Archives par mot-clé : Emploi fictif

L’emploi flou de l’épouse de Bruno Le Maire

Au parlement, le projet de loi sur la transparence va bientôt faire apparaître les emplois discrètement occupés par les épouses, les enfants, etc. D’après nos informations, la femme de Bruno Le Maire, artiste-peintre, a été rémunérée plusieurs années sur un poste de collaboratrice à temps plein. Difficile de savoir ce qu’elle y faisait concrètement.

Pauline Le Maire est artiste-peintre et mère de quatre enfants. Dans les médias, son mari Bruno, député UMP d’Évreux et ancien ministre, la présente toujours avec ces deux activités-là, et uniquement celles-là. À ses heures perdues, elle en aurait pourtant exercé une troisième. D’après nos Continuer la lecture de L’emploi flou de l’épouse de Bruno Le Maire

Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

Lire aussi sur le Télégramme : Emplois fictifs. Un ancien assistant parlementaire témoigne

En dénonçant Bayrou, je voulais changer la politique. Censuré, espionné, cambriolé, j’ai découvert que je ne pouvais pas gagner.

Le 2 avril, j’ai décrit dans une tribune mon parcours dans les bas fonds de la politique. Emplois fictifs, extorsion, agressions sexuelles, tout y était, version François Bayrou. Plus de soixante-dix mille lecteurs plus tard, j’ai découvert les dessous d’une élection ou tout s’accordait, jusqu’au sommet de l’Etat, pour protéger Emmanuel Macron. Chronique d’un échec annoncé. Et d’une France qui n’est pas la nôtre. (…)

(…)Quinze minutes de célébrité

“Si vous devez lire une chose aujourd’hui, lisez-ça. Vraiment” — quelqu’un sur Twitter

D’abord partagé par trois personnes, Fictif(s) se propage sur les réseaux sociaux. De programmeur en programmeur. Puis un journaliste informatique. Puis France Culture. Puis Cécile Duflot. Puis tout le monde. Pendant deux jours je regarde, fasciné, mon histoire sillonner la France. Et faire le tour des rédactions. Continuer la lecture de Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

Népotisme: La plainte de la fille de Mélenchon rejetée par le tribunal

La fille de Mélenchon a été déboutée. Le tribunal vient de prononcer la nullité de la procédure contre le maire UDI de Janvry Christian Schoettl. Maryline Mélenchon l’avait assigné en justice. Dans une vidéo sur YouTube, ce dernier dévoilait qu’elle avait été pistonnée par son père pour décrocher un job. La fonctionnaire devra même verser 1500 euros à l’élu à titre de frais de justice. Le tribunal n’a pas statué sur le fond de l’affaire. S’il a considéré l’assignation de Maryline Mélenchon comme nulle, c’est parce que son avocate Raquel Garrido n’avait pas notifié ce recours au procureur de la République comme la loi l’exige.
L’affaire suit son cours.

« La justice a été instrumentalisée dans le but de détourner l’attention des médias et des électeurs des questions que posent certains comportements passés de Jean-Luc Mélenchon », a plaidé maître Daphné Bès de Berc. « L’action en diffamation engagée par la fille du candidat n’avait d’autre objet que d’allumer un contre-feu pour éviter à Mélenchon d’avoir à s’expliquer».

En cause cette vidéo :

Enquête sur le collaborateur « à statut fictif » de Jean-Michel Baylet

Dans un précédent article, le Blog Politique a évoqué un collaborateur « fantôme » de Jean-Michel Baylet. Un collaborateur très présent et influent mais absent des effectifs et du compte administratif de la structure pour laquelle il travaille. Contacté par France 3 Occitanie, le bras droit de Jean-Michel Baylet au sein du PETR (pôle d’équilibre territorial et rural) Garonne-Quercy-Gascogne a reconnu percevoir une rémunération pour ses activités. Mais refusé de dire qui le rémunère.

Un collaborateur payé mais par qui ?

