Archives par mot-clé : DSK

Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron consulte-t-il Dominique Strauss-Kahn ?

Tous les réseaux financiers et médiatiques de DSK sont derrière la candidature de macron; c’est un secret de polichinelle.


Emmanuel Macron sème le trouble dans la campagne de la primaire de la gauche. Certains membres du Parti socialiste ne cacheraient même plus la tentation de rejoindre l’ancien ministre de l’Économie pour l’élection présidentielle. Selon Paris Match, le fondateur du mouvement politique « En Marche ! » se rapprocherait dans le même temps de Dominique Strauss-Kahn. « Les deux hommes se voient régulièrement », affirme le magazine qui raconte que Ismaël Emelin, le conseiller d’Emmanuel Macron a mis en relation les deux hommes.

Emmanuel Macron est au centre de toutes les attentions. Selon un sondage Odoxa, le candidat à l’élection présidentielle est la personnalité politique préférée des Français. Il récolte 40%, devant Alain Juppé (34%) et François Fillon (32%). À noter aussi la percée de Jean-Luc Mélenchon, troisième ex aequo avec le candidat de la droite et du centre, tout comme Arnaud Montebourg (28%).

Ce qui est dégoûtant, Anne Sinclair, c’est d’avoir voulu faire de votre soudard un président de la République (vidéo)

Article de Riposte Laïque
La grande prêtresse d’Huffington Post, Anne Sinclair, fait part, dans son édition du 6a010534a85cc1970b016760c66413970b-pijour, de son « dégoût » pour le film d’Abel Ferrara, Welcome to New York, où Gérard Depardieu interprète le rôle de son ancien mari, et où Jacqueline Bisset joue son rôle. Elle ne paraît pas satisfaite de la vision que le film renvoie de sa propre image, celle d’une femme ambitieuse, qui rêve de se voir en première femme de France à l’Elysée, et mobilise tous ses réseaux pour parvenir à ses objectifs.

Naturellement, histoire de discréditer davantage le film, elle nous fait le coup de l’antisémitisme, reprochant au réalisateur d’avoir relié ses origines juives à sa fortune. Il est vrai que si on ne peut plus dire qu’Anne Sinclair – qui a affirmé qu’elle n’aurait jamais pu épouser quelqu’un d’autre qu’un juif – est fortunée et juive sans se retrouver qualifier d’antisémite, cela va devenir vraiment difficile, dans cette France, de parler librement…

D’un ton pleurnichant, elle nous fait donc part de son dégoût pour le film. Ce qui me donne le dégoût, curieusement, à moi, ce n’est pas ce film, que je n’ai pas vu, et n’irai pas voir. C’est la volte-face de toutes celles et ceux qui, pardon pour la trivialité de l’expression, mais je reste dans l’esprit du film, « taillaient des pipes » à Strauss-Kahn, matin, midi et soir, que cela soit dans les colonnes de journaux, sur les plateaux de télévision, et que cela vienne des socialistes, des journalistes, du show biz, où tout le monde savait pourtant dans quelle vie de débauche se complaisait le patron du FMI.

Anne Sinclair, qui a quitté son ancien mari, nous a fait le coup, dans une émission de réhabilitation de sa propre image, sur le service public, de la femme qui ne savait pas. Nous prend-elle pour des demeurés ? Pouvait-elle ignorer les nombreux témoignages, dans le livre « Les Strauss-Kahn », d’Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, qui confirmaient ce que l’épisode de l’Hôtel Sofitel a mis en lumière ?

http://www.lepoint.fr/politique/extraits-argent-pouvoir-sexe-et-mauvaises-frequentations-07-06-2012-1476099_20.php

Elle savait, mais tant que Strauss-Kahn pouvait lui permettre de siéger à l’Elysée, et de l’accompagner dans tous les grands voyages du monde, aux côtés des chefs d’Etat, elle préférait fermer les yeux. Elle ne les a ouverts que quand le rêve s’est brisé au Sofitel de New York.

Ce qui est dégoûtant, c’est la défense inconditionnelle de son mentor par Cambadelis, n’ayant pas un mot pour la victime…

Ce qui est dégoûtant, c’est cette formule de Jack Lang, « Y’a pas mort d’homme », pour banaliser l’agression du patron du FMI.

