Archives par mot-clé : Frères musulmans

Quand Médine faisait le rabatteur au congrès des Frères Musulmans de l’ UOIF en 2017 et participait à des conférences avec les indigènes de la républiques et Tariq Ramadan

Quand le rappeur Médine participait à des conférences avec Houria Bouteldja (PIR), Tariq Ramadan ou encore Moncef Zenati (UOIF)

 

Un ministre : «Hamon est le candidat des Frères musulmans»

NDLR:En matière d’islamogauchisme, Hamon aurait toute sa place au parti de gauche ou au NPA.


Depuis dimanche, l’ex-Premier ministre tape fort contre la ligne Hamon. Son équipe se demande s’il ne faudrait pas plutôt bétonner ses mesures sociales.

XVMd0cbd9f6-dd68-11e6-a569-fcb5161cc046

(…) Eux conseillent à l’ancien ministre de l’Intérieur de donner dans le rugueux. «Ça va saigner», a laissé échapper Caresche, dimanche soir. Cette ligne virulente est résumée par l’ancien chef de cabinet de Manuel Valls à Matignon sur sa page Facebook. «Maintenant, il faut faire le choix entre les valeurs républicaines et le communautarisme», écrit Sébastien Gros. Sous couvert d’anonymat, un ministre glisse que «Hamon est le candidat des Frères musulmans». Sans ciller.

(…) Libération

Valls accuse Clémentine Autain (FDG) de «passer des accords» avec les Frères Musulmans

La vidéo a été supprimée. Voir l’article de 20 minutes

France Inter – 15/12/16

Rappel:

CLÉMENTINE AUTAIN (FDG) NUMÉRO 2 SUR LA LISTE PS APPELLE À PARTICIPER À UNE SOIRÉE AVEC L’ISLAMISTE TARIQ RAMADAN.

LA FÉMINISTE MÉLENCHONISTE CLÉMENTINE AUTAIN: « LE BURKINI EST INSTRUMENTALISÉ DANS UNE LOGIQUE DE CHASSE AUX MUSULMANS »

« Ali Juppé » : les juppéistes dénoncent une « campagne nauséabonde de diffamation » sur les réseaux sociaux

Les accointances de juppé avec les frères musulmans sont avérées


Comment expliquer l’effondrement du maire de Bordeaux dans la dernière ligne droite de la primaire des Républicains? Les juppéistes ont une première explication. Invités à commenter ce lundi dans les matinales le score décevant d’Alain Juppé, arrivé loin derrière François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Valérie Pécresse ont tous deux dénoncé la déferlante ordurière orchestrée sur les réseaux sociaux par l’extrême droite et certains soutiens sarkozystes pour miner la campagne de celui qui fut longtemps le chouchou des sondages.

Sur France Inter, la présidente LR de la région Ile-de-France, qui avait abandonné François Fillon pour se rallier à Alain Juppé, s’en est pris « à la campagne nauséabonde de diffamation sur ses relations avec l’islamisme ». « On lui a reproché des compromissions avec l’islamisme et ça, ça a été un fil rouge de la campagne sur les réseaux sociaux, un fil rouge délétère qui a miné une partie de sa campagne », assure l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur.

Au même moment sur BFMTV, l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin se désolait qu’Alain Juppé ait été « victime de fausses accusations parfois graves » tandis que François Fillon avait lui été « protégé ».

(…) Huffington Post

Migrants : une « invasion organisée par les Frères musulmans », selon Milos Zeman

D’après le président tchèque, la confrérie égyptienne « prépare une vague croissante de migrants, pour prendre progressivement le contrôle de l’Europe ».