Les activités de Max Courrègelongue sont attestées par de nombreux élus. Interventions lors des réunions, préparation de notes, démarchage de communes, présence physique dans les murs du PETR…

Un article paru dans un titre du groupe de presse de Jean-Michel Baylet apporte une preuve par le texte et l’image. L’article est un compte rendu d’une réunion du PETR Garonne-Quercy-Gascogne. Sur la photo, derrière Jean-Michel Baylet, on peut voir Max Courrègelongue au milieu des élus et des agents du PETR. Continuer la lecture de Enquête sur le collaborateur « à statut fictif » de Jean-Michel Baylet

Le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire sur les emplois des filles de Bruno Le Roux à l’Assemblée. (démission)


Quand Bayrou payait son assistante avec l’argent de l’UE (Màj)

01 Mars

Certains fillonistes ont exhumé sur les réseaux sociaux un extrait du livre «Les mains propres», publié par Corinne Lepage en 2014, dans lequel l’ex-ministre de l’Environnement dénonçait le recours à des emplois fictifs d’assistants parlementaires au MoDem. Le MoDem dément avec virulence.

Hebergeur d'image

Les soutiens de François Fillon sur Twitter viennent de lancer une nouvelle offensive sur Twitter. Leur trouvaille : des accusations d’emplois fictifs à l’encontre de François Bayrou, le nouvel allié d’Emmanuel Macron, cible désignée des fillonistes. Dans son livre «Les mains propres», paru en 2014, l’ancienne ministre centriste de l’Environnement Corinne Lepage dénonçait le recours à de «nombreux « emplois fictifs » pour assurer le secrétariat des uns ou des autres, grâce à des personnes payées par des entreprises Continuer la lecture de Quand Bayrou payait son assistante avec l’argent de l’UE (Màj)

En visite à la Prison de Meaux, Marine Le Pen a dit qu’elle créerait 40 000 places de prison et a répondu aux accusations d’emploi fictif

Précisons que le juge en charge de cette nouvelle enquête (les autres n’ont rien donné) est membre du syndicat de la magistrature (Extrême gauche) qui manifestait il y a peu contre les violences policières et qui s’est fait connaitre du grand public par le Mur des cons.
En ce qui concerne les média avec 6,5M de chômeurs, 7M de pauvres, des menaces attentats, une immigrations de substitution, le laxisme judiciaires, l’insécurité endémique etc etc… ils s’échinent à lancer des cabales minables afin d’épargner le système en place!

Nicolas Bay (FN): Ce sont des adversaires politiques qui utilisent des leviers de pouvoir administratif contre nous

Si les journalistes faisaient leur boulot et pas de la manipulation, ils reconnaitraient que cette histoire d' »emploi fictif » est une grosse fumisterie.

Il suffit d’écouter les explications de nicolas Bay pour s’en rendre compte

Laurence Rossignol a t elle bénéficié d’un emploi fictif pendant 18 ans à la MNEF ?

L’actuelle secrétaire d’État à la famille et aux personnes âgées, Laurence Rossignol a été salariée de la Mutuelle des étudiants (LMDE) pendant 18 ans, dans la plus complète discrétion.

« Cette mutuelle a trop de cadres au sommet et pas assez de petites mains pour faire le travail administratif. Et ces cadres, qui plus est, sont souvent choisis sur des critères politiques. » Tels étaient les propos d’un ancien responsable de la Mutuelle des étudiants (LMDE), dont nous détaillions les graves difficultés dans un article publié il y a 2 ans.

(…)

Un cas particulier ravive les interrogations sur cette gestion chaotique, et plus particulièrement sur la question des recrutements des cadres gestionnaires de la LMDE, où l’appartenance politique semble être un critère de sélection. C’est celui de Laurence Rossignol, actuelle secrétaire d’État à la famille et aux personnes âgées. Mme Rossignol a toujours dit avoir travaillé à la Mnef, ancêtre de la LMDE, à partir de 1993. « Le Monde » du 9 avril 2014 parle d’un « passage à la Mnef » dans le portrait qu’il lui consacre. Ce passage a en fait duré 18 ans, de 1993 à 2011, date à laquelle Mme Rossignol est devenue sénatrice.

Interrogé, son cabinet nous a fait savoir qu’elle avait été chargée d’études à la direction Santé et Prévention de la mutuelle, à temps plein jusqu’en 2004, puis à tiers-temps jusqu’en 2011, avec une rémunération de l’ordre de 1 200 € nets par mois (soit 3 600 € nets équivalent plein temps).

