Archives par mot-clé : Cyril Nauth

Mantes-la-Ville (78) : le fichier musulman avait été créé « pour faire réélire la maire PS »

L’enquête, menée par les policiers de la PJ de Versailles, sur l’affaire du fichier recensant les musulmans de Mantes-la-Ville est terminée. C’est désormais à la justice de prendre le relais.

Le 10 janvier prochain, un responsable d’une association de la ville, Youness Jaddaoui, 36 ans, et trois autres figures de la communauté musulmane locale, âgées de 36 à 66 ans, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Versailles pour « détournement et collecte de données à caractère personnel ». Il leur est reproché d’avoir tenté de constituer des fichiers répertoriant les musulmans de la commune, dans le but de les inciter à reconduire la maire (PS) Monique Brochot à la tête de la ville, lors des municipales de mars 2014. Sans succès, puisque c’est le candidat FN Cyril Nauth qui l’avait emporté lors de ce scrutin. […] Continuer la lecture de Mantes-la-Ville (78) : le fichier musulman avait été créé « pour faire réélire la maire PS »

Mantes-la-Ville (78) : le maire FN réduit les subventions des associations qui s’estiment « prises pour cible »

Bravo à ce maire. Les associations sont souvent des officines politiques ou des structures qui encouragent les élus au clientélisme.


 

Subventions rognées, activités passées à la loupe. Les associations de la seule commune d’Ile-de-France dirigée par un maire FN, Cyril Nauth, « prises pour cible » par le maire, en quête d’économies.

« Dans un contexte budgétaire contraint, on doit se recentrer sur les priorités : sécurité, école, propreté, baisse de la fiscalité, ce n’est pas permettre le développement d’activités rap, hip-hop aux frais de la princesse« , prévient le maire FN Cyril Nauth.

Dans la foulée de son élection en mars 2014, le jeune prof discret, qui a ravi aux socialistes cette ville populaire de 20 000 habitants, a réduit les subventions aux associations de 20 %. « Mais en 2015, il n’y a pas eu de baisse drastique« , argue l’élu. Sauf pour le Football club Mantois, dont le montant de la subvention a été amputé de 75 %, un coup de semonce pour le plus gros club du secteur qui accueille de nombreux jeunes des quartiers. « Le club est mal géré« , a notamment justifié le maire.

Dans le milieu associatif local, très dense, des acteurs, comme Abdessamad El Warroudi, s’inquiètent du ton de la nouvelle majorité : « le social est en train de mourir à Mantes-la-Ville« , estime le président de Réflexion et action citoyenne (RACMY). […]

Pour Diambéré Dembele, ex-médiateur jeunesse, aujourd’hui chargé de mission au conseil départemental des Yvelines, les associations sont « prises pour cible » : « On leur refuse d’organiser des événements, on est passé cette année de trois fêtes de quartier par an, une dans chaque quartier, à une fête tournante. » Derrière la rigueur budgétaire, le conseiller municipal socialiste Saïd Benmouffok voit « une lutte idéologique« . Selon lui, « le maire a conscience d’une chose : il a peut-être conquis la mairie, mais le tissu associatif ne lui est pas favorable« . […]

Le maire « n’hésitera pas » non plus à « mettre un terme aux activités qui tendent vers la communautarisation« , dans la droite ligne du FN qui avait promis avant les municipales une chasse aux « subventions aux associations communautaristes ». […]

source

Mantes-la-Ville (78) : le maire FN veut un poste de police municipale à la place de la mosquée (maj: la préfecture s’y opposera)

Une mosquée ou un poste de police ? Le maire (FN) a choisi la seconde option mais la préfecture pourrait s’y opposer.

C’est une quasi-certitude : lors du conseil municipal de Mantes-la-Ville du 29 juin, le maire (FN) Cyril Nauth devrait annoncer qu’il exerce son droit de préemption sur les locaux de la trésorerie des Merisiers afin d’éviter qu’une mosquée ne s’y installe.

L’édile souhaite contrer le projet en y installant sa police municipale et les archives de la ville. Pourtant, si elle est adoptée en conseil municipal, la délibération a peu de chances d’être acceptée sur un plan légal. « Le contrôle de légalité de la préfecture saisira le tribunal administratif pour faire annuler cette décision, confie une source préfectorale. Juridiquement, le dossier ne tient pas la route et n’est pas justifié. Il peut même être considéré comme un abus de pouvoir.

Source


 

Le maire FN de Mantes-la-Ville (Yvelines), Cyril Nauth, va préempter un local pour y installer la police municipale à la place du projet controversé de salle de prière porté par une association de musulmans, a-t-il annoncé vendredi à l’AFP.

