Archives par mot-clé : exclusion

Nommé Premier ministre, Edouard Philippe ne sera « pas exclu » des Républicains

(…) Une « décision individuelle » et « en aucun cas [le fruit] d’une coalition gouvernementale », a aussitôt réagi Bernard Accoyer. Tout en assurant qu’Edouard Philippe ne serait pas exclu de sa formation, le secrétaire général de LR a demandé la levée de toute « ambiguïté » sur la question des législatives de juin. « Ce premier ministre soutiendra-t-il les candidats d’En Marche! du président qui l’a nommé, ou bien les candidats LR-UDI, sa famille politique ? », a-t-il interrogé.

(…) L’Express

« Le fait d’être un délégué syndical offensif et d’être un cadre du FN m’a valu pas mal de déboires » (Morel/RMC)

Dominique Morel, candidat aux législatives en Auvergne pour le FN , a été lourdement sanctionné par son syndicat et l’entreprise de transport routier pour laquelle il travaille.

La SNCR, le syndicat auquel il était affilié, l’a purement évincé et son entreprise l’a mis à pied à titre conservatoire. Résultat : Dominique Morel s’est retrouvé pendant deux longs mois sans salaire

IL témoigne chez Jean-Jacques Bourdin.

« Le jour où j’ai commencé ma campagne pour les législatives, je me suis retrouvé en mise à pied à titre conservatoire, deux mois à la maison sans aucun revenu. […] Je me suis retrouvé deux mois sans salaire. Si j’avais pas eu Marine Le Pen et Eric Fourreau, je n’avais pas de quoi à manger, j’aurais pas pu m’en sortir. » – Dominique Morel

Dominique Morel, militant FN, exclu de la fédération nationale des chauffeurs routiers (vidéo)

Addendum 7 Janvier : le Front National s’estime victime d’injustice et de discrimination de la part de la plupart des organisations syndicales.

Pour le secrétaire général du FN Steeve Briois, « cette exclusion est scandaleuse et injuste. Alors qu’on n’a jamais vu des militants d’extrême-gauche être exclus d’un syndicat pour double appartenance, dès que quiconque affiche son affiliation au Front national, la sanction est immédiate. »

Erik Faurot, le secrétaire départemental FN du Puy-de-Dôme réagit également avec virulence : « Ces méthodes sont-elles celles d’une grande démocratie européenne en 2013 ou celles d’une république satellitaire de l’URSS du siècle dernier ? »

(…) France 3 – Auvergne

– – – – – – – – – – – – – – —

La république des copains et des coquins tourne à plein régime. François Chérèque, syndicaliste complice de la gauche kleptomane, devrait prendre la présidence de Terra Nova, fondation proche du PS. Il vient également d’être nommé inspecteur général des affaires sociales sur proposition des ministres Marisol Touraine (Affaires sociales) et Michel Sapin (Travail) comme l’indique le compte-rendu du Conseil des ministres du 3 janvier (élysee.fr)
On ne compte plus les syndicalistes qui vont à la gamelle que leur tend la gauche.
Le monopole de la gauche au sein du syndicalisme pose un problème à notre démocratie. Surtout quand on sait qu’une véritable chasse aux sorcières a été lancée au sein des syndicats pour éliminer ceux qui ne pensent pas bien. Comme vient de s’en rendre compte, Dominique Morel, délégué syndical au sein de la fédération nationale des chauffeurs routiers, et membre du FN.

Et si on virait de la CGT, de FO, de la CFDT, de la FSU etc… les militants du PS, du PC, du Front de gauche, des Verts, du NPA, de LO ?
Il ne resterait plus personnes dans les centrales syndicales… et moins de monde dans les manifs !