Archives par mot-clé : eric zemmour

Eric Zemmour : « La Chine s’est réveillée et le monde n’a pas fini de trembler »

 « On nous avait dit : quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera. » Or, observe Eric Zemmour, « la Chine s’est réveillée, et le monde n’a pas fini de trembler ». « Mais on nous avait dit aussi : quand la Chine se libéralisera, la Chine se démocratisera », L’économie de marché devait entraîner mécaniquement la démocratie libérale, sur le modèle de l’Angleterre du XIXe siècle. Sauf que « les patrons du parti communiste chinois avaient un autre modèle en tête. Ou plutôt un contre-modèle : l’URSS de Gorbatchev » :

« La fameuse perestroïka, qui vit s’effondrer le Parti communiste soviétique après qu’il eut libéralisé l’économie et la société, était leur cauchemar. »

Ce cauchemar, a poursuivi Eric Zemmour ce matin sur RTL, « ils ont réussi à le conjurer » : Continuer la lecture de Eric Zemmour : « La Chine s’est réveillée et le monde n’a pas fini de trembler »

Éric Zemmour : « L’enjeu majeur c’est l’explosion démographique du sud et l’invasion de l’Europe par le sud »

Immigration, identité, souveraineté… Ces deux acteurs aussi importants que controversés de la vie intellectuelle française se sont retrouvés au Figaro pour un débat inédit, vigoureux et particulièrement fécond.

(…)

Emmanuel TODD. – « J’ai eu une sorte de hoquet civique à la fin du livre. On a vécu une annus mirabilis de l’affrontement entre élitisme et populisme. Je prends les trois grandes démocraties libérales occidentales: les États-Unis, la France et le Royaume-Uni. Dans ces trois pays, les gens qui n’ont pas fait d’études supérieures, les «perdants de la mondialisation» se sont révoltés. Ce qu’on observe, c’est trois types de rapport des élites à cette contestation. En France, l’élection de Macron a été le triomphe de l’arrogance des classes supérieures, un écrasement des ouvriers moins éduqués. Aux États-Unis, on a une situation intermédiaire: les catégories populaires blanches ont réussi à mettre au pouvoir Trump, et les élites du parti républicain ont dû de le soutenir. »

Éric ZEMMOUR. – « Je pense que cela tient d’abord à une question politique. Marine Le Pen et le Front national sont les meilleurs agents de conservation de la pérennité et de la domination des élites mondialisées en France. Marine Le Pen n’a absolument rien compris à ce qui a fait le succès de Trump et du Brexit. D’après moi, elle n’a même rien compris aux ressorts de son propre succès. Deuxièmement, je pense que la France a été le pays, au contraire de l’Angleterre et des États-Unis, le plus méthodiquement détruit en tant que nation. Nos élites- les plus mondialisées qui soient- nous expliquent depuis 40 ans que la France était la nation de la sortie de la nation. Elles méprisent le peuple beaucoup plus que les élites anglaises et américaines. Pour moi Macron, c’est Louis-Philippe en 1830, l’alliance des bourgeoisies contre le peuple. »

Éric ZEMMOUR. – (…) « Moi je pense qu’il y a un troisième système familial qui vient s’installer en France massivement, qui est celui de l’islam, endogamique et patriarcal. Qui vient s’entrechoquer avec les deux autres auxquels il est opposé. Ce qui nous conduira à des affrontements de type guerre civile comme par le passé.
Todd est un démographe qui ne croit pas au nombre, moi je pense comme Engels qu’à partir d’un certain nombre la quantité devient une qualité, et que nous avons sur le territoire français un islam qui est en train de changer le rapport à l’espace et au temps. Bizarrement, Todd est beaucoup plus lucide sur l’Allemagne que sur la France. Il qualifie de folie la décision de Merkel d’accueillir un million de migrants, j’aimerais qu’il dise la même chose sur la France ! (…) L’islam a toujours imposé ses modèles familiaux, l’islam est inassimilable. Vous ne pouvez pas dire qu’il va se fondre dans un fond français égalitaire. »