SOURCE AFP

Connu pour son discours anti-migrants, le président tchèque Milos Zeman a estimé ce lundi que la confrérie des Frères musulmans égyptiens était derrière l’actuelle vague de plus d’un million de nouveaux arrivants en Europe. « Je crois que cette invasion est organisée par la confrérie des Frères musulmans, utilisant des moyens financiers venus d’un certain nombre d’États », a affirmé le président tchèque, âgé de 71 ans, à la radio publique. Connu pour ses déclarations controversées, Milos Zeman a ajouté qu’il avait obtenu des informations concernant cette force d’opposition, interdite en Égypte car considérée comme une organisation terroriste, de deux sources. Dans les deux cas, il s’agit selon lui de « musulmans et (d’)hommes politiques arabes de haut rang ». Selon le président tchèque, l’actuelle crise migratoire est due d’une part à une approche complaisante de l’Europe face aux migrants, et de l’autre à des « efforts de la confrérie en vue d’atteindre ses objectifs ». « La confrérie des Frères musulmans ne peut pas lancer une guerre contre l’Europe, elle ne dispose pas de moyens, mais elle peut préparer une vague croissante de migrants pour prendre progressivement le contrôle de l’Europe », a aussi dit Milos Zeman, premier chef de l’État tchèque élu au suffrage universel, en janvier 2013.

Une « invasion organisée »

Continuer la lecture de Migrants : une « invasion organisée par les Frères musulmans », selon Milos Zeman

Valls autorise les Frères Musulmans à défiler dans les rues de Paris : Dehors !

Alors que les veilleurs qui manifestent sans bouger et pacifiquement contre le mariage pour tous sont arrêtés et poursuivis en justice, Manuel Gaz autorise les manifestations des Frères musulmans….

texte de Riposte Laïque

Non, non, ces images ne viennent pas du Caire, de Tunis ou d’autres capitales arabes. Non, non, les fous d’Allah qui protestent, accompagnés de quelques rares femmes voilées, contre le coup d’Etat des militaires égyptiens ne sont pas des Frères musulmans évoluant de l’autre côté de la Méditerranée. Ils sont de chez nous, en France, parfaitement organisés, en parfaits soldats de l’islam.

Valls et son ineffable préfet Boucault avaient interdit la manifestation de Résistance républicaine, prévue la 22 juin contre les antifa et les islamoracailles. Par contre, le ministre de l’Intérieur, quand il n’inaugure pas les mosquées et ne vient pas rompre le jeûne du ramadan avec les imams de service, autorise les fascistes islamistes, qui soutiennent les Frères musulmans, à manifester dans les rues de Paris. Les mêmes qui massacrent les coptes, en Egypte ! On attend avec impatience la réaction de tous les enfumeurs qui nous ont fait le coup de la bête immonde, quinze jours durant, suite au décès accidentel du jeune Méric.
Faut-il rappeler que jusqu’en 1981, il était interdit à des étrangers de faire de la politique en France, et que le droit d’association ne leur était pas reconnu. Trente années plus tard, voilà le spectacle que donne la France de Hollande-Valls : une véritable armée de combattants jihadistes défile dans les rues de Paris, et le gouvernement trouve cela normal.

Dehors !

Paul Le Poulpe

Egypte : entre guerre civile et coup d’Etat militaire

Analyse de Bernard Lugan (30/06/13)
QG-FMDeux ans après le départ du président Moubarak, un an après l’élection présidentielle qui vit la victoire de l’islamiste Mohamed Morsi élu le 24 juin 2012 avec 51,7% des voix, l’Egypte est plus que jamais au bord du chaos et de la guerre civile.
La partie se  joue entre quatre forces
– La première, celle qui a provoqué le départ du président Moubarak est composée de citadins, de gens qui mangent à leur faim, de « privilégiés », de « bourgeois » occidentalisés pouvant s’offrir le luxe de revendiquer la démocratie.
– La seconde est celle des islamistes, dont les Frères musulmans. Pourchassée depuis des décennies cette force est sortie de la clandestinité en s’abritant derrière les « idiots utiles » du premier groupe pour se réintroduire peu à peu sur l’échiquier politique sur lequel elle a fini par s’imposer.
– La troisième force est celle qui vit dans les banlieues défavorisées et dans les misérables villages de la vallée du Nil. C’est celle des fellahs besogneux, de ce petit peuple « nassérien » au patriotisme à fleur de peau qui exècre à la fois la bourgeoisie cosmopolite lorgnant du côté de Washington et les barbus qui voudraient ramener l’Egypte au X° siècle. Jusqu’à aujourd’hui, cette force n’a pas bougé.
– La quatrième force est l’armée dont l’encadrement est coupé en trois : un état-major composé de vieillards soldés par Washington, une fraction islamiