Archives par mot-clé : Corse

Deux villas corses d’un proche d’Emmanuel Macron échappent à la démolition

C’est aussi le patron préféré de la CGT en raison des liens du grand père  ferracci avec le PC et du business qu’a monté le papa Ferracci avec le syndicat.


Des associations de protection de l’environnement ont déploré jeudi une décision de la cour d’appel de Bastia condamnant le propriétaire de deux villas appartenant à Pierre Ferracci, construites sur un site protégé de la baie de Rondinara, près de Bonifacio (Corse-du-Sud), à une amende d’un million d’euros mais épargnant les bâtiments.

(…)

Pierre Ferracci, un homme d’affaires proche du président

Ces deux villas construites en plein maquis dans la commune de Bonifacio, appartiennent à l’homme d’affaires Pierre Ferracci, membre d’une famille implantée depuis longtemps dans la région. Il est par ailleurs le père de Marc Ferracci, un ami proche du président Continuer la lecture de Deux villas corses d’un proche d’Emmanuel Macron échappent à la démolition

Corse et Outre-Mer : ce que signifie la percée de Marine Le Pen

La Corse est à l’avant poste de la bataille identitaire qui va s’étendre  dans les prochaines années à toute la métropole.


Paul-François Paoli, chroniqueur littéraire au Figaro et essayiste, analyse le succès du vote Marine Le Pen en Corse et en Outre-Mer. Pour lui, le clivage politique en Corse est celui de l’identité.

Cette île qui n’a rien de gaulois, culturellement, va-t-elle devenir le dernier village gaulois d’un pays dont les élites politiques ne sont plus capables de dire qui il est, ni d’où il vient, ni où il va ?

En Corse, Emmanuel Macron a connu un échec surprenant au vu de Continuer la lecture de Corse et Outre-Mer : ce que signifie la percée de Marine Le Pen

Sisco: Rixe entre jeunes Corses et jeunes maghrébins (maj: Hocine, clandestin, est en fuite )

19 Aout

e placement sous contrôle judiciaire, assorti de l’interdiction de retourner à Sisco, s’applique à deux des trois frères, Jamal Benhaddou, 29 ans, plaquiste domicilié à Furiani au sud de Bastia, et Abdelillah Benhaddou, 38 ans, plaquiste. Leur sont reprochées des violences en réunion, avec des couteaux et des pierres.

Le troisième frère, Mustafa Benhaddou, 33 ans, ouvrier du bâtiment au chômage vivant à Furiani, a lui été placé en détention jusqu’au procès. Il doit répondre de violences en réunion, et notamment d’usage d’un fusil harpon, de jets de pierre et de menaces au couteau. Un quatrième frère, Hohcine, en situation irrégulière, est actuellement en fuite.

Le Point


18 Aout

Voir aussi: LE PROCUREUR DE SISCO: LES MAGHRÉBINS ONT PASSÉ LEUR JOURNÉE À AGRESSER TOUT LE MONDE

Voir aussi: Sisco : une vidéo bat en brèche le témoignage anonyme des baigneurs musulmans diffusé par BFM et i>Télé

17 Aout 2016

« Globalement, la version avancée par les jeunes est corroborée », indiquait hier soir une source proche de l’enquête. Le soir des événements, à chaud, les jeunes gens avançaient tous la même version sans aucune divergence sur le déroulement chronologique des faits et faisant état de détails identiques.

Le lendemain, dimanche, à l’occasion d’un rassemblement devant les grilles de la mairie de Bastia, cette même version était une nouvelle fois avancée par une jeune femme de dix-sept ans qui appartenait au groupe pris à partie. De jeunes gens. Selon un touriste rencontré à Sisco, témoin de la scène et entendu près de trois heures par les enquêteurs de la gendarmerie, signe de l’importance accordée à ses déclarations : « Ils [les familles d’origine maghrébine, ndlr] voulaient simplement privatiser la plage, ils n’ont pas accepté que des photos de l’endroit soient prises ». […]

Corse Matin

(…) « Globalement, nous pouvons dire que la prise d’une photo est bien à l’origine de ces violences, explique Frédérique Oliveaux-Rigoutat, procureur adjointe à Bastia. Cela a été confirmé par les premières auditions. »

D’après nos informations, plusieurs personnes d’origine maghrébine impliquées dans ces violences sont connues des services de police : « Quelques procédures ont été établies à l’encontre de ces individus. De la délinquance des banlieues, du droit commun », admet une source proche de l’enquête qui n’entend pas en dire davantage.

(…)
Source

16 Aout 2016
Continuer la lecture de Sisco: Rixe entre jeunes Corses et jeunes maghrébins (maj: Hocine, clandestin, est en fuite )

Le FLNC du 22 octobre menace les « islamistes radicaux » de « réponse déterminée »

Le mouvement clandestin nationaliste corse du FLNC du 22 octobre a averti jeudi dans un communiqué les « islamistes radicaux de Corse » que toute attaque de leur part déclencherait « une réponse déterminée, sans aucun état d’âme ».