Éric ZEMMOUR. – « Je ne suis pas un absolutiste de la nation. Je Continuer la lecture de Éric Zemmour : « L’enjeu majeur c’est l’explosion démographique du sud et l’invasion de l’Europe par le sud »

Éric Zemmour : « La ceinture rouge du Parti communiste a désormais des reflets verts, la couleur de l’islam »

CHRONIQUE – Pour l’instant, Jean-Luc Mélenchon joue habilement de son verbe et de sa main de fer. Mais cela ne durera pas.

Les cartes se suivent et se ressemblent. Les candidats d’En marche! ont remis leurs pas dans ceux de la carte socialiste (élus en masse dans l’ouest de la France, comme la majorité d’Hollande en 2012) ; les Républicains ont trouvé refuge dans leurs terres habituelles de Normandie, d’Alsace-Lorraine ou de Champagne ; le FN a réussi à arracher huit sièges dans ses fiefs du Nord-Est et du Sud-Est. Il en est de même pour les candidats de La France insoumise, qui sont soumis comme les autres à certaines lois politiques.

L’extrême gauche a donc renoué avec les anciennes terres communistes. La ceinture rouge d’antan est plus rouge que jamais. La Seine-Saint-Denis a donné quatre députés à Mélenchon sur ses Continuer la lecture de Éric Zemmour : « La ceinture rouge du Parti communiste a désormais des reflets verts, la couleur de l’islam »

Eric Zemmour Vs Jacques Sapir : Identité ou souveraineté ?

Sapir est d’une naïveté et d’une mauvaise fois accablante (l’exemple qu’il prend des banlieues et de Toulouse est d’une affligeante bêtise). Zemmour est le plus clairvoyant; il ne se fait aucune illusion sur les habitudes électorales. Les blocs électoraux ne se déplacent pas et ne s’emboîtent pas comme des Légos. Ce débat prouve qu’il n’y a rien à attendre d’une utopique association entre souverainistes de gauche et souverainistes de droite.

Au-delà de la question identitaire ou de souveraineté, l’essentiel pour le camp national est la stratégie à mettre en place afin de dépasser le populisme qui ne pourra jamais satisfaire les attentes des couches supérieures; les seules qui aujourd’hui peuvent nous faire gagner.


Souveraineté ou identité ? La question divise et pourrait surtout déterminer la politique française des prochaines années. Le polémiste Eric Zemmour et l’universitaire Jacques Sapir ont confronté leurs vues à notre antenne.

Éric Zemmour : « Des néoconservateurs à l’Élysée »

CHRONIQUE – Dans La France atlantiste, ou le naufrage de la diplomatie, Hadrien Desuin lance un réquisitoire argumenté contre la politique étrangère de nos deux derniers présidents.

Une poignée de mains virile avec Donald Trump. Une balade au château de Versailles avec Vladimir Poutine. Des caresses berlinoises avec Angela Merkel. Depuis qu’il a été élu, Emmanuel Macron s’est très vite imposé comme une nouvelle vedette des relations internationales. Mais en dépit des tombereaux d’éloges que déversent les médias français et internationaux, soudain transformés en historiographes du roi, il n’est pas le premier président français à «réussir» si bien ses «premiers pas» Continuer la lecture de Éric Zemmour : « Des néoconservateurs à l’Élysée »

Zemmour: « Le harcèlement de rue est un moyen pour islamiser l’espace public, le purifier de sa mécréance »

Pour l’essayiste, la harcèlement de rue dans le quartier Chapelle-Pajol, à Paris, est «un moyen efficace pour occuper l’espace public, le conquérir, ­l’islamiser, le purifier de sa mécréance».

