Archives par mot-clé : extreme gauche

Pascal Bruckner : «Aujourd’hui, l’antisémitisme vient d’une partie de l’extrême gauche et des musulmans»

Pascal Bruckner (romancier, essayiste) : «Aujourd’hui, l’antisémitisme d’extrême droite est très minoritaire, il vient d’une partie de l’extrême gauche qui déteste les juifs par anticapitalisme et d’une bonne partie aussi du monde arabo-musulman, puisqu’on a vu que les 10 citoyens français de confession juive qui ont été tués, d’Ilan Halimi à Sarah Halimi, l’ont été par des extrémistes musulmans.»

« Pas pour les fachos ! » : L’extrême-gauche s’oppose à la venue de Finkielkraut à Sciences-Po

L’invitation d’Alain Finkielkraut, par l’Institut d’études politiques, à se prêter à son «Grand Oral», a suscité un tollé parmi les organisations étudiantes d’extrême gauche et antifascistes. Le philosophe est toutefois parvenu à prendre la parole.

58b72121c461880d208b4768

 

Entre les étudiants «antifa» et Alain Finkielkraut, les relations ne s’améliorent pas. Déjà expulsé de la place de la République par les «Nuit Debout» en avril 2016, l’intellectuel s’est encore heurté à des groupuscules.

Plusieurs collectifs ont appelé à empêcher Alain Finkielkraut de Continuer la lecture de « Pas pour les fachos ! » : L’extrême-gauche s’oppose à la venue de Finkielkraut à Sciences-Po

Cambadélis et Mélenchon défendent l’euro et insultent les pauvres qui votent mal


Débat Mediapart avec J.-L. Mélenchon – Partie 3 par lepartidegauche

Cela paraît le sauf-qui-peut, à gauche. Sentant le désastre du 25 mai arriver à toute allure, tout est fait pour limiter les dégâts. Ainsi, Edwy Plenel et l’équipe de Médiapart avaient-ils invité Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuelle Cosse (les Verts) à débattre, près de trois heures durant, de la question européenne. La première partie parlait de la répartition des richesses, la deuxième de rompre et refonder l’Europe. Tout cela en près de deux heures. Je vous avoue que c’est au-dessus de mes forces.

Par contre, j’ai regardé la troisième partie, qui ne dure que 38 minutes. Deux choses m’ont marqué. Je ne parlerai pas beaucoup d’Emmanuelle Cosse, qui annonce clairement la couleur : défendre une Europe fédérale qui en finisse avec l’Etat-Nation. Cela a le mérite d’être clair, et de confirmer que les prétendus écologistes sont les larbins du mondialisme. Sans oser dire qu’ils sont prêts à aller jusque là, les deux autres nous font le coup d’une autre Europe, qu’il faut construire.

RI7cambadélisCambadélis et Mélenchon viennent de l’extrême gauche trotskiste, et essaient par ailleurs de justifier leur engagement actuel. Le premier nous fait le numéro du pragmatisme, pour mieux nous enfumer, tandis que le second essaie de nous expliquer qu’il est un aiguillon indispensable à la société française.

En outre, ces deux anciens militants de l’OCI nous font le coup de rendre hommage à leurs militants, présentés comme des personnages exemplaires qui consacrent leur vie à la cause. Se moquent-ils du monde ? On n’est plus au 19e siècle ou au 20e siècle, quand militer politiquement à gauche exposait à perdre son emploi, voire parfois à subir des violences physiques de la police. Etre militant de gauche, aujourd’hui, que cela soit au Parti socialiste, chez les Verts ou à Parti de gauche, ne comporte aucun risque, bien au contraire. Cela permet très souvent de trouver un emploi dans une collectivité territoriale, d’être prioritaire pour un appartement, d’être salarié dans une association satellitaire de la gauche, et de trouver du boulot au fiston ou à la belle-mère. Aucun interdit professionnel, aucun risque d’agression, c’est gagnant-gagnant.

Les seuls militants qui prennent des risques, physiquement, professionnellement, et au niveau relationnel, sont ceux qui évoluent dans la mouvance de Marine Le Pen, chez les Identitaires, ou autres groupuscule diabolisé. Eux exposent leur sécurité, celle de leur famille, et risquent souvent leur travail, voire davantage quand on s’appelle Estéban ou Samuel.

Mais c’est dans la façon d’évoquer les militants du Front national, et leur parti, que Cambadélis et Mélenchon montrent ce qu’ils sont vraiment : des policiers du système, des Continuer la lecture de Cambadélis et Mélenchon défendent l’euro et insultent les pauvres qui votent mal

Quand les Verts et l’extrême gauche censurent l’intervention de Florian Philippot (FN) à Science-Po

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Invité ce soir par l’association Europeans Now à participer à un débat sur l’Europe à Sciences-Po Paris, en présence des représentants des autres partis politiques, Florian Philippot déplore l’annulation de cet événement qui révèle l’état lamentable de la démocratie dans notre pays.

Berlin, Marx-Engels-Platz, Demonstration

Florian Philippot condamne les pressions scandaleuses exercées sur les organisateurs par certains syndicats de gauche non-représentatifs des étudiants de Sciences-Po, associés à l’extême-gauche la plus radicale et ultraviolente, en vue d’empêcher la tenue d’un débat démocratique.

 

Florian Philippot condamne avec encore plus de vigueur l’attitude indigne de la représentante d’EELV, Mme Danielle Auroi, qui, bien qu’informée de notre invitation depuis plusieurs jours a fait chanter les organisateurs en conditionnant sa présence ce soir à l’exclusion arbitraire du Front National. Nous exigeons de Mme Auroi des excuses immédiates, tant pour le manque de respect à l’endroit de nos millions d’électeurs, que vis-à-vis des organisateurs dont le travail est aujourd’hui réduit à néant.

Nous l’exprimons avec gravité : pour qui se prend cette illustre inconnue pour se croire autorisée à décider de qui peut s’exprimer et qui doit se taire dans notre République ? Depuis quand l’exercice du débat démocratique doit souffrir les conditions particulières d’un parti qui représente moins de 2% des Français ? Si les faux écologistes d’EELV refusent la pluralité des opinions, cela les regarde, mais ils n’ont aucunement le droit d’empêcher les autres partis politiques de débattre dans un cadre démocratique serein.

Florian Philippot tient à saluer la réaction honorable des représentants d’Europeans Now pour n’avoir point cédé au petit chantage de Mme Auroi, et les assure de sa disponibilité à participer dans l’avenir à un prochain débat.

Abdelhakim Dekhar : « Que n’aurait-on pas dit si c’était un homme d’extrême droite ! » (Vidéo)

Que n’aurait-on pas dit si c’était un homme d’extrême droite !

Yves Thréard : Alors là, on en aurait eu des tonnes ! des kilos !… et François Hollande aurait appelé à une grande manifestation place de la Nation !

Déception à l’Elysée. Que faire du tireur de Paris ? Abdelhakim Dekhar

Libération/fusillade : le suspect « de type européen » s’appelle Abdelhakim Dekhar, proche de l’extrême-gauche (vidéo)

Dekhar «n’était pas un mythomane», raconte son ancienne avocate

Emmanuelle HAUSER-PHELIZON – Mon nom avait été communiqué à sa sœur par une de mes amies, car il avait refusé tous les avocats commis d’office. Ce n’était pas un homme isolé, il avait une petite amie très bien qui est tombée de sa chaise comme moi aujourd’hui quand elle a appris qu’il était impliqué dans cette affaire de fusillade. Elle affirmait que c’était un compagnon charmant. Sa famille qui n’a été vraiment présente que dans les premiers temps de l’affaire était convaincue de son innocence. C’était une famille d’immigrés deuxième génération bien intégrée. De mémoire, il y avait une sœur et deux frères. Tous travaillaient. Nous étions loin du profil des jeunes délinquants qui dérapent ou qui pouvaient se faire happer par les mouvances islamistes. Lui était un homme intelligent, très méticuleux voire casse-pieds, très solitaire, très calme, et s’exprimant parfaitement bien. On pouvait discuter avec lui. Il ne parlait que de l’affaire, rarement de lui, si ce n’est ces propos troubles sur son appartenance à des services secrets qu’ils soient français ou algériens. Il avait ce côté fermé et austère des militaires et cette grande part d’ombre. Il affirmait ne pas pouvoir tout me dire mais en même temps toute son attitude prouvait qu’il me faisait confiance.