Le seul maire d’Ile-de-France issu du Front national a présenté son projet aux élus lundi en commission des finances et jeudi en commission de l’urbanisme. Il doit être soumis au vote du conseil municipal du 29 juin.

Le coût s’élèverait à 660.000 euros pour l’achat du local – l’ex-trésorerie municipale dans le quartier des Merisiers – et 100.000 euros de travaux.

Or, l’Association des musulmans de Mantes-Sud (AMMS) a déjà déboursé 600.000 euros pour la future salle de prière, un projet soutenu par l’ex-maire socialiste mais combattu par son successeur depuis les municipales de 2014.

L’AMMS dénonce une tentative « de dernière minute » pour faire capoter le projet. « C’est un abus de pouvoir manifeste », « une attitude purement raciste et islamophobe », selon son président Abdelaziz El Jaouhari, qui va saisir la justice administrative.

De son côté, Cyril Nauth se défend de toute mesure idéologique. « Notre projet est sérieux, solide et concret », inspiré par « l’intérêt général », soutient-il, « ce qui n’est pas le cas d’un lieu de culte musulman ». Pour lui, il s’agit « de renforcer la police municipale », une de ses promesses électorales. […]

Parallèlement, le maire a demandé il y a plusieurs mois à la justice l’expulsion de l’association du lieu de culte actuel, dans un pavillon vétuste. Un autre projet de mosquée est par ailleurs piloté par l’association historique locale des musulmans El-Fethe, en conflit avec l’AMMS.

Source

Islamisation UMPS: A Mantes-la-Ville le maire FN devra verser 2 000 € aux musulmans

La mairie (FN) de Mantes-la-Ville va contribuer, à ses dépens, à financer l’acquisition d’une mosquée dans sa commune… Ce jeudi, l’Association des musulmans de Mantes-sud (AMMS) a appris que le tribunal de grande instance de Versailles avait obligé la municipalité à lui verser 2 000 €.

Cette somme correspond à une pénalité, fixée par le juge, après l’échec de la ville à demander l’expulsion de l’association de la salle de prière qu’elle occupe illégalement boulevard Roger-Salengro. Cette condamnation tombe au moment où l’AMMS s’apprête à acheter à Mantes-la-Ville un local afin de le transformer en mosquée. L’acquisition de cette salle est estimée à 600 000 €.

Voir aussi:
Islamisation: Un maire FN doublé par le préfet PS et la communauté d’agglo UMPS sur la création d’une salle de prière

A Mantes-la-Ville, le maire FN bloque la vente d’une salle de prière

A Mantes-la-Ville, le maire FN veut bloquer la construction d’une salle de prière

Islamisation: Un maire FN doublé par le préfet PS et la communauté d’agglo UMPS sur la création d’une salle de prière

La communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (Camy) a autorisé hier soir la vente d’un local de Mantes-la-Ville à une association musulmane qui souhaite en faire une salle de prière, contre l’avis du maire FN qui espère encore bloquer le processus.

La Camy a voté, à 44 voix sur 70 et 19 abstentions, « le projet de vente en direct d’une ancienne trésorerie » à l’association des musulmans de Mantes-sud (AMMS). L’ancienne municipalité PS avait décidé de racheter ce local à la communauté d’agglomération pour le revendre ensuite à l’association. Mais le maire FN Cyril Nauth, qui a pris la ville l’an dernier après avoir combattu le projet pendant sa campagne, avait séché le rendez-vous chez le notaire pour signer la promesse de vente.

Or les quelque 800 fidèles sont menacés de perdre leur salle de prière actuelle, installée dans un pavillon vétuste voué à la démolition: la mairie a demandé à la justice leur expulsion en raison d’une occupation illégale des lieux. Devant ce blocage, le préfet des Yvelines avait proposé à la Camy de réexaminer la question du transfert de la mosquée et d’une « éventuelle vente directe à l’association », sans passer par la mairie. C’est ce que l’agglomération a voté hier soir.

« On passe en force contre l’avis du maire », a commenté Cyril Nauth. « C’est inacceptable ». Le seul maire FN d’Ile-de-France compte « trouver d’autres moyens » pour bloquer le projet, « user de (son) droit de préemption » sur le local ou « attaquer le permis de construire ». L’édile invoque des « problèmes de circulation et de stationnement » à proximité de ces locaux comme de la salle de prière actuelle pour justifier son opposition à la présence du lieu de culte, se déclarant également inquiet d’éventuels « troubles à l’ordre public ».