Ce qui est dégoûtant, c’est la solidarité de caste de ce grand bourgeois de Badinter, à Continuer la lecture de Ce qui est dégoûtant, Anne Sinclair, c’est d’avoir voulu faire de votre soudard un président de la République (vidéo)

«Welcome to New-York» : le coproducteur dénonce le boycott du film sur DSK

Le film « Welcome to New York », réalisé par Abel Ferrara et clairement inspiré de l’affaire du Sofitel à New York, doit sortir ce 17 mai. Une sortie qui ne plaît pas à Anne Sinclair, l’ex-femme de DSK qui, selon Vincent Maraval, le producteur du film, ferait tout pour l’interdire. […]

« Tout le monde nous a déconseillé de tourner ce film, nos amis comme nos ennemis », poursuit-il en affirmant que Dan Franck, un ami de DSK l’avait même menacé au cours d’un dîner. « Anne Sinclair dépensera toute sa fortune pour détruire ta vie », lui aurait-il lancé. Une menace qui ne l’a cependant pas découragé.

7sur7

——–

7ème art ? Vincent Maraval, le coproducteur du long-métrage directement inspiré de l’affaire DSK, est revenu hier dans le Journal du Dimanche sur les pressions autour du film, dont le rôle-titre est tenu par Gérard Depardieu.

Un boycott dans certaines salles françaises

C’est ce que laisse entendre le coproducteur de Welcome to New-York : «Je ne suis pas adepte de la théorie du complot. Mais là, les faits parlent pour moi et illustrent, à l’instar de ce que nous subissons depuis trois ans, les relations incestueuses qu’entretiennent dans ce pays les élites, les politiques, les médias» et de conclure «en France, on n’arrive pas à parler de notre histoire présente». Le co-producteur rappelle également qu’aucune chaîne française n’a souhaiter contribuer au financement du film.

Vincent Maraval accuse des distributeurs

«Je viens d’apprendre qu’UGC essaie d’empêcher la sortie du film sur ses écrans en Belgique en faisant pression sur ses exploitants. Deux partenaires médias importants nous demandent de retirer leur logo sur l’affiche. Ça me sidère» continue Vincent Maraval. Pour le long-métrage d’Abdel Ferrara, l’acteur principal, Gérard Depardieu, n’a été payé «que» 100 000 euros, soit «le dixième de son salaire normal» selon le coproducteur, toujours dans le JDD.

Le Festival de Cannes ? Continuer la lecture de «Welcome to New-York» : le coproducteur dénonce le boycott du film sur DSK

Carlton: DSK soupçonné d’être «l’instigateur» du réseau

Le Figaro s’est procuré la décision judiciaire qui a validé l’enquête des juges. Très accusatrice pour l’ex-directeur du FMI, cette analyse est totalement réfutée par la défense.

(…) Les juges estiment que des indices graves ou concordants rendent «vraisemblable la participation effective et déterminante» de DSK dans des «actes de proxénétisme». Voici leur raisonnement. (…)

L’enquête sur l’affaire du Carlton entre dans sa dernière ligne droite. Les juges avaient mis le dossier en sommeil plusieurs mois, le temps que d’importantes questions de procédure soient tranchées. Désormais, les magistrats de Lille ont relancé leurs investigations. Dodo la Saumure, soupçonné d’avoir fourni des filles au réseau présumé, est interrogé depuis mardi. De nouvelles auditions et des confrontations, notamment entre les prostituées et les participants aux soirées de Lille, Paris ou Washington, doivent être organisées. Selon un calendrier très indicatif, l’instruction pourrait être bouclée avant l’été.

Le 19 décembre dernier, la cour d’appel de Douai a entièrement validé la procédure. Principalement la mise en examen de Dominique Strauss-Kahn pour «proxénétisme aggravé en bande organisée» que ses avocats, qui ont déposé un pourvoi en cassation, contestent vigoureusement. Le Figaro a eu connaissance de l’arrêt rendu à Douai. Les juges estiment que des indices graves ou concordants rendent «vraisemblable la participation effective et déterminante» de DSK dans des «actes de proxénétisme». Voici leur raisonnement.

• Des prostituées, pas des libertines

Le premier objectif des magistrats est de démontrer que DSK savait que les femmes présentes lors de ces rencontres étaient, non des «libertines», mais des prostituées rémunérées, condition sine qua non pour le soupçonner ensuite d’avoir pu «aider, assister ou protéger la prostitution d’autrui ou en tirer profit», tel Continuer la lecture de Carlton: DSK soupçonné d’être «l’instigateur» du réseau

Maffia PS: DSK concerné par une nouvelle affaire au Congo

Une enquête a été ouverte par le parquet de Grasse sur Dominique Strauss-Kahn, en sa qualité d’ex-directeur du FMI, sur des soupçons de malversations autour de l’annulation de la dette du Congo, aux dépens d’un entrepreneur cannois ayant porté plainte.

Serge Berrebi, qui se bat depuis 25 ans pour recouvrer des millions d’euros après avoir été « spolié » d’une entreprise au Congo, avait déposé plainte le 21 octobre auprès du parquet de Paris, qui s’est dessaisi le 6 décembre au profit de celui de Grasse. La PJ niçoise, chargée de l’enquête, l’a entendu le 11 juillet.

