Archives par mot-clé : FMI

Le FMI parie sur une croissance américaine plus forte sous Trump

Il faut se souvenir de la campagne d’intimidation que le FMI a organisé contre Trump pour se rendre compte que toute cette racaille est néfaste.

Le FMI a adressé lundi un message d’encouragement à la future administration Trump en faisant le pari que son plan de relance budgétaire allait doper l’économie américaine, tout en mettant en garde contre toute tentation « protectionniste ».
A cinq jours de l’entrée en fonctions de Donald Trump, la première économie mondiale voit ainsi ses prévisions de croissance relevées de 0,1 point cette année (+2,3%) et, surtout, de 0,4 point en 2018 (+2,5%) par rapport aux projections publiées il y a trois mois, selon un rapport du Fonds monétaire international sur la conjoncture mondiale.
Ce regain d’optimisme tient principalement à « la relance budgétaire » annoncée par le président élu Donald Trump qui s’est engagé à investir massivement dans les infrastructures, note l’institution, tout en soulignant l' »incertitude » entourant encore son programme économique. Continuer la lecture de Le FMI parie sur une croissance américaine plus forte sous Trump

L’euro est trop fort de 6% pour la France et trop faible de 15% pour l’Allemagne, selon le FMI

Avec quelques années de retard le FMI a lu le programme et les analyses du FN, mais évidemment n’en tire pas les conclusions qui s’imposent: en finir avec l’euro.
Car en effet, quoique puisse faire la banque centrale, la situation de la monnaie unique sera désastreuse soit pour la France soit pour l’Allemagne.


Le Fonds monétaire internationale vient de calculer quelle devrait être la valeur de la devise européenne si elle correspondait aux caractéristiques économiques de chacun des pays de la zone euro. Elle est nettement surévaluée pour la France et sous-évaluée pour l’Allemagne.

(…)

Pour la France le taux de change actuel de l’euro est d’environ 6% supérieur à ce qu’il devrait être pour convenir aux spécificités économiques de l’Hexagone, et notamment à sa compétitivité quelque peu «fluette» comme la constitution corporelle de Stan Laurel. Et c’est exactement l’inverse du point de vue de l’Allemagne pour qui l’euro est sous-évalué d’environ 15%. Autrement dit si les deux premières économiques de l’Union monétaire européenne recouvraient leur indépendance, le franc «posteuro» devrait être déprécié de l’ordre de 20% par rapport au mark «posteuro».

Source

Olivier Delamarche & Pierre Sabatier : On se demande à quoi servent les analystes. À commenter mais pas à analyser.

Le Lundi 7 juillet 2014, la fragilité de la croissance économique mondiale et les différents objectifs d’inflation maintenus par la BCE ont été les sujets abordés par Olivier Delamarche, associé et gérant de Platinium Gestion et Pierre Sabatier, président de Prime View.

Le fardeau des 800 milliards de créances douteuses de la zone euro inquiète le FMI

Voilà la faillite annoncée… merci les gens sérieux de l’UMPS et leurs journalopes des média complices et menteurs.

——–

Le Fonds monétaire international (FMI) estime à 800 milliards de dollars les créances douteuses détenues par les banques de la zone euro. Un montant qui a doublé depuis 2009 et continue à croître, rappelle l’institution.

Un « fardeau ». C’est ainsi que le FMI qualifie, sans détour, les plus de 800 milliards de dollars de créances douteuses qu’ont accumulées les banques des pays en difficulté de la zone euro, dans son dernier rapport sur la stabilité financière mondiale publié mercredi. Des créances qui ne cessent de croître, s’inquiète l’institution, alors même que le secteur financier européen s’apprête à être soumis à un examen de santé.
Assainir le bilan des banques et entreprises

« Les banques dans les pays en difficulté de la zone euro restent plombées par un stock important et grandissant de créances douteuses, résultant du poids de la dette au sein des entreprises et du ralentissement économique », écrit le Fonds.

Un stock qui a doublé depuis 2009, affirme l’institution, qui se penche plus particulièrement sur les pays européens en difficulté financière (Chypre, Grèce, Irlande, Italie, Espagne, Portugal et Slovénie).

