Archives par mot-clé : Emmanuel Todd

Éric Zemmour : « L’enjeu majeur c’est l’explosion démographique du sud et l’invasion de l’Europe par le sud »

Immigration, identité, souveraineté… Ces deux acteurs aussi importants que controversés de la vie intellectuelle française se sont retrouvés au Figaro pour un débat inédit, vigoureux et particulièrement fécond.

(…)

Emmanuel TODD. – « J’ai eu une sorte de hoquet civique à la fin du livre. On a vécu une annus mirabilis de l’affrontement entre élitisme et populisme. Je prends les trois grandes démocraties libérales occidentales: les États-Unis, la France et le Royaume-Uni. Dans ces trois pays, les gens qui n’ont pas fait d’études supérieures, les «perdants de la mondialisation» se sont révoltés. Ce qu’on observe, c’est trois types de rapport des élites à cette contestation. En France, l’élection de Macron a été le triomphe de l’arrogance des classes supérieures, un écrasement des ouvriers moins éduqués. Aux États-Unis, on a une situation intermédiaire: les catégories populaires blanches ont réussi à mettre au pouvoir Trump, et les élites du parti républicain ont dû de le soutenir. »

Éric ZEMMOUR. – « Je pense que cela tient d’abord à une question politique. Marine Le Pen et le Front national sont les meilleurs agents de conservation de la pérennité et de la domination des élites mondialisées en France. Marine Le Pen n’a absolument rien compris à ce qui a fait le succès de Trump et du Brexit. D’après moi, elle n’a même rien compris aux ressorts de son propre succès. Deuxièmement, je pense que la France a été le pays, au contraire de l’Angleterre et des États-Unis, le plus méthodiquement détruit en tant que nation. Nos élites- les plus mondialisées qui soient- nous expliquent depuis 40 ans que la France était la nation de la sortie de la nation. Elles méprisent le peuple beaucoup plus que les élites anglaises et américaines. Pour moi Macron, c’est Louis-Philippe en 1830, l’alliance des bourgeoisies contre le peuple. »

Éric ZEMMOUR. – (…) « Moi je pense qu’il y a un troisième système familial qui vient s’installer en France massivement, qui est celui de l’islam, endogamique et patriarcal. Qui vient s’entrechoquer avec les deux autres auxquels il est opposé. Ce qui nous conduira à des affrontements de type guerre civile comme par le passé.
Todd est un démographe qui ne croit pas au nombre, moi je pense comme Engels qu’à partir d’un certain nombre la quantité devient une qualité, et que nous avons sur le territoire français un islam qui est en train de changer le rapport à l’espace et au temps. Bizarrement, Todd est beaucoup plus lucide sur l’Allemagne que sur la France. Il qualifie de folie la décision de Merkel d’accueillir un million de migrants, j’aimerais qu’il dise la même chose sur la France ! (…) L’islam a toujours imposé ses modèles familiaux, l’islam est inassimilable. Vous ne pouvez pas dire qu’il va se fondre dans un fond français égalitaire. »

Éric ZEMMOUR. – « Je ne suis pas un absolutiste de la nation. Je Continuer la lecture de Éric Zemmour : « L’enjeu majeur c’est l’explosion démographique du sud et l’invasion de l’Europe par le sud »

Comment Michèle Tribalat a été harcelée par Hervé Le Bras pour ne pas donner les vrais chiffres de l’immigration

Hervé Le Bras est le seul démographe qui ait accès aux média depuis plus de trente ans. Hervé le Bras est un « scientifique » engagé à gauche. Au début des années  80 il publie un livre avec Emmanuel Todd: « L’Invention de la France ». Un livre bidon qui sera la bible de tous les immigrationistes et qui scellera la politique migratoire pour les 40 ans qui suivront sa publication.

En 2013 les deux mandarins de la démographie française récidivent avec « Le mystère français ».  Là encore une recherche prétexte à assener leur idéologie immigrationiste. (voir le dernier article d’Hervé Le Bras  dans Libération: «L’identité française, je suis parti à sa recherche chapitre après chapitre : ce concept ne marche pas». ou encore l’article immonde d’Emmanuel Todd : « Les élites trahissent le peuple, mais le peuple est médiocre »)

Ces deux pseudo-scientifiques se comportent comme de véritables censeurs. Ce que révèle Christophe Guilluy sur les méthodes utilisées par Hervé le bras n’est pas très étonnant. C’est même la norme dans la recherche en science humaine.


Témoignage de Christophe Guilluy :

« Dans le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire, c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire.

Dit autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes.

C’est la mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même plus aller physiquement à l’Institut national d’études Continuer la lecture de Comment Michèle Tribalat a été harcelée par Hervé Le Bras pour ne pas donner les vrais chiffres de l’immigration

Emmanuel Todd: Le protectionnisme est une branche de la pensée libérale.

Mélenchon semble avoir découvert les vertus du protectionnisme après l’avoir ouvertement dénigré et assimilé à du fascisme.
Aujourd’hui, soucieux de faire comme Marine le Pen – peut-être ira-il jusqu’à se teindre en blonde – le notable de l’insoumission met en avant un protectionnisme solidaire (sic) qu’il présente comme une réponse au libéralisme.