L’affaire touche aux conditions dans lesquelles la dette du Congo fut effacée en 2010 dans le cadre de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

(…) Le Républicain Lorrain

Les relations troubles du socialiste François Pupponi avec le banditisme corse et parisien

Dans le gang du Parti Socialiste, on trouve de tout : un économiste de pacotille soupçonné de viol et proche des milieux de la prostitution. Des présidents de conseil régionaux corrompus comme Christian Bourquin du Languedoc Roussillon dernièrement condamné par la justice, ou Guérini que l’on ne présente plus ou la députée PS des Bouches-du-Rhône, Sylvie Andrieux, mise en examen dans le cadre d’une affaire de détournement de fonds de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), dans laquelle 23 personnes proches du PS sont déjà mises en cause.

On trouve aussi des maires comme Gérard Dalongeville d’Hénin-Beaumon, accusé de détournement de fonds et qui balance sur la fédération du parti socialiste dans le Pas de Calais comme sur le népotisme qui règne au Conseil Général. Ou encore un ancien premier ministre de François Mitterand comme Pierre Mauroy et l’adjointe au maire de Paris Lyne Cohen-Solal, tous les deux punis par la justice pour «abus de confiance», emploi fictif… On pourrait citer aussi Le Guen, Julien dray, la MNEF, l’incroyable dérive financière de la mairie de Paris, un article n’y suffirait pas.

Mais le dernier en date mérite qu’on s’y intéresse parce que les média radio et télé ne semblent pas en faire très grand cas… et pourtant il en dit long sur les réseaux malsains qui existent au PS.

Il s’agit de François Pupponi, ami et successeur de Dominique Strauss Khan à la mairie de Sarcelle, suspecté d’être un peu trop proche du grand banditisme Corse et de banlieue.
Pupponi, vous le connaissez, il est souvent à la télé. Il y est d’ailleurs bien reçu. Les valets sont forts avec les faibles et faibles avec les forts… c’est ce qui garanti au PS et à l’UMP d’être traités avec plus d’égard que ne le sont les autres représentants politiques.

Mais revenons au député-maire PS, Puponni. Continuer la lecture de Les relations troubles du socialiste François Pupponi avec le banditisme corse et parisien

Joffrin ne se souvient plus de ce qu’il écrit ?!?

Soit Joffrin-Mouchard a vraiment la mémoire qui flanche. Soit il n’écrit pas ses articles. En tout état de cause, il est au bout du rouleau le gaucho-bobo

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Addendum: Dés le lendemain de son intervention au petit ( tout petit..) journal de Yann Barthès, Joffrin-Mouchoir a décidé de supprimer du Nouvel Obs les petites annonces payées par des réseaux de prostitution …. Cela représente la bagatelle de 150 000 à 200 000 EUR bruts de perte par an pour l’Hebdo de la Gôche Bobo. Mais là n’est pas le plus grave… le problème c’est qu’on ne sait pas comment DSK va faire pour trouver de nouvelles « copines »….

Présidentielle 2012 : vers la sur-normalisation des médias

Les médias français sont hyper politiquement corrects. Mais sous la pression de la concurrence d’Internet, certains journalistes avaient su prendre une certaine liberté de ton : Eric Zemmour, Eric Naulleau, Elisabeth Lévy, Robert Ménard ou Frédéric Taddéi. Leur épuration est en cours. Parce que le politiquement correct ne peut pas affronter un débat à la loyale. Parce que le Système repose sur la scénarisation d’affrontements fictifs. Parce que Nicolas Sarkozy et l’UMP ont électoralement intérêt à être opposés à des journalistes politiquement corrects. Explications.


Médias de marché ? Non médias d’influence !

Les épurés – ou ceux dont les dirigeants de l’audiovisuel réduisent la surface médiatique – ont un point commun : ils font de l’audience. A ce titre, ils se croyaient protégés par leur succès. A tort. Les médias ne sont pas financés par leurs spectateurs et leurs auditeurs. Le rôle des médias n’est pas d’informer mais d’influencer commercialement ou politiquement par la publicité et la « communication ». Patrick Le Lay avait résumé cette mission d’une formule choc : « le rôle de TF1 est de vendre du temps de cerveau humain disponible à Coca-Cola. »

Dans cette logique, il ne s’agit pas de faire réfléchir les gens mais de les endormir. Ruquier (« On n’est pas couché ») reprochait souvent à Zemmour et Naulleau leur excès de critique avec cette formule : « ce n’est pas bon pour la promotion ». La promotion de spectacles ou de livres politiquement corrects.