Tout en saluant « l’amélioration » de l’image de ces pays auprès des marchés, elle assure Continuer la lecture de Le fardeau des 800 milliards de créances douteuses de la zone euro inquiète le FMI

Espagne : Le chômage massif fait chuter les salaires

Face à un chômage touchant 6 millions de personnes, soit un actif sur quatre en Espagne, ceux qui travaillent ne sont pas épargnés et doivent accepter des salaires toujours plus bas, un processus synonyme de gain de compétitivité mais douloureux socialement.

Avec 26% de travailleurs sans emploi, cette masse de personnes sans travail fait fonction d’armée de réserve, faisant pression à la baisse sur les salaires“, explique Fernando Luengo, professeur d’économie à l’université Complutense de Madrid et membre du collectif de réflexion EconoNuestra.

Le Fonds monétaire international, ravi, appelle à aller plus loin, suggérant qu’une baisse de 10% des salaires en deux ans ferait grimper le PIB de 5%.

La récente grève du personnel de nettoyage de Madrid, qui a transformé la capitale en poubelle géante, en est le parfait exemple: les employés s’opposaient au plan social supprimant 1.100 postes sur 7.000 et baissant les salaires de jusqu’à 40%. Ils ont obtenu qu’aucun licenciement ne soit prononcé, mais gagneront moins, avec 45 jours chômés par an.
Chez le fabricant catalan de donuts Panrico, les 1.914 salariés ont signé un préaccord sur le départ de jusqu’à 745 personnes et une diminution salariale de 18%.

Le chantage à l’emploi

Avec cette “épée de Damoclès, les entreprises peuvent menacer facilement: ou tu acceptes ces conditions moins bonnes ou tu es viré“, d’autant que licencier coûte moins cher grâce à une récente réforme du travail.

Résultat: “il y a quelques années, en Espagne, on parlait des mileuristas“, ces salariés peinant à s’en sortir avec 1.000 euros par mois, “mais maintenant avoir 1.000 euros de salaire, pour beaucoup de gens, c’est presque un luxe. 60% des travailleurs espagnols n’arrivent pas à 1.000 euros par mois“, renchérit Paloma Lopez, secrétaire à l’emploi du syndicat CCOO, et “les difficultés sont importantes car il faut continuer à rembourser le prêt immobilier” malgré tout.

Près de 22% de la population au dessous du seuil de pauvreté Continuer la lecture de Espagne : Le chômage massif fait chuter les salaires

Le FMI propose une «supertaxe» sur le capital (Maj video BFM)

Addendum :

Marc Fiorentino

Nicolas Doze:

Quand vous êtes dans mouise, il faut trouver une solution; soit vous faites défaut soit vous sopliez… où est-ce-que vous voulez prendre de l’argent à part dans les poches de ceux qui en ont.

Avant même la chute de Chypre nous vous avions dit qu’ils viendraient taper dans notre épargne. Chypre fut un test. Ils ont constaté que la révolte avait été contenue, alors ils se disent « pourquoi pas ? »…. Planquez vite votre épargne…. ces kleptomanes totalement incompétents et complices des banquiers les plus véreux vont tout vous prendre

– – – – – – –

Lu sur le Figaro

Les taux d’endettement public ont atteint de tels niveaux qu’il faudra trouver des solutions iconoclastes, indique le FMI dans son rapport sur les finances publiques. Le Fonds évoque un prélèvement «une fois pour toute» sur l’épargne privée, qui présente des risques considérables.

Christine LagardeLa proposition est assortie d’un solide point d’interrogation: «un prélèvement une fois pour toute sur le capital?», pour réduire la dette publique s’entend. Il s’agit d’une simple hypothèse, dans un rapport du FMI sur les finances publiques, qui, une nouvelle fois, pose le problème de la soutenabilité des dettes des États «avancés», l’Europe, les États-Unis, le Japon. Le FMI rappelle qu’elles représenteront 110% du PIB en moyenne dans ces pays, soit une augmentation de 35 point de PIB par rapport à la situation de 2007. Il faut donc trouver des solutions radicales.

De tels niveaux d’endettement sont sans précédents, si ce n’est au lendemain des grandes guerres. Mais ne vient-on pas de vivre une crise économique aussi destructrice qu’un conflit armé? Alors, à la guerre comme à la guerre: et si l’on proposait une mesure «one off», en anglais, «one shot» comme on dit en «franglais», ou encore «une fois pour toute» en vrai français, avec la promesse qu’on ne recommencera jamais plus?