Le Figaro

– – – – – – – –

A 0’53 : « Attendons le mea culpa des sérial-experts qui nous expliquaient tout de suite ce qu’il fallait penser, les artistes de la récup, je pense à Caroline Fourest qui dit par exemple que c’est l’extrême-droite qui est derrière ce climat là, on aimerait les entendre ce matin, ils auraient mieux fait de se taire »

(…)Maupin était plus ou moins proche de la SCALP – la Section carrément anti-Le Pen, un groupuscule de lutte contre le racisme. Tandis que dans la chambre de Florence Rey, seront retrouvés des textes de l’Organisation de propagande révolutionnaire, un groupuscule inconnu. La police n’hésitera pas à les qualifier « d’émules d’Action directe« , ce groupuscule des années 1980 issu de l’extrême gauche, qui s’est ensuite radicalisé.

lire la suite de l’article – Le Monde

 

Si c’est Abdelhakim Dekhar, qui fut impliqué dans l’affaire Rey-Maupin, cela prouve une fois encore que c’est l’extrême gauche et les islamistes qui représentent le plus grand danger en France. Ce sont ces deux « mouvances idéologiques » qui ont commis le plus d’attentats dans notre pays.
Si Dékhar est le tireur fou,  cela prouve une fois encore que les journalistes, les hommes politiques et autres bien-pensants qui, à mot couvert, accusaient l’extrême droite pour salir par effet de ricochet les patriotes, (et plus particulièrement le FN), ce sont comportés comme des inquisiteurs et des propagandistes.
Ils sont donc tous décrédibilisés. Et aujourd’hui ils doivent être déçu que le coupable n’ait pas un nom à consonance française de souche et qu’il ne soit pas un électeur du Front national… mais plus vraisemblablement de Mélenchon ou du NPA

438028BZjFyWMCEAAUtWa

Les analyses ADN confirment qu’Abdelhakim Dekhar est bien le tireur présumé de Libération, d’après le parquet.  (20 minutes)

Tireur fou : quand Karim Zéribi, Demorand, Trigano… accusaient à demi-mots (vidéo)

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Quand Fourest évoquait Anders Breivik pour parler du tireur fou

(…)Ces petits cercles rances ont considérablement étendu le café du commerce, faciliter le développement de la rumeur et même donné une tournure franchement alcoolisée au moindre débat grâce au commentaire anonyme.

Dans ce bistrot devenu global, on parle fort, on parle souvent des musulmans, des Arabes, des Juifs, des noirs, des singes et des journalistes…

Brest : La permanence du FN vandalisée par l’extrême gauche sous les yeux de la police

Samedi, la permanence du Front National de Brest a été attaquée par une soixantaine de militants identifiés comme appartenant à l’extrême gauche. L’ouverture, début septembre, rue Anatole-France, dans le centre de la ville, de ce local n’avait pas manqué de provoquer une montée d’adrénaline parmi l’extrême gauche locale.

brest_antifa_front_national

 

Depuis deux mois, de nombreux tags ornaient la façade du local, mais les choses se sont accélérées samedi dernier, puisque la porte a été fracturée et un bloc de béton projeté à travers les vitres. Le tout en marge d’une manifestation organisée par un « collectif antifasciste » qui appelait à manifester pour « montrer au Front National qu’il n’est pas le bienvenu à Brest La Rouge » (sic).

