Archives par mot-clé : démographie

Borloo : “Sans électricité en Afrique, l’Europe peut s’attendre à un tsunami migratoire”

Pendant deux ans, Jean-Louis Borloo a parcouru le monde pour défendre son “plan Marshall” d’électrification du continent africain. Dans son plaidoyer, l’avocat de l’Afrique défend un projet aussi humanitaire que politique. Mise en garde face à un chaos annoncé.

Quel accueil votre projet a-t-il reçu auprès des partenaires internationaux rencontrés au cours de ces deux années ? Les avez-vous convaincus ?

Tous ont pris conscience de l’urgence d’agir. L’agence chargée de ce plan d’électrification, créée par les 54 chefs d’État africains, est désormais en place et pilotée par le président guinéen Alpha Condé. Ce projet devrait être, je l’espère, le thème central du prochain sommet Afrique-Union européenne en novembre prochain, à Abidjan. L’électrification de l’Afrique est un sujet politique majeur. Il y va de la stabilité du monde, de sa sécurité et de sa croissance. C’est un enjeu de stabilité parce que, d’ici à 2050, un quart de la population mondiale sera africaine. Sans électricité, préalable requis au développement, c’est un tsunami migratoire qui pourrait déferler vers l’Europe et la péninsule Arabique, attiré par la lumière de ce qu’ils considèrent être des eldorados. Un enjeu de croissance : l’Afrique est bouillonnante ! La croissance européenne de demain sera tirée par celle de l’Afrique. Les études prévisionnelles de l’université de Lafayette prévoient qu’une Afrique électrifiée, c’est 15 % de croissance par an pendant trente ans et 2 points de croissance européenne dans la même période.

L’Afrique électrifiée nous protégerait donc du chaos migratoire annoncé ? Continuer la lecture de Borloo : “Sans électricité en Afrique, l’Europe peut s’attendre à un tsunami migratoire”

L’enjeu fondamental de la démographie africaine

Emmanuel Macron a provoqué un tollé avec sa déclaration sur la démographie africaine. Maxime Tandonnet rappelle que si l’Afrique ne s’engage pas dans un processus de transition à la fois économique et démographique, les conséquences migratoires seraient «désastreuses pour l’Europe».

Maxime Tandonnet, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, est l’auteur d’Histoire des présidents de la République (éd. Perrin, 2013 et 2017) et des Parias de la République (éd. Perrin, 2017).

Si l’Afrique devait sombrer dans le chaos, à l’horizon du siècle à venir, l’Europe y plongerait avec elle. L’avenir de l’Europe et celui de l’Afrique sont indissociables.

«Des pays ont encore sept à huit enfants par femme. Vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien». Cette déclaration a provoqué un tollé dans une partie de la presse et des médias. Le mot de «racisme» a même été lâché. Ces paroles méritent-elles une pareille accusation? Le sujet de la démographie africaine doit-il relever du tabou absolu ? Continuer la lecture de L’enjeu fondamental de la démographie africaine

Le Danemark va investir en Afrique dans le contrôle des naissances pour « limiter les migrations » vers l’Europe

Les danois ont tout compris: ils refusent l’euro, refusent schengen, n’acceptent pas d’immigrés et aident à désamorcer la bombe démographique…

Vive le royaume du Danemark et merde à la république française


Le Danemark, comme beaucoup d’autres pays, essaie de combler l’écart de financement dans la planification familiale mondiale alors que les États-Unis se détournent de cet effort. Mais les Danois ont avoué que leurs motivations n’étaient pas entièrement altruistes.

S’exprimant mardi à Londres, le ministre danois de la Coopération au développement, Ulla Tørnæs, a annoncé un engagement de 91 millions de couronnes (15 millions de dollars) pour la souscription de contraceptifs en Afrique.

« Pour limiter la pression migratoire sur l’Europe, une partie de la solution est de réduire la croissance très élevée de la population dans de nombreux pays africains ». Tørnæs dans un communiqué de presse concernant l’événement. Tørnæs a ajouté que la réduction de la croissance de la population africaine est importante pour la politique étrangère et la sécurité danoise.

