Archives par mot-clé : explosion du taux de chomage

Croissance, chômage, impôts, pouvoir d’achat: les sombres perspectives de l’Insee pour 2013

La politique du présidents des Bisous est un échec total. Mimolette casse toi !
Le PIB tricolore va reculer de 0,1% cette année, le taux de chômage grimper à 11,1%, les salaires vont encore ralentir et le pouvoir d’achat va stagner, selon la note de conjoncture publiée par l’Insee jeudi soir. Et on peut penser que les chiffres de l’INSEE sont en dessous de la réalité. Notons que l’institut n’a même pas pris en compte les conséquences économiques (tourisme, agriculture, viticulture…) et les dégâts causés par une météo apocalyptique… On peut donc s’attendre à ce que la France finisse l’année à -0,2% de croissance… et l’année 2014 sera bien pire... mais Chuuut tout va bien…. les Sozialissstes sont aux manettes, alors pas d’inquiétude !!!

Orage paris

Avec les décrocheurs, il y a 9 millions de chômeurs en France. ( vidéo)

La tartufferie n’a pas de limite. Selon le gouvernement, avec 3 192 900 chômeurs comptabilisés le mois de janvier 2013 aurait marqué une stagnation du chômage en France. Or nous ne cesserons de le répéter, ces résultats sont bidonnés, ils ne tiennent pas compte des DOM-TOM, ni de toutes les personnes qui ne s’inscrivent plus à pôle emploi, de ceux qui sont radiés, ni même des travailleurs-pauvres dont les contrats sont parfois inférieurs à 10 heures par semaine.

Si on comptabilise toutes ces personnes, on peut considérer qu’il y a 9 millions de chômeurs et non pas 4 millions comme les média, à l’unisson du gouvernement, ont pris l’habitude de le dire. Et ce ne sont pas les quelques emplois de chaudronniers, tourneurs fraiseurs ou de bouchers qui permettrons de sortir toute cette population du chômage endémique et structurel que connait la France. En un an le nombre de chômeur est en augmentation de 10%… et ce n’est qu’un début. Nous sommes sur la route des châteaux en Espagne.

à partir de 2mn30

Avec le bénéficiaires du RSA et les temps partiels subis, 9 millions de personnes sont aujourd’hui au chômage ou en sous-emplois, selon les syndicats pôle-emploi n’a pas les capacité pour gérer une telle population.

Voir aussi :
Les vrais chiffres du chômage : 9 millions de demandeurs d’emplois en France (vidéo)

Chômage : Chiffres officiels et réalité (vidéo)

Transport routier : le secteur a déjà perdu 20.000 emplois en 2012.

Précision : Il faut ajouter à l’écotaxe qui sera appliquée en 2013, la mise en œuvre des règles de libéralisation du cabotage routier, imposée par l’Union Européenne. C’est une concurrence déloyale dont vont souffrir les employés du secteur. En effet, le droit français comptabilise comme temps de travail « tout le temps passé au service de l’employeur », alors que la législation européenne exclut les temps d’attente qui sont légion dans ce métier.
Du coup, un conducteur français pourrait coûter bien plus cher par mois qu’un conducteur d’un autre pays européen.

– – – – – – – – – – – – – – – –

L’année 2013 s’annonce bien sombre dans le transport routier. Après trois années de redressement, le secteur est à nouveau rattrapé par la crise. Et l’hécatombe a commencé dès 2012 :
le nombre de faillites de transporteurs routiers a augmenté de 10%, selon Jean-Paul Deleville, délégué général de la fédération nationale des transports routiers, interrogé au micro d’Europe 1.

Une hémorragie d’emplois. Du côté des salariés, ces faillites ont entraîné une vraie saignée : 20.000 postes ont été supprimés au cours de l’année écoulée.

« C’est beaucoup plus que des plans sociaux annoncés, et ils sont tout aussi cruels, même s’ils sont disséminés », fait remarquer Jean-Paul Deleville.

Pourquoi le secteur est à la peine. Plusieurs facteurs sont à l’origine des difficultés du secteur : l’économie française à la peine, tout d’abord, qui a entraîné un recul des commandes de livraison sur deux années consécutives, du jamais-vu depuis vingt ans. Le prix des carburants a, de plus, explosé : + 20 % en deux ans. Les transporteurs routiers français souffrent également de la concurrence de plus en plus vive des chauffeurs roumains ou polonais, payés jusqu’à cinq fois moins chers.

A cela s’ajoute une nouvelle difficulté pour le secteur cette année : l’écotaxe, dont le dispositif complexe a été simplifié par le gouvernement, mais qui devrait dissuader le transport par la route au profit de moyens moins polluants. « On ne voit pas aujourd’hui comment 2013 ne sera pas pire encore que 2012 », conclut Jean-Paul Deleville.

Europe 1

Chômage : Chiffres officiels et réalité (vidéo)

Avec 29.300 demandeurs d’emploi supplémentaires en novembre, le chômage continue sa progression. Mais le chômage est infiniment plus grave que ce qu’expriment les chiffres officiels, qui ne prennent pas en compte de nombreuses situations.

Les chiffres du gouvernement occultent les catégories D et E, les DOM TOM, les radiés mensuels et les centaines de milliers de demandeurs d’emploi qui ne dépendent pas de pôle emploi pour diverses raisons.

Dans ce reportage de France 2, qui dévoile du bout des lèvres l’escroquerie des chiffres officiels, on apprend qu’il y a 830 000 personnes qui ont arrêté de pointer; 1.300.000 de bénéficiaires du RSA non-inscrits, 1.500.000 victimes du temps partiels.
C’est au total 3.630.000 de personnes oubliées. La France compte donc plus de 6 millions de chômeurs.

Ceux qui pensent que la France est dans une meilleure situation que l’Espagne, l’Italie ou le Portugal, peuvent commencer à se faire un peu de soucis. Mais c’est vrai que selon Normal Ier, la crise est derrière nous..

Le chômage des jeunes actifs atteint un niveau record

La politique de l’UMP et du PS donne de très bons résultats….

Le taux de chômage des actifs de 15-24 ans atteint désormais 24,2% en métropole, du jamais vu, après une nouvelle hausse de 1,4 point sur trois mois. Quant au taux général, il se rapproche de la barre des 10%.

(…) Les jeunes payent le plus lourd tribut de la dégradation du marché de l’emploi entre juillet et septembre. Le taux de chômage des jeunes actifs a bondi de 1,4 point sur trois mois, portant à 2,8 points la progression sur 12 mois.

Soit un taux de chômage de 24,2% des jeunes actifs en France métropolitaine et de 24,9% en France entière. Des niveaux records, jamais atteints dans l’histoire du chômage. Leur taux d’emploi a quant à lui plongé de 0,7 point sur trois mois, pour atteindre un plus bas historique à 28,4% de la classe d’âge (et même 25,6% en équivalent temps plein).

Cette dégradation ne devrait pas s’inverser avant le deuxième trimestre 2013 (…)

Le Figaro.fr