Archives par mot-clé : dollar

Chine : un média d’Etat appelle à « un monde désaméricanisé »

La Chine détient 1.277 milliards de dollars de bons du Trésor américain, et a amassé une grosse quantité d’Or afin de mettre un terme à la domination du Dollar…. il faut donc s’attendre à ce que la chine commence à revendiquer d’autres règles du jeu… et un retour à l’étalon OR…. hi,hi,hi,hi

– – – – – – – – – –

Chine : un média d’Etat appelle à « un monde désaméricanisé »

L’Agence chine nouvelle, un média d’Etat qui relaye la parole et la pensée des dirigeants du pays, a écrit ce dimanche que le monde devrait essayer de trouver un « nouvel ordre« . Un monde où les Etats-Unis, dont le shutdown affecte l’économie mondiale, n’auraient pas autant de poids.

RTX118GZ

L’agence Chine nouvelle (Xinhua) traduit en général la pensée des dirigeants chinois et visiblement ces derniers envisagent de tourner la page de l’Amérique toute puissante et de son dollar. Alors que les Etats-Unis sont paralysés par un shutdown,

« c’est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d’un monde désaméricanisé« , indique l’Agence. Des déclarations qui interviennent avant un possible défaut de paiement des Etats-Unis si le Congrès et Barack Obama ne trouvent pas de compromis sur le plafond de la dette (avant le 17 octobre).

Le blocage à Washington menace les importantes réserves en dollars des pays créanciers. La Chine en détient pour 1.277 milliards en bons du Trésor. « Au lieu d’honorer avec responsabilité ses devoirs de leader mondial, Washington avec en tête ses propres intérêts a abusé de son statut de superpuissance et accru le chaos dans le monde en transférant à l’étranger les risques (de son système) financier« , note l’Agence Chine nouvelle.

Remplacer le dollar

L’Agence Chine nouvelle insiste également sur une réforme de la gouvernance du FMI. Elle est préparée depuis trois ans mais son entrée en vigueur est bloquée par le veto des Etats-Unis qui doivent la faire ratifier par le Congrès.

« Les économies émergentes doivent avoir davantage leur mot à dire dans les institutions financières internationales« , a plaidé le média d’Etat, évoquant la création d’une « nouvelle devise de réserve » pour remplacer le dollar et une évolution du Fonds monétaire international (FMI).

Par Elise Delève

Pendant combien de temps encore le dollar sera-t-il considéré devise de référence ?

Nous entendons souvent les médias faire référence au dollar par les termes ‘devise de référence internationale’, ce qui signifie en quelque sorte que notre dollar conservera toujours sa valeur au sein de notre économie mondiale changeante. C’est là une supposition erronée et dangereuse.

Depuis le 15 août 1971, alors que le président Nixon fermait le guichet de l’or et refusait de se séparer de la moindre once supplémentaire des 280 millions d’onces d’or de notre pays, le dollar n’a plus été qu’une devise fiduciaire. Cela signifie qu’il est devenu un indicateur de la confiance envers la stabilité et la puissance du gouvernement des Etats-Unis.

Pour dire les choses comme elles sont, les Etats-Unis ont déclaré leur banqueroute en 1971. Tout le monde était d’accord sur le fait qu’il fallait alors mettre en place un nouveau système monétaire afin d’apporter quelque stabilité aux marchés.

Etonnamment, le nouveau système mis en place autorisait les Etats-Unis à imprimer autant de cette devise de référence qu’ils le voulaient sans aucune contrainte – sans même une prétendue convertibilité en or ! Réalisant que le monde était en train de se tourner vers quelque chose de nouveau et de très différent, les gestionnaires monétaires, avec le support des autorités monétaires des Etats-Unis, mirent en place dans les années 1970 un accord avec l’OPEP en vue de fixer le prix du pétrole en dollars. Cet accord a donné au dollar un rôle clé parmi les devises du monde en lui apportant en quelque sorte un soutien par le pétrole.

En échange, les Etats-Unis firent la promesse de protéger les royaumes pétroliers du golfe Persique contre toute menace d’invasion ou de coup d’Etat. Cet accord a nourri les mouvements islamistes parmi les communautés qui s’opposaient à notre influence dans la région. Il a également apporté un support artificiel au dollar et des bénéfices financiers incroyables aux Etats-Unis. Il nous a permis d’exporter notre inflation monétaire en achetant du pétrole et de nombreux autres produits à mesures que le dollar florissait.

En 2003, l’Iran prit toutefois la décision de fixer le prix de son pétrole en euros pour les marchés Asiatique et Européen. Le gouvernement Iranien a ensuite ouvert une bourse du pétrole en 2008, sur l’île de Kish, dans le golfe Persique, dans le seul objectif de vendre son pétrole contre des euros ou d’autres devises. En 2009, l’Iran a mis fin à toutes ses transactions pétrolières en dollars. Cette décision du deuxième plus important pays de l’OPEP représente une menace directe pour le statut de notre dollar en tant que devise de référence internationale, ce qui explique notre attitude hostile envers lui.

Continuer la lecture de Pendant combien de temps encore le dollar sera-t-il considéré devise de référence ?

L’internationalisation du renminbi (Yuan chinois )se poursuit à marche forcée

Le yuan chinois (renminbi ou argent du peuple) est encore loin d’être une monnaie de référence mondiale mais la Banque populaire de Chine (BPC) fait tous les efforts possibles pour atteindre cet objectif. Une étude prospective sur le long terme de l’OCDE arrive à la conclusion que le PIB de la Chine dépassera celui des Etats-Unis dans quelques années. La Chine deviendra ainsi la première économie mondiale.

Dans cette perspective, la BPC a d’ores et déjà mis en place des stratégies pour détrôner le dollar américain qui est toujours la monnaie principalement utilisée dans les échanges commerciaux.

Comme le Global Times chinois le rapporte, des accords bilatéraux sont déjà signés avec le Japon, la Russie, le Brésil et l’Indonésie, visant à ce que ces pays utilisent leurs propres monnaies dans leur commerce bilatéral.

Des pourparlers en ce sens sont aussi en cours avec l’Australie. La Chine tente d’imposer le yuan dans son commerce extérieur, et d’après le Global Times, elle a conclu des swaps de devises pour un montant d’au moins 238 milliards de dollars, avec une douzaine de pays.

La Corée du Sud s’est aussi déclarée prête à accepter le yuan comme monnaie dans son commerce avec la Chine qui, à son tour, accepte le won sud-coréen comme monnaie de règlement. Dès décembre, les banques commerciales auront suffisamment de fonds disponibles dans ces monnaies pour régler les transactions commerciales bilatérales locales. Jusqu’à présent environ 97% des factures sont libellées en dollar.

La Corée du Sud est le quatrième plus grand PIB de l’Asie et le troisième plus grand exportateur de la région. Sa banque centrale a acheté, en novembre, 14 tonnes d’or. Pour la Chine, la Corée du Sud est le troisième marché le plus important derrière ceux des Etats-Unis et du Japon.

A ce jour, le yuan n’est toujours pas une monnaie librement convertible et les transferts de capitaux sont étroitement contrôlés. Mais Pékin veut briser la prédominance du dollar américain dans les paiements internationaux et remplacer le billet vert par un panier de monnaies avec une diversification des monnaies de réserve. L’une de ces monnaies pourrait être le renminbi. La BRI estime qu’actuellement, la devise chinoise représente 1% des paiements en devises à travers le monde. Continuer la lecture de L’internationalisation du renminbi (Yuan chinois )se poursuit à marche forcée