Pendant cette campagne, il était malséant de parler de migrants et d’islam. Même Marine Le Pen s’était soumise à cette loi non dite. C’était la condition pour être acceptée dans le club. La campagne est terminée. Le réel est de nouveau autorisé à montrer son vilain visage. Mais strictement encadré par la sémantique appropriée. On a le droit de dire que les hommes chassent les femmes de ces rues-là. Continuer la lecture de Zemmour: « Le harcèlement de rue est un moyen pour islamiser l’espace public, le purifier de sa mécréance »

Éric Zemmour : « La dernière chance de la droite ? »

LES INSOLENCES D’ÉRIC ZEMMOUR – La droite républicaine ne veut pas en démordre et veut se redresser seule, selon notre chroniqueur. Mais le FN a repris tout l’héritage du RPR.

« Comment refaire le RPR alors que la place est déjà prise ? Comment reconstruire un mouvement populaire (le fameux métro à six heures de Malraux) alors que les ouvriers et employés ont pris l’habitude de voter pour Marine Le Pen ? Comment ne pas rester enfermé dans un ghetto de retraités privilégiés habitant les métropoles ? Faut-il oser s’allier au FN pour sortir l’électorat populaire de son enfermement ? »

« Mais la droite républicaine ne veut pas en démordre : elle se redressera seule. Elle reprendra le programme de la droite de toujours en matière de sécurité et d’immigration, et cela suffira pour rallier les Français. Avec un zeste de baisse d’impôts. Ce fut la méthode de Sarkozy en 2007. Mais Sarkozy n’a jamais passé le « karcher » qu’il avait promis. Et si Sarkozy avait, sans le savoir, laissé passer la dernière chance de la droite ? »

Le Figaro

Éric Zemmour : « Trop d’Histoire tue l’Histoire »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

À suivre la campagne présidentielle ces derniers jours, on se croirait dans une bande d’actualités de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ne manquent que les images en noir et blanc », constate Éric Zemmour, qui note que « la classe politique française toute entière joue à plus gaulliste que moi tu meurs ! ». Il constate qu’Emmanuel Macron « use et abuse des références à la guerre et au nazisme, comme s’il voulait rejouer contre son adversaire du second tour un imaginaire historique qui avait si bien fonctionné pour marginaliser son père »

Pour le journaliste, « Marine Le Pen en est elle même effrayée puisqu’elle se sent obligée d’aller elle aussi se recueillir devant le mémorial de l’extermination des juifs ». Avant d’insister : « Pourtant, l’instrumentalisation du malheur juif ne marche pas. Elle scandalise davantage qu’elle ne mobilise. Elle apparait pour ce qu’elle est : un truc de campagne électorale ». Aux yeux d’Éric Zemmour, « trop d’Histoire tue l’Histoire ».

Éric Zemmour : quand un démographe démontre la réalité

CHRONIQUE – Le dernier livre d’Hervé Le Bras est une ode aux migrations qui prouve paradoxalement que «l’invasion» n’est pas un fantasme de peuples apeurés mais une réalité statistique.

«Le grand remplacement» n’est ni un fantasme ni un complot ; c’est le secret le mieux gardé de la mondialisation ; son principe, son moteur, son âme. Ce n’est pas Renaud Camus, l’auteur de cette formule aussi brillante que sulfureuse, qui l’affirme ; ni un militant «identitaire», ni même un de ces intellectuels «réactionnaires» voués aux gémonies par la bien-pensance. C’est l’un des plus célèbres démographes français, l’un des piliers des pages idées de la presse de gauche, le compère d’Emmanuel Todd, le contempteur du Front national et des «fantasmes d’invasion»: Hervé Le Bras. Bien sûr, notre auteur continue de pourfendre cette notion de «grand remplacement», mais le paradoxe est qu’il en démontre l’implacable réalité mieux que quiconque. Il rejette le mot pour mieux en faire accepter la chose. Jamais il n’a été aussi clair, aussi limpide. Comme s’il tombait le masque. Comme s’il pouvait décrire la réalité sans fard car il était trop tard pour l’arrêter. Continuer la lecture de Éric Zemmour : quand un démographe démontre la réalité