Archives par mot-clé : délinquance

Dans un quartier de Toulouse, des commerçants se révoltent contre le trafic, le tapage et la saleté

Pour certains commerçants du quartier Gabriel Péri à Toulouse, l’heure du ras-le-bol a sonné. Une trentaine d’entre eux vient de signer une pétition dénonçant l’insécurité grandissante dans leur quartier. Cette pétition est destinée à la mairie de Toulouse.

Ils s’expliquent :

Nous, professionnels établis dans le quartier Gabriel Péri (rues Gabriel Péri et Palaprat, place Bachelier) vous demandons d’intervenir afin d’assurer notre sécurité, celle de nos locaux et matériel ainsi que celle des habitants dont nous partageons la colère et les inquiétudes. En effet, depuis plusieurs semaines déjà, un groupe de dealers occupe l’angle de la rue Gabriel Péri et Palaprat et se livre à son trafic en pleine journée. Plusieurs commerçants ont déjà été agressés par des individus violents venus de l’extérieur et la clientèle elle aussi a eu à subir leur harcèlement et plus. Nous attendons que vous fassiez le nécessaire dans les meilleurs délais pour protéger nos personnes et nos activités, ainsi que notre environnement. Cela dans l’intérêt de tous ceux qui vivent dans le quartier ou y exercent.

Une vidéo « choc »

Sur le net, la pétition a été relayée par l’association Droit au Sommeil-Toulouse qui a posté une vidéo faisant état des difficultés que rencontrent les riverains dans ce secteur de la Ville rose qui est devenu celui des fêtards au même titre que la place Saint-Pierre. Une vidéo plutôt « choc », avec des sous-titres explicites et musique digne d’un polar.

voir d’autres vidéo sur la page facebook de l’association

« L’urine, le bruit, le vomis, les déchets »

Continuer la lecture de Dans un quartier de Toulouse, des commerçants se révoltent contre le trafic, le tapage et la saleté

La Maison Blanche publiera une liste hebdomadaire des crimes commis par des immigrés

En outre, le président a déclaré que le Secrétaire à la Sécurité intérieure publiera une liste hebdomadaire des crimes commis par des immigrants et des villes qui refusent de les livrer pour qu’ils soient expulsés. L’ordre ne précise pas si la liste concernera uniquement les sans papiers, ou tous les immigrants.

(…) Qz.com via Fdesouche

Sophie L., enseignante CM2/CE2 en ZEP : « Elèves intenables, niveau accablant. C’est l’enfer »

Dans l’Éducation nationale, les difficultés ne se concentrent pas que sur le collège. Alors que la réforme de Najat Vallaud-Belkacem a donné lieu à d’âpres débats ces dernières semaines, Sophie L., enseignante dans le primaire depuis septembre, dépeint une situation désastreuse dans les deux écoles où elle travaille. Elle envisage même de changer de métier.

Face à un élève qui me dit que « son père va venir m’égorger » lorsque je le punis, je suis complètement démunie.

À quelques mois de la 6e, ils ne savent pas s’exprimer en français. C’est décourageant pour moi, mais c’est surtout très triste pour eux.

 

Continuer la lecture de Sophie L., enseignante CM2/CE2 en ZEP : « Elèves intenables, niveau accablant. C’est l’enfer »

Un quart des français déclare avoir « rencontré des problèmes » avec un Maghrébin, un Rom ou un Musulman en 2015

Mais comment interroger des juifs ou des musulmans dans un pays qui refuse de découper sa population en catégories ethnico-religieuses? « Il n’existe aucune définition parfaite de qui est juif ou musulman et de qui ne l’est pas, tant ces groupes sociaux ne se définissent pas uniquement par la religion, explique Brice Teinturier d’Ipsos. La meilleure façon de procéder est de partir de la définition par l’interviewé lui-même, quels que soient les critères qu’il mobilise pour cela : religieux, culturels, familiaux… C’est ce que nous avons fait et c’est ce qui permet d’obtenir l’échantillon le plus représentatif, le moins biaisé et qui reste très significatif même sur une base réduite. »

