterminante, car « Bruxelles est de plus en plus sourcilleux » pour contrer les « artifices comptables » qui permettent aux grandes entreprises de « loger » leurs bénéfices en Irlande ou au Luxembourg, avant de les exfiltrer vers les Iles Vierges.

A Londres, le taux de l’impôt sur les sociétés est de 20 %. Theresa May, le Premier ministre, a promis de le ramener à 10 %, et il pourrait même Continuer la lecture de Le Brexit attire à Londres les entreprises qui fuient la Commission européenne

Clandestins : L’ONU et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker demande de faciliter l’immigration légale ( Opposition de Marine Le Pen et Nigel Farage)

Source et Source

L’instance onusienne, par la voix de son secrétaire général, plaide pour la légalisation de l’immigration.

“Il n’y a pas de solution militaire à la tragédie qui est en train de se produire en Méditerranée”, a déclaré, hier, Ban Ki-moon dans un entretien au journal italien La Stampa. Ban Ki-moon s’est dit préférer “un encouragement à l’immigration légale comme solution globale”, selon des propos cités par l’AFP. […]

Même Amnesty International réclame que les “opérations européennes de sauvetage de migrants en Méditerranée doivent impliquer des missions de recherches et secours au plus près des côtes libyennes”. “Nous voyons seulement cette mission patrouiller le long des frontières de l’Italie. Mais tous les bateaux qui ont coulé se trouvaient beaucoup plus loin, bien plus près de la Libye, et les navires (de Triton) ne vont pas dans cette zone”, selon Gauri Van Gulik, directrice adjointe d’Amnesty International pour l’Europe citée par l’agence Reuters. […]

Pour Ban Ki-moon, “une approche globale est cruciale qui prenne en compte les racines du problème, la sécurité et les droits humains des migrants et des réfugiés, comme avoir des canaux légaux et réguliers d’immigration”. “Les Nations unies sont prêtes à collaborer avec nos partenaires européens à cette fin”, dit-il.

Réponse de la dictature Européenne:

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a demandé mercredi aux pays de l’Union européenne de faciliter l’immigration légale pour éviter les drames en Méditerranée, et s’est attiré l’hostilité du Parti populaire européen, sa famille politique, au Parlement européen.

L’eurodéputée française Marine Le Pen, dirigeante du Front National, le parti d’extrême droite français, a fustigé la proposition de M. Juncker. « Vous voulez la migration, c’est votre projet. Mais avez-vous demandé au peuple, aux Nations, ce qu’ils en pensent ? », a-t-elle lancé.

L’élue libérale néerlandaise Sophie In’t Veldt a déploré « l’utilisation des tragédies en Méditerranée à des fins populistes et xénophobes ». « L’UE a besoin d’une politique migratoire car sa population décline. M. Farage, vos déclarations sont populistes et méprisables« , a-t-elle accusé.

« Nous devons travailler sur l’immigration légale. Si nous fermons les portes, les migrants entreront par effraction par les fenêtres« , a-t-il averti lors d’un débat au Parlement européen sur les résultats d’un sommet européen extraordinaire la semaine dernière, qu’il a jugé « insuffisants« .

La Commission européenne doit présenter le 13 mai une stratégie globale pour les migrations. Elle va faire des propositions pour faciliter une immigration économique légale dans l’UE et réclamer des quotas obligatoires d’accueil des réfugiés pour tous les Etats membres.

Le président du groupe du Parti populaire européen (PPE), l’eurodéputé conservateur Continuer la lecture de Clandestins : L’ONU et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker demande de faciliter l’immigration légale ( Opposition de Marine Le Pen et Nigel Farage)

Juncker ou Schulz ? A la fin c’est Merkel qui décide…

Article de Marianne

Malgré tous les efforts dialectiques déployés par les socialistes pour persuader les électeurs français qu’ils ont, dimanche prochain, le destin de l’Europe entre leurs mains, dans son pays Angela Merkel est beaucoup plus claire : le choix du président de la Commission européenne fera l’objet de longues tractations motivées notamment par des enjeux de politique intérieure allemande.

