Archives par mot-clé : François Bayrou

François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le gouvernement

Quand on sait que les média ont tout fait pendant la présidentielle pour étouffer toutes les affaires qui concernent En Marche, Macron et ses alliés, la démission de ces gens est de la poudre aux yeux.


L’affaire des assistants parlementaires du Modem aura fait tomber trois ministres. Après Sylvie Goulard, la ministre des Armées, François Bayrou et Marielle de Sarnez, les ministres de la Justice et des Affaires européennes, ont annoncé ce matin qu’ils quittaient à leur tour le gouvernement. Le président du Modem a prévu de s’expliquer cet après-midi, lors d’une conférence de presse.

Si Marielle de Sarnez devrait prendre la tête du groupe parlementaire de son parti à l’Assemblée nationale, François Bayrou, Continuer la lecture de François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le gouvernement

Assistants parlementaires : un témoignage embarrassant pour le MoDem

Il aura donc fallu attendre l’élection de Macron pour que la presse commence à s’interesser à son entourage…


Un ancien employé du MoDem et ex-assistant parlementaire du député européen Jean-Luc Bennahmias a fait un signalement mercredi à la justice, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à Paris sur les assistants d’une vingtaine d’eurodéputés français. Son témoignage pourrait se révéler déterminant dans cette affaire.

Missions très éloignées des questions européennes, contrat de travail initial modifié par un avenant, signature «en blanc»… Un ancien collaborateur du MoDem, et ex-assistant parlementaire de l’eurodéputé (MoDem) Jean-Luc Bennahmias en 2011, dénonce aujourd’hui l’opacité qui entourait, selon lui, la prise en charge des salaires au sein de la formation du centre dirigée par François Bayrou, via le parlement européen.

Mercredi, ce témoin-clef, qui désire garder l’anonymat pour l’instant, Continuer la lecture de Assistants parlementaires : un témoignage embarrassant pour le MoDem

Quand Lagardère offrait des cadeaux à Bayrou

François Bayrou aime les chevaux. Et pas n’importe lesquels : les chevaux de course, si possible très performants. Ainsi, dans une interview accordée le 4 octobre 2014 au quotidien La Croix, le leader du MoDem, qui sera très probablement nommé dans le gouvernement Macron, explique sa passion pour les chevaux : “je suis né dans une maison où les chevaux occupaient une place importante. Les chevaux de course, c’était la passion de ma famille. Mon père avait deux poulinières. C’est aussi une passion très exigeante, parce qu’elle est économiquement très difficile à équilibrer”.

Mais, surtout, ce que révèle alors, de façon très spontanée le potentiel ministre,  c’est qu’un ami très proche, et pas n’importe lequel, Jean-Luc Lagardère, l’a aidé à faire vivre sa passion : “c’est souvent avec le hasard qu’on fait les plus grands champions. Jean-Luc Continuer la lecture de Quand Lagardère offrait des cadeaux à Bayrou

Investiture En Marche!: Bayrou dénonce une opération de recyclage du PS

« C’est une opération de recyclage du Parti socialiste. La grande lessiveuse. Je ne laisserai pas faire ça« , confie jeudi soir, François Bayrou à « l’Obs ».

Le patron du MoDem est très remonté au vu de l’investiture par « En Marche ! de « tous les candidats repoussoirs du PS« , notamment les anciens ministres de François Hollande, mais aussi du sort qui est réservé aux candidats de son parti. La liste des candidats investis par « En Marche ! » n’a « pas (son) assentiment« , vient-il de déclarer à l’AFP. Le patron du MoDem comprend d’autant moins qu’il a déjeuné avec Emmanuel Macron hier à Paris. « On était OK« , dit-il.

Selon lui, ils étaient tombés d’accord : environ un quart des circonscriptions pour le MoDem, trois quarts pour En Marche !. Ce qui représente à peu près, Continuer la lecture de Investiture En Marche!: Bayrou dénonce une opération de recyclage du PS

Couacs en série, le MoDem conteste la liste d’En Marche

Démentis de candidats annoncés, un prétendant déjà condamné : l’annonce des 428 aspirants députés qui concourront aux législatives sous les couleurs de la République en marche n’a pas été épargnée par les erreurs ce jeudi.

Sans l’assentiment du Modem

François Bayrou a réagi à la liste de candidats aux législatives présentés par La République en marche, en précisant qu’elle n’avait pas « l’assentiment du MoDem ».

« Je convoque le bureau politique du MoDem vendredi soir en souhaitant que dans les heures qui viennent, un mouvement de raison permette des investitures communes dans toutes les circonscriptions, comme Emmanuel Macron et moi en sommes convenus depuis le premier jour de notre entente », a précisé le centriste.

Des investitures démenties

Continuer la lecture de Couacs en série, le MoDem conteste la liste d’En Marche

Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

Lire aussi sur le Télégramme : Emplois fictifs. Un ancien assistant parlementaire témoigne

En dénonçant Bayrou, je voulais changer la politique. Censuré, espionné, cambriolé, j’ai découvert que je ne pouvais pas gagner.

