Archives par mot-clé : droite

Espagne : Valls manifestera dimanche avec la droite et l’extrême droite

Quand on connait le cinéma qu’il a fait contre marine Le Pen quand il était premier ministre ça donne une idée de la franchise et du cynisme de tous ceux qui nous traitent de fascistes.


Les libéraux de Ciudadanos, soutiens de Manuel Valls à Barcelone, ont appelé à manifester dimanche à Madrid contre le gouvernement socialiste. La droite et l’extrême droite aussi.

Manuel Valls, candidat à la mairie de Barcelone, a annoncé vendredi sa participation à la manifestation dimanche à Madrid de la droite et de l’extrême droite contre le chef du gouvernement socialiste, Pedro Sanchez.

(…) Le Parisien

Mathieu Bock-Côté : « La droite doit comprendre qu’elle ne sera jamais assez respectable pour la gauche »

Dans un entretien fleuve, l’essayiste québécois dresse l’état des lieux de la droite française après la double défaite de la présidentielle et des législatives et trace des perspectives pour l’avenir. Ses mots sonnent comme une mise en garde pour l’opposition. Il est temps pour elle d’en finir avec «la tutelle idéologique» de ses adversaires, prévient le sociologue. Il n’y aura pas de refondation politique sans refondation idéologique. En véritable insoumis, ce pourfendeur du multiculturalisme appelle la droite à ne pas se dérober face à la question de l’identité de la France. Selon lui, l’opposition pertinente sera celle qui apportera des réponses à l’angoisse de dépossession qui traverse la société française.

LE FIGARO. – Dans Le JDD, Xavier Bertrand a dénoncé la «dérive identitaire» de la droite et de Laurent Wauquiez. Le débat s’est trop concentré sur «la France identitaire», affirme-t-il. Partagez-vous ce constat?

Mathieu BOCK-CÔTÉ. – Il fallait s’y attendre: la pression idéologique et médiatique contre ce qu’on pourrait appeler la question identitaire n’a jamais cessé, et ceux qui veulent avoir une place avantageuse dans le système médiatique ont tout avantage à partager cette vision des choses. Qui dénonce la dérive identitaire s’assure d’une place enviable dans la grande famille des Continuer la lecture de Mathieu Bock-Côté : « La droite doit comprendre qu’elle ne sera jamais assez respectable pour la gauche »

Valeurs Actuelles : « Le testament politique de Marion Maréchal-Le Pen »

[…] Je pense que la stratégie victorieuse réside dans l’alliance de la bourgeoisie conservatrice et des classes populaires. C’était la synergie qu’avait réussie Nicolas Sarkozy en 2007. Indéniablement, il y a des gagnants et des perdants de la mondialisation, une fracture territoriale, une France périphérique, une fracture mondialistes-patriotes, mais je crois que la droite traditionnelle et les classes populaires ont un souci commun, c’est celui de leur identité. Pas l’identité comme un folklore artificiel ou comme un musée qu’on dépoussière, mais comme un ciment social. L’identité, c’est ce qui nous donne le sentiment d’être un peuple, en dépit de lieux de vie différents, de modes de vie différents. […]

Je pense que les courants de droite et de gauche continuent Continuer la lecture de Valeurs Actuelles : « Le testament politique de Marion Maréchal-Le Pen »

Les deux libertés par Paul-Marie Couteaux

La dérive autoritaire de la gauche fournit à la droite l’occasion historique de se réapproprier la défense des libertés naturelles.

1583823_3_644f_paul-marie-couteaux-souverainiste-de-droite-1Dans la longue guerre idéologique qui oppose, depuis trois siècles, les Classiques aux Modernes (opposition dont la césure droite-gauche n’est qu’une traduction contingente, tant les contours en sont variables), le thème de la liberté est un enjeu constant : si les Modernes en font souvent un étendard, il leur arrive de la jeter au ruisseau, les Classiques reprenant alors la main en pointant les menaces que font peser sur les libertés concrètes les totalitarismes parés des plumes de l’égalité et de ses surenchères. En somme, le thème va et vient de part et d’autre de notre échiquier politique.

Or, il pourrait bien passer aujourd’hui de gauche à droite : celle-ci, avec la Ve République, a endossé le rétablissement de l’autorité de l’État au prix d’une certaine “statocratie”, de sorte qu’elle fut vite submergée par une rhétorique de la liberté maniée sans vergogne mais non sans succès par une gauche qui, passée au moule de 1968, prospéra trente ans sur ce thème. Nouveau renversement aujourd’hui : ladite gauche, que les événements contraignent à montrer un visage plus autoritaire, inquisiteur, voire policier, perd sous nos yeux son avantage. Il ne manque plus à la droite que de savoir redonner au mot sa vieille magie.

Comment ? La recette est simple : il suffit de distinguer deux conceptions de la liberté. Continuer la lecture de Les deux libertés par Paul-Marie Couteaux

Marie-France Garaud : « La droite, au début, c’était Tixier-Vignancour puis le poujadisme ! »

Invitée à participer à l’émission « Ce soir ou jamais » présentée par Frédéric Taddéï le mardi 23 octobre, Marie-France Garaud, ancienne conseillère de Georges Pompidou, a replacé les choses dans leur contexte s’agissant de l’évolution politique de la « droite » et de « la guerre des droites » en France.

Le thème de l’émission abordé portait sur le duel sans conviction au sein de l’UMP « Fillon / Copé : l’UMP a-t-elle intérêt à se « droitiser » ? »

Marie-France Garaud : « Avant De Gaulle, de toute manière, même sous la IVe République, il n’y avait pas de droite, c’est pour cela que, lorsque l’on parle des valeurs de la droite, faudrait quand même se souvenir qu’elle n’a pas participé au Parlement, encore une fois pendant toute cette partie là (…) La droite, au début, c’était Tixier-Vignancour et puis après ça a été le poujadisme, voilà ! »

 

 

Sur la France, elle répète qu’il n’y a plus d’État, que les élus n’ont plus de pouvoir et que le peuple est orphelin de la démocratie.