 

CaDNxXaXEAAVa2W

Journal du Dimanche

Nouveaux incidents dans un quartier « sensible » de Toulouse

C’est sans doute la loi de la série. Lundi soir dans le quartier Bellefontaine, des policiers ont été pris à partie par de jeunes habitants de la cité alors qu’ils tentaient d’intercepter le conducteur d’un scooter qui refusait de s’arrêter. Les policiers ont dû utiliser des gaz lacrymogènes et leur flash-ball pour repousser leurs agresseurs.

Dans la foulée, une opération de voie publique a été réalisée en présence de nombreux effectifs. Le conducteur du scooter, un garçon de 21 ans, a été interpellé et placé en garde à vue.
Les syndicats dénoncent une nouvelle fois la situation très tendue depuis deux semaines. « C’est la dixième agression ou rebellion constatée. Le sentiment de totale impunité des délinquants prévaut lors de chaque contrôle ou interpellation », dénonce Didier Martinez, secrétaire régionale de Unité-SGP FO, syndicat majoritaire des gardiens de la paix.

Source

Le général Soubelet saqué après son témoignage sur la délinquance

Lu sur Fdesouche

Gendarmerie : le général Soubelet quitte les opérations

Les propos de l’officier sur la délinquance, devant les députés, avaient suscité une polémique

Le général (quatre étoiles) Bertrand Soubelet, directeur des opérations et de l’emploi de la Gendarmerie nationale ne terminera pas sa deuxième année à ce poste, l’un des plus importants dans la hiérarchie. Il va être nommé à la tête de la Gendarmerie de l’outre-mer, un poste prestigieux sans doute mais moins opérationnel. Le général Soubelet paye sans doute la liberté de ton avec laquelle il s’était exprimé, en décembre dernier, devant les députés travaillant sur la lutte contre l’insécurité. Il avait notamment critiqué les juges qui remettent en liberté les délinquants arrêtés par les gendarmes, compliquant les relations entre le ministre de l’Intérieur de l’époque, Manuel Valls, et la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Source

——

Délinquance : le sévère constat d’un général

Devant des députés, le général Soubelet, n°3 de la gendarmerie, a déploré que les délinquants «profitent du système» et a noté que «les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes». (…)

Grigny : deux guet-apens tendus à la police

Chantiers dans les quartiers nord de Marseille : « Les ouvriers n’ont jamais connu un tel niveau de violences avec des vols avec arme, des rackets, des menaces de mort »

Une lance thermique qui peut ouvrir n’importe quelle paroi : les voleurs ont mis les moyens pour la dérober vendredi matin sur le chantier du futur « Très Grand Bus » (TGB) à Saint-Jérôme. « Ils ont menacé les ouvriers d’un couteau », raconte un responsable. Et pour les entreprises qui travaillent sur les ouvrages et voies du futur réseau, ce n’est qu’un fait parmi des dizaines d’autres. « On est passé des vols la nuit aux agressions violentes en plein jour », souligne Michel Garcia, un des responsables de la fédération des Travaux publics.

La dégradation de la sécurité sur ces chantiers qui ont une grande emprise dans nombre de quartiers de Saint-Louis à St-Jérôme en passant notamment par Saint-Antoine, la Cabucelle ou Château-Gombert a conduit à une réunion d’urgence sous l’égide du préfet de police, Jean-Paul Bonnetain. « Nous ne pouvons accepter que des salariés soient mis en danger », explique Caroline Pozmentier, adjointe au maire de Marseille, déléguée à la Sécurité qui a demandé cette rencontre, en présence des représentants des entreprises et de MPM, maître d’ouvrage.