Le Danemark, petit pays homogène généralement reconnu pour ses valeurs sociales-démocrates et son Etat-providence fort, a estimé comme les autres pays européens considèrent que l’immigration devient une question politique centrale.

Le parti du peuple danois, une formation populiste anti-immigration, a connu une croissance rapide au cours des dernières années, devenant ainsi le deuxième plus grand parti politique danois lors des élections de 2015.

À la fin de juin, les social-démocrates, le parti le plus traditionnellement libéral du Danemark, ont proposé que les migrants et les réfugiés qui viennent en Europe soient renvoyés en Afrique.

Le Danemark a été un partenaire cohérent sur la planification familiale, et Tørnæs elle-même a défendu cette question. Le Continuer la lecture de Le Danemark va investir en Afrique dans le contrôle des naissances pour « limiter les migrations » vers l’Europe

Bill Gates : « L’énorme pression migratoire doit inciter l’Europe à endiguer les flux de migrants africains »

Bill Gates fait la même analyse que Jean-Marine le Pen et Renaud Camus….


Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a averti que la pression migratoire en Europe était énorme en raison de l’explosion démographique africaine, et exhorte les dirigeants européens à « rendre plus difficile pour les Africains l’accès au continent européen par les routes actuelles ».

Bill Gates a mis en garde contre le risque d’approfondissement de la crise migratoire par les dirigeants européens en se montrant trop généreux envers ceux qui arrivent sur le continent.

Le fondateur de Microsoft a déclaré que des pays comme l’Allemagne ne seront pas capables de gérer le nombre « énorme » de migrants attendant de quitter l’Afrique et de trouver une meilleure vie de l’autre côté de la mer. Continuer la lecture de Bill Gates : « L’énorme pression migratoire doit inciter l’Europe à endiguer les flux de migrants africains »

Les naissances des enfants de Français de souche s’effondrent littéralement

Les naissances des enfants de « Français de souche » s’effondrent littéralement

(…)

Il y a une dichotomie entre les naissances des enfants de “Français de souche”, qui s’effondrent littéralement et celles des enfants de Français immigrés, qui se maintiennent à un niveau élevé. Là-dessus, l’Insee reste très pudique. Néanmoins, les démographes ont noté que depuis 2011, alors que les naissances d’enfants issus de deux parents nés en France diminuent, celles d’enfants dont l’un ou les deux parents sont nés à l’étranger sont en hausse de 6 %.Officiellement, les enfants nés de deux parents français représentent encore 70 % des naissances. Mais parmi eux, beaucoup restent issus de l’immigration, sont élevés dans une culture qui n’est pas française et portent un prénom étranger. Une étude vient d’être faite recoupant une base de prénoms musulmans avec le fichier Insee des naissances et des prénoms par département. Il en ressort que l’an passé, en Seine-Saint-Denis, 42,9 % des enfants mis au monde se sont vu attribuer un prénom musulman (contre 17,3 % il y a vingt ans). Quant à l’ensemble du territoire Continuer la lecture de Les naissances des enfants de Français de souche s’effondrent littéralement

Nicolas Dupont-Aignan reprend à son compte le «grand remplacement»

Ce qui est drôle c’est qu’il continue à dénigrer et mépriser Marine Le Pen alors qu’il tient des propos plus extrémiste qu’elle… ça devient vraiment n’importe quoi la politique dans ce pays.


Le fondateur de Debout la France estime que le nombre d’immigrés illégaux a explosé et accuse le pouvoir socialiste de combler le déficit des naissances en favorisant le remplacement de la population française.

Ni système ni extrême, c’est le credo défendu par Nicolas Dupont-Aignan et son mouvement Debout La France (DLF) de longue date. Une manière pour l’ancien élu UMP de se positionner dans un créneau situé entre la droite modérée et le Front national sur l’échiquier politique. En difficulté dans les sondages, le maire de Yerres, dans l’Essonne, a décidé de marquer les esprits en adoptant un positionnement sur l’immigration qui dépasse les positions officielles du FN, en reprenant à son compte la théorie du «grand remplacement». «En 2016, les socialistes compensent la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant!», a lancé le candidat ce mardi sur Twitter.

