Archives par mot-clé : compétitivité

Gilles Ardinat : Mondialisation et compétitivité (vidéo)

Gilles Ardinat, invité par ATTAC Toulouse le 15 novembre 2013 explique que le discours sur la compétitivité des territoires est la conséquence du libre-échange mondialisé.


Mondialisation et compétitivité par GArdinat

Sapir : “Les aides de la BCE aux banques n’abreuvent pas l’économie réelle.”

Les entreprises n’arrivent plus à trouver des financements pour leurs propres productions, autrement dit on voit que les exportations ne sont pas limitées par la demande mais par l’offre. Et ça c’est très grave. Il faut s’attendre à une détérioration beaucoup plus importante que prévue des PIB.

Compétitivité : l’aveu de Mme Christine Lagarde  » il faudra baisser les salaires ».

Difficile de traduire plus brutalement le mot de « compétitivité » dont, depuis des mois, se gargarisent ministres, responsables de l’opposition, chefs d’entreprises et grands médias (lire dans Le Monde diplomatique d’octobre, en vente en kiosques, l’article de Gilles Ardinat, « La compétitivité, un mythe en vogue »). A la fin d’un entretien réalisé à Washington et publié jeudi 4 octobre par Le Figaro, Mme Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), se voit poser la question suivante : « Le FMI tente de faire baisser les prix à l’échelle de la zone euro pour compenser le fait qu’il [l’euro] ne puisse dévaluer. Est-ce réalisable ? 

En langage plus direct, le journaliste du Figaro, Pierre-Yves Dugua, suggère ceci : dès lors que la parité de l’euro ne dépend plus guère d’une décision des gouvernants européens (comme c’était le cas quand la monnaie d’un pays en situation de déficit commercial pouvait être dévaluée, et une autre, d’un pays en situation d’excédent commercial, réévaluée), la « compétitivité » européenne ne peut plus être rétablie par le biais du taux de change. Par conséquent, les Etats en quête de « compétitivité » doivent provoquer la baisse des prix de leurs exportations par un biais non monétaire. Et, par exemple, le faire en comprimant les coûts de leur production (salaires, profits, marges des distributeurs, etc.). « Est-ce réalisable ? », demandait donc assez justement le journaliste du Figaro.

La réponse de Mme Lagarde constitue une véritable leçon de libéralisme pur et dur. Oui, explique en substance la directrice générale du FMI, mais il faut baisser les salaires ; c’est d’ailleurs ce que font déjà les Grecs, les Espagnols et les Portugais.

Citons Mme Lagarde : « On l’espère, bien sûr [qu’il est réalisable de faire baisser les prix européens pour retrouver de la compétitivité]. Un des signes avant-coureurs du succès de cette approche est la reprise des exportations. En faisant baisser les prix des facteurs de production, en particulier le prix du facteur travail, on espère rendre le pays plus compétitif et plus intéressant pour les investisseurs étrangers. On le voit déjà un peu au Portugal, en Espagne, et on commence à le voir un peu en Grèce (1)  »

 

Résumons : comme l’euro est une monnaie qu’on ne dévalue pas, la relance des exportations doit passer avant tout par la baisse des prix. Celle-ci découlera principalement de la baisse des salaires, pas de celle des profits, laquelle serait sans doute moins « intéressante pour les investisseurs étrangers ». Et l’exemple de cette stratégie que recommande le FMI est déjà donné par les pays d’Europe du Sud. Ceux-là même dont une partie de la population plonge dans la précarité, voire la misère, du fait des politiques d’austérité recommandées par Mme Lagarde. Continuer la lecture de Compétitivité : l’aveu de Mme Christine Lagarde  » il faudra baisser les salaires ».

La compétitivité, un leurre dangereux…

Un des gourous américains du marketing disait, il y a quelques années : «Il faut arrêter de réfléchir en termes de marges mais plutôt en termes de prix que le consommateur est prêt à payer»

Ce qui s’est avéré vrai, puisque le grand public est prêt à payer des sommes disproportionnées pour le dernier smarphone à la mode et que les plus riches d’entre nous sont capables d’attendre des années pour se faire livrer une voiture d’exception.
Dans l’industrie électronique, on sait depuis longtemps faire travailler des sous traitants asiatiques, pratiquant de très bas salaires, tout en investissant dans la communication et la publicité. Tout comme l’industrie textile sportive, par exemple, où le moindre maillot se négocie à 75 €, et la dernière paire de basket à la mode 140 €
Dans le monde du luxe, on entende très peu de plaintes de la part des dirigeants de LVMH, d’Hermes, de Breitling, de Rolex, Ferrari, Rolls ou Aston Martin, au sujet de la compétitivité.
Dans les deux cas, nous sommes devant des cas de marges juteuses pour des produits pour lesquels les consommateurs ne discutent pas le prix puisque la passion fait place à la raison.
Et puis, il y a les achats de raison, les plus nombreux, qui sont soumis à la plus féroce concurrence. Dans ce cas, le consommateur, pour des raisons bien souvent budgétaires va faire jouer la concurrence et s’orienter vers les prix les plus avantageux ou les plus bas.
Comment en ce cas, les industriels français peuvent-ils répondre à la demande de « raison » ?
Pour certains, en délocalisant la production dans des pays à bas coût de main d’oeuvre, et pour d’autres, en envisageant de faire participer leurs salariés à la baisse des prix de leurs produits.
Comment envisagent-ils le faire ?

«le libre échange a atteint ses limites»

Hé bien tout simplement au travers d’accords compétitivité-emploi et de flexibilité accrue. Ce qui signifie que les salariés accepteraient de baisser temporairement (ce qui reste à prouver) leurs salaires, ne plus avoir d’horaire légal de travail, ou éventuellement travailler gratuitement au delà des 35H00 légales. Continuer la lecture de La compétitivité, un leurre dangereux…