La seule trace de son activité que nous ayons trouvée sur Internet est un rapport datant de 2006. Il s’agit d’un guide humoristique de 24 pages sur la sexualité des jeunes, où elle est mentionnée comme rédactrice en chef. Mme Rossignol a « pensé, élaboré et rédigé » de nombreuses autres brochures à destination des jeunes, fait savoir une collaboratrice de son cabinet.

« Elle est créditée comme rédactrice en chef pour quelques Continuer la lecture de Laurence Rossignol a t elle bénéficié d’un emploi fictif pendant 18 ans à la MNEF ?

La fille d’Edwy Plenel (Médiapart) occupait-elle un empoie fictif à la mairie de Paris

Lire : ANNE HIDALGO NOMME LA FILLE D’EDWY PLENEL (MÉDIAPART) PRÉSIDENTE DE PARIS SIDA

Conflits d’intérêts, népotisme, détournement de fonds parlementaires… Comme de nombreux médias, Mediapart s’en est pris ces deux dernières semaines à la candidature de François Fillon à la présidentielle. Et subit les foudres de la contre-attaque des partisans de ce dernier. Après la sèche réplique du candidat de la droite à une journaliste de Mediapart en conférence de presse (« Je n’ai jamais subi de redressement fiscal »), c’est au tour de son président Edwy Plenel d’être attaqué sur internet.

Depuis quelques jours, des militants pro-Fillon accusent en effet sa fille d’emploi fictif. « Eve Plenel, fille du patron de Mediapart, 3.000 euros par mois pour un emploi à mi-temps à la mairie de Paris en vivant à… Berlin ! » lit-on sur des montages-photos viraux. Ils citent un portrait de « Libération » en 2016, qui précise que ces 3.000 euros correspondaient au total des deux mi-temps qu’elle avait alors.

(…) L’Obs

Après Penelope Fillon, un nouveau scandale d’emploi fictif dans l’équipe de campagne du candidat LR?

A noter que  Marc Ladreit de Lacharrière a été l’un des fondateur de SOS racisme…. quelle panier de crabes ce pays….


Une nouvelle affaire pour François Fillon? Selon Mediapart, l’une de ses collaboratrices aurait été salariée par Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de La Revue des deux mondes, déjà visé par une enquête concernant Penelope Fillon, accusée d’emploi fictif. L’équipe du candidat dénonce des accusations « infondées ».

10199642e2cc77a85e04d113e1961

(…) Selon Mediapart, Alexia Demirdjian, présentée comme un « pilier » de l’équipe de François Fillon, a été pendant un peu plus d’un an chargée de mission pour la Fondation culture et diversité, une branche de la holding Fimalac – le groupe du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière auditionné lundi pour avoir employé Penelope Fillon à La Revue des deux mondes – alors qu’elle travaillait pour la campagne du candidat des Républicains.

(…) BFM TV

Penelope Fillon a-t-elle bénéficié d’un emploi fictif pendant 8 ans ?

Lire aussi: François Fillon a bénéficié de fonds publics détournés au Sénat (Maj)

Affaire Penelope Fillon : le parquet financier ouvre une enquête

Cette enquête préliminaire, ouverte ce mercredi par le parquet national financier (PNF) pour «détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits», fait suite aux révélations du Canard Enchaîné selon lequel Penelope Fillon a perçu 500 000 euros bruts en tant qu’assistante parlementaire, l’hebdomaire satirique mettant -témoignages à l’appui- en doute la réalité de ce travail.

L’enquête, confiée à la direction centrale de la police judiciaire, va notamment s’attacher à vérifier si Penelope Fillon a effectivement fourni des prestations en échange de ces salaires -ce que soutient l’entourage de François Fillon- ou bien s’il s’agissait d’un emploi fictif.

Source

La femme du candidat de la droite à la présidentielle aurait touché 500 000 euros en tant qu’attachée parlementaire de son mari alors qu’une collaboratrice du député affirme « n’avoir jamais travaillé avec elle »

La femme du candidat de la droite à la présidentielle, François Fillon, Penelope Fillon, a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari – ou du suppléant de celui-ci – à hauteur d’environ « 500 000 euros brut » au total, rapporte dans son édition de mercredi le Canard Enchainé.

