Archives par mot-clé : esclavage

Le CRAN appelle à débaptiser les rues Colbert et à remplacer ses statues

Du passé faisons table rase, Foule esclave, debout ! debout ! Le monde va changer de base : Nous ne sommes rien, soyons tout ! …

Les communautaristes, les multiculturalistes,  les immigrationistes et les minorités sont les alliés de l’idéologie stalinienne.


Le combat de la gauche radicale américaine fait des émules en France. “La plupart des commentateurs français se sont contentés de dénoncer, à juste titre, l’attentat à Charlottesville, la statue du général Lee, les adeptes de la white supremacy, l’attitude du président Trump et le racisme américain en général (qui se maintient à un niveau très élevé, il est vrai), sans jamais voir la poutre dans l’œil de la France”, dénonce Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), dans une tribune publiée dans Libération, lundi.

“Que dire de toutes ces rues qui portent des noms de négriers comme Balguerie et Gradis à Bordeaux (ville d’Alain Juppé), Grou et Leroy à Nantes (ville de Jean-Marc Ayrault), Masurier et Lecouvreur au Havre (ville d’Edouard Philippe) ?”, poursuit le militant antiraciste.

“Il faudrait donc se poser cette question : lequel des deux pays est le plus problématique, celui où il y a un conflit autour de la statue d’un général esclavagiste, ou celui où il y a à l’Assemblée nationale une statue de Colbert, une salle Colbert, une aile Colbert au ministère de l’Economie, des lycées Colbert (qui prétendent enseigner les valeurs républicaines), des dizaines de rues ou d’avenues Colbert, sans qu’il y ait le moindre conflit, la moindre gêne, le moindre embarras ?”, demande-t-il. Continuer la lecture de Le CRAN appelle à débaptiser les rues Colbert et à remplacer ses statues

Esclavage : le Cran veut déboulonner les «statues de la honte»

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) réclame le remplacement des «statues de la honte», comme celle de Jean-Baptiste Colbert, auteur du Code noir, à l’Assemblée nationale, par des figures de personnalités ayant lutté contre l’esclavage et le racisme. Il veut également faire débaptiser des rues dans des villes comme Bordeaux ou Nantes.

La rue du Général-Richepanse, à la limite des Ier et VIIIe arrondissements [de Paris], a certes été débaptisée en 2002 sur décision de Bertrand Delanoë, mais il subsiste dans le XVIe arrondissement une place et même une statue à la mémoire du maréchal Jean-Baptiste Donatien de Vimeur de Rochambeau (1725-1807), qui mata dans le sang la révolte des esclaves à Haïti.

La poussée de violences de l’alt-right aux Etats-Unis ces deux dernières semaines, nourrie par sa volonté de préserver des symboles racistes et colonialistes comme la statue du général Lee que des manifestants progressistes voulaient déboulonner à Continuer la lecture de Esclavage : le Cran veut déboulonner les «statues de la honte»

« Dans l’inconscient des Maghrébins, un « Nègre » reste un esclave, ils ne peuvent pas concevoir de Noirs chez eux »

Construction du royaume zoulou, de l’Afrique du Sud, rapports de domination sont au cœur du premier roman de l’anthropologue spécialiste de l’esclavage.

Du fait de ce passé, le panafricanisme a-t-il jamais eu la moindre chance de se réaliser ?

« C’est une utopie ! Dans l’inconscient des Maghrébins, cette histoire a laissé tellement de traces que, pour eux, un « Nègre » reste un esclave. Ils ne peuvent pas concevoir de Noirs chez eux. Regardons ce qui se passe en Mauritanie ou au Mali, où les Touareg du Nord n’accepteront jamais un pouvoir noir. Les descendants des bourreaux comme ceux des victimes sont devenus solidaires pour des raisons religieuses. »

Vous faites le lien entre ce passé et les événements au Darfour, en Mauritanie ou en Libye. Vous constatez que la route transsaharienne de l’esclavage est aujourd’hui celle de l’émigration clandestine… Continuer la lecture de « Dans l’inconscient des Maghrébins, un « Nègre » reste un esclave, ils ne peuvent pas concevoir de Noirs chez eux »

Traite Arabo-musulmane: Le génocide voilé. Entretien radio avec Tidiane N’Diaye (rediff)

Ecouter l’entretien avec Tidiane N’Diay réalisé en 2008 :

Le génocide voilé :
durée : 21 mnPremière diff le 15 juin 2011

La bien-pensance lénifiante et culpabilisatrice qui tente de justifier la dette de l’Europe envers l’Afrique par le péché de l’esclavage dit triangulaire, légitimant ainsi l’immigration actuelle, a occulté, et continue Continuer la lecture de Traite Arabo-musulmane: Le génocide voilé. Entretien radio avec Tidiane N’Diaye (rediff)

Cécile Duflot dépose deux propositions de loi sur le passé colonial de la France

Je ne cesse de le dire: voter pour ces salopards équivaut à cracher sur la tombe de nos ancêtres.
Par électoralisme ils s’associent avec des associations communautaires et salissent la France en proposant une vision manichéenne de notre Histoire…
Jusqu’à quand allez-vous continuer à tolérer ces assassins de la mémoire.


Ces propositions visent à compléter la loi Taubira de 2001, en reconnaissance le travail forcé comme crime contre l’humanité et en prévoyant des réparations pour le travail forcé comme pour l’esclavage et la traite. (…)

Libération

Marion Maréchal-Le Pen critique le choix « stupide » du maire FN de Villers-Cotterêts

Le maire FN de Villers-Cotterêts Franck Briffaut aura fait parler de lui en refusant de commémorer l’abolition de l’esclavage, samedi 10 mai. Un choix ô combien critiqué, y compris dans les rangs du Front national.

Invitée d’i>Télé lundi 12 mai, Marion Maréchal-Le Pen a reconnu que ce choix était « stupide » :

« Personnellement, je vous le dis, je trouve que ce qu’il a fait est stupide. À la limite, c’est plus intelligent de faire un discours politique intelligent lors d’une commémoration plutôt que de susciter ce genre de polémique. […] D’ailleurs il ne remet pas en cause l’existence-même de l’esclavage. » […]

Dimanche 11 mai, sur BFMTV, Marine Le Pen avait elle-aussi évoqué le choix du maire, Continuer la lecture de Marion Maréchal-Le Pen critique le choix « stupide » du maire FN de Villers-Cotterêts

Et si on rappelait quelques vérités sur l’esclavage ?

De l’ouest vers l’est, au coeur de l’Afrique et de l’Arabie, se trouve l’autoroute de l’esclavage. Finalement, nous avons trouvé ce que nous cherchions depuis 6 mois dans le golfe Persique. Un marché d’êtres humains à ciel ouvert […] Tous les esclaves ne proviennent pas d’Afrique noire. Certains sont aussi amenés de la péninsule Arabique. Parfois, tout ce que vous avez à faire est d’organiser une fête. De celles que les Britanniques appelaient fêtes de l’esclavage. Nous avons eu vent de l’une de ces fêtes au Qatar […] Les femmes sortent d’un abri. Elles arrivent d’un village local. Les organisateurs […] ont atteint leur but […]. Ils cherchent celles qu’ils vont négocier à leur père ou à leur mari, celles qu’ils vont kidnapper.

Non, nous ne sommes pas avec Livingstone au milieu du XVIIe siècle dans la région des Grands Lacs. C’est ainsi que débute un reportage de la télévision américaine daté de 1964, et nous sommes au Qatar. Vous avez bien lu : 1964, Qatar.

Les propos gravement haram de Mariani ont engendré des salves de propos halal. Dans le fameux « tweet » de Mariani,

Nigeria. L’enlèvement par la secte Boko Haram rappelle que l’Afrique n’a pas attendu l’Occident pour pratiquer l’esclavage. #Déculpabilisation

le dernier mot est certes de trop. Cela n’empêche guère des siècles et des siècles d’esclavage en Afrique, non imputables à l’Occident, de rester rigoureusement impunis, censurés, sous l’œil vigilant de la redoutée milice antiraciste. Continuer la lecture de Et si on rappelait quelques vérités sur l’esclavage ?

La nounou du fils de Yannick Noah accuse le couple d’esclavage

Rabra Bendjebbour, qui affirme s’être occupée pendant plusieurs mois du dernier fils du tennisman, accuse la mère de l’enfant de l’avoir sous-payée et licenciée abusivement. Une audience de conciliation a lieu ce mardi au tribunal des prud’hommes de Bobigny.

Yannick-Noah-accuse-d-esclavage-par-une-ancienne-nounou_exact810x609_l

«Elle ne prenait son fils dans ses bras que pour sortir dehors, devant les gens». Les propos de Rabra Bendjebbour à l’encontre d’Isabelle Camus, la compagne de Yannick Noah, sont d’une extrême dureté. «Yannick venait embrasser son fils une seule fois par jour, le soir, avant de le laisser dormir dans ma chambre et de me laisser s’occuper de lui comme si j’étais sa mère.»

Cette femme d’une cinquantaine d’années raconte que le couple s’est comporté avec elle comme le pire des patrons voyous. «Je les ai suivis pendant trois mois, en tournée, puis en vacances, et je me suis occupée de Joalukas nuit et jour, du lundi au dimanche, pour 950 euros par mois.» […]

Horaires à rallonge, aucun temps libre, liste de tâches à rallonge, salaire de misère, la Continuer la lecture de La nounou du fils de Yannick Noah accuse le couple d’esclavage

Conférence de Bernard Lugan (vidéo mars 2013)

Manipulation historique-idéologie-17 Octobre 1961-Traite Négrière-Esclavage-Déviance des étude en histoire- Mali et islam sahélien… une très bonne conférence sur l’ Histoire mensongère au service idéologique de la gauche.

Bernard Lugan est un historien africaniste. Politiquement, il est proche du royalisme et de l’action française.