Archives par mot-clé : élections européennes

Marine Le Pen : «Nicolas Sarkozy a triché» (vidéo)

La présidente du Front national accuse Nicolas Sarkozy d’avoir dépensé «le double du plafond légal» durant la campagne présidentielle de 2012 sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV.


Marine Le Pen frappe fort mardi matin, avant sa première conférence de presse consacrée aux résultats des élections européennes, sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. Après avoir jugé que les adhérents de l’UMP étaient les «dindons de la farce» concernant l’argent de l’UMP «dépensé dans des proportions absolument inouïes», la présidente du Front national a accusé directement Nicolas Sarkozy d’avoir «dépensé le double du plafond légal» de la campagne présidentielle. «Il a triché» a-t-elle martelé en lui reprochant d’avoir atteint la «légitimité des résultats du premier tour» de l’élection présidentielle.

Marine Le Pen a également pointé «23 millions d’euros de dépenses supplémentaires» en assurant qu’il était «impossible» selon elle de «ne pas être au courant» de telles dépenses quand on est président d’un parti et candidat à une élection présidentielle. Évoquant un total de «40 millions d’euros» de dépenses pour la campagne de l’UMP, la présidente du FN a comparé ce chiffre aux 9 millions engagés par son parti. Elle a aussi jugé en direct que Nicolas Sarkzoy était «totalement disqualifié».

L’allocution «stratosphérique» de Hollande

Invitée à commenter les propos de Brice Hortefeux quelques minutes plus tôt sur RTL, Marine Le Pen n’a pu contenir un rire en expliquant qu’elle ne savait plus «comment réagir» face à cette affaire en accusant encore l’UMP d’avoir été en «violation totale de toutes les règles» et en renvoyant une nouvelle fois la responsabilité sur les épaules de l’ancien président de la République: «Il est le centre, le pilier de cette affaire. Ces dérives financières ont été organisées sous ces ordres».

Sur d’autres sujets, Marine Le Pen a critiqué l’allocution «stratosphérique» de François Hollande lundi soir en estimant que le chef de l’État avait pris la parole pour ne Continuer la lecture de Marine Le Pen : «Nicolas Sarkozy a triché» (vidéo)

8 % des ouvriers et 16 % des employés ont voté PS aux européennes contre 43 et 38% pour le FN.

Selon Ipsos, dimanche, 38 % des employés et 43 % des ouvriers ont apporté leur suffrage à Marine Le Pen et ses troupes. La gauche, sur ce qui constitue historiquement son coeur de cible, est laminée : seulement 8 % des ouvriers et 16 % des employés ont voté PS aux européennes.

blog+-Hollande-Melenchon_complotLe Front de gauche ne bénéficie pas de la déception suscitée au sein de cet électorat par la gauche de gouvernement : 5 % des employés et 8 % des ouvriers seulement ont voté, dimanche, pour le mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

Le Point

Européennes : Le Front National dénonce des magouilles et des irrégularités (maj vidéo)

Le FN met à disposition de bulletin à imprimer sur son site.

http://frontnational.cmail1.com/t/ViewEmail/j/4F53A4848F347BF9/0AC119A533DB0880D9767B6002735221

——-

Après avoir annulé le vote des français sur la constitution, la dictature UMPS manipule les scrutins pour empêcher les patriotes d’arriver en tête. Si vous n’avez pas de bulletin FN dans votre bureau de vote, prenez le bulletin qui vous a été envoyé par la poste. Pour le vote électronique, c’est foutu.

Témoignage de la blonde sur les fraudes anti-FN :

Communiqué de Presse du Front National

De très nombreux dysfonctionnements nous sont signalés quant à la régularité du scrutin. Cela concerne plusieurs départements. Dans de nombreux bureaux, a été notée l’absence de bulletins de vote du Front National, ou la présence de bulletins de vote du Front National ne correspondant pas à la circonscription électorale du bureau concerné.