angela-merkel----francois-hollande-06-02-2013--france---allemagne-match-amical-2013-20130207092939-6514C’est devenu un élément langage au Parti socialiste. Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, le répète sur tous les tons pour bien faire rentrer l’idée dans le crâne de ses concitoyens : « Vous allez pouvoir élire le président de la commission européenne pour la première fois ». François Hollande lui-même, dans sa tribune au Monde y est allé de son couplet. Quant à Jean-Christophe Cambadélis, il a poussé le bouchon encore plus loin en qualifiant la Commission de « gouvernement de l’Europe ». Encore une semaine de campagne (aussi terne soit-elle) et les VRP des européennes tenteront de nous vendre l’élection du « président de l’Europe » au suffrage universel direct. A les entendre, nous n’en serions finalement plus très loin…

Malgré tous ces efforts d’enfumage, c’est peu dire que la mayonnaise démocratique européenne ne prend pas, comme si les peuples s’étaient déjà faits à l’idée qu’en Europe (en particulier depuis le référendum de 2005), la décision ne dépendait plus vraiment des urnes. D’autant que, s’il est vrai que les chefs d’Etat et de gouvernement doivent désormais proposer un candidat à la présidence de la Commission « en tenant compte des élections au Parlement européen », aucune obligation n’est faite de désigner une personnalité appartenant au parti arrivé en tête aux élections européennes.

En Allemagne, Angela Merkel, elle au moins, la joue franche du collier expliquant dans la plupart de ses interventions récentes qu’il n’y a aucun « lien automatique entre le nombre de votes et [les hautes fonctions] à pourvoir ». Pour elle, le résultat des élections européennes n’aura qu’une valeur « indicative », méprisant ainsi les tentatives des partis visant à mettre en avant leur propre candidat.

Interrogée encore cette semaine par le Leipziger Volkszeitung sur le risque de « détruire la démocratie européenne en cas de désignation d’un candidat qui ne serait pas issu du parti vainqueur des élections », la chancelière calme le jeu en déclarant que « le conseil doit tenir compte du résultat des élections », mais ajoute dans l’immédiate foulée : « Nous allons beaucoup discuter à partir de dimanche ». Une façon de souligner, une fois de plus, que le choix du président de la Commission fera l’objet de longues tractations entre gouvernements…

 

Décret Montebourg : Bruxelles met en garde contre le protectionnisme

Montebourg est pathétique. À une semaine d’un scrutin européen où les patriotes risquent d’enregistrer une forte poussée, il sort de son chapeau de magicien un décret qui obligerait les groupes étrangers à s’entretenir avec les pouvoirs publics avant de s’approprier un groupe français.Ridicule. Mais l’objectif n’est pas de répondre à la situation catastrophique que connait la France. C’est seulement un bel enfumage qui consiste pour Démondialisator et les média complices à faire croire aux gogos que le PS au pouvoir peut agir, et que contrairement à ce que les apparence laissent penser, ce sont des patriotes ( mot nouveau dans la bouche des socialopes depuis quelques semaines)

Mais c’était sans compter sur les maîtres de Bruxelles. Ces derniers ont rapidement rappeler à l’ordre dictatorial européen le tartufe Montebourg. Niet ! a dit la commission européenne. Ce petit décret de rien du tout pourrait s’apparenter à du protectionnisme, ce qui est totalement interdit par les technocrates de Bruxelles auquel l’UMPS nous a livré. Et pan sur les doigts du cancre Montebourg.

Mais soyons beau joueur : Guignol vient  une fois encore de nous prouver son inefficacité, et nous a apporté la confirmation que nous vivons sous le joug d’une UE dont les principes sont contraires aux intérêts français…..

Alors le 25 mai, votez patriote. Merci Arnaud.

——–

La Commission européenne a mis aujourd’hui Paris en garde contre toute tentation protectionniste après la publication d’un décret étendant notamment à l’énergie et aux transports le mécanisme de protection des entreprises stratégiques contre les appétits étrangers.

arnaud-montebourg-tacle-la-politique-d-austerite-pronee-par-angela-merkel« L’objectif de protéger les intérêts essentiels stratégiques dans chaque Etat membre est essentiel dès qu’il s’agit de sécurité ou ordre public. C’est clairement prévu dans le traité. Mais nous devons vérifier si (cet objectif) est appliqué de manière proportionnée sinon cela reviendrait à du protectionnisme », a dit le commissaire chargé du Marché intérieur, le Français Michel Barnier.

Le Figaro

Bruxelles renonce à la traçabilité alimentaire pour ne pas fâcher les États-Unis

La Commission européenne a proposé mercredi d’interdire le clonage animal à but alimentaire dans l’UE. Mais elle a renoncé à bannir la vente de viande ou de lait des descendants des animaux clonés pour ne pas indisposer ses partenaires commerciaux, notamment américains.