Le politiquement correct ne peut survivre que dans le déni de débat

La tâche des défenseurs du politiquement correct est immense : il leur faut faire croire que l’immigration est une chance pour les Français, le libre échange mondial un bienfait pour l’emploi, et le mariage gay une avancée naturelle. Or la meilleure manière d’imposer le déni de réalité, c’est le déni de débat.

De ce point de vue, les épurés sont quadruplement dangereux :

ils montrent qu’un autre discours que le discours officiel est possible ;

ils surclassent par la qualité de leurs arguments et leur vivacité d’esprit leurs adversaires ;

ils sont une menace pour les petites cylindrées intellectuelles, type Jean-Michel Aphatie ou Alain Duhamel ;

et surtout ils risquaient de faire école.

L’épuration en cours sonne donc comme un rappel à l’ordre des journalistes. C’est ce qu’on appelait à l’époque soviétique une reglaciation.

Le Système repose sur la scénarisation d’affrontements fictifs

En Occident le système mondialiste repose sur la mise en concurrence d’équipes politique défendant des projets quasi similaires. Ces oppositions sont scénarisées. Il faut faire croire aux citoyens que remplacer l’équipe A par l’équipe B, en attendant de remplacer l’équipe B par l’équipe A changera quelque chose. Les médias ont pour fonction d’intéresser les électeurs. Avant d’être un événement politique, l’élection présidentielle est un spectacle.

Le rôle des médias est de façonner l’affrontement entre les candidats susceptibles d’être élus au regard des exigences du système dominant : DSK versus Sarkozy, ou Sarkozy versus Aubry ou Hollande. De ce point de vue, Marine Le Pen n’a pas à être traitée comme les autres contrairement à ce que pensaient les journalistes en cours d’épuration. Pour faire carrière, les journalistes n’ont pas à se comporter en observateurs mais en militants : à l’image de Caroline Fourest qui sature l’espace médiatique en publiant une biographie politique sur Marine Le Pen… suivie d’un manuel de combat.

Ce ne sont pas les électeurs qui ont le droit de décider qui peut être président de la République. Ce sont d’abord les médias. Et derrière eux les puissances d’argent qui les contrôlent : la finance, les banques et l’industrie du luxe.

Paradoxalement Sarkozy et l’UMP ont besoin de journalistes politiquement corrects

Il peut paraître paradoxal qu’alors que Nicolas Sarkozy s’apprête à faire une campagne électorale axée à « droite », les journalistes les moins politiquement corrects soit épurés. Mais ces journalistes sont épurés précisément parce qu’ils montraient les faux semblants de l’opposition entre l’UMP et le PS. Et que pour l’UMP et Sarkozy la meilleure manière de passer pour « à droite » c’est d’être interrogé par des journalistes politiquement corrects et si possibles de gauche. Car ceux-ci s’intéresseront à leurs déclarations, non à leurs actes. Ils les critiqueront du point de vue politiquement correct, non du point de vue populiste. Ils rentreront donc parfaitement dans le plan com’ sarkozyste. Ce n’est pas hasard, si Ivan Rioufol est jusqu’ici épargné : lui prend au premier degré les affrontements virtuels entre l’UMP et le PS.

Une présidentielle aseptisée ?

Les télévisions s’apprêtent à organiser des débats convenus présentés par des personnalités appropriées : Alain Duhamel, Yves Calvi ou Laurence Ferrari. Les radios se mettront au diapason.

Reste à savoir quel rôle jouera Internet dans la bataille.

Andrea Massari

source
Lire aussi sur Polémia:

* Zemmour écarté, Chloé Leprince promue : extension du domaine du bobard dans les médias
* La NON-démocratie française : comment les libertés sont muselées ?

Le bon docteur DSK et son ami socialiste Ben Ali.

La presse et la classe politique française sont formels: DSK était un bon directeur du FMI.

Mais c’est quoi un bon directeur du FMI ?.

Selon la doxa, un bon directeur c’est celui qui mène des plans d’ajustement structurel visant à imposer la privatisation des services publics, le démantèlement de l’État, la chute des salaires et des pensions ainsi que la suppression des protections aux frontières dans les pays où il est censé intervenir.

Un bon directeur c’est un docteur qui prescrit du poison tout en faisant croire à son patient qu’il est en train de le guérir.

Et au regard des résultats obtenus en Irlande, au Portugal ou en Grèce , on peut dire que ce bon docteur DSK mérite les honneurs qui lui sont rendus.

Est-ce-que ce sont ses talents d’économistes qui lui ont valu d’être décoré par son camarade de l’internationale socialiste ben Ali … ou doit-il cette reconnaissance à ses qualités de prévisionniste ?.