Big_brother_manuel_valls

C’est le cas par exemple dans le 3ème arrondissement de Paris, dans la ville d’Evry (Essonne), de Sainte-Geneviève des Bois (Essonne) ; c’est le cas aussi dans des communes de la Nièvre, la Seine-et-Marne, la Saône-et-Loire ou la Moselle, notamment. La multiplicité des remontées nous laisse penser que la fraude est massive.

Le ministère de l’Intérieur a choisi de tenter d’empêcher la victoire du Front National en lui interdisant simplement de concourir en certains endroits du territoire. C’est une entrave gravissime à la démocratie.

Le Front National accuse donc le gouvernement de Manuel Valls, et son ministre Bernard Cazeneuve, de truquer par les moyens les plus odieux le vote des Français. Cette manipulation industrielle du vote des Français doit être immédiatement interrompue, et les préfets doivent tout mettre en œuvre, dans des délais urgents, pour apporter dans toutes les communes de France les bulletins de vote du Front National.

Interpellé plusieurs fois depuis ce matin, le ministère de l’Intérieur n’a répondu que par un vague désintérêt, qui prouve une volonté de nuire au bon déroulement du scrutin.

Le Front National demandera de toute façon à l’issue du scrutin de faire la lumière sur les Continuer la lecture de Européennes : Le Front National dénonce des magouilles et des irrégularités (maj vidéo)

Européennes : Le quotidien algérien Le Matin appelle les musulmans à «voter en masse» contre le racisme, la xénophobie et l’islamophobie

La presse algérienne s’ingère dans les affaires politiques de l’Europe. Voilà un signe qui ne trompe pas. Et elle le fait sur des bases confessionnelles et communautaristes, à l’opposé de nos principes républicains. Reprenant la litanie anti-raciste des associations subventionnées, le quotidien Le Matin demande aux musulmans européens de voter contre la xénophobie et l’islamophobie (1). L’auteur de l’édito souhaite également la création d’un lobby musulmans aussi fort que le lobby juifs afin que les mœurs musulmanes s’impose de façon définitives aux décideurs politiques des pays européens.
Voilà comment le discours sur la tolérance sert de levier à la balkanisation de nos pays européens.

(1) Il faut bien sûr  lire « voter contre ceux qui refusent l’arabisation et l’islamisation de la France » Donc voter contre ceux qui luttent contre l’envahissement de leur pays, contre l’intolérance religieuse, le recul des libertés.

——-

Article du quotidien algérien Le Matin sur la montée des «nationalismes populistes et xénophobes» aux élections européennes.

Il reste aux musulmanes et musulmans d’Europe à faire la différence ponctuellement le 25 mai en allant voter en masse pour barrer la route à l’intolérance, le racisme, la xénophobie et l’islamophobie mais un travail en profondeur et à long terme devra s’imposer sans délais afin de mettre en place un lobby musulman à l’instar du lobby juif et d’autres lobbies à connotation religieuse, politique ou encore économique.

Au jour J – 2 des élections européennes, les partis démocratiques préviennent du danger de l’extrême droite et font plus que du pied aux musulmans européens pour les inciter d’aller voter en masse afin de barrer la route aux partis extrémistes que tous les sondages donnent en très nette progression.

En Belgique, Malika Hamidi, Algérienne et directrice générale de «European Muslim Network» le Réseau des Musulmans Européens, multiplie les appels aux musulmans européens via une série de supports d’information, affiches, communiqués, flyers, conférences, pour sensibiliser les Belges musulmans au danger de l’extrême droite si elle venait à gagner le 1/3 des sièges au Parlement européen comme le lui prédise certains sondages «il faut vraiment aller ‘pêcher’ dans les quartiers pour mobiliser la population musulmane d’aller voter» indiquera Malika Hamidi. […]

