Archives par mot-clé : Éducation Nationale

Manque d’enseignants : « La qualité des candidats recrutés » pour occuper les postes « pose question »

Face au risque de pénurie d’enseignants en septembre prochain, les académies pourraient repêcher les candidats recalés aux concours. Une situation qui inquiéte le professeur des Sciences de l’Éducation à l’université de Rennes 2, Pierre Périer.

(…)

En fait, on ne manque pas de candidats mais de candidats compétents ?

On manque quand même de candidats par rapport à des ratios entre le nombre de candidats inscrits aux concours et le nombre de postes. Les postes à pouvoir ont augmenté extrêmement vite ces cinq dernières années en raison de la promesse du candidat Hollande à l’époque, qui pourrait être tenue, c’est-à-dire recréer environ 54 000 postes d’enseignants dans l’Éducation nationale. On a eu une croissance très rapide mais du coup les effectifs des candidats n’ont pas suivi parce qu’il faut les former, il faut le temps qu’ils s’orientent vers ces métiers avant d’avoir les viviers suffisants pour avoir les concours.

Pour pouvoir occuper tous les postes, ils sont obligés de recruter avec une assiette de niveau plus large, ce qui fait que des candidats plus moyens, voire justes, sont recrutés. On sait ce qui en a été avec ces candidats qui ont été recrutés avec [une note de] moins de 6 dans l’académie de Créteil. Cela pose question sur la qualité des candidats recrutés.

Va-t-on recruter des candidats recalés aux concours cette année ? Continuer la lecture de Manque d’enseignants : « La qualité des candidats recrutés » pour occuper les postes « pose question »

Les méthodes du jury de Capes pour recruter le plus de profs de français possible

Si le bac est une vieillerie inutile dont il faut se débarrassé, l’éducation nationale est devenue en trente ans une véritable pétaudière à la dérive où l’incompétence se dispute à la cuistrerie…


Pour pallier la crise du recrutement en lettres modernes, comme dans d’autres disciplines, le jury de Capes est contraint à l’indulgence. Quotas de reçus, notes rehaussées… Les méthodes posent la question du niveau des enseignants recrutés… et de l’attractivité du métier. EducPros a enquêté auprès d’anciens membres du jury.

(…)

En 2015, j’ai par exemple été contrainte de noter 7 plusieurs copies auxquelles j’avais d’abord mis 3.

Le jury classe mais ne sélectionne plus. Plus qu’un recrutement, c’est un pari sur l’avenir.

L’Etudiant

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale : « Il faut aimer son pays comme on doit aimer sa famille »

Interrogé sur l’enseignement du roman national, thème de la droite lors de la campagne présidentielle, l’ancien directeur de l’Essec plaide pour un enseignement chronologique de l’Histoire et pour enseigner « des sentiments positifs ».


« Il faut aimer son pays », estime le nouveau ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer

Présidentielle 2017 : les 3 propositions phare de Le Pen pour l’éducation (màj: vidéo)

Suppression du collège unique, soutien massif à l’apprentissage, introduction de la sélection à l’entrée de université, 50% du temps scolaire en primaire consacré à l’apprentissage du français.

Bravo!


23 sept 2016

22 sept 2016

La présidente du FN propose notamment de placer l’enseignement du français au cœur de l’école primaire et d’abolir le collège unique.

Marine Le Pen, présidente du Front national, à Paris le 17 mai 2016
Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Jeudi 22 septembre 2016, à Paris, Marine Le Pen tenait sa Convention présidentielle sur le thème de l’école. Dans son discours de clôture, la présidente du Front national a esquissé les réformes qu’elle souhaiterait appliquer au monde de l’éducation si elle accédait au pouvoir après l’élection présidentielle de 2017.
(…)

3 dogmes à abattre

« Pour le primaire nous avons un objectif clair et c’est une réforme concrète que je propose : 50% du temps d’enseignement doit être consacré à l’apprentissage du français à l’école primaire », a lancé Marine Le Pen afin de « retrouver un niveau de lecture et d’écriture digne de ce nom ».

« Dans le secondaire, il faut en finir avec le dogme du collège unique, continue-t-elle. Le collège unique est une machine à frustration qui favorise les inégalités (…). À trop vouloir que les élèves soient tous les même, on efface leurs différence et on condamne alors des milliers d’élèves à se sentir écraser par le collège ».

Et Marine Le Pen de louer l’exemple du système éducatif de nos voisins allemands avec son système d’enseignement professionnel. En deuxième réforme, Marine Le Pen propose donc la suppression du collège unique et la revalorisation de l’enseignement professionnel.

Continuer la lecture de Présidentielle 2017 : les 3 propositions phare de Le Pen pour l’éducation (màj: vidéo)

Sophie L., enseignante CM2/CE2 en ZEP : « Elèves intenables, niveau accablant. C’est l’enfer »

Dans l’Éducation nationale, les difficultés ne se concentrent pas que sur le collège. Alors que la réforme de Najat Vallaud-Belkacem a donné lieu à d’âpres débats ces dernières semaines, Sophie L., enseignante dans le primaire depuis septembre, dépeint une situation désastreuse dans les deux écoles où elle travaille. Elle envisage même de changer de métier.