« Nous avions déjà fait des avancées avec la police des chantiers, en lien avec les entreprises, mais les faits récents sont d’une telle gravité qu’ils nécessitent une prise en compte et une réponse plus forte de l’État. Il ne faut pas laisser penser qu’il peut y avoir une impunité sur ce type de délinquance qui mine des travailleurs qui oeuvrent pour tous.La police municipale peut s’associer à la police nationale pour une action déterminée. »

La préfecture de police a acté des patrouilles et une action concertée aux heures les plus exposées et a souhaité, pour agir, « faire bien la différence entre les actes d’incivilité de riverains mécontents du chantier et les vols et agressions contre les salariés. »…

Par ailleurs, les chefs d’entreprises s’inquiètent, au-delà des chantiers du TGB en cours, pour les futurs gros travaux de rénovation urbaine dans les quartiers Nord et ne veulent travailler sous pression.Notamment pour le chantier de Picon-Busserine en juillet. « Même si nous jouons le jeu en embauchant normalement des jeunes des cités et en les formant dans le cadre de l’insertion. » …

Laurent Amar, président régional de la fédération des Travaux publics et patron de Guintoli, est très remonté. « Nous avons l’impression que le préfet de police semble découvrir des faits qui durent depuis des mois et que le commissaire du secteur minimise. Ils n’ont pas conscience de la souffrance des ouvriers. Ils n’ont jamais connu un tel niveau de violences avec des vols avec arme, des rackets, des menaces de mort. Ils ne peuvent exercer leur métier normalement…

La Provence

Sur-délinquance ? C’est la sur-immigration qui l’explique !

Au premier trimestre 2014, les faits de violence ont augmenté de 6 % par rapport au premier trimestre 2013. 8 %, même, pour les actes de violence « gratuits ».

Le-boom-de-la-delinquance-feminine_article_landscape_pm_v8Il n’y a pas lieu d’être surpris. Depuis 40 ans, les violences contre les personnes ne cessent d’augmenter, passant de 100.000 à 500.000 par an.

Tous les plans annoncés, toutes les lois votées ont échoué à enrayer ce phénomène. Pour une raison simple : personne ne veut en analyser l’origine. Les vraies causes, les voici : il y a de plus en plus de délinquants, de moins en moins de policiers opérationnels, et le nombre de places de prison n’a pas évolué.

Disons les choses : la délinquance n’est pas également répartie sur le territoire.

Là où il y a sur-immigration, il y a sur-délinquance : d’après le SIRASCO (service statistique de la police judiciaire), les trois quarts des bandes criminelles sont étrangères ; plus de 20 % des détenus sont de nationalité étrangère ; plus de 50 % sont musulmans ; moins d’une place de prison sur trois est occupée par un Français de souche. La montée de la délinquance violente est donc la conséquence arithmétique de la poursuite de l’immigration et de son extension en provenance de nouvelles zones géographiques (les Balkans, par exemple).

Dans le même temps, les effectifs de policiers et de gendarmes sont restés stables mais leur productivité a considérablement diminué :
– dans les « zones sensibles » (y compris le centre de Paris !), les patrouilles à deux ont été remplacées par des patrouilles à 3 ou à 4, voire davantage ;
– et comme le Code pénal a triplé de volume, les procédures sont plus lourdes et plus complexes ; il faut donc davantage d’hommes pour arriver à monter les dossiers.

La construction de prisons n’a pas, non plus, suivi la croissance de la population, encore moins celle des banlieues de l’immigration. Or, si la prison n’est pas la panacée, elle a au moins un mérite incontestable : elle réduit à zéro l’activité délinquante (hors les murs, en tout cas) des détenus. Plus il y a de délinquants à l’ombre, moins il y en a dans la rue. La société multiraciale américaine survit en emprisonnant en permanence plus
de 2 millions de personnes ; dans ce que certains considèrent comme le « modèle américain », 2 % des jeunes hommes noirs sont derrière les barreaux.

À partir d’un bon diagnostic, arrêter la hausse de la délinquance violente est donc possible. Voici quelques remèdes simples : Continuer la lecture de Sur-délinquance ? C’est la sur-immigration qui l’explique !