Il faut dire aussi qu’en Europe, l’extrême droite fasciste ou néonazie est devenue marginale, Par contre, les nationalismes populistes et xénophobes progressent considérablement. Ils prônent l’arrêt de l’immigration, dénoncent la société multiculturelle et l’emprise de l’Islam. Cette nouvelle extrême droite rejette les partis traditionnels, mais à la différence de l’ancienne, ne conteste pas le système démocratique, voire même se présente comme garante de la liberté d’expression menacée par l’Islamisation. […]

Le Matin

Citation du Jour / Charles de Gaulle : « je ne crois pas que l’Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses Français, l’Allemagne … »(vidéo)

je ne crois pas que l’Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses Français, l’Allemagne avec ses Allemands, l’Italie avec ses Italiens, etc. Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe, dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et qu’ils avaient pensé, écrit en quelque espéranto ou volapuk intégré. Alors, il est vrai que la patrie est un élément humain, sentimental, et que c’est sur des éléments d’action, d’autorité, de responsabilité, qu’on peut construire l’Europe.

le débat Le Pen-Lamy sur l’euro Challenges.fr

Pascal Lamy avoue à demi-mot que l’euro a été construit pour forcer les peuples à plus d’intégration et de perte de souveraineté dans l’objectif de construire les États-Unis d’Europe.

—-

La présidente du FN et l’ex-commissaire européen et ancien patron de l’OMC ont accepté de débattre sur l’un des thèmes majeurs de ces élections européennes.

7344876-a-lire-avant-de-voter-le-debat-le-pen-lamy-sur-l-euro

Marine Le Pen, vous avez fait de l’euro un axe de votre campagne pour les élections européennes. Pascal Lamy, vous avez été l’un des bâtisseurs de cette monnaie. Quinze ans après sa création, quel est le bilan ?

Marine Le Pen. L’euro était voué à l’échec dès le départ. D’ailleurs, Maurice Allais, le seul Français à avoir obtenu un Prix Nobel d’économie, l’avait bien vu : la zone monétaire sur laquelle il s’appliquait n’était pas optimale. La monnaie unique a entraîné une forte hausse des prix, contestée par les chiffres officiels. Mais chaque Français peut s’apercevoir que les prix ont beaucoup plus augmenté que leur salaire. Son taux de change par rapport au dollar a pris 54%, et se trouve à un niveau insoutenable pour notre économie. On a sauvé l’euro de manière régulière, avec l’argent des contribuables. En France, cela a alourdi la dette de 70 milliards d’euros.

Pascal Lamy. L’euro a été créé pour éviter la guerre des monnaies en Europe et pour assurer la stabilité des prix. Dans les quinze années qui ont précédé sa création, l’inflation moyenne était de 2,9%. Elle est passée, depuis, à 1,6%. Donc l’euro a contribué à la stabilité des prix. Il a aussi contribué à une forte baisse des taux d’intérêt, passés de l’ordre de 5,5, à 2,5% en moyenne. Nous avons construit une monnaie forte, stable par rapport au dollar. Et le taux de change effectif réel par rapport au dollar – c’est-à-dire corrigé de l’inflation et pondéré par nos échanges – est stable sur la période.

Mais il est exact que l’euro a été construit avec une grosse jambe monétaire – monnaie, banque centrale et politique monétaire unique – et une jambe économique qui s’est révélée trop faible avec la crise. L’euro est en cours de réparation, avec l’adoption de disciplines budgétaires et l’union bancaire.

Marine Le Pen. C’est un bel aveu. On savait l’euro imparfait, mais il a, en fait, été créé comme un outil pour forcer à l’union économique et politique. A chaque fois qu’on essaie de vendre une intégration supplémentaire, on se base sur le sauvetage de l’euro. L’euro ne marche pas, il faut donc plus d’intégration fiscale, plus d’intégration politique, plus de transfert de souveraineté. Elle est là, la malhonnêteté initiale. L’euro est en fait un outil de l’ultralibéralisme. Monsieur Gattaz, président du Medef et de Radiall, nous dit qu’il fabrique ses composants au Mexique, en zone dollar, parce que c’est plus facile pour vendre à Boeing. N’est-ce pas la preuve de la surévaluation de l’euro ?