«Faire ce constat, ce n’est pas être extrême sur les questions migratoires, qui prennent une ampleur démentielle. Moi contrairement à l’extrême droite, je ne juge pas les hommes, mais le phénomène», se défend Nicolas Dupont-Aignan, auprès du Figaro. «Si nous voulons un État en capacité d’assimiler les nouveaux venus, il faut d’urgence réguler l’afflux de nouveaux migrants», avant de dérouler une démonstration chiffrée que ne renierait pas l’inventeur du concept de «grand remplacement», le théoricien d’extrême droite Renaud Camus.

«En 5 ans, la France a accueilli près d’un million d’immigrés légaux (…) le nombre de titres de séjour accordés a encore augmenté en 2016 pour atteindre 227.550. Le nombre d’immigrés légaux annuels a ainsi explosé de 32,3% par rapport à il y a 10 ans! À cette immigration légale s’ajoute l’ensemble des clandestins qui vivent sur notre territoire en bénéficiant de l’appel d’air social, tout en

Continuer la lecture de Nicolas Dupont-Aignan reprend à son compte le «grand remplacement»

GILLES ARDINAT – DÉMOGRAPHIE MONDIALE : LA QUESTION DU SIÈCLE ?

Démographie mondiale : la question du siècle ?

Gilles Ardinat est professeur agrégé d’histoire géographie, il enseigne au lycée de Béziers ainsi qu’à l’université de Montpellier. Il est l’auteur d’un article dans la revue Perspectives Libres sur l’évolution de la démographie mondiale qu’il traite en s’intéressant au nombre de naissances. Pour lui, l’étude actuelle de la démographie est une étude statique qui ne renseigne pas efficacement sur les dynamiques de peuplement. Ce prisme rebat les cartes mondiales en bouleversant notamment la séparation couramment utilisée entre les pays du Nord et les pays du Sud. Avec cette étude en avance sur son temps, Gilles Ardinat nous offre la possibilité du doigt de comprendre quelle forme prendra ce monde qui vient.

Chaque année y a 9O millions d’habitants en + sur terre, soit l’équivalent de l’Allemagne tous les ans

Au 19ème l’Europe, Russie inclus, représentée 25% de la population mondiale. Et c’était une terre d’émigration (…) Aujourd’hui le continent européen est tombé à 11% de la population mondiale et selon les projections ce sera 6% demain. Ce monde sera africain, puisque l’Afrique comptait 100 millions d’habitants au début du 20ème siècle, ils sont aujourd’hui plus de 1 milliards, la population a été multiplié par 10, et selon les projections jusqu’en 2050 la population devrait encore doubler .

Michèle Tribalat : « White flight » ou la fuite des Blancs hors de Londres

Article paru en 2013

Atlantico

600 000, c’est le nombre de Londoniens blancs qui ont quitté leur ville entre 2001 et 2011. Ce que les Britanniques appellent le « White Flight » est d’autant plus inquiétant qu’il est le signe d’une séparation ethnique profonde. Plus de la moitié des minorités ethniques vivent dans des quartiers comptant moins de 50% de Blancs, selon une étude pour Demos.

L’exploitation des résultats du recensement de population de 2011 au Royaume-Uni continue de livrer ses secrets. Contrairement à la France qui a opté pour une série d’enquêtes annuelles en remplacement des recensements traditionnels, le Royaume-Uni procède à un recensement exhaustif tous les dix ans. C’est toujours l’occasion de publications nombreuses dans les années qui suivent sur l’évolution démographique du pays.

Continuer la lecture de Michèle Tribalat : « White flight » ou la fuite des Blancs hors de Londres

« Le réensauvagement de l’espèce est en marche » – Entretien avec Renaud Camus

Source : Boulevard Voltaire

L’ONU vient de publier un rapport sur les « migrations de remplacement ». Selon l’Organisation, « le concept de migration de remplacement correspond à la migration internationale dont un pays aurait besoin pour éviter le déclin et le vieillissement de la population qui résultent des taux bas de fécondité et de mortalité ». Cela rejoint votre idée de « Grand Remplacement » ?

