Archives par mot-clé : conseil régional du Nord-Pas-de-Calais

Eric Darques: Au Nord il y avait les corrom…pus

Eric Darques, le « Zorro de la transparence dans le Nord », de Mauroy à Aubry en passant par Borloo.Depuis quinze ans, ce consultant traque les dérives financières commises dans la Nord-Pas-de-Calais. La plus emblématique : l’affaire du grand Stade de Lille, objet d’une information judiciaire.
Dans un livre qui vient de paraitre, il raconte avec force détails le combat qu’il mène contre les fautes et les manquements à la déontologie des élites du Nord-Pas-de-Calais. Combat qui lui a valu, à maintes reprises des menaces de mort.

Marine le Pen divulgue les magouilles et le népotisme du PS du Nord pas de Calais (rediff)

Cette vidéo date de plusieurs années. Mais rassurez-vous rien n’a changé. On y apprend par exemple que de nombreux salariés de l’Hôtel de la région Nord-Pas-de-Calais ont des liens familiaux avec des élus socialistes.

Effarant et scandaleux

Miss Burka : le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (PS) assume sa subvention

Thierry Verbeke n’a jamais rien caché de son projet de créer une géante en burqa au conseil régional. La vice-présidente en charge de la culture, Catherine Génisson (PS), a retrouvé le texte de la délibération en question. Elle date du 4 juillet 2011. À côté de dix autres demandes de bourse d’aide à la création en arts plastiques, figurent noir sur blanc le parcours et le projet de l’artiste seclinois.

miss_burka

Sa demande avait été préalablement examinée par un comité d’experts. Puis elle a été validée par la commission culture du conseil régional «  sans remarque d’aucun groupe politique représenté », souligne Catherine Génisson. Avant d’être votée par tous les groupes politiques sauf le FN – qui s’abstient habituellement sur les aides aux projets artistiques.
Les élus UMP-UDI ont été mal inspirés de s’indigner avant-hier . Ils ont très certainement voté cette délibération sans l’avoir lue.

 

Et ce ne sont pas les seuls : « Cela nous rappelle à notre devoir d’attention et de réflexion  », commente Myriam Cau, élue roubaisienne (EELV), qui estime que « l’argent public aurait été plus utile ailleurs, sans rien enlever à la liberté de création ».
De son côté, Catherine Génisson assume : « Il ne s’agit pas d’une provocation mais bien d’une démarche artistique. » La géante, qui devait trouver sa place dans les lieux dédiés à l’art contemporain mais aussi au contact du public, devait permettre de «  travailler sur la décrispation face aux problèmes identitaires ».

« Une médiation était prévue par l’artiste, ajoute-t-elle. Elle était nécessaire et nous regrettons qu’elle n’ait pas été mise en oeuvre dans le cadre de ce carnaval (du 32 mars à Roubaix). »

Ce qui ne l’empêche pas de présenter des excuses « à celles et ceux dont la sensibilité aurait pu être heurtée ».

Nord Eclair