Pascal Lamy. Nous sommes dans un monde où ce que nous consommons tous les jours est de plus en plus fabriqué partout. Et je connais bien des entreprises françaises qui, pour pouvoir continuer à fabriquer en France, produisent ou importent des pièces détachées de l’étranger. C’est le principe de l’ouverture des échanges qui apporte davantage de croissance à tout le monde. L’euro a installé l’Europe dans la géoéconomie mondiale, avec une devise commune qui a besoin d’être aussi forte que les éléphants du monde de demain.

Marine Le Pen. Airbus, Peugeot… Ils vont tous produire hors zone euro, qui est devenue le trou noir de la croissance mondiale. Vous dites qu’une économie ouverte crée de la croissance. Mais le libre-échange intégral a eu l’effet inverse. Alors les échanges, oui, l’extrémisme libéral, non.

Les problèmes de compétitivité de la France sont-ils dus à l’euro ?

lire la suite sur Challenge

Marine Le Pen dénonce « une immigration considérable » (+vidéo)

Marine Le Pen présidente du Front national et candidate aux élections européennes, a dénoncé samedi soir à Lens (Pas-de-Calais) « une immigration devenue considérable » et a appelé de ses voeux une « politique nataliste » en France.

« Nous nous trouvons submergés par l’immigration. L’immigration est devenue absolument considérable », qu’elle soit extra-européenne ou intra-européenne, a déclaré Marine Le Pen, évoquant une « bombe à fragmentation ».

 

L’Union européenne exige que nous recevions dans les prochaines années, tous pays confondus, jusqu’à 50 millions d’immigrés supplémentaires, soi-disant pour lutter contre le vieillissement de la population.

L’immigration est l’une des clés des gros soucis que l’on a, comme le chômage et l’insécurité », a souligné Véronique, qui travaille dans l’éducation nationale et a déjà choisi de voter à nouveau pour Marine Le Pen, députée européenne sortante dans la circonscription Nord-Ouest. (…)

Le Figaro

Clip de campagne exclusivement consacré à l’immigration. Marine le Pen a choisi de finir cette campagne pour les élections européennes sur ce thème essentiel pour l’avenir économique, politique, identitaire, en un mot civilisationnel, pour le continent européen.

Européennes : deux députés UMP annoncent qu’ils voteront UDI plutôt que Nadine Morano

Après Henri Guaino, deux autres parlementaires de l’UMP se détourneront du vote de leur parti le 25 mai prochain.

La candidature de Nadine Morano ne fait pas l’unanimité à l’UMP dans la région Grand-est. Le site d’information locale Lor’Actu annonce que deux députés de la région ne soutiendront pas la candidature officielle de l’UMP et iront vers celle de l’UDI. Celeste Lett , député-maire de Sarreguemines, et de la députée de Moselle Marie-Jo Zimmermann glisseront un bulletin au nom de Nathalie Griesbeck le mai 25 pour le scrutin des européennes.

Au site d’information, Celeste Lett explique que la candidate de l’UDI «est députée européenne et elle a montré son savoir-faire». «Cela ne devrait choquer personne que je soutienne les personnes qui travaillent pour l’Europe», dit-elle. «J’ai été élevé dans cette sensibilité politique là et elle me reste aujourd’hui, elle est naturelle même si je suis aujourd’hui encarté UMP.»

Pendant les municipales, Marie-Jo Zimmermann, députée UMP et candidate en mars à la mairie de Metz, avait déjà annoncé soutenir Nathalie Griesbeck. Les deux femmes avaient renoncé alors à s’affronter, la députée européenne du MoDem préférant s’unir avec la liste de l’UMP.