Ce rapport n’est pas le premier. Il y a très longtemps que l’ONU et ses commissions tournent autour du concept de remplacement, ce qui évidemment me fait bien rire, mais jaune, alors que je me fais traiter, y compris par certains de nos amis, de complotiste et d’illuminé. Le point de vue de l’ONU empile deux aberrations, dont la première est au moins une grave erreur d’appréciation et la seconde une monstruosité morale.

La première est la conviction qu’il faut enrayer le déclin démographique des populations et le vieillissement qui l’accompagne nécessairement. Or, l’un et l’autre, surtout le premier, sont la sagesse même. Toutes les politiques écologiques qui prétendent sauver la Terre sans tenir compte de la désastreuse explosion démographique sont un vain et ruineux bavardage. Les peuples les plus développés, dans leur tréfonds, sont bien conscients de cette donnée-là et évolueraient naturellement, si l’immigration d’abord, l’invasion migratoire ensuite, n’intervenaient pas, vers une décroissance démographique naturelle et modérée, parfaitement raisonnable, et qui ne menacerait en rien leur existence, d’autant qu’eux-mêmes n’ont jamais été si nombreux. Cette légère décroissance entraînerait, c’est vrai, un inévitable vieillissement de la population, auquel on a parfaitement les moyens de faire face, qui n’implique en rien le moindre empêchement de faire des enfants ou la disparition de la jeunesse mais qui pourrait, n’était la Grande Déculturation, être l’occasion d’un progrès de la vie de l’esprit.

Le problème de la planète n’est pas du tout la dénatalité relative de l’Europe : il est la surnatalité explosive et catastrophique de l’Afrique.

Continuer la lecture de « Le réensauvagement de l’espèce est en marche » – Entretien avec Renaud Camus

La population du 93 continue d’augmenter

Rappel:

En 2013, l’indice de fécondité s’élève à 2,46 enfants par femme, soit le niveau le plus élevé de tous les départements de France métropolitaine.

La Seine-Saint-Denis est aussi le département français comptant le plus d’immigrés en 2009 avec 27,4 % soit 415 593 sur une population de 1 515 983 (dont 21,9 % nés hors de l’Europe), ou de personnes issues de l’immigration. En 2005, 57 % des moins de 18 ans étaient d’origine étrangère et 64,9 % des enfants nés en 2011 en Seine-Saint-Denis, soit 18’411 sur 28’362, ont au moins un parent né à l’étranger (quelle que soit sa nationalité). Les parents nés en France comprennent les parents nés dans les collectivités d’outre-mer (COM)4.

Source


 

La population légale au 1er janvier 2016 en Seine-Saint-Denis est encore une fois en nette progression par rapport à l’an passé.

Selon les données publiées jeudi par l’Insee (institut national de la statistique et des études économiques), le département compte 1 565 222 habitants, c’est 0,87 % de plus qu’au 1er janvier 2015, soit 13 483 administrés supplémentaires : plus que l’équivalent d’une commune comme Villetaneuse !

Le 93 est le 3e département le plus peuplé d’Ile-de-France, après Paris et les Hauts-de-Seine. Sur 5 ans, le nombre d’habitants y a bondi de 3,1 %, c’est au-delà de la moyenne régionale (+ 2,6 %). C’est en Seine-et-Marne que la population augmente le plus sur 5 ans avec une progression de 4,7 %….

Saint-Denis reste la commune la plus peuplée du 93 avec 110 480 âmes, c’est toujours la troisième ville d’Ile-de-France après Paris et Boulogne (Hauts-de-Seine), Montreuil arrive en 5e position derrière Argenteuil (Val-d’Oise).

Source

Inondations dans les Alpes-Maritimes : à qui la faute? l’urbanisation ou aléa climatique ?

Arrêtons de penser à une France toujours plus habitée. Cessons l’immigration, retrouvons notre paysannerie et finissons en avec les grandes surface, le tourisme de masse et le bétonnage.

