Archives par mot-clé : De Gaulle

Éric Zemmour : « Trop d’Histoire tue l’Histoire »

[audio:http://www.prechi-precha.fr/wp-content/mp3/zem1.mp3]

À suivre la campagne présidentielle ces derniers jours, on se croirait dans une bande d’actualités de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ne manquent que les images en noir et blanc », constate Éric Zemmour, qui note que « la classe politique française toute entière joue à plus gaulliste que moi tu meurs ! ». Il constate qu’Emmanuel Macron « use et abuse des références à la guerre et au nazisme, comme s’il voulait rejouer contre son adversaire du second tour un imaginaire historique qui avait si bien fonctionné pour marginaliser son père »

Pour le journaliste, « Marine Le Pen en est elle même effrayée puisqu’elle se sent obligée d’aller elle aussi se recueillir devant le mémorial de l’extermination des juifs ». Avant d’insister : « Pourtant, l’instrumentalisation du malheur juif ne marche pas. Elle scandalise davantage qu’elle ne mobilise. Elle apparait pour ce qu’elle est : un truc de campagne électorale ». Aux yeux d’Éric Zemmour, « trop d’Histoire tue l’Histoire ».

Les clips de Poutou

C’est un ouvrier et c’est respectable. C’est surtout un trotskiste du NPA et ça c’est beaucoup moins respectable.
Cependant l’honnêteté me pousse à dire que ses clips m’ont fait rire et qu’ils prouvent que ce n’est pas la peine d’avoir beaucoup d’argent pour être inventif.

Poutou parodie son passage dans On n’est pas couché où il a dû subir le mépris de classe des petits bourgeois de la télé publique.

Marine Le Pen: J’aimerais qu’on parle de l’antisémitisme islamiste : je pense notamment à cette femme de 70 ans défenestrée à Paris.

Excellente interview de Marine Le Pen. En matière d’antisémitisme les journalistes devraient rappeler s’ils étaient honnêtes les manifestations pro-palestiniennes aux slogans antisémites auxquelles participaient les verts et mélenchon.(1)

(1) Lire: Parti de gauche et antisémitisme: Mélenchon en pleine dérive?

Si vous n’avez pas le temps d’écouter l’intégralité de cette interview lisez au moins les Tweets qui suivent. C’est pour ça et on ne bosse pas bénévolement pour des prunes!:


Continuer la lecture de Marine Le Pen: J’aimerais qu’on parle de l’antisémitisme islamiste : je pense notamment à cette femme de 70 ans défenestrée à Paris.

Marine Le Pen veut que l’UE «se casse la figure» pour renaisse l’Europe de De Gaulle

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a appelé jeudi les Français à «contribuer si possible» à la chute des institutions européennes.

nouvel-horizon-fives-cail-1422549-616x380

«Comment améliorer l’UE? D’abord en l’effondrant», a dit Mme Le Pen lors d’une rencontre avec la presse anglo-saxonne près de Paris. «Je pense qu’elle est irréformable en l’état», a poursuivi la dirigeante, qui souhaite faire du Front national (FN) «le premier parti de France» aux élections européennes de mai 2014.

«Il faut attendre que tout cela se casse la figure, y contribuer si possible, pour faire émerger le projet d’une Europe de nations libres qui était en fait celle qu’avait dans la tête le général De Gaulle», a-t-elle dit.

Pour la dirigeante du FN, «cela passe évidemment par la disparition de l’immense majorité des structures actuelles de l’UE». «Je n’attends qu’une chose du système européen, c’est qu’il explose», a-t-elle ajouté.

«Le rôle que nous allons avoir à jouer, nous, les élus patriotes au Parlement européen, va être surtout celui de bloquer toute nouvelle avancée, toute avancée supplémentaire de cette union fédérale européenne», a prévenu Mme Le Pen. Sur les 74 Français élus en 2009 au Parlement européen 3 sont membres du FN.

L’Essentiel

Marine Le Pen : «Le risque de passer de la révolte à la révolution» (vidéo)

Article du Parisien qui reprend les propos tenus par la présidente du FN. On vous conseille de regarder la vidéo, c’est toujours plus fidèle au réel que le compte rendu partiel (et souvent partial) d’un journaliste.

——————

La présidente du Front national, Marine Le Pen, était ce dimanche l’invitée de «Tous politiques». L’eurodéputée a dit comprendre la fronde qui s’est exprimée ce week-end par des manifestations, opérations escargots et autres actions de vandalisme contre les portiques et bornes écotaxes ou contre les radars.

 

VIDEO. L’intégralité de l’interview de Marine Le Pen


10/11/2013 TOUS POLITIQUES par france24

Marine Le Pen «comprend» la «révolte». «Il existe en France une véritable révolte que le gouvernement cherche à localiser en Bretagne ou à minimiser mais qui en réalité touche toute la France», estime Marine Le Pen à propos des manifestations et autres actions de vandalisme anti-écotaxes et anti-radars qui ont émaillées le week-end. «Je les comprends, comme beaucoup de Français», dit-elle.

«Le risque, c’est de passer de la révolte à la révolution. Et ce danger existe lorsque l’on a un gouvernement qui est autiste», prévient-elle. Selon elle, «ça n’est pas une jacquerie locale». «Ceux qui veulent limiter ça à une petite révolte locale se trompent.»

 

La dégradation de la note de la France par Standard & Poor’s «est grave». «Parce que la conséquence immédiate, c’est le danger de l’augmentation des taux d’intérêts», explique Marine Le Pen.  La présidente du FN l’assure, «la politique d’austérité aggrave la situation, les déficits, la dette». L’eurodéputée plaide en outre pour une sortie de l’euro. «On va continuer combien de temps avec cette monnaie qui nous ruine?» «Il faut envisager calmement, avant qu’il ne nous pète aux moustaches, la déconstruction de l’euro», martèle la présidente du FN.

Marine Le Pen ne serait pas allée à Colombey. «Il était là à titre personnel», dit la patronne du FN de son vice-président, qui a provoqué une polémique en se rendant à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne) pour le 43e anniversaire de la mort du général de Gaulle. «J’ai trouvé franchement indécent les réactions que cela a provoqué à l’UMP», ajoute-t-elle tout balayant les grincements de dents que cela a suscité au sein de son propre parti.

«L’UMP est bien mal placée aujourd’hui pour venir se présenter comme les héritiers du général de Gaulle», redit-elle. La présidente du FN ne se serait néanmoins pas rendue sur sa tombe. «Je n’y serais pas allée parce que je sais que c’est un sujet sensible, notamment à l’égard des harkis ou des pieds noirs.»

La France, «pays le moins raciste du monde». Continuer la lecture de Marine Le Pen : «Le risque de passer de la révolte à la révolution» (vidéo)

L’ancien collaborateur d’Alain Juppé explique pourquoi il rejoint Marine Le Pen

INTERVIEW – Philippe Martel, 58 ans, haut fonctionnaire, qui fut proche de Juppé et de Chirac, dirige le cabinet de la présidente du FN. Extraits d’un entretien à paraître dans leJDD.

philippe-martel_4522350

Comment un énarque qui a milité au RPR en première ligne auprès de Jacques Chirac et d’Alain Juppé rejoint-il Marine Le Pen?

J’ai servi Jacques Chirac à la mairie de Paris, Alain Juppé au RPR puis au Quai d’Orsay. Et même en ces temps de repentance, je ne regrette rien. J’ai d’ailleurs conservé beaucoup d’amis de cette époque, anciens ministres, membres de cabinets ou fonctionnaires. Mes opinions politiques, sauf sur l’Europe, n’ont guère varié. On ne trouvera pas la moindre trace d’antisémitisme ou de racisme en moi, mais je considère que l’immigration est un énorme problème économique, social et culturel. En 1983, Juppé affirmait : « Il faut cesser de culpabiliser ceux qui, de bonne foi, veulent réfléchir au problème de l’immigration et ne pas instruire d’emblée contre eux un procès en sorcellerie. » Trente ans plus tard, je pense mot pour mot la même chose.

Vous vous dites gaulliste et vous adhérez au FN, parti antigaulliste…

Je suis un gaulliste chez Marine Le Pen et je considère que Florian Philippot est bien plus à sa place à Colombey qu’Anne Hidalgo. Je crois aussi que Marine Le?Pen est la mieux placée pour réduire la fracture que la terrible affaire algérienne a créée à droite. Qui parle aujourd’hui de la nation, de la souveraineté? Qui dénonce vraiment les écoutes américaines? Et, à l’inverse, qui nous a fait réintégrer les commandements militaires de l’Otan ? La vérité, c’est que le gaullisme s’est dissous dans l’UMP. Ce regroupement d’ultralibéraux et de colbertistes, de fédéralistes et de souverainistes m’a toujours semblé incohérent. Mettre Philippe Séguin, Alain Madelin, Jacques Myard et Pierre Méhaignerie dans le même parti, ça ne marche pas.

Depuis la révélation par L’Express de votre ralliement au FN, comment réagissent vos amis? Continuer la lecture de L’ancien collaborateur d’Alain Juppé explique pourquoi il rejoint Marine Le Pen

Image du jour : La clairvoyance de la gauche face au fascisme.

Aujourd’hui comme hier, les mots fascisme et extrême droite sont les insultes que profère la gauche pour décrédibiliser ses adversaires et masquer ses propres crimes. Pitoyable, surtout de la part de ceux qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain, qui ont occupé à 80% les ministères du gouvernement de Vichy, qui ont été à l’origine de la colonisation et des guerres de décolonisation, qui ont soutenu Mao, Pol Pot, Staline, Castro…etc…!

capture-d_c3a9cran-2012-06-15-c3a0-14-04-35

Marine Le Pen : «Oui, je veux être présidente de la République»

Je suis d’extrême droite ou d’extrême gauche ? un coup on me traite d’extrême droite, un coup on me traite d’extrême gauche… je suis un peu dans la situation du général De Gaulle qui dans le même temps se faisait traiter de bolchevik d’un coté et de fasciste de l’autre. Comme quoi on invente rien pour décrédibiliser l’adversaire

Voir l’article:

Le PS et l’UMP (Parti Populaire Européen) désigneront un candidat commun la présidence de la commission européenne

Colombey-les-Deux-Églises (52) : Florian Philippot critique Jean-François Copé

Vendredi 9 novembre, Florian Philippot, vice-président du Front National, s’est rendu à Colombey-Les-Deux-Églises sur la tombe du général Charles de Gaulle à l’occasion du 42e anniversaire de sa mort.

On peut reprocher beaucoup de chose au général de Gaulle sur son comportement lors de la guerre en Algérie. En revanche, on peut difficilement lui enlever son patriotisme. A nos yeux Philippot et Dupont-Aignan sont plus légitimes pour célébrer De Gaulle que Jean-François Copé, qui avec le PS, a vendu la souveraineté de la France à des technocrates non élus.


F.Philippot (FN) : "je suis gaulliste" par France3-Champagne-Ardenne

Voilà ce que disait De Gaulle sur le fédéralisme Européen qu’espèrent l’UMP et le PS. Les vrais héritiers du gaullismes sont donc aujourd’hui au FN, au Rassemblement Bleu Marine et à Debout la République.


De Gaulle sur le fédérateur étranger de l'Europe par gael229

LETTRE OUVERTE, mais amicale, à Nicolas DUPONT-AIGNAN.

Je relaie ici bien volontiers cette lettre, car la situation actuelle est si grave qu’il est impensable que des patriotes comme Nicolas Dupont Aignan, Marine le Pen, André Gérin ou Jacques Myard ne travaillent pas main dans la main.

LETTRE OUVERTE, mais amicale, à Nicolas DUPONT-AIGNAN.

Avec sincérité vous avez reconnu avoir de très nombreux points communs avec le projet politique de Marine Le Pen. Chacun de nous s’en était aperçu croyez-le bien.

Ce qui vous sépare, dites-vous, c’est sa « xénophobie » (Xénophobie : être hostile à tout ce qui vient de l’étranger). Je ne crois pas, et je suis persuadé que vous ne le croyez pas non plus, que Marine Le Pen est hostile à tout ce qui vient de l’étranger. Elle est hostile à l’immigration maghrébine. Non pas parce qu’elle est maghrébine mais parce qu’elle est devenue trop importante et qu’elle ne cesse d’augmenter. Non pas parce qu’elle est musulmane mais parce qu’elle tient à imposer sa religion dans une république laïque.

Vous le savez, cher monsieur, cette population ne vient pas chez nous par amour de la France mais pour l’assistanat que la France lui offre depuis des années.

Mais de tout cela vous en êtes aussi conscient que Marine Le Pen, n’est-ce pas ?

Moi, ce qui me surprend c’est que sur le mur de votre bureau est accroché un portrait du général De Gaulle, et que j’en déduis que vous vous référez au gaullisme.