Visages masqués par des cagoules, les « antifas » de « Brest la Rouge », armés pour certains de chaînes et de bâtons, ont pu agir en toute impunité. Les policiers présents sur place les ont en effet laissé se positionner devant l’entrée du local pour en interdire l’accès aux sympathisants et adhérents frontistes. Une conseillère municipale Europe-Ecologie les Verts, Julie Le Goïc, s’est vantée sur Twitter d’avoir participé à cette « descente ». Aucune interpellation n’a bien entendu été effectuée.

Le secrétaire départemental du Finistère du FN, Éric Dechamps, a annoncé le dépôt d’une plainte, la quatrième en un mois. […]

breizh-info 

Selon un témoin, « les skinheads ne cherchaient pas la bagarre »

– Esteban et sa compagne, militants de la cause animale, étaient « ciblés » depuis six mois par les Vegan Antifa de Clément Méric.

– Manif en hommage à Clément également à Toulouse… Huff. Post

-

Addendum :

Esteban M., principal suspect dans l’enquête sur la mort de Clément Méric, a été mis en examen ce soir pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner.

Le juge d’instruction n’a pas retenu l’homicide volontaire, qualification choisie par le parquet dans l’ouverture de l’information judiciaire, et donc estimé, au vu des premiers éléments de l’enquête, que le suspect n’a pas eu l’intention de tuer le jeune militant d’extrême gauche.

Le Figaro

Addendum :


Clément Méric: un témoin décrit le début de l… par BFMTV

Dans cette vidéo vous apprécierez le pacifisme de cette extrême gauche si sympathique aux yeux de Valls et de la gauche affabulatrice.

« Un flic, une balle, justice sociale ! » Continuer la lecture de Selon un témoin, « les skinheads ne cherchaient pas la bagarre »

«Mort en pleine représentation d’un intermittent du spectacle antifasciste»

Mort+d'un+antifaAu théâtre hier soir, un jeune homme est tombé, puis au moment où les acteurs revinrent sur scène pour saluer le public, il n’a pu se relever. Au théâtre hier soir, un figurant est mort pour que les habituels premiers rôles puissent aujourd’hui venir jouir de toute la lumière, onctueusement fardés. Telle est la loi du spectacle, « The show must go on »… Mais cette fois, ce n’est pas tant qu’il doive impérativement continuer, il va surtout pouvoir reprendre enfin ! Et il s’annonce grandiose.
Ils pensaient le tenir dès l’an dernier, au moment de la tuerie de Toulouse, mais la joie fut de courte durée : le meurtrier se révélait islamiste. « Putain, je suis dégoûté que ce soit pas un nazi » tweetait du fond du cœur un journaliste du Nouvel Observateur. Cette fois, il n’y aura pas d’erreur, ils le tiennent leur nazi, la bête au ventre toujours fécond, le retour aux heures les plus sombres et sa victime expiatoire. Ils vont se déchaîner, tout le monde en veut sa part. En tête de file, Le Nouvel Obs qui en moins de 24 heures s’est déjà fendu de plusieurs dizaines d’articles sur le sujet. Libé, l’Express, Le Point… Les politiques ne sont pas en reste : un tel fond en larmes et en direct sur les plateaux TV, un autre promet « de tailler en pièce de façon démocratique les mouvements néo-nazis ». Bernard Debré démontrera son égal état de mort cérébrale en incriminant les jeux vidéos hyper-violents. Pendant que les députés observent un temps de recueillement et d’indignation à l’Assemblée Nationale, les chaînes d’infos se finissent à la main et éjaculent en jets continus. Obligés depuis plusieurs mois de supporter les manifs pour tous, les veilleurs, le désintérêt de moins en moins poli pour les gesticulations antiracistes, ils vont pouvoir reprendre la main et fermer quelques gueules au passage. En langage de Continuer la lecture de «Mort en pleine représentation d’un intermittent du spectacle antifasciste»

Agression d’un militant d’extrême gauche : Réaction de Marine Le Pen.(vidéo)