Lire nos articles:

-La France trop bétonnée?


Extrait d’un article du JDD

Les spécialistes s’accordent à évoquer un facteur aggravant, l’exceptionnelle urbanisation de la zone.

Il y a forcément une responsabilité humaine

En géographie, c’est le principe d’une catastrophe : il s’agit du produit d’un aléa climatique (ici des très fortes pluies) et d’une vulnérabilité (ici un terrain fortement urbanisé, qui ne permet pas un écoulement en conséquence).

« Les fortes pluies sur les sols largement bétonnés ont entraîné d’importants ruissellements qui ont conduit à ce bilan dramatique », rappelle Pascal Brovelli. « La Côte d’Azur est une zone très urbanisée, entre l’autoroute et les constructions, avec une population très dense », explique au Monde Patrick Arnaud, hydrologue à l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture. « Le centre de l’orage s’est concentré au mauvais endroit, sur cet immense terrain imperméable. »

Les inondations sont, par principe, le produit d’une action humaine. Comme le mentionne Slate.fr, les sénateurs, dans un rapport en 2012 sur des crues dans le Var, le rappelaient : « A strictement parler, les inondations et leurs conséquences ne sont pas des catastrophes ‘naturelles’. En effet, si le fait déclencheur est bien un phénomène météorologique, parfois hors norme […], il s’applique à un territoire de longue date remodelé par l’homme, ce qui en diminue ou en aggrave les conséquences. »
Un effet réchauffement climatique?

Non, le réchauffement climatique n’est pas à l’origine des fortes pluies de ce week-end. « Contrairement aux canicules, on n’est pas capable de dire si les épisodes de fortes précipitations sont attribuables au changement climatique ou relèvent de la variabilité Continuer la lecture de Inondations dans les Alpes-Maritimes : à qui la faute? l’urbanisation ou aléa climatique ?

Nous avons livré la Libye au chaos (…) il ne faut pas s’étonner de voir les migrants déferler sur les côtes italiennes.

FIGAROVOX/COLLECTION – Chaque week-end jusqu’à la fin du mois d’août FigaroVox vous offre exceptionnellement un entretien réservé aux abonnés Premium. Cette semaine Jean-Pierre Chevènement qui nous donne une leçon de géopolitique. Deuxième partie.

Le 3 juillet dernier juste après les attentats Saint-Quentin-Fallavier, l‘ancien ministre de l’Intérieur et de la Défense confiait à FigaroVox sa vision très gaulliste de la politique étrangère.

Pour le Che , il ne faut pas se tromper d’ennemi: la menace pour l’Europe n’est pas la Russie, mais Daech. (…)

Quelques mois seulement après les attentats de janvier, la France a une nouvelle fois été victime du terrorisme. Avons-nous sous-estimé la menace?

Elle était tout à fait prévisible. J’ai dit à l’époque au président de la République que nous allions avoir devant nous des décennies de terrorisme. (…) Ils veulent le choc des civilisations, mais nous ne devons pas tomber dans ce piège. Il faut assécher le terreau sur lequel le terrorisme djihadiste se développe. (…) Mais il faut rejeter par avance toute culture de l’excuse!

Manuel Valls a donc eu tort d’utiliser le terme de choc de civilisation …

Il faudrait lui donner le temps de s’expliquer. (…) Mais la menace de ruptures majeures pour la France vient incontestablement non pas de l’Est, mais du Sud, notamment pour des raisons démographiques.

Dans l’Afrique subsahélienne, il existe des pays dont le taux de fécondité va jusqu’à sept enfants par femme. Il sera impossible de promouvoir le développement dans ces pays s’ils ne font pas l’effort de se responsabiliser et si les religions ne nous y aident pas. (…)

Notre pays est en proie à une crise économique et sociale, mais aussi à une crise identitaire profonde. Ce type d’attentat peut-il déstabiliser la société en profondeur?

