Archives par mot-clé : Djihadistes

Les 200 djihadistes libérés pour délivrer Sophie “Mariam” Pétronin “vont reprendre les armes immédiatement”

“Ils vont reprendre les armes immédiatement”, affirme Peer de Jong, ancien aide de camp des présidents François Mitterrand et Jacques Chirac.

“Cela n’a pas de prix de libérer des personnes prises en otage, mais quoi qu’il en soit, le prix est très, très cher”, a réagi Peer de Jong, ancien aide de camp des présidents François Mitterrand et Jacques Chirac et coauteur de Sécurité et développement dans le Sahel, du concept à la réalité (Editions l’Harmattan), vendredi 9 octobre sur franceinfo après la libération de Sophie Pétronin. Selon lui, la libération d’une centaine de jihadistes la semaine dernière comme éventuelle monnaie d’échange “est une réelle catastrophe” pour le Mali. […]

France Info

L’ex-otage Sophie Pétronin, convertie à l’islam, veut retourner au Mali et refuse de qualifier ses ravisseurs de “djihadistes”. Plus de 200 djihadistes ont été relâchés pour la libérer

On pense aux soldats français qui devront faire face aux 200 djihadistes qu’on a libéré pour garder chez nous une convertie à l’islam par Al Quaïda…..


“Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d’Allah, parce que je suis musulmane. Vous dites Sophie, mais c’est Mariam que vous avez devant vous”, a déclaré Sophie Pétronin. Continuer la lecture de L’ex-otage Sophie Pétronin, convertie à l’islam, veut retourner au Mali et refuse de qualifier ses ravisseurs de “djihadistes”. Plus de 200 djihadistes ont été relâchés pour la libérer

Toulouse : Les identitaires montent sur le toit du capitole et déploient une banderole anti-djihadiste.

Quand les députés Fn déposaient un amendement pour la suspension des aides sociales aux djihadistes (Maj vidéo)

Le député et porte-parole du FN sébastien Chenu prenait la parole vendredi 27 octobre 2017 à l’Assemblée nationale à propos du scandale des prestations sociales versées aux familles des terroristes français en Syrie (et en Irak).

« Je demandais aujourdhui que la France cesse de verser des prestations sociales aux familles de personnes condamnés pour terrorisme. Le gouvernement refuse et nous continuerons donc de verser allocations et autres subsides aux familles Merah et autres. »

Caroline Galactéros : «À Alep, sortons enfin des vues manichéennes»

La ville d’Alep a été le lieu d’une bataille sanglante depuis 2012. Pour la géopolitologue Caroline Galactéros, une politique d’équilibre des intérêts entre Washington et Moscou serait la seule manière de sauver la Cité antique et le reste du pays.

L’armée syrienne a repris aux rebelles la ville d’Alep, ancienne capitale économique du pays. Comment percevez-vous le traitement médiatique de cette bataille décisive dans le conflit syrien?

Caroline GALACTEROS. – Si vous me pardonnez cette franchise, je le trouve globalement déplorable et surtout dangereux. Par ignorance, goût du sensationnalisme et de la polarisation manichéenne des situations, confiance excessive dans les réseaux sociaux, ou par inclination à relayer la doxa véhiculée par le pouvoir et ses alliés, la plupart des médias se sont engouffrés depuis des mois dans la brèche de la facilité et ont relayé bien des informations parcellaires voire fausses (cf. l’affaire des «Casques Blancs» ou «l’opération OSDH» – source unique elle aussi anglaise, clairement contestable et pourtant devenue la référence depuis cinq ans ). Ils ont en conséquence nourri une interprétation déformée des enjeux et des faits. Bref, l’immense majorité des médias occidentaux s’est fait la caisse de résonnance naïve ou parfois sciemment complice d’une vaste entreprise de désinformation sur la nature des «rebelles», les objectifs réels de la guerre, l’idée même d’une guerre civile ou encore la dimension confessionnelle du conflit de fait secondaire mais montée en épingle, etc…

Comment voyez-vous les événements?