« C’est une satisfaction, une décision longuement attendue », a de son côté réagi Abdelaziz El Jaouhari, président de l’association des musulmans de Mantes-sud. « Si jamais le maire procède à une préemption, il y a des voies légales pour la contester, dont nous userons », a-t-il ajouté.

Mosquée de la ville FN Mantes-la-Ville (78) : le préfet veut contourner le refus de la mairie

L’État PS et son gouvernement remplaciste a décidé de bafouer la loi de 1905 et passer au dessus de la souveraineté des électeurs et de leur vote. Nous ne sommes plus dans une démocratie.


Rebondissement inattendu pour la mosquée de Mantes-la-Ville. Erard Corbin de Mangoux, le préfet des Yvelines, a décidé de se mêler en personne de ce sujet complexe. Il s’apprête à envoyer un courrier à la Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (CAMY) lui proposant de vendre directement à la communauté musulmane l’ancienne trésorerie municipale afin de la transformer en salle de prière.

Une convention signée fin 2013 prévoyait que la CAMY vende d’abord ces locaux à la ville pour que cette dernière les cède ensuite à l’association des musulmans de Mantes-sud (AMMS). Mais l’arrivée du FN au pouvoir en mars 2014 a bouleversé ce scénario. Le nouveau maire Cyril Nauth refusant d’honorer la convention, le dossier est au point mort.

Pour contourner le refus municipal, la stratégie du préfet consisterait donc à écarter Mantes-la-Ville de cette opération. Il y a quelques jours, une entrevue discrète a eu lieu entre le sous-préfet de Mantes-la-Jolie et Cyril Nauth afin d’évoquer ce sujet délicat.

« Si cette vente directe se fait, cela voudrait dire que le préfet ignore la souveraineté des communes et outrepasse ses droits, s’agace Cyril Nauth. Ce serait scandaleux. »

Consciente du caractère sensible de cette opération, la préfecture se refuse à commenter l’affaire et à confirmer l’existence de ce courrier. Pourtant, la lettre existe. Elle n’est toutefois pas encore arrivée sur le bureau du président de la CAMY Paul Martinez (SE). […]

Source

A Mantes-la-Ville, le maire FN bloque la vente d’une salle de prière

Voir notre article : Les maires FN choisissent l’intérêt général au communautarisme. Bravo.

(…)Nauth n’en démord pas : le projet de vente masquait la construction d’une mosquée. Il en veut pour preuve le visuel mis en ligne sur le site de l’AMMS, représentant l’actuelle trésorerie surmontée d’une mini-coupole et d’un minaret. Il critique aussi l’emplacement choisi, le «manque de concertation» et maintient que «des mosquées existent déjà dans le Mantois» : «Les adhérents FN aussi sont nombreux et on n’a pas de permanence !»

«Mais nous payons nos impôts ici !», proteste Abdelaziz El Jaouhari, qui rappelle que les autres religions disposent de lieux de culte. Quant à un minaret, il assure que le projet, «loin d’être ostentatoire», n’en comporte pas : «Que le maire consulte le permis de construire, il n’en est pas question.» Depuis leur entretien mi-avril, le président de l’AMMS n’a pas de nouvelles de l’élu FN.

Cyril Nauth contre-attaque en évoquant les querelles entre El Fethe, la première association qui a piloté le projet et l’AMMS, créée en octobre 2013. Dénonçant une «manipulation politique», il accuse El Jaouhari soit de rouler pour le PS soit d’être proche de Pierre Bédier, président du conseil général (UMP) des Yvelines.

source

Les maires FN choisissent l’intérêt général au communautarisme. Bravo.

Les premières semaines des maires FN se sont déroulées sous l’œil mesquin des caméras. Les journalistes pensaient faire de grandes découvertes sur le fascisme en action. Raté. On a vu des maires prendre des décisions rationnelles, démocratiques, républicaines et justifiées.

À Henin-Beaumont, steeve Briois a choisi de virer la LDH du local dont elle n’avait jamais payé le loyer et lui a supprimé sa subvention. Parmi ses premières décisions figure également la baisse de 10% de la taxe d’habitation, de quoi relancer le pouvoir d’achat de certains héninois.
À Villers-Cotterêts, Franck Briffaut s’est engagé à ne pas commémorer l’abolition de l’esclavage. Une décision qui rompt avec la politique de repentance a laquelle nous soumet la loi Taubira dont la spécificité est de culpabiliser les français tout en ignorant l’esclavage arabo-musulman..