Or le protectionnisme devient un isolationisme s’il s’accompagne de mesures économiques de gauche comme celles que proposent Mélenchon.
Pour que le protectionisme ne soit pas un danger il faut l’utiliser avec parcimonie dans un environnement libéral d’économie de marché.
C’est la grosse différence qui existe entre le projet Gaullo-colbertiste et libéral de Marine Le Pen et celui de Mélenchon qui réhabilite la planification socialiste.
Cette différence n’est pas anodine. Si le programme de Marine le Pen peut poser des difficultés et demandera des efforts, il n’est pas dangereux. Tel n’est pas le cas de celui de Mélenchon. Appliqué à la lettre le programme du petit père sans peuple serait une bombe à retardement comme on peut le voir dans le Vénézuela de l’après Chavez.

Emmanuel Todd, qui soutient le protectionnisme et la sortie de l’euro et ce bien avant que Mélenchon trouvent ces deux idées à son goût, ne dit pas autre chose.

Qui est ce Friedrich List que cite Tood: c’est ici

Mots Croisés : L’Europe Stop ou encore ? (vidéo)

Vous allez découvrir dans ce débat la complicité idéologique qui existe entre E.Todd et Marine Le Pen. Une complicité que l’intellectuel a du mal à assumer. (nous reviendrons dans les prochains jours sur la passe d’arme entre Todd et Marine Le Pen, car elle dit beaucoup de chose sur le manque de courage de Todd et la limite de son engagement intellectuel.)

Vous remarquerez aussi que monsieur Todd qui fut un ardent défenseur du protectionnisme européen n’y croit plus, et qu’il s’est rallié à ceux qui disaient depuis le début que seul un protectionnisme aux frontières de la France est envisageable… encore un point de gagné.

Débat dans son intégralité avec Emmanuel Todd (anthropologue), Marine Le Pen (FN), Bruno Le Maire (UMP), Stéphane Le Foll (PS) Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt‎.

Compilation des interventions de Marine Le Pen (FN)

Emmanuel Todd et le Printemps arabe : Candide au pays des merveilles

En 2007, Emmanuel Todd publiait « Le rendez-vous des civilisations » en collaboration avec le démographe Youssef Courbage. Ce livre se voulait une réponse au « Choc des civilisations » de Samuel Huntington. L’ouvrage reprenait une analyse récurrente chez Emmanuel Todd, qui consiste à expliquer les évolutions politiques d’un pays en fonction de son schéma démographique.

« Le rendez-vous des civilisations » s’intéressait donc particulièrement au monde musulman. Si les auteurs notaient une très forte disparité entre les différents pays, leurs conclusions sur les pays du Maghreb étaient sans appel : en croisant les indices de fécondité, le taux d’alphabétisation (notamment des femmes) et l’évolution des structures familiales, l’on nous expliquait que ces pays avaient entamé une évolution démographique qui les conduiraient à terme à s’aligner sur les standards occidentaux.

Mieux, bien au-delà d’une analyse strictement démographique partant du principe que la baisse des taux de fécondité en Europe a coïncidé à la baisse de la ferveur religieuse, Emmanuel Todd se risquait à étendre l’hypothèse au monde arabe. « L’effacement du religieux serait-il une pré-condition de la modernisation démographique ? » Pour lui, la réponse est oui. Constatant un regain de natalité dans les pays musulmans dans lesquels on notait également une nouvelle ferveur religieuse (Malaisie, Indonésie), il était donc entendu que la chute des indices de fécondité dans le monde arabe pouvait s’expliquer par une « poussée de l’indifférence religieuse, voire de l’athéisme ».

Les faits semblaient à l’époque lui donner raison

Emmanuel Todd voulait nous démontrer à tout prix qu’il n’y a plus de problème avec l’islam dans le monde arabe et qu’il n’y a pas de poussée nataliste dans ces populations. Il persistait dans une interview parue en janvier 2011 dans le quotidien Libération. Si la Tunisie se rapprochait des standards démographiques occidentaux, le maintien d’un régime autoritaire lui semblait une anomalie. Ben Ali est certes parti depuis, mais la Tunisie est encore loin du modèle démocratique occidental avec la victoire des islamistes aux dernières élections. Dans la suite de l’interview, Emmanuel Todd nous prédisait que le prochain pays dont le régime autoritaire serait caduc, serait l’Égypte. Là aussi, depuis, le régime est tombé, mais les islamistes ont pris le pouvoir.

L’analyse d’Emmanuel Todd, selon laquelle la baisse de la natalité induit une convergence vers les standards politiques et démocratiques occidentaux, semble donc, à première vue erronée.
À l’inverse, la poussée islamiste devrait induire une hausse de la natalité. Emmanuel Todd ne veut pas voir ce qui ne s’accommode pas de ses présupposés. Selon lui, ces pays vont nécessairement évoluer et se rapprocher du modèle occidental, la démographie est sans appel, le printemps démocratique est en marche dans le monde arabe. Dans ce cas, comment expliquer la poussée islamiste ?

Des chiffres obsolètes, une analyse faussée Continuer la lecture de Emmanuel Todd et le Printemps arabe : Candide au pays des merveilles