Sarkozy a-t-il fait maquiller les chiffres de la délinquance ?

Les statistiques de la délinquance à Paris ont été amoindries et maquillées pendant des années au sein même de la préfecture de police, accuse un rapport officiel de l’Inspection générale de l’administration, dont l’AFP et Europe 1 ont pu consulter lundi des extraits.

sarkozy-menteur-300x300C’est un rapport « très sensible », selon plusieurs sources policières, que l’Inspection générale de l’administration (IGA) vient de boucler. Commandé par le préfet de police de Paris Bernard Boucault en septembre 2012, il avait pour objet d’établir un état des lieux des pratiques d’enregistrement des faits de délinquance à Paris et dans la petite couronne. Mais les auteurs de ce rapport, en se plongeant dans les méandres du recueil statistique policier, ont mis à nu un système mis en place depuis plus d’une dizaine d’années et monté en puissance à partir de 2008, visant à minorer la délinquance.

Minoration des faits (un cambriolage enregistré comme une dégradation par exemple), report (les services stoppent l’enregistrement des plaintes avant la fin du mois), ou même destruction pure et simple de certains faits, sont pointés comme les principales techniques utilisées.

Le rapport évoque notamment près de 16.000 faits de délinquance disparus en 2011 à Paris, selon une source proche du dossier. A l’époque, la préfecture de police de Paris était dirigée par Michel Gaudin, un fidèle de l’ex-président Nicolas Sarkozy. […]

7sur7

Hollande au Vatican, immigration et délinquance, IVG, Medef : Zemmour Vs Domenach (vidéo)

(…) Les rapports divers et variés sur l’intégration, l’insertion, qui sont un moyen d’arracher les dernières traces de la culture catholique en France.

Il faut lire par exemple Vincent Peillon qui écrivait qu’il fallait une nouvelle religion républicaine qui remplace définitivement le catholicisme. C’est le vieux projet de Robespierre avec la religion de l’Être suprême. Et le projet des républicains d’origines….(1°

Partie 1:

Partie 2:

Sur la religion « républicaine » et l’anti-catholicisme du Franc Maçon Peillon. L’athée que je suis trouve ce projet fou et totalitaire. Avec ces idées Peillon renoue avec les pires penseurs révolutionnaires qui ont entrainé la France dans la terreur et ont inspiré les communistes Lénine et staline. :


La Religion Laïque et anti-Catholique de… par fautpaspousser-malo17

Marine Le Pen : « Des dizaines de milliers de délinquants condamnés plus de 50 fois »

[…] Marine Le Pen n’a pas cité ses sources mais a été affirmative. « Des dizaines de milliers de délinquants en France ont été condamnés plus de 50 fois », a-t-elle déclaré lundi soir à Taverny, dans le Val d’Oise. Disant tenir ce chiffre « des éléments que nous (ndlr : le FN) avons », sans plus de précision, la présidente du FN a demandé, devant quelque 200 militants FN de la fédération du Val d’Oise réunis à l’occasion d’une galette des rois : « quelle crédibilité, quel respect peut avoir un Etat qui laisse commettre 50 fois de suite des délits ? »

Manuel-Valls-Christiane-Taubira_pics_390La députée européenne a critiqué à nouveau « le choix du laxisme » de la gauche et de la droite en matière de sécurité. « On adapte le nombre de délinquants et de criminels au nombre de places de prison disponibles », a-t-elle affirmé, ajoutant : « 100.000 peines de prison sont non appliquées aujourd’hui ». […]

TF1 News via Fdesouche

A relire :

100 000 peines de prison ferme ne sont pas suivies d’effets aujourd’hui en France