A Mantes-la-ville, Cyril Nauth vient de s’opposer à un projet de construction d’une nouvelle salle de prière pour les musulmans. Voté par la majorité socialiste précédente, ce projet a déjà fait coulé beaucoup d’encre (lire l’article de danielle Moulins datant de novembre 2013 : Lèche-babouches de la semaine : Monique Brochot, Maire PS de Mantes-la-Ville.)

fn_a_mantes_la_ville_mosquee_en_peril-0L’Association des musulmans de Mantes-Sud (AMMS), (anciennement Association El-Feth) ayant exprimé son souhait de bénéficier d’un local plus grand que celui qu’elle loue, Monique Brochot, maire PS avait souhaité leur faire plaisir et répondre à leur détresse. Elle a donc entrepris sur fond public l’acquisition de l’ancienne trésorerie de la ville, qui jusqu’ici appartenait à la communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines,

Le coût de l’opération pour les contribuables devait s’élever à 650 000 euros pour une salle pouvant accueillir 7OO musulmans. La maire a tenté de rassurer ses administrés un Continuer la lecture de Les maires FN choisissent l’intérêt général au communautarisme. Bravo.

A Mantes-la-Ville, le maire FN veut bloquer la construction d’une salle de prière

Lu sur le Monde

Pour comprendre cette affaire lire l’article de Riposte Laïque du 2 novembre 2013 : Lèche-babouches de la semaine : Monique Brochot, Maire PS de Mantes-la-Ville.

extrait : Le projet est voté (18 voix Pour et 10 contre) par les élus PS et Front de Gauche, bien sûr soucieux de la « dignité » du levage des postérieurs vers Allah dans un lieu adapté. Les groupes Divers Droite et Centre ont justifié leur refus pour raison d’ « opacité  » et de manque de garantie financière. Quant au groupe Divers Gauche, il se dit d’accord pour une mosquée, mais pas dans la précipitation, trop près des élections. Le Front National parle de choix communautaire pour s’attirer les faveurs d’un vote communautaire

——-

« Nous sommes hostiles à ce projet et nous dénonçons le coup politique de l’ancienne maire pour s’attirer le vote communautaire des musulmans », affirme Cyril Nauth, le nouveau maire Front national de Mantes-la-Ville (Yvelines). Le projet : la construction d’une nouvelle salle de prière acceptée par l’ancienne municipalité, alors dirigée par Monique Brochot (PS).

L’Association des musulmans de Mantes-Sud (AMMS), anciennement Association El-Feth, dispose, depuis 2002, d’un pavillon loué à la ville. Un bâtiment d’une capacité de quelque 300 personnes, « qui n’est pas aux normes », selon Abdelaziz El Jaouhari, le président de l’AMMS.

Début octobre 2013, le conseil municipal, alors à majorité socialiste, décide d’acquérir l’ancienne trésorerie de la ville, qui appartient à la communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines. L’objectif de ce rachat : vendre ensuite ce bien à l’AMMS pour aménager une nouvelle salle de prière. Le coût total, d’environ 650 000 euros, doit être couvert par l’association. La nouvelle salle pourra accueillir environ 700 personnes.

L’agglomération et la ville se sont mises d’accord pour le rachat, mais il n’a pas été entériné avant les municipales… et la défaite de la maire socialiste.

OBSTACLES JURIDIQUES

Or, lors de la campagne, le futur maire FN a promis de s’opposer au projet de salle de prière, invoquant des problèmes de stationnement dans le quartier et dénonçant un « vrai danger financier », si l’association ne rassemblait pas la somme pour acheter les locaux.

Peut-il réellement s’opposer au projet, alors que la mairie socialiste a déjà signé la promesse de vente ? « Il s’agit d’une promesse unilatérale de vente et non d’un compromis, le vendeur ne peut se rétracter », remarque Bernard Dolez, professeur de droit public à l’université de Lille-II et de Paris-XIII.

« Si la ville ne souhaite plus réaliser la vente, une demande d’exécution forcée de la vente a peu de chances d’aboutir », poursuit-il. Mais la ville pourra alors être condamnée à verser des dommages et intérêts à l’AMMS, ceci aux frais des contribuables.

« On va voir ce que ça peut coûter, mais pour respecter l’électorat mantevillois, on est prêts à payer cette somme, qui ne sera pas indécente, je pense », assure Cyril Nauth.

« DISCRIMINATION » Continuer la lecture de A Mantes-la-Ville, le maire FN veut bloquer la construction d’une salle de prière