Archives par mot-clé : élection européenne

Cambadélis crache le morceau : les frontières n’ont plus de sens, fin de la France !

Extraordinaire aveu du nouveau chef du PS, Jean-Christophe Cambadélis : « les frontières n’ont plus de sens aujourd’hui ! ».

MONTAGECAM-DES-f6490

Certes, l’ancien trotskiste a toujours été internationaliste et citoyen du monde, et a toujours considéré le patriotisme comme du fascisme (sauf celui du FLN en Algérie, et partout où on lutte contre la France). Mais qu’il ose annoncer une telle énormité, à quelques jours de l’élection européenne, est grandiose.


« Marine Le Pen est nationaliste » par Europe1fr

Extraordinaire aveu du nouveau chef du PS, Jean-Christophe Cambadélis : « les frontières n’ont plus de sens aujourd’hui ! ».

Certes, l’ancien trotskiste a toujours été internationaliste et citoyen du monde, et a toujours considéré le patriotisme comme du fascisme (sauf celui du FLN en Algérie, et partout où on lutte contre la France). Mais qu’il ose annoncer une telle énormité, à quelques jours de l’élection européenne, est grandiose.

Lui qui voulait se planquer, lors du grand débat du 22 mai, et envoyer Martin Schulz, pour ne pas porter le chapeau d’un naufrage du PS, c’est raté.

Car si les frontières n’ont plus de sens, ce jour, il doit annoncer la couleur : IL N’Y A DONC PLUS DE FRANCE, NOTRE PAYS SE DISSOUT DANS UNE EUROPE FEDERALE OU ELLE PERD CE QUI LUI RESTE DE SOUVERAINETE ET DEVIENT UNE PROVINCE DE L’EUROPE.

On sait que c’est le projet, mais jusqu’à ce jour, aucun socialiste n’avait osé cracher le morceau. Les Verts, eux, osent annoncer le programme. Ainsi Emmanuelle Cosse disait-elle carrément qu’il fallait en finir avec le sentiment national, et aller vers une Europe fédérale.

Présent sur le plateau, ce jour, Florian Philippot disait : Je préfère quand c’est avoué. Grâce à Camba, c’est fait, les socialistes ont accouché !

Si les frontières n’ont plus de sens, il faut donc laisser la libre installation à chaque être Continuer la lecture de Cambadélis crache le morceau : les frontières n’ont plus de sens, fin de la France !

Bêtisier : Ce que disaient les eurobéats lors du vote pour Maastricht.

Pour en finir avec le terrorisme intellectuel que nous subissons depuis plus de 20 ans, le 25 mai prochain, votez patriotes.

—–

En 1997, cinq ans après le référendum sur le traité de Maastricht, Jean-Pierre Chevènement publiait « Le Bêtisier de Maastricht » (Editions Arléa). Voici quelques extraits des citations mises en exergue dans le livre. La crise de la zone euro jette une lumière crue sur le surréalisme de ces dernières.

« [Les partisans du « non »] sont des apprentis sorciers. […] Moi je leur ferai un seul conseil : Messieurs, ou vous changez d’attitude, ou vous abandonnez la politique. Il n’y a pas de place pour un tel discours, de tels comportements, dans une vraie démocratie qui respecte l’intelligence et le bon sens des citoyens. » (Jacques Delors à Quimper, 29.8.92)

« Ce qui n’était pas prévu, c’est que les peuples puissent refuser ce que proposent les gouvernements. » (Michel Rocard, International Herald Tribune, 28.7.92)

« Le traité de Maastricht fait la quasi-unanimité de l’ensemble de la classe politique. Les hommes politiques que nous avons élus sont tout de même mieux avertis que le commun des mortels.» (Élisabeth Badinter, Vu de Gauche, septembre 1992)

« Maastricht apporte aux dernières années de ce siècle une touche d’humanisme et de Lumière qui contraste singulièrement avec les épreuves cruelles du passé. » (Michel Sapin, ministre socialiste des finances, Le Monde, 6.5.92)

« Interrogez les peuples de Bosnie, de l’ex-Yougoslavie, de Pologne et des autres pays. Ils nous disent : “ chers amis français, entendez-nous. Apportez-nous votre soutien et votre oui. Ce sera un oui à la française, à l’amitié, à la paix, à l’union. Votre oui à l’union fera tâche d’huile dans nos pays où nous souffrons tant ”. Les gens qui sont aujourd’hui sous les bombes seraient désespérés si les Français tournaient le dos à l’unité européenne. » ( Jack Lang, France Inter, 18.9.92)

« Oui, pour aller de l’avant dans les conquêtes sociales, il n’est d’autre avenir que la Constitution de l’Europe.» ( Julien Dray, Assemblée nationale, 6.5.92)

« Mon raisonnement est profondément socialdémocrate. À vrai dire, je n’ai pas encore compris pourquoi les libéraux veulent de cette Europe-là» (Michel Rocard, Libération, 3.8.92)

« Le traité de Maastricht agit comme une assurance-vie contre le retour à l’expérience socialiste pure et dure. » (Alain Madelin à Chalon-sur-Saône, 4.9.92)

« Si le “non” l’emporte, on ne reparlera plus de l’Europe mais des batailles qui se sont déroulées au cours des siècles passés.» (Simone Veil, 14.9.92)

« Un “non” au référendum serait pour la France et l’Europe la plus grande catastrophe depuis les désastres engendrés par l’arrivée de Hitler au pouvoir. » (Jacques Lesourne, Le Monde, 19.9.92)

« Je suis persuadé que les jeunes nazillons qui se sont rendus odieux à Rostock votent Continuer la lecture de Bêtisier : Ce que disaient les eurobéats lors du vote pour Maastricht.