“Cela ne veut pas dire que nous n’en avons pas parlé pendant la réunion” de la Commission. “Nous avons discuté de toutes les possibilités, y compris de l’étiquetage de la viande de bovins descendants d’animaux clones, et jugé qu’il fallait procéder à une analyse approfondie”, a annoncé le commissaire européen chargé de la Santé, Tonio Borg, au cours d’une conférence de presse.

Au sein de l’Union européenne, le clonage animal à but alimentaire ne se pratique qu’au Danemark. La viande de clones ne se mange pas en raison du prix très élevé de ces spécimens. Mais leurs embryons et semences sont commercialisés et exportés, et leurs descendants sont élevés en particulier aux États-Unis, en Argentine, au Brésil et en Uruguay.

Exigences jugées exagérées Continuer la lecture de Bruxelles renonce à la traçabilité alimentaire pour ne pas fâcher les États-Unis

Bruxelles donne 45 millions d’euros à l’Algérie…

Bruxelles : 45 millions d’euros à l’Algérie

Par Europe1.fr avec AFP

L’UE soutient la transition démocratique. La Commission européenne a débloqué jeudi quelque 45 millions d’euros dans le cadre de programmes de coopération destinés à favoriser la bonne gouvernance et la diversification de l’économie algérienne. Le commissaire européen chargé du dossier, Stefan Füle, a assuré vouloir « soutenir l’approfondissement du processus de réformes en Algérie, notamment l’élargissement des libertés fondamentales », promettant de faire profiter le pays de son expérience en matière de « transition vers une démocratie solide, une économie durable qui profite à tous ».
suite de l’article ici : http://www.europe1.fr/International/Bruxelles-45-millions-d-euros-a-l-Algerie-1338175/
_________________________________________________________________________________________________
Algérie 2011 : Des caisses pleines à craquer !
L’Algérie boucle l’année 2011 avec des réserves de changes allant jusqu’à 178,30 milliards de dollars. Ce qui place le pays au 13e rang mondial en matière de réserves de change. Mais à qui profite tout cet argent ?
suite de l’article ici : http://www.afrik.com/article24425.html
__________________________________________________________________________________________________

Après le Libor, le scandale de l’Euribor va éclater (maj Vidéo)

Nicolas Doze : Les banques françaises dans la tourmente de l’Euribor

Selon le Wall Street Journal, la Commission européenne s’apprête à accuser plusieurs banques de s’être entendues pour manipuler les taux interbancaires européens.

(…)

Entre la mi-2005 et la mi-2008, des traders indélicats se seraient entendus pour demander à leurs collègues à la trésorerie de soumettre un taux plus haut ou plus bas, histoire de mieux valoriser leurs positions. Face à cela, Bruxelles s’interroge à la fois sur l’existence d’une fraude – avec un possible volet pénal – et sur un viol des règles de la concurrence. «C’est une enquête que nous considérons comme une de nos priorités», a précisé lundi un porte-parole du commissaire en charge de la Concurrence, Joaquin Almunia.

La pelote de Barclays

Que ce soit le Libor ou l’Euribor, ces taux sont calculés à partir des déclarations d’un panel de banques, 18 au maximum pour le Libor et 43 pour l’Euribor: dès lors aucune d’entre elles ne pouvait agir seule. Afin d’établir la connivence, les enquêteurs tirent notamment, depuis des mois, le fil d’une pelote recueillie chez Barclays, la seule banque officiellement épinglée, à la fois sur le Libor et l’Euribor. Le britannique a accepté en juin dernier d’acquitter une amende de 450 millions de dollars aux gendarmes financiers américain (SEC) et britannique (FSA) et au département de la Justice américain en échange de l’abandon des poursuites et de sa pleine collaboration.

Du britannique RBS au suisse UBS, d’autres établissements bancaires sont réputés négocier avec les autorités américaines, britanniques ou européennes des accords similaires. Concernant l’Euribor, selon le Wall Street Journal, une douzaine de banques feraient l’objet d’une enquête, y compris la Société générale, le Crédit agricole, HSBC et la Deutsche Bank. Ces noms reviennent régulièrement dans le sillage de l’affaire Barclays. Les autorités disposeraient, en effet, d’échanges de courriels compromettants entre certains traders de ces maisons et ceux de la banque britannique, suspectés d’avoir été au cœur d’un système de «truquage».

Lire l’article en entier sur Le Figaro