Archives par mot-clé : copé

REDIFF: Copé et Fillon convergent pour augmenter l’immigration algérienne

Première diffusion Avril 2012

Rappel avant de voter :

Lu dans El Watan du 8 décembre 2011 :

« Le taux de refus de visas pour la France a baissé de 6% cette année. Seulement 21,77% des demandes de visa formulées par les Algériens ont reçu des réponses négatives depuis le début de l’année, contre 27,84% en 2010, à la même période.

«Une avancée due à la simplification des procédures pour faciliter la circulation des Algériens entre l’Algérie et la France», dont s’est félicité, hier, le consul général de France à Alger, Michel Dejaegher, en présence de l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt, lors d’une conférence de presse tenue à la résidence du consul à Alger. A l’ordre du jour, le bilan des dix premiers mois d’activité du consulat général de France à Alger qui a traité 140 751 dossiers de demandes de visa. Ainsi, 80 746 visas ont été délivrés depuis le 1er janvier 2011, dont 73 000 visas court séjour, contre 72 956 visas à la même période de l’an dernier.suite

Répondant à un journaliste de Tout sur l’Algérie, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé explique :

« La France délivre près de 140 000 visas par an, pour environ 200.000 demandes. Le taux de refus diminue, nous délivrons de plus en plus de visas de circulation et nous avons fait un effort important pour améliorer les conditions d’accueil, notamment par le recours au prestataire Visa France. L’Algérie bénéficie en outre d’un régime favorable pour les visas de longue durée et pour le séjour, conformément aux accords de 1968 que nous sommes prêts à améliorer encore, pourvu que nos préoccupations soient prises en compte, conformément au principe de réciprocité. D’un point de vue personnel, je pense que la renégociation de l’accord de 1968 doit être l’occasion d’améliorer la mobilité des chefs d’entreprise, des chercheurs, des artistes. »J-F Copé dans TSA

François Fillon lors de son voyage officiel en Algérie de juin 2008  promit 170 000 visas par an aux Algériens. :

« ALGER (AFP) 21/6/2008 :

— Le chef du gouvernement algérien, Abdelaziz Belkhadem [islamiste notoire], a interpellé samedi à Alger son homologue français François Fillon, en visite à Continuer la lecture de REDIFF: Copé et Fillon convergent pour augmenter l’immigration algérienne

Hors micro, Pécresse raconte à Bourdin “les enveloppes qui circulent”

D’après la nouvelle présidente du conseil régional d’Ile-de France, Valérie Pécresse, les “vallsistes” ont multiplié les coups tordus durant la campagne des régionales et même fait circuler des “enveloppes”. Révélations faites en off sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, qui curieusement ne moufte pas… et n’évoquera pas le sujet à l’antenne.

 

Source

La violente charge de l’ex-trésorier filloniste de l’UMP contre Copé

Dominique Dord, trésorier de l’UMP et soutien de François Fillon, a démissionné de ses fonctions, lundi 26 novembre. Dans un long communiqué, il accuse, comme beaucoup de fillonistes avant lui, Jean-François Copé d’avoir abusé de sa position à la tête du parti pour rendre le scrutin inéquitable. Mais il donne cette fois-ci de nombreux détails, portant de lourdes accusations.

Sur le rôle des « collaborateurs salariés de l’UMP » pro-Copé

« L’égalité de traitement entre candidats aurait dû être absolument garantie. Cela n’a pas été le cas« , écrit-il. « Plusieurs d’entre nous avaient demandé à Jean-François Copé de se mettre en retrait du secrétariat général le temps de la campagne pour éviter toute suspicion. Il l’a refusé. »

« Son équipe de collaborateurs salariés de l’UMP, largement rémunérée, pas moins d’une dizaine de cadres autour de Jérôme Lavrilleux, n’a cessé, sans le moindre scrupule, de jouer un rôle très actif et ostensible pendant les trois mois de la campagne : représentant par exemple, tout à fait officiellement Jean-François Copé à la Cocoe, dans un mélange des genres effarant, participant à l’antenne à des débats radiodiffusés, mentionné comme référent de Jean-François [Copé] sur des documents officiels de campagne… On peut évaluer à plus de 200 k€ l’avantage représenté sur quatre mois, par la prise en charge de cette équipe salariée par le Mouvement. »

Sur le ralliement de Christine Boutin

« Je ne reviendrai pas sur le triste épisode Christine Boutin avec cette dette de 160 k€ exhumée fort opportunément au lendemain même du ralliement de Christine à Jean-François Copé alors que ce dernier avait choisi de l’enterrer au lendemain de la présidentielle », ajoute M. Dord.

A l’époque, le trésorier de l’UMP avait protesté contre ce remboursement du parti en faveur de la présidente du Parti chrétien démocrate, au titre de ses frais de campagne à la présidentielle, avant le retrait de sa candidature au profit de Nicolas Sarkozy.

Lire Christine Boutin dit avoir touché 680 000 euros de l’UMP

Sur l’utilisation du siège et des moyens de communication du parti

lire la suite sur Le Monde

UMP: Fillon va saisir la justice et juge Copé « seul responsable » de l’échec

François Fillon a annoncé dimanche soir qu’il saisissait la justice sur les résultats de l’élection du président de l’UMP et a accusé son adversaire Jean-François Copé d’être seul responsable de l’échec de la médiation Juppé.

« Jean-François Copé porte seul désormais la responsabilité d’un échec qui touche notre parti et compromet, au-delà, l’image de l’action politique », écrit l’ex-Premier ministre dans un communiqué. « Soucieux de sortir de l’impasse dans laquelle les coups de force successifs de Jean-François Copé ont plongé notre parti, je saisirai la justice pour rétablir la vérité des résultats et rendre la parole aux militants », ajoute-t-il.

le point

Médiation UMP: Alain Juppé jette l’éponge

Alain Juppé a déclaré dimanche que les conditions de sa médiation pour la présidence de l’UMP entre Jean-François Copé et François Fillon n’étaient « pas réunies » et que, par conséquent, sa mission était « achevée », dans un communiqué lu dimanche soir à l’AFP par son entourage.

« Alain Juppé, constatant que ses propositions n’ont pas été acceptées, estime que les conditions d’une médiation ne sont pas réunies. En conséquence, il considère que sa mission est achevée », a indiqué le maire de Bordeaux dans un communiqué lu à l’AFP par un de ses proches alors qu’il avait réuni à l’Assemblée, depuis moins de trois quarts d’heure, Jean-François Copé et François Fillon.

Le Point