Le 2 avril, j’ai décrit dans une tribune mon parcours dans les bas fonds de la politique. Emplois fictifs, extorsion, agressions sexuelles, tout y était, version François Bayrou. Plus de soixante-dix mille lecteurs plus tard, j’ai découvert les dessous d’une élection ou tout s’accordait, jusqu’au sommet de l’Etat, pour protéger Emmanuel Macron. Chronique d’un échec annoncé. Et d’une France qui n’est pas la nôtre. (…)

(…)Quinze minutes de célébrité

“Si vous devez lire une chose aujourd’hui, lisez-ça. Vraiment” — quelqu’un sur Twitter

D’abord partagé par trois personnes, Fictif(s) se propage sur les réseaux sociaux. De programmeur en programmeur. Puis un journaliste informatique. Puis France Culture. Puis Cécile Duflot. Puis tout le monde. Pendant deux jours je regarde, fasciné, mon histoire sillonner la France. Et faire le tour des rédactions. Continuer la lecture de Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

Culture, identité… : « M. Macron nous demande nos voix pour diriger un pays dont il dit qu’il n’existe pas »

L’éloge exalté du multiculturalisme par Emmanuel Macron et la caution apportée par François Bayrou à ses déclarations sur la culture sont très préoccupants, explique le professeur de philosophie François-Xavier Bellamy.

Pourquoi être français, et pourquoi le devenir, si la France n’existe pas ?

Le 26 février, François Bayrou déclarait au cours d’une émission : «Il y a une culture française, et j’en suis le défenseur. » Le 2 avril, devant les caméras, volte-face : «La culture française n’existe pas. » Il aura suffi d’un mois, et d’un ralliement, pour ce nouveau reniement : avec de tels « défenseurs », la France a de quoi s’inquiéter… Sur le fond, un tel déni de réalité laisse incrédule. […]

Notre pays est toujours la première destination touristique au monde, et ce n’est pas grâce à Orly et au RER B. Si 83 millions de Continuer la lecture de Culture, identité… : « M. Macron nous demande nos voix pour diriger un pays dont il dit qu’il n’existe pas »

Quand François Bayrou se payait pour 42 566 euros de costumes en 2002

François Bayrou, récent soutien d’Emmanuel Macron, se fait un plaisir d’attaquer François Fillon et ses costumes offerts pour plus de 40 000 euros. En oubliant qu’en 2002, il tentait de faire passer en frais de campagne 42 566 euros de frais d’habillement.

Le JDD révélait il y a peu la garde-robe à 48 500 euros de François Fillon, dont une partie payée par l’avocat Robert Bourgi. La classe médiatico-politique s’enflammait pour cette énième révélation sur le candidat de la droite à un mois du premier tour de l’élection présidentielle. Dans ses accusateurs, un en particulier : François Bayrou. Pourtant, comme l’a fait remarqué Eric Ciotti dimanche 19 mars sur BFMTV, en 2002, lors de l’élection présidentielle, le nouveau soutien de Macron a connu pire.

Le candidat centriste de l’époque tentait ainsi, comme le rappelle Continuer la lecture de Quand François Bayrou se payait pour 42 566 euros de costumes en 2002

Quand Baroin soutenait Bayrou pour les municipales de Pau.

Farnçois Baroin tape depuis de longues semaines sur François Bayrou. Une haine très opportuniste puisque Sarkozy lui a promis le poste de premier ministre.

Pourtant François Baroin n’a rien à envier en terme de molesse à Juppé ou à Bayrou. Issus du moule chiraquien il a toujours soutenu la droite centriste.

La preuve en 2013, après que Bayrou ait appelé à voter François Hollande contre sarkozy, Baroin a apporté son soutien au président du Modem opposé pour les municipales de Pau à un candidat UMP.


Source

Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Baroin soutiennent François Bayrou pour les municipales à Pau

A Pau, l’UMP a investi un candidat, Éric Saubatte. Pourtant, plusieurs ténors de l’UMP ont décidé d’officialiser leur soutien, pour les prochaines élections municipales, à… François Bayrou, cofondateur de l’Alternative, président du Modem et qui avait voté François Hollande à l’élection présidentielle.

Après le soutien déjà connu du maire de Bordeaux Alain Juppé – qui s’est montré publiquement avec François Bayrou -, c’est un autre ancien Premier ministre appuie la candidature du centriste, Jean-Pierre Raffarin.

Aussi le sénateur avait-il annoncé, avant l’officialisation de la candidature paloise du patron du Modem :

Si Bayrou est candidat, je le soutiendrai.

L’Opinion confirme également un autre soutien de poids (lien payant). Celui de l’ancien ministre de l’Economie de Nicolas Sarkozy, François Baroin. L’information avait filtré dans le Figaro Magazine via une légende photo. Le maire de Troyes le confirme à l’Opinion :

S’il me demande de venir, j’irai. (…) Je vois une grande vertu à l’organisation du centre : cela va pousser l’UMP à regarder vers lui. Il y a toujours un prix à payer à l’union.

Continuer la lecture de Quand Baroin soutenait Bayrou pour les municipales de Pau.

Municipales 2014 : l’UMP soutient François Bayrou à Pau

Lu sur Novopress

Le candidat de l’UMP Éric Saubatte a officiellement apporté son soutien à François Bayrou pour les élections municipales de Pau. La position de Brice Hortefeux était pourtant claire à ce sujet : « Je pense que pour nous sortir du socialisme, on n’est pas obligé de choisir celui qui nous y a fait rentrer. »

Ce n’est donc pas le premier retournement de veste de Jean-François Copé qui s’était illustré en participant aux manifestations contre l’union de personnes de même sexe et qui, quelques mois plus tard dans l’émission Des paroles et des actes a réaffirmé qu’il n’avait rien contre le mariage homo en lui-même.

Dans le même temps, l’UMP multiplie les mises en garde et les manœuvres afin de dissuader ses candidats à la moindre alliance avec un Front National qui a pourtant le vent en poupe : la droite « la plus bête du monde » est donc de retour pour les municipales. La vague bleue tant espérée n’aura pas lieu ?


François Bayrou votera François Hollande par LeNouvelObservateur

copé bayrou