La partie Est de la ville d’Alep a été, dans la douleur et au prix d’une tragédie humaine indéniable, libérée de djihadistes qui s’en étaient emparés dès 2012. La méthode russe de bombardement intensif est évidemment difficilement acceptable au plan humain, au plan des individus. Les forces occidentales notamment françaises, c’est tout à leur honneur, cherchent davantage à éviter des pertes civiles massives. Elles en font malgré tout nécessairement car la précision de ces frappes n’a de «chirurgicale» que le nom. On les appelle alors pudiquement des «bavures» ou des «dommages collatéraux», on les passe sous silence ou on les relaie très peu médiatiquement. Pourquoi? Parce que depuis le début de ce conflit (comme dans bien d’autres d’ailleurs) et notamment depuis l’intervention militaire russe d’octobre 2015, il s’agit de délégitimer voire de criminaliser l’action de Moscou, comme si elle était de nature fondamentalement différente de la nôtre. Or, la différence n’est pas là. Continuer la lecture de Caroline Galactéros : «À Alep, sortons enfin des vues manichéennes»

Propos de Zemmour sur les djihadistes: Enquête ouverte pour apologie du terrorisme

Une enquête a été ouverte pour apologie du terrorisme après les propos d’Eric Zemmour, qui a dit « respecter » les djihadistes, « des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient », a appris l’AFP de source judiciaire. Dans un entretien accordé au site  Causeur, le polémiste s’est emporté quand l’intervieweur a estimé que les islamistes ne parviennent « guère qu’à endoctriner quelques esprits faibles ».

« Quelle condescendance ! a rétorqué le chroniquer de RTL. Moi, je prends Continuer la lecture de Propos de Zemmour sur les djihadistes: Enquête ouverte pour apologie du terrorisme

Allemagne : une quarantaine de djihadistes se seraient infiltrés parmi les migrants

Les autorités allemandes soupçonnent une quarantaine de membres de l’organisation Etat islamique (EI) de s’être glissés dans les rangs des migrants entrés en Allemagne, a annoncé mercredi la police fédérale.

Ce chiffre représente le double du nombre de cas estimés en janvier et il est de nature à alimenter les inquiétudes sur le risque terroriste en Allemagne, jusque-là épargnée par les attaques de grande ampleur.

Continuer la lecture de Allemagne : une quarantaine de djihadistes se seraient infiltrés parmi les migrants

La Libye, bombe migratoire et djihadiste au sud de l’Europe

Lire aussi:

– Les services secrets italiens ont lancé l’alarme sur le prochain arrivage de 250.000 à 500.000 réfugiés en provenance de la Libye au cours des deux à trois prochains mois

-Terrorisme : alerte en Méditerranée

Avec le retour du beau temps en Méditerranée, les départs s’intensifient et les drames en mer se multiplient. Le chaos qui règne le long de la côte de la Tripolitaine, où se concentre l’essentiel des départs de puis l’Afrique du Nord, expose de manière crue le défi migratoire que pose désormais à l’Europe une Libye à l’Etat failli.

Après des chiffres records en 2014 – autour de 170 000 arrivées en Italie –, la courbe s’envole depuis le début de l’année. « Avec le beau temps, on dénombre en ce moment entre 300 et 700 migrants qui quittent la Libye par jour», estime un officier de renseignement de la coalition de milices qui contrôle Misrata.

Dans ce contexte, la crainte de voir des groupes djihadistes faire la jonction avec les réseaux de passeurs n’est plus une simple hypothèse. Elle alarme de plus en plus les Européens. A Misrata, un officier de renseignement n’écarte pas cette perspective, même s’il n’est pas en mesure d’en fournir des indications tangibles. «Il y a une stratégie des djihadistes d’utiliser les migrants pour déstabiliser l’Europe, croit-il savoir. Ils travaillent sur le long terme. »

Les lieux de la Tripolitaine d’où les esquifs précaires prennent la mer sont connus : Zouara, Sabratha, Zaouïa, Garabulli, Al-Khoms, Zliten, points d’aboutissements des routes méridionales traversant le Sahara. Et pour les contrôler, l’administration fantôme d’un pays en guerre ne dresse plus qu’une fiction de barrière. Le lieutenant-colonel Taufik Alskir soupire. […] Pour souligner son impuissance, le lieutenant-colonel Alskir lâche Continuer la lecture de La Libye, bombe migratoire et djihadiste au sud de l’Europe