Solution exceptionnelle

De telles propositions ont en réalité une très longue histoire. Le grand économiste David Ricardo recommanda une telle mesure pour l’Angleterre au lendemain des guerres napoléoniennes du début du XIXe siècle. En France l’idée germa aussi après la défaite française de 1870 contre la Prusse. Et dans l’Allemagne de l’empereur Guillaume II des années 1890, on y pensa pour financer un programme d’équipement public qui aurait redonné au pays la parité navale avec la Grande-Bretagne.

Toutes les nations européennes y songèrent comme un seul homme, au lendemain de la première guerre mondiale. Pourtant ni la Grande-Bretagne, ni la France de Clémenceau ne parvinrent à en imposer la solution. Seule l’Italie, avec une taxe de 3,3% à 54,3% sur les Continuer la lecture de Le FMI propose une «supertaxe» sur le capital (Maj video BFM)

Le FMI doute du plan de sauvetage de la Grèce

Près d’un tiers des membres du Fonds monétaire international (FMI) ont exprimé des doutes sur l’efficacité du plan de sauvetage appliqué à la Grèce lors de la réunion pendant laquelle l’accord a été discuté le 9 mai 2010, critiquant l’absence de restructuration de la dette et la décision « d’un ajustement douloureux pour les Grecs sans rien demander aux créditeurs européens », écrit le Wall Street Journal.

Le quotidien économique, qui s’est procuré une version des minutes confidentielles d’une réunion du conseil d’administration du FMI, révèle que contrairement aux déclarations publiques sur l’absence de doute quant à la façon dont le plan de sauvetage était conduit, de nombreux pays ont exprimé leurs inquiétudes sur les « risques immenses » contenus dans le schéma de renflouement.

Cette fuite intervient à la veille de la réunion annuelle du FMI qui se tiendra à Washington le Continuer la lecture de Le FMI doute du plan de sauvetage de la Grèce

Le FMI et Olli Rehn aux entreprises espagnoles: ‘Réduisez les salaires de 10%!’

Le journal espagnol El Pais rapporte qu’Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires Economiques et Monétaires, a appuyé une recommandation du Fonds Monétaire International (FMI) qui suggère que les entreprises espagnoles réduisent les salaires de leurs employés de 10% pour augmenter leur compétitivité et réduire le taux de chômage.

« Je ne sous-estime pas le défi politique que représente l’émergence d’un large consensus politique et social sur une méthode d’ajustement économiquement optimale. Est-ce que cela ne mériterait pas cependant qu’on l’essaye, au nom de ces millions de jeunes Espagnols qui se trouvent actuellement sans emploi ? », écrit Rehn sur son blog.

Le gouvernement espagnol s’est prononcé contre cette idée, et selon le journal, les syndicats et les partis d’opposition ont exprimé leur indignation.

Certains ont rappelé que le salaire mensuel d’Olli Rehn dépassait le salaire médian annuel espagnol, et que Christine Lagarde, la patronne du FMI, s’était octroyé une augmentation de salaire de 11% lors de son arrivée au FMI.

 

Sur son blog, le groupe Economistas Frente a la Crisis (Economistes contre la crise) a Continuer la lecture de Le FMI et Olli Rehn aux entreprises espagnoles: ‘Réduisez les salaires de 10%!’

La Grèce va avoir besoin de 11 milliards d’euros supplémentaires

Selon le FMI, il manquera beaucoup d’argent à Athènes après la fin du programme d’aide européen. La question de la restructuration de la dette se pose à nouveau.

Il manquera donc 11 milliards d’euros à la Grèce d’ici 2015. C’est le FMI lui-même qui confirme ce que beaucoup soupçonnait déjà dans une étude parue ce mercredi. Et encore, cette évaluation est optimiste, selon l’institution de Washington.

11 milliards d’euros de trou, au mieux

Le rapport du FMI estime à 4,4 milliards d’euros les fonds qui manqueront à Athènes à la fin de l’année 2014, une fois que le plan d’aide du FESF aura officiellement été clos en juillet. Sur l’ensemble de l’année 2015, les finances publiques grecques auront encore besoin de 6,5 milliards d’euros pour satisfaire leurs engagements. Mais ces estimations sont elles-mêmes fondées sur un présupposé qui est loin d’être acquis : la reprise de la consommation et de l’investissement et un large soutien politiques aux « réformes. » Surtout, il faudra qu’Athènes tiennent ses engagements en matière de privatisations.

Risques persistants Continuer la lecture de La Grèce va avoir besoin de 11 milliards d’euros supplémentaires