Délinquance : le sévère constat d’un général (vidéo)

addendum : 07-01-14

Lire la question de Marion Marechal Le Pen à Taubira

(…)Le travail des forces de l’ordre, souvent fastidieux pour réunir les preuves, se trouve ainsi souvent réduit à néant, dégradant la motivation des effectifs. Les victimes subissent elles une double peine, puisqu’elles se retrouvent le plus souvent seules pour avancer tous les frais (avocats, expertises, procédures) et se heurtent tout aussi régulièrement à des classements sans suite et à une administration de la justice peu portée à les aider. Les délinquants bénéficient d’aides diverses, notamment par des associations financées sur fonds publics, ainsi que des politiques orientés vers la réinsertion plus que la sanction. Il est demandé à Mme la garde des sceaux si elle entend remettre les victimes au coeur des préoccupations de la justice et quelles mesures elle entend soutenir afin que le travail des forces de l’ordre ne soit pas régulièrement ruiné par des décisions qui ne donnent plus à la réponse pénale une dimension suffisamment dissuasive.

Source

Pendant que Valls et Hollande se secouent la quenelle, un général s’inquiète devant la commission parlementaire de la décrépitude de l’État de droit et de l’impunité des racailles…. Ce qu’il dit est une bombe. Ses propos auraient dû faire la Une de l’actualité. L’hystérie du peuple élu et du gouvernement contre l’imbécile Dieudonné est un écran de fumée…
Les socialistes sont à l’agonie et nous entrainent vers le gouffre.

Malheureusement les choses ne sont pas prêtes de changer, il y a encore trop de doux dingues qui déplorent cette situation mais persistent à voter UMPS.

– – – – – – – – – –

Devant des députés, le général Soubelet, n°3 de la gendarmerie, a déploré que les délinquants «profitent du système» et a noté que «les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes».

«Je vais livrer une analyse personnelle, peut-être un peu iconoclaste»: avec un courage certain, le Continuer la lecture de Délinquance : le sévère constat d’un général (vidéo)

Toulouse. Fusillade en pleine rue dans le quartier des Izards

Des coups de feu ont été tirés, hier, en plein après-midi, sur des façades de commerces aux Izards. Une personne a été légèrement blessée. Une enquête est ouverte.

Deux hommes à scooter. Une rafale de coups de feu. Quatre impacts de balles à hauteur d’homme. Hier, en plein après-midi, le quartier des Izards a été le théâtre de ce qui ressemble à un règlement de comptes.

Un peu avant 16 heures, un témoin qui se trouvait devant le salon Iz’art coiffure, 8 chemin des Izards, a remarqué un scooter arrêté sur la chaussée près de l’établissement. «Il y avait deux personnes sur le scooter avec des casques et des cagoules, relate Lahcen. Ils sont restés un peu plus loin et celui de derrière a sorti une mitraillette ou une kalachnikov. Quand il a tiré le premier coup, j’étais à côté. Je suis parti. Au début je me suis dit peut-être qu’ils rigolent ou que c’est un pétard mais non.»

Au total, quatre impacts de balles étaient visibles hier soir. Trois sur le salon de coiffure et un autre sur le tabac presse voisin.

«Il y avait un client dans le salon de coiffure, poursuit, choqué, Lahcen. Il a reçu des éclats de verre et il est sorti, blessé au visage.» Après leur forfait, les malfaiteurs sont vite repartis sans faire d’autre victime.

Prévenus, les services de police sont rapidement arrivés sur les lieux où ils ont bouclé le périmètre. Les hommes de l’identité judiciaire ont procédé aux premières constatations. Audition des témoins, relevés, photographies, ils ont passé au peigne fin les lieux de cette agression en plein jour.

Sur place, les habitants du quartier s’avouaient choqués. «On est mercredi après-midi. Des enfants auraient pu être là pour acheter des bonbons au tabac !» se désolait une mère de famille. «C’est des fous ! Si un petit avait pris une balle perdue…» s’affole un jeune homme.

Zone de sécurité prioritaire

lire la suite la Dépêche du Midi

Revue de presse et commentaires sur l'actualité