L’hebdomadaire se base sur les feuilles de paie de la femme du candidat pour avancer qu’elle aurait été rémunérée sur l’enveloppe réservée aux députés pour leurs collaborateurs. Continuer la lecture de Penelope Fillon a-t-elle bénéficié d’un emploi fictif pendant 8 ans ?

Marseille : une élue PS avait un emploi fictif à la mairie depuis 11 ans

Myriam Lamare, l’ancienne championne du monde de boxe devenue élue PS, vient d’être suspendue de ses fonctions à la mairie de Marseille pour une durée de deux ans. Motif ? Elle y occupait un emploi fictif, et ce depuis 11 ans.

Plus rien ne va pour l’ancienne championne du monde de boxe Myriam Lamare. Après avoir perdu son poste de conseillère régionale PS de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) en décembre dernier, elle vient d’être épinglée par le conseil de discipline de la fonction publique territoriale des Bouches-du- Rhône.
La sanction est tombée la semaine dernière : elle est suspendue pendant deux ans, sans salaire, de son poste de fonctionnaire à la mairie de Marseille, pour emploi fictif.

« Personne ne l’a jamais rencontrée »

Continuer la lecture de Marseille : une élue PS avait un emploi fictif à la mairie depuis 11 ans

Procès du comité d’entreprise d’EDF-GDF : entre emplois fictifs et financement du Parti communiste

Addendum 16/06/2014

CGT, PCF : Omerta autour d’une affaire d’abus de confiance…

(…) Seize prévenus, comparaissent en effet depuis le 2 juin devant le tribunal de Paris, accusés d’abus de confiance au préjudice de la Caisse Centrale des Activités Sociales, le plus important comité d’entreprise de France doté d’un budget de 400 millions d’euros… Une sénatrice membre du PCF fait partie des prévenus. Les débats doivent durer trois semaines… On voit là qu’il s’agit là d’un gros dossier, théoriquement « sexy » pour la presse.

Enterrement médiatique de première classe. Est-il permis de comparer avec les tonnes de commentaires concernant la droite ?

Cette omerta médiatique ne doit rien au hasard. Il faut se souvenir que le Syndicat National des Journalistes (majoritaire dans la profession) et le syndicat CGT étaient solidaires du Syndicat de la Magistrature lors de l’affaire du mur des cons.

(…) Valeurs actuelles

—————–

07/06/2014 -PARIS
Alors qu’une procédure a été lancée, il y a 10 ans maintenant, ce n’est que cette semaine que s’est ouvert le procès autour du détournement de fonds du comité d’entreprise d’EDF.
Lutter-plus-CGTAvec un budget annuel de 400 millions d’euros, le comité d’entreprise de la société semi-publique EDF, dénommé « Caisse centrale des activités sociales » (CCAS), est l’un des plus importants de France. La Cour des comptes avait alerté sur les pratiques dispendieuses de l’organisme. Les fonds de la structure auraient été utilisés pour financer des prestations de service au profit du Parti communiste français, ainsi que des emplois fictifs mis à disposition de la CGT et du même PCF. On relèvera notamment le financement de la traditionnelle fête de l’Huma entre 1997 et 2005 pour un coût avoisinant 1,2 million d’euros.

Qui trouve-t-on parmi les prévenus ?

Seize entités sont impliquées dans cette affaire, notamment la CGT, la société du journal L’Humanité, et la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin. Cette dernière est soupçonnée d’avoir bénéficié d’un emploi à la CCAS alors qu’elle exerçait son activité au Parti communiste. Ce qu’elle nie, reconnaissant cependant « ne pas avoir beaucoup mis les pieds à la CCAS car j’étais sur le terrain, au parlement, à l’Unesco, dans des colloques, le but étant d’avoir toujours un coup d’avance ».

 

La CCAS s’est portée partie civile sur l’affaire… Continuer la lecture de Procès du comité d’entreprise d’EDF-GDF : entre emplois fictifs et financement du Parti communiste