Le Figaro

UE : les incantations d’Alain Lamassoure

Dans une tribune publiée dans Le Figaro, la tête de liste UMP pour l’Ile-de-France aligne les incantations, sans aborder les vrais sujets : les institutions européennes. Un comble pour celui qui accuse la gauche d’occulter le débat sur l’Union européenne.

lamassoure-1-300x274Alain Lamassoure écrit notamment ceci, qui est symptomatique de l’ensemble de sa tribune :

« Cette Europe que nous voulons, ne sera plus entre les mains d’une bureaucratie qui ne cesse de s’occuper des sujets qui ne la concernent pas comme les politiques familiales et les sujets de société.

Elle sera plus offensive, plus active, plus protectrice, plus conquérante pour nos entreprises, nos industries et nos agriculteurs. Elle offrira des perspectives pour progresser. »

Questions : il va faire comment Alain Lamassoure pour obtenir cette Europe, s’il refuse d’en modifier les institutions ? Comment va-t-il faire pour retirer cette Europe des mains d’une bureaucratie quand par ailleurs il cautionne les pouvoirs dévolus à la Commission européenne, à la tête de laquelle il compte, avec l’ensemble du PPE, nommer le bureaucrate Jean-Claude Juncker ? Il va faire comment Alain Lamassure pour rendre cette Europe « plus » ceci ou plus cela, alors qu’il sait pertinemment que le Parlement européen n’a aucun pouvoir de proposition face à la Commission européenne et que la Banque Centrale Européenne jouit d’une totale indépendance, selon les traités que ce même Alain Lamassoure a fait voter ?

Il n’est pas pire sourd (ou Lamassoure, c’est pareil) que celui qui ne veut rien entendre !

L’UMP divisée entre europhiles et eurosceptiques

A l’approche des élections européennes du 25 mai, l’UMP s’affiche de plus en plus déchirée entre pro-européens et eurosceptiques, deux clans qui s’opposent sans trève depuis la ratification du traité de Maastricht en 1992. L’UMP, née de l’alliance d’une UDF au très fort marquage pro-européen et d’un RPR qui a pu être parfois eurocritique, avant d’adopter avec Jacques Chirac une ligne plus europhile, peine à concilier ses deux héritages.

Les tensions se sont cristallisées, dimanche 11 mai, autour d’Henri Guaino, souverainiste avéré et meneur de la ligne eurosceptique au sein du parti. Le député des Yvelines a en effet déclaré qu’il ne voterait pas pour la tête de liste UMP en Ile-de-France aux européennes, Alain Lamassoure, qui, pour lui, « incarne l’Europe dont plus personne ne veut ». Face à lui, Alain Juppé, représentant de la ligne pro-européenne, l’a invité à rendre sa carte du parti car « quand on est à ce point en désaccord avec son propre parti politique, la dignité la plus élémentaire, c’est d’en tirer les conséquences ».

Pourtant, la ligne du parti n’est pas si claire. La synthèse opérée pour la campagne 2014 se veut « euroréaliste » mais pas « eurobéate ». Un programme tributaire de l’appartenance de l’UMP au Parti populaire européen (PPE), qui dément être fédéraliste, alors que cette idéologie figure dans ses statuts.

Le Monde

Pendant que la Turquie censure et réprime, Bruxelles accélère le processus d’adhésion

Tribune d’Aymeric Chauprade, tête de liste FN aux élections européennes en Ile-de-France

A la suite des révélations sur le degré de corruption du gouvernement islamiste sévissant en Turquie depuis 12 ans, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a fait bloquer l’accès à Twitter et à Youtube dans l’ensemble du pays, au mépris de libertés fondamentales pourtant inscrites dans la Constitution turque et même, pourrait-on dire, des critères de Copenhague retenus depuis 1999 pour tout pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne ! […]

479241chauprade46Rien de tout cela, pourtant, ne suscite la moindre désapprobation de la part de l’Union européenne qui, pendant ce temps, s’acharne sur la Russie et les populations russophones d’Ukraine !

Au contraire, Bruxelles a récemment accompli de nouveaux pas dans le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Désormais, pas moins de 14 chapitres sur 23 sont ouverts dans les négociations d’adhésion. Nicolas Sarkozy, après avoir fait procéder au gel de 5 chapitres lors du sommet européen du 25 juin 2007, avait discrètement ensuite, entre 2008 et 2010, soutenu l’ouverture de 6 nouveaux chapitres.