Florian Philippot invité de LCI Matin le 6 juin 2013

Selon une source policière, il était connu des services spécialisés comme appartenant à un groupe de militants d’extrême gauche qui recherchaient la confrontation avec des militants d’extrême droite, notamment la vingtaine de skins constituant le noyau dur des JNR (Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupuscule radical), avec qui ils « jouaient à cache-cache et se cherchent depuis quelque temps ». – TF1 News

 

addendum :

Après un échange d’insultes et de menaces, trois skins accompagnés d’une fille seraient allés alerter un agent de sécurité lui confiant que des jeunes se présentant comme « antifas » (antifascistes, ndlr) les attendaient pour régler leur compte. L’agent de sécurité serait alors sorti pour parlementer. Puis serait remonté dans le magasin avant de dire aux jeunes au crâne rasé que la voie était libre.

Le Point

Apathie n’est pas un journaliste… c’est un commissaire politique comme il en existait dans les jolies pays communistes cher à Mélenchon et ses ouailles. Selon les dernières informations, aucun agresseur du militant d’extrême gauche, ne portait de vêtement marqué FN. RTL va donc prendre un jolie procès pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles.


Marine Le Pen : « J’ai déjà vu ce type d’amalgame » par rtl-fr Continuer la lecture de Agression d’un militant d’extrême gauche : Réaction de Marine Le Pen.(vidéo)

Totalitarisme de gauche/ France inter : Nouvelle Pravda de la gauche médiatique ou police de la pensée ?

Article de Gilles William Goldnadel

L’antisionisme d’une certaine gauche semble par contre leur poser moins de problèmes…

 

À nouveau, cette semaine, la thématique qui l’aura emporté médiatiquement, ce n’est pas la crise économique, ce n’est pas le compromis sur la croissance, ce n’est certainement pas la situation en Syrie, mais « la guerre des chefs » à droite, et davantage encore, la polémique sur la « droitisation » qui aurait fait perdre Nicolas Sarkozy.

Par un paradoxe, qui ne devrait pas tromper grand monde, ce sont les journaux les plus à gauche qui semblent se soucier le plus de l’avenir de la droite.

Lundi, Jean-François Copé, interrogé sur France Inter, faisait presque figure d’accusé pour justifier le «ni FN, ni gauche» décidé par l’UMP mais aujourd’hui contesté par François Fillon.

Lorsque l’actuel patron de l’ancien parti présidentiel a tenté de contester la moralité de l’alliance entre le PS et le Front de Gauche, il se sera attiré l’ironie mordante de Patrick Cohen et Thomas Legrand, et même «l’énervement» du premier, lorsque Copé osa reprocher à Mélenchon ses sympathies pour Théodorakis, l’antisémite revendiqué.

Comment ! S’indigna Cohen, l’extrême gauche est antiraciste, pas le FN. Quant à Mélenchon, il n’a jamais rencontré Théodorakis, et je suis énervé par cet argument. Donnez-nous des faits, exigea Thomas Legrand. Lorsque, en outre, Jean-François Copé crut devoir reprocher à l’extrême gauche son antisionisme, il y eut comme un grand et plat silence.

Le problème avec Cohen et Legrand, c’est qu’ils se croient intelligents. Le pire, c’est qu’ils le sont.

Rien à voir avec un Mermet ou un Paoli. Nous avons affaire au fleuron de la gauche médiatique française. J’ai même la faiblesse de croire en leur honnêteté intellectuelle. Je leur reproche seulement d’officier pour le service public et de faire autant transparaître leurs dilections.

Il n’est donc peut-être pas totalement vain de leur servir les faits qu’ils réclament, et, pourquoi pas, quelques thèmes de réflexion complémentaires.

Oui, Jean-François Copé a raison moralement et factuellement.

Il n’y a pas d’alliance entre droite et droite extrême, alors que la gauche socialiste assume d’autant mieux celle qui la lie à son extrémité, que nul ne se commet à la lui reprocher. Pourtant c’est celle qui n’existe pas qui est obsessionnellement mise en cause. Continuer la lecture de Totalitarisme de gauche/ France inter : Nouvelle Pravda de la gauche médiatique ou police de la pensée ?