Face à un élève qui me dit que « son père va venir m’égorger » lorsque je le punis, je suis complètement démunie.

À quelques mois de la 6e, ils ne savent pas s’exprimer en français. C’est décourageant pour moi, mais c’est surtout très triste pour eux.

 

Continuer la lecture de Sophie L., enseignante CM2/CE2 en ZEP : « Elèves intenables, niveau accablant. C’est l’enfer »

Un collectif de profs pro-Marine Le Pen

ccollectif racine

Marine Le Pen va organiser le 12 octobre une conférence sur le thème de l’enseignement, l’occasion pour la présidente du Front national de lancer une association d’enseignants affiliée à son mouvement, rapporte Le Parisien aujourd’hui.

Composé d’une trentaine de professeurs du primaire au supérieur, le Collectif Racine affiche son objectif sur son site internet. […]

Le Figaro

Les membres-fondateurs : Continuer la lecture de Un collectif de profs pro-Marine Le Pen

Education: 4/20 suffit pour être admissible au concours de professeurs des écoles

Selon lexpress.fr, les académies ont baissé leur niveau d’exigence en matière de recrutement des professeurs, notamment les instituteurs, aujourd’hui appelés professeurs des écoles.

« Les académies ont été contraintes de baisser de deux à trois points la barre d’admissibilité aux concours, notamment pour le premier degré.

Pour les concours de professeurs des écoles (PE), pour la session extraordinaire de 2014, la barre d’admissibilité est ainsi, selon nos informations, fixée à 4/20 à Créteil, 5/20 à Paris, 4,5/20 à Versailles, et 7/20 à Strasbourg », révèle le site de l’hebdomadaire.

(…) 20 minutes

Il tente d’étrangler le proviseur, les profs suspendent leurs cours.(Audio-RTL)

Les enseignants du lycée professionnel Théophile Gautier à Paris ont suspendu leurs cours depuis lundi à la mi-journée à la suite de plusieurs incidents violents. Deux semaines après un premier fait de violence impliquant un élève de troisième qui a tenté d’étrangler la proviseure adjointe en pleine classe, une enseignante s’est en effet vue menacée de mort par deux élèves, obligeant les professeurs à exercer leur droit de retrait, ont expliqué les sydnicats Snuep FSU et le Snetaa FO.

« Il a attrapé la proviseure-adjointe, l’a secouée et a tenté de l’étrangler », raconte une prof du lycée

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

source: RTL

Propagande: «L’école peut-elle encore apprendre le vivre-ensemble ?»

Le PS au pouvoir se prépare à accentuer au sein de l’éducation nationale sa propagande. Le lavage de cerveau qui y sévit depuis plus de 30 ans n’est donc pas prêt de s’interrompre…..

François Durpaire (historien), Béatrice Mabilon-Bonfils (sociologue, professeur des universités), Benoît Falaize (professeur d’histoire) et Benjamin Stora (historien, professeur des universités), sont sur la ligne de départ. Pendant 5 ans tous les petits  lyssenko  pourront poursuivre avec l’aide de la puissance publique et la complicité des média de masse l’endoctrinement aux dogmes du post-modernisme.

Bienvenu chez Orwell.

 

Un article lu dans l’une des nombreuses publications de propagande de la Gôche, Le Nouvel Obs

«L’école peut-elle encore apprendre le vivre-ensemble ?»

(…) Qu’enseigner aux élèves ? Quelle formation pour ces nouveaux professeurs ? Reconstruire l’école, certes, mais doit-ont la reconstruire à l’identique ? […] Le projet de l’école publique, depuis sa création, n’a jamais été seulement de transmettre des connaissances disciplinaires. [….]

Mais depuis cette époque, un doute s’est insinué sur la mission de notre école, né des critiques souvent justifiées sur l’enseignement d’une histoire comme «catéchisme» ou «mythe national». Il ne s’agirait plus aujourd’hui de «faire France», mais de transmettre l’esprit critique, porte d’accès à la connaissance objective… Qui s’en plaindra ? Pour autant, l’école peut-elle se désintéresser de ce que des milliers de jeunes nés en France, ayant fait toute leur scolarité en France, préfèrent (par adhésion ou provocation) se définir selon la nationalité étrangère de leurs parents (sénégalaise, algérienne, etc.) plutôt que de se considérer comme français ? […]

Le premier axe est celui de la formation des enseignants. Le Cahier des charges de la Formation des Maîtres définit ainsi la sixième compétence du métier d’enseignant :

«prendre en compte la diversité des élèves« (2010). […] Former les enseignants à la diversité des élèves, des familles et des cultures, est un enjeu fort pour une École en refondation. […]

Le second axe est donc celui de la recherche scientifique […].Créer le premier Laboratoire de recherche français sur les questions de diversité doit être une priorité.

Il est d’autant plus nécessaire de produire de l’expertise dans le domaine du vivre-ensemble que nos sociétés sont de plus en plus marquées par la pluri-culturalité. […]

Le troisième axe est donc celui des programmes : il nous faut reconstruire un récit républicain qui fasse sens pour tous les citoyens, véritable creuset d’une nation qui intégrerait la diversité de ses héritages, de ses apports. […]