L’UMP a créé un véritable danger dans le cadre de la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008. En effet, une précédente révision précisait que toute adhésion postérieure à la vague de 2004 devait être soumise au référendum.

Or, la révision initiée par l’UMP est venue ajouter un second alinéa permettant d’éviter le référendum si une motion adoptée dans le sens de l’adhésion recueillait une majorité des trois cinquièmes au Congrès. C’est dire toute l’ambivalence de l’UMP sur la Turquie comme sur tout le reste.

L’arrivée au pouvoir de François Hollande n’a fait qu’amplifier le mouvement, de façon Continuer la lecture de Pendant que la Turquie censure et réprime, Bruxelles accélère le processus d’adhésion

Le roi est nu : la souveraineté a disparu – Par Michel Geoffroy

Lu sur Polémia

Souvrainete-2Les gouvernements de l’Union européenne, et notamment celui de la France, ont pris l’habitude de cacher beaucoup de choses aux citoyens. En particulier un grand secret. Lequel ? Tout simplement que les Européens ne sont plus gouvernés par ceux qu’ils élisent et que les gouvernements ne savent plus gouverner.
Mais au sein de l’oligarchie politique personne d’ose dire que le roi est nu, comme dans le conte d’Andersen, car il ne faut pas donner à la population le sentiment qu’on l’abandonne. Et aussi parce que le pouvoir procure encore quelques avantages qu’il ne faut pas laisser échapper…


Des apparences trompeuses

Les apparences médiatiques et institutionnelles ou le souvenir des temps jadis trompent en effet les citoyens européens sur la réalité du Pouvoir.

On leur parle tous les jours de leurs présidents, de leurs premiers ministres et de leurs ministres qui ont déclaré ou fait ceci ou cela. On leur montre les voyages officiels que font leurs gouvernants que l’on reçoit partout avec beaucoup d’égards, comme s’ils étaient puissants.

Régulièrement, en outre, les citoyens européens votent et choisissent des « majorités ». Chaque parti institutionnel fait de très gros efforts pour gagner ces élections et présente force programmes alléchants.

Les syndicats s’en mêlent aussi qui réclament périodiquement aux gouvernements de prendre des mesures pour ou contre ceci ou cela. Et l’on continue dans les écoles européennes d’expliquer aux enfants qu’ils ont la chance de vivre en démocratie, sous la protection des « droits de l’homme ».

Tout cela n’est plus, hélas, que spectacle.

La souveraineté limitée

Le premier grand secret que nous cache l’oligarchie politicienne tient à ce que les Etats européens ont perdu leur souveraineté et donc que les gouvernements nationaux gouvernent – c’est-à-dire choisissent – de moins en moins par eux-mêmes.

Les Etats de la zone euro ont ainsi perdu leur souveraineté monétaire au profit d’une banque (la Banque centrale européenne) qui est devenue en outre le tuteur souverain de toutes les banques centrales de la zone.

Ils ont aussi perdu l’essentiel de leur souveraineté budgétaire avec la mise en œuvre du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) signé en mars 2012 et entré en vigueur dans notre ordre constitutionnel. Ce traité impose en effet des règles d’équilibre budgétaire, de correction et de sanctions automatiques en cas de déséquilibre : il impose aussi l’examen des données budgétaires par un organisme indépendant, c’est-à-dire, dans l’esprit de ses promoteurs, non élu.

Les parlements des Etats de l’Union européenne ont également perdu l’essentiel de leur pouvoir législatif puisque leur rôle se borne de plus en plus à transcrire les décisions prises par les autorités de Bruxelles et notamment de la commission.

Enfin, les pays européens ont perdu l’essentiel de leur souveraineté de défense puisque Continuer la lecture de Le roi est nu : la souveraineté a disparu – Par Michel Geoffroy