Dans ce texte transmis à Corse Matin, le groupe, qui avait annoncé en mai sa « démilitarisation », adresse aussi un « message à l’Etat français », qui aurait, « si un drame devait se produire chez nous (…), une part importante de responsabilité car il connaît les salafistes en Corse ». Précisant qu’ils « seraient au nombre de huit », le FLNC ajoute savoir « avec certitude que l’un des imams de Corse est un indicateur de police ».

Les nationalistes assurent aussi, sans plus de précision, « avoir permis au mois de juin de déjouer un attentat sur notre territoire dans un lieu fréquenté par le public ».

« La volonté des salafistes est clairement de mettre en place chez nous la politique de Daesh et nous nous y sommes préparés », poursuit le texte. « Votre philosophie moyenâgeuse ne nous effraie pas. L’amalgame n’existe que dans l’esprit des faibles et le peuple corse est fort (…) de choix politiques difficiles qui ne nous ont jamais fait basculer comme vous dans la barbarie », lance le FLNC dit du 22 octobre à l’adresse des radicaux.

Revenant par ailleurs sur un guet-apens tendu à des pompiers en décembre 2015 dans une cité d’Ajaccio –qui avait été suivi de manifestations émaillées d’incidents racistes–, le groupe clandestin affirme qu’il s’agissait d’une « stratégie mise en place plusieurs jours, voire plusieurs semaines auparavant pour tester la réaction du peuple corse ».

L’opération, ajoute-t-il, a été « orchestrée par quelques pseudo-penseurs malfaisants aidés de petites crapules sans envergure ».

‘Vigilance’

« Sachez que toute attaque contre notre peuple connaîtrait de notre part une réponse déterminée sans aucun état d’âme », ajoute encore le FLNC.

S’adressant, plus généralement « aux musulmans de Corse », le Front les appelle aussi à « prendre position » en dénonçant l’islamisme radical. Il leur demande notamment de signaler « les dérives chez des jeunes désoeuvrés tentés par la radicalisation » et de ne pas « afficher de signes religieux ostentatoires ».

« Si l’Etat islamique revendiquait des actions sur notre sol, nous ne pourrons vaincre que ensemble », poursuit le FLNC.

« Il faudra que la France cesse sa propension à intervenir militairement et à vouloir donner des leçons de démocratie à la terre entière, si elle veut éviter que les conflits qu’elle sème à travers le monde ne reviennent comme un boomerang sur son sol », ajoute encore l’organisation clandestine. Continuer la lecture de Le FLNC du 22 octobre menace les « islamistes radicaux » de « réponse déterminée »

Tension autour d’une prière sur une plage de Balagne

France 3 Corse

Des prédicateurs venus du continent qui tentaient de faire une prière sur la plage de Bodri, près d’Ile Rousse, ont été priés de quitter les lieux par des personnes présentes sur place.

Une prière de rue, ou plutôt une prière de plage, a tourné court mercredi 20 juillet à Bodri, une plage située sur la commune de Corbara près d’Ile-Rousse en Haute-Corse.

Six prédicateurs, qui depuis plusieurs années viennent en Corse prêcher auprès des jeunes musulmans notamment, ont tenté de faire une prière sur le sable.

Des personnes présentes leur ont demandé de quitter les lieux, les responsables de la mosquée d’Ile-Rousse n’ont a priori pas souhaité mettre à leur disposition le lieu de culte de la commune.

Plus tard ces religieux venus du continent ont retrouvé leur camionnette avec les pneus crevés. Ils ont depuis quitté la Corse mais n’ont pas déposé plainte. Continuer la lecture de Tension autour d’une prière sur une plage de Balagne

Florian Philippot : le changement c’est fini ! (vidéo)

Manuel Valls : Une insulte à la démocratie et à la république.

Le vrai scandale avec Manuel Valls c’est de ne pas recevoir le front National, une candidate Marine Le Pen, qui a réuni 6,5 millions de français pour parler de la réforme des élections locales. Il va recevoir tous les chefs de partis sauf Marine Le Pen.(…) Là il y a un véritable scandale, de mettre de côté des millions et des millions de français, c’est une insulte  à ces français, c’est une insulte à la démocratie et à la République.

UMP/PS : Même combat

Quand on participe à un débat où l’UMP et le Ps sont présents ils n’ont plus rien à se dire. Ils sont obligés de faire un débat de chef de bureau à Bercy « Ah, non faudrait mettre la TVA à 5,6 pas 5,5, » (…) c’est ça le niveau de leur débat aujourd’hui parce qu’ils ont les mêmes options idéologiques, ils sont contraints par cette union européenne, par le FMI et par Madame Merkel qui fait le tour des domestiques en Europe en ce moment pour voir s’ils appliquent bien la politique définie par leurs maitres.