L’appel de Cochin : Quand Chirac refusait l’Union Européenne qu’il a contribué à créer.

«L’Appel de Cochin » est un texte publié  en décembre 1978 par Jacques Chirac, à l’époque ancien Premier Jacques-Chiracministre et président du RPR (« néo-gaulliste »). Ce texte fut écrit par ses deux conseillers de l’époque, Pierre Juillet et Marie-France Garaud à droite.  S’inscrivant dans la perspective de la campagne du RPR pour les premières élections au suffrage universel du Parlement européen, qui eut lieu, en France, le 10 juin 1979, ce texte historique dénonçait notamment le « parti de l’étranger », c’est-à-dire l’UDF créé le 1er février 1978 à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République.

Ce Texte apparait comme totalement contradiction avec ce qu’a défendu par la suite Chirac et plus particulièrement l’UMP. Aujourd’hui le parti de Copé, sarkozy, NKM etc adhère au PPE qui défend une Europe fédérale où la souveraineté des Nations n’est plus qu’un vain mot.

Ce texte concentre tout ce que défend aujourd’hui Marine Le Pen. Gaullistes et patriotes, jamaisune élection n’aura eu autant d’importance, alors ne vous laissez pas intimider par les injonctions et la propagande médiatique : le 25 mai, votez patriote.

Que disait l’appel de cochin ? : Continuer la lecture de L’appel de Cochin : Quand Chirac refusait l’Union Européenne qu’il a contribué à créer.

L’UMPS transforme la campagne de l’ élection européenne en référendum anti-FN.

Depuis trois semaines l’ensemble des partis politiques ont transformé le scrutin du 25 mai sur l’Europe en référendum anti-FN. Cette immense chasse à l’hérétique signifie qu’il n’y a qu’un seul camp qu’ils craignent, un seul qui les fait frémir, c’est celui des patriotes. Le PS se moque du résultat final de l’UMP. Et pour l’UMP peu importe le nombres de voix qu’obtiendra le PS. Complices d’un même système, sur les plateaux télé, sur les ondes radio, dans leurs clips de campagne, ils se tiennent la main pour dire non au fascisme, au populisme, et blablabla et blablabla…

991302_C’est une forme d’aveu. L’avenir de la France ne les intéresse pas. Et celui des français non plus. On les entend maugréer leurs vindictes, mais ils ne sont plus rien. Ils ne pensent plus rien. Ils n’ont plus rien à proposer. Par peur ou par dédain, ils rechignent même à se rendre aux débats auxquels ils sont conviés.
Pas un ne sait quoi faire du monstre européen qu’ils ont créé. Alors ils diffament, ils mentent, ils insultent.

Leur problème ce n’est pas le chômage qu’ils ont engendré. Ce n’est pas l’ouverture totale des frontières qui met en péril notre industrie mais aussi notre identité. Ce n’est pas la dette, ou l’euro, ou même encore le traité transatlantique grâce auquel les États-Unis vont nous mettre en pièce. Ce ne sont pas les transferts de souveraineté, ce n’est pas l’immigration, ni l’insécurité, ni l’islamisme, non, leur problème c’est le FN. C’est même le problème number one. Le principal. Celui de la France, de l’Europe, du monde. Et à en croire le premier secrétaire du PS : ce serait même celui de la planète. ((1)voir la liste des insultes et mensonges de la part de l’UMPS en fin d’article)

Qu’un premier ministre en fonction puisse passer son temps à monter sur les estrades pour dire qu’il faut lutter contre un parti légal au lieu de s’occuper de la gestion du pays en dit long sur leur fidélité au système qui les nourrit depuis plus de 30 ans. Toute cette sinistre pantonyme devrait faire réfléchir les français.

Car que dire d’une classe politique qui ne trouve rien d’autre à répondre aux critiques que la calomnie ? N’a-t-on pas le droit de vouloir une autre Europe sans subir le chantage absurde de la fin du monde, le retour de la guerre, l’arrêt du commerce, la peur des investisseurs et l’arrivée des casques à pointe ?

A chaque échéance électorale européenne c’est la même litanie. La même rengaine. Le même terrorisme intellectuel.

Pour s’être opposés à ce qui allait devenir le cauchemar climatisé que nous connaissons Continuer la lecture de L’UMPS transforme la campagne de l’ élection européenne en référendum anti-FN.

Cambadélis, patron du PS : « les frontières n’ont plus de sens aujourd’hui » (vidéo)

Superbe, tout est dit : s’il n’y a plus de frontières, il n’y a plus de France. Cambadélis vient d’avouer le projet des fédéralistes européens.

Voter socialiste, Mélenchon, les verts NPA, et autres internationalistes, c’est se rendre complice de la destruction de tout ce que nos ancêtres ont construit.

Camabdélis devrait lire Régis Debray « Éloge des Frontières »


« Marine Le Pen est nationaliste » par Europe1fr

Pour la gauche il y a le bon nationalisme et le mauvais. Par exemple le FLN,  que la gauche a soutenu dans ses pires atrocités, est un bon nationalisme. En revanche le français qui se bat pour préserver son identité et sa souveraineté c’est un salop de fasciste….

Comprenne qui pourra

Jacques-Faizant

Ça me fait penser à ce que disait Hollande sur le protectionnisme :