Archives par mot-clé : empalot

Toulouse: Coup de chaud à Empalot

Le début de soirée a été très agité dimanche soir à Empalot où des policiers ont été pris pour cible. Une patrouille s’était déplacée pour assister des pompiers qui essayaient de dégager des personnes bloquées dans un ascenseur.

Des renforts ont rejoint ce quartier sensible toulousain mais les caillassages ne se sont pas calmés pour autant. Pour maîtriser la situation, les policiers ont tiré six grenades lacrymogènes.

Quant aux sinistrés de l’ascenseur, ils ont été libérés après 2 heures de patience. Et comme la société de maintenance ne se déplaçait pas, les pompiers ont découpé l’ascenseur à la scie !

Source

Toulouse : Il menace de faire sauter le Casino Barrière et tient des propos antisémites

Le cannabis endort… il ne crée aucune excitation. Les journalistes se sentent obligé de trouver des circonstances atténuantes aux racailles.

——–

Un homme a donné bien du fil à retordre aux services de sécurité du Casino Barrière, dans le quartier d’Empalot à Toulouse. Il était un peu avant 3 heures du matin, dans la nuit de dimanche à lundi, lorsque cet homme, excité, qui ne cessait d’importuner les clients a été prié de quitter l’établissement.

empalot_casino26mar07

Les demandes répétées du personnel de l’établissement de jeu lui ont visiblement déplu et il s’est mis à les injurier en proférant, notamment, des propos antisémites. Il a menacé de mort le chef de la sécurité et le personnel.

Sa colère est encore montée d’un cran et, dans sa folie, il a menacé de revenir et de faire exploser le casino. Les services de police ont été appelés et ont procédé à l’interpellation de l’excité.

Les enquêteurs ont retrouvé sur lui de l’herbe et de la résine de cannabis. Cet homme de 40 ans a été placé en garde à vue au commissariat central.

La Dépêche du Midi

17 voitures brûlées à Toulouse : « C’est criminel ! Ils ont essayé de viser cet immeuble qui n’accueille que des personnes handicapées et des seniors ».

Les habitants ne doutent pas du caractère volontaire de l’incendie. «Les voitures n’étaient pas toutes à côté les unes des autres. Il y avait même un trottoir qui les séparait.

C’est criminel ! Ils ont essayé de viser cet immeuble qui n’accueille que des personnes handicapées et des seniors, fustige une riveraine.

Je n’ai plus envie de dormir ici. Tout est noirci jusqu’au 7e étage.»

La Dépêche

Empalot : nouvelle soirée d’affrontements entre jeunes et forces de l’ordre

Les soirées se suivent et se ressemblent dans le quartier sensible d’Empalot à Toulouse. Mardi puis mercredi, des affrontements se sont produits entre quelques jeunes habitants de la cité et représentants des forces de l’ordre.

Mercredi soir, un jeune homme de 20 ans a d’abord été interpellé vers 19 h 30 par les policiers alors qu’il les avait caillassés. La voiture des trois fonctionnaires, visée par plusieurs personnes, avait eu la lunette arrière brisée et le pare-brise étoilé. Un peu plus tard, à partir de 21 heures, rue de Menton, des échauffourées ont débuté entre une poignée de jeunes et la police au cours d’une opération de sécurisation mise en place conjointement par plusieurs services. Depuis les coursives d’un immeuble, de nombreux projectiles incendiaires ont été lancés en direction des forces de l’ordre et, notamment, des policiers à pied. Ces derniers ont dû faire usage de grenades lacrymogènes et de tirs de flashball pour repousser leurs assaillants qui se sont vite dispersés.

Une fois dans l’immeuble, les policiers ont retrouvé, dans une coursive, un engin incendiaire et des galets. Des recherches ont été engagées mais elles n’ont pas permis de mettre la main sur les auteurs de ces violences urbaines.

Le jeune homme interpellé en début de soirée a été jugé hier, devant le tribunal correctionnel. Il a été condamné à six mois de prison dont trois avec sursis mise à l’épreuve. Il est ressorti libre.

Hier, en fin d’après-midi, cheminement Auriacombe, dans le quartier voisin de la Reynerie, un affrontement, vite maîtrisé, a opposé jeunes des cités et policiers.

 

La dépêche