Alors je vous pose la question : Qui est plus xénophobe ? Marine Le Pen ou De Gaulle ?

Continuer la lecture de LETTRE OUVERTE, mais amicale, à Nicolas DUPONT-AIGNAN.

François Hollande et De Gaulle

Dans son livre « Changer de destin », le candidat du PS avoue que le général De Gaulle l’inspire. Non ne riez pas !. Comme le disait Michel Audiard: les cons ça osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnait.

Rappelons à François Hollande que le PS et la gauche dans son ensemble présentait en 1968 le général De Gaulle sous l’apparence d’un fasciste. Et que le Parti Socialiste s’est toujours opposé à la 5ème République que Mitterand désignait comme le coup d’État permanent.
Mais pire la pensée politique de François Hollande est à l’opposé de la politique Gaulliste.

Prenons seulement l’Europe comme exemple : Pour le PS l’europe doit être fédérale, et comme le préconise Olivier Ferrand, l’une des têtes pensante du think tanks Terra Nova, nous devons envisager une gouvernance supra-nationale, avec, en matière de conduite budgétaire, un ministre des finances européen chargé de piloter la politique économique de chacun des états membres. François Hollande s’est également prononcé en faveur de la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires ce qui aurait pour conséquence la balkanisation de la France. Ces deux options vont dans le sens d’une disparition de l’Etat Nation au profit d’une europe fédérale des régions.

Or De Gaulle s’est toujours opposé au fédéralisme européen, lui préférant une Europe des États. Comme le prouve cette vidéo et l’ensemble des déclarations qu’il a pu faire sur ce sujet.

François Hollande ne partage pas seulement le même programme que Sarkozy, il est aussi cynique que lui… et c’est pas une bonne nouvelle !.

Découvrez l’ensemble des déclaration de De Gaulle contre l’Europe fédérale de L’UMP/PS/MODEM/VERTS/Front de gauche

« Dante, Goethe, Chateaubriand, appartiennent à toute l’Europe dans la mesure même où ils étaient respectivement italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et s’ils avaient pensé, écrit en quelque « espéranto » ou « volapük » intégré… »

Charles de Gaulle, conférence de presse tenue au Palais de l’Elysée, 15 mai 1962.

D’autres déclarations de De Gaulle au sujet de l’Europe:

« Pas d’ union européenne, disaient-ils, sinon par une intégration à direction supranationale ! Pas d’union européenne, si l’Angleterre n’en fait pas partie ! Pas d’union européenne, sauf à incorporer dans une communauté atlantique ! » Pourtant, il est clair qu’aucun des peuples n’admettrait de confier son destin à un aréopage principalement composé d’étrangers. De toute façon, c’est vrai pour la France. Il est clair également, que l’Angleterre, grande nation et grand état, l’accepterait moins que quiconque. Il est clair enfin, que, fondre dans une politique multilatérale atlantique le position de l’Europe, ce serait en sorte qu’elle-même n’en ait aucune et, dès lors, on ne voit pas pourquoi elle en viendrait à se confédérer. »

Charles de Gaulle, conférence de presse tenue au palais de l’Elysée, 31 janvier 1964.

« Y a-t-il une France, une Allemagne, une Italie, une Hollande, une Belgique, un Luxembourg, qui soient prêts à faire, sur une question importante pour eux au point de vue national et au point de vue international, ce qui leur paraîtrait mauvais parce que cela leur serait recommandé par d’autres ? Est-ce que le peuple français, le peuple allemand, le peuple italien, le peuple hollandais, le peuple belge, le peuple luxembourgeois, songeraient à se soumettre à des lois que voteraient des députés étrangers, dès lors que ces lois iraient à l’encontre de leur volonté profonde ? Ce n’est pas vrai ! Il n’y a pas moyen, à l’heure qu’il est, de faire en sorte qu’une majorité étrangère puisse contraindre des nations récalcitrantes. Il est vrai que, dans cette Europe «intégrée» comme on dit, il n’y aurait peut-être pas de politique du tout. Cela simplifierait beaucoup les choses. En effet, dès lors qu’il n’y aurait pas de France, pas d’Europe, qu’il n’y aurait pas de politique faute qu’on puisse en imposer une à chacun des six états, on s’abstiendrait d’en faire… »

Charles de Gaulle, conférence de presse tenue au palais de l’Elysée, le 15 mai 1962.
Continuer la lecture de François Hollande et De Gaulle