Nous avons des tensions liées à la situation économique et des tensions qui résultent de la concentration de populations immigrées dans certains quartiers ou dans certaines zones comme la Seine-Saint-Denis ou les quartiers Nord de Marseille. Tout cela témoigne d’une grande cécité historique de la part des pouvoirs publics. (…)

De même pour la Libye. Nous pouvions protéger Benghazi, comme le préconisait le mandat de l’ONU, sans pour autant faire tomber Kadhafi. Nous avons livré la Libye au chaos, comme les Américains l’on fait avec l’Irak. Dès lors, il ne faut pas s’étonner de voir les migrants déferler sur les côtes italiennes. (…)

Il faut se demander si le mot d’ordre «Bachar doit partir» était bien raisonnable. Nous avons aujourd’hui trois partenaires en lice: le régime de Bachar el-Assad, Daech et al-Nosra, c’est-à-dire Al-Qaïda. Je ne suis pas sûr que l’on doive émettre une préférence pour Daech ou pour al-Nosra. Nous sommes dans une situation où la France devrait jouer les intermédiaires entre un certain nombre de courants démocratiques et le régime de Damas, si déplaisant soit-il. Le régime syrien est un régime brutal et violent, mais qui a au moins le mérite de ne pas chercher à instaurer un Califat, y compris en Seine-Saint-Denis. (…)

Source

Immigration musulmane + natalité musulmane en France = islamisation de la France

Article de Yves-Marie Laulan pour Riposte Laïque

Commençons par une définition de bon sens : l’islamisation consiste en la constitution, au sein de la population française, (la population d’origine  ou d’accueil, d’origine ou de tradition chrétienne), d’une communauté musulmane (ou sous l’influence culturelle de l’Islam), en voie de croissance rapide.

Ainsi définie, l’Islamisation de la France est, avant tout, un phénomène démographique que l’on peut représenter sommairement sous la forme de l’équation suivante :

Immigration musulmane + natalité musulmane en France =islamisation de la France

L’islamisation de notre pays est donc avant tout, qu’on le veuille ou non, un phénomène démographique, les conversions à l’Islam étant statistiquement en nombre infime. Cette réalité démographique, que l’on peut déplorer ou célébrer, s’inscrit dans les statistiques de la population française. Mais il faut quand même savoir que pendant 30 à 40 ans, cette réalité a été  plus que soigneusement occultée, tronquée, dissimulée par les deux institutions administratives chargées de suivre l’évolution de la population de notre pays, à savoir l’INSEEE et surtout l’INED[1].

Pourquoi les statisticiens et les démographes  travaillant au sein de ces deux administrations ont-ils agi ainsi ? L’on peut se perdre en conjectures sur les motivations de ces agents de l’Etat. Mais, en fin de compte, il faut se résigner, faute de mieux, à y voir la conséquence d’un certain gauchisme intellectuel pervers, celui d’une catégorie de fonctionnaires pratiquant, comme une religion, la haine de soi, c’est-à-dire  en clair, la honte d’être français et la haine de la France. Dans leur esprit, il était sans doute important de substituer à la population française d’origine, jugée usée voire dégénérée, une population neuve,  venue d’ailleurs et porteuse d’une religion plus pure, plus forte, plus rigoureuse, porteuse d’avenir.

Et comment mieux mettre en œuvre une politique démographiquement suicidaire si ce n’est en présentant les statistiques démographiques, portant sur les flux migratoires et la fécondité des immigrés déjà installés en France sous une forme parfaitement  obscure, voire tronquée, torturée, mutilée. Il s’agissait de  les rendre parfaitement illisibles aux yeux du commun des mortels et même des experts. Le but de la manœuvre étant bien entendu  d’empêcher les Français de se rendre compte du phénomène  en cours, à savoir que les flux migratoires provenant en majorité du Maghreb et de l’Afrique noire comportaient un très grand  nombre  de musulmans destinés, à terme, à remplacer la population d’origine[2]. Ces administrations n’ont cessé en toute impunité de barboter dans l’hypocrisie, la lâcheté et la dissimulation sournoise.

Or si  la quasi totalité des  Musulmans sont loin d’être des extrémistes, leur nombre Continuer la lecture de Immigration musulmane + natalité musulmane en France = islamisation de la France