Archives par mot-clé : eurobonds

UE / Crise grecque : Etats-Unis d’Europe, euro-bonds, avec ou sans l’euro ?

Les média poussent à la bipolarisation de la campagne. Les candidats de l’UMPS font dans la démagogie et enfilent comme des perles des mesures de pacotille.
Pendant ce temps, en Europe la crise avance. Ce week-end, la Banque centrale européenne a débloqué la bagatelle de 1 000 milliards d’euros pour les prêter, une fois encore, à quelques 500 établissements financiers européens au taux très avantageux de 1%, à charge pour ces derniers de prêter aux États à des taux de 4, 5 ou 6%. Notons au passage que personne ne trouve scandaleux que la BCE fasse marcher la planche à billet. En revanche le monde médiaticopolitique ne trouve jamais de mot assez dur pour dénoncer l’idée que l’on pourrait faire la même chose avec la banque de France dans le cadre d’un retour à notre monnaie nationale.

Voilà donc la grande arnaque de l’Europe que nous ont construis en 30 ans le PS, l’UMP, les verts et le Modem.

En ce qui concerne la Grèce, nous l’avons souvent dit, l’acharnement contre la peuple Grec soutenu dés le début par le PS ( souvenons-nous que c’est Strauss-Khan alors président du FMI qui a donné le top départ du grand délire) et par l’UMP ressemble à une tragédie. Et les prochaines décisions qui risquent d’être prises ne vont rien arranger. Comme le souligne nicolas Doze dans sa chronique sur BFM/TV, les créanciers grecs vont devoir accepter de « bien vouloir abandonner 73 % de la dette que leur doit la Grèce ». Si les créanciers refusent, la Grèce fera défaut, et sera contrainte de faire appel aux CDS ( primes d’assurances) privées. Ce serait une première en Europe.

Ce qui pousse le chroniqueur vers une conclusion qu’il n’aurait même pas imaginé prononcer il y a un an:

« Le MES, mécanisme européen de stabilité, c’est le point de départ des États-Unis d’Europe et des euro-bonds, allons jusqu’au bout du processus, disons si on veut garder l’euro ou l’abandonner ? »