Archives par mot-clé : écoutes sarkozy

Après Herzog et Azibert, Sarkozy devrait être bientôt entendu

L’avocat de Nicolas Sarkozy Thierry Herzog et le magistrat Gilbert Azibert ont été placés en garde vue, lundi 30 juin au matin, à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la police judiciaire, selon les informations du Monde. M. Azibert a été interpellé à l’aube à son domicile bordelais. Un autre haut magistrat, Patrick Sassoust, avocat général à la chambre criminelle de la Cour de cassation a également été placé en garde à vue, lundi.

Les trois hommes devaient être interrogés dans le cadre de l’enquête pour « trafic d’influence » et « violation du secret de l’instruction » menée par les juges d’instruction Patricia Simon et Claire Thépaut, du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris. Selon plusieurs sources, M. Sarkozy lui-même devrait être à son tour convoqué dans les locaux de l’OCLCIFF, à Nanterre, dans les jours qui viennent.

Comme l’avait révélé Le Monde le 8 mars, les enquêteurs pensent avoir mis au jour un « réseau » d’informateurs, au sein de la police et de la justice, susceptible de renseigner les proches de l’ancien président de la République dans les procédures judiciaires pouvant le menacer.

Lire la suite

Ecoutes : l’étrange rendez-vous de Hollande

Rappel : Pierre Bergé est l’un des principaux actionnaires du journal Le Monde. Pierre Bergé est aussi depuis les années 80 le plus grand mécène du Parti socialiste.

pierre_berge_francois_hollande-François-Hollande-600x360———-

INFO JDD – Officiellement, le chef de l’Etat se tient à l’écart des affaires. Cela ne l’empêche pas de recevoir à l’Elysée les journalistes qui enquêtent sur Nicolas Sarkozy.

François Hollande a-t-il joué un rôle dans les fuites de l’affaire Sarkozy? Depuis le 7 mars et la divulgation par Le Monde de l’affaire des écoutes, plusieurs proches de l’ancien président accusent clairement son successeur « d’être à la manœuvre ». Officiellement, le chef de l’Etat n’a joué aucun rôle dans l’affaire. L’Elysée assure depuis une semaine que le président n’a été « mis au courant des grandes lignes que le 4 mars, le jour des perquisitions chez Thierry Herzog. Et a appris seulement à la lecture du Monde le détail des écoutes ».

Pourtant, selon l’emploi du temps dressé par le secrétariat particulier du président de la République, un agenda confidentiel dont le JDD a eu connaissance à la journée du 7 mars, François Hollande, à 19 heures ce jour-là, reçoit en audience privée les deux journalistes du Monde auteurs de l’article mettant en cause Sarkozy et son avocat. Interrogé samedi par le JDD, le Président confirme l’existence de cette rencontre et affirme « rencontrer ces deux journalistes dans le cadre d’un livre »…

Article du JDD

Les documents brandis par Taubira renforcent les soupçons contre Sarkozy

L’UMP applique la stratégie de Pasqua : Quand on est pris dans une affaire, il faut créer une affaire dans l’affaire jusqu’à ce que plus personne n’y comprenne rien.

———-

Le contenu des documents, très imprudemment brandis par Christiane Taubira lors de sa conférence de presse, mercredi 12 mars, est extrêmement embarrassant pour la ministre de la justice. Ces deux rapports émanant du procureur général de Paris et du procureur national financier (PNF) contredisent formellement les affirmations successives de la garde des sceaux.

Lire : Les documents de Taubira contredisent sa défense

Article entier : Le Monde

boulevard-voltaire-nicolas-sarkozy2

(…) LES NOUVEAUX ÉLÉMENTS APPORTÉS PAR LES RAPPORTS

Les deux rapports exhibés par Mme Taubira apportent de fait de nombreuses précisions sur l’information judiciaire ouverte le 26 février. Selon la note rédigée par la procureure nationale financière, adressé le 26 février à son supérieur direct, François Falletti, procureur général de Paris, c’est le 17 février qu’elle a été saisie de « faits incidents » visant MM. Sarkozy, Azibert et Herzog.

Depuis le 3 septembre 2013, le téléphone portable de l’ex-chef de l’Etat est donc placé sur écoute, dans le cadre de l’enquête sur un éventuel financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Ces investigations, menées par les juges Serge Tournaire et René Grouman, se déroulent en toute discrétion. Plusieurs témoins ont été entendus par les magistrats.

Selon Mme Houlette, « les policiers ont intercepté, entre le 28 janvier et le 11 février, des conversations téléphoniques entre Monsieur Nicolas Sarkozy utilisant une ligne téléphonique souscrite sous un nom d’emprunt (Paul Bismuth) et M. Thierry Herzog, avocat se servant d’une ligne téléphonique souscrite le même jour ». Conversations édifiantes, si l’on en croit la magistrate : « Monsieur Thierry Herzog aurait pu être renseigné », tant « sur la surveillance des téléphones de Nicolas Sarkozy » que sur l’éventualité « d’une perquisition » dans le cadre du dossier libyen. Un acte, s’il était avéré, extrêmement grave pour la défense de M. Sarkozy.

Il serait également « entré en relation, à de nombreuses reprises, avec un magistrat du parquet général de la Cour de cassation ». Il s’agit de Gilbert Azibert, avocat général à la Continuer la lecture de Les documents brandis par Taubira renforcent les soupçons contre Sarkozy

Ecoutes – Sarkozy : les documents brandis par Taubira contredisent sa défense

Les documents brandis par Taubira prouvent que Sarkozy est une canaille en col blanc et que Taubira, une menteuse aux pratiques stalinienne. Rien de nouveau sous le soleil de la Ripoux-blique.

———————-

« Non, je n’ai pas d’informations concernant la date, la durée, le contenu des interceptions judiciaires », a assuré Christiane Taubira, juste après le conseil des ministres du mercredi 12 mars.

7763083739_pierre-moscovici-christiane-taubira-et-manuel-valls-sur-le-plateau-de-des-paroles-et-des-actes-sur-france-2-le-27-septembre-2012Accusée de mensonge par la droite dans l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, la ministre de la justice a brandi deux lettres. L’une du  procureur national financier, Eliane Houlette, adressée au procureur général de Paris, l’autre d’un représentant de ce dernier à la garde des sceaux. Sur les photos de ces documents, le contenu des lettres est facilement lisible, même si certains passages sont cachés par la main de Mme Taubira.

Il en ressort que la ministre de la justice était tenue « régulièrement » au courant des détails des évolutions de l’enquête liée au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Mme Taubira dit n’avoir été prévenue des interceptions téléphoniques sur les portables de M. Sarkozy que le 28 février. Les documents révèlent notamment que les conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat, Me Thierry Herzog, ont été écoutées du 28 janvier au Continuer la lecture de Ecoutes – Sarkozy : les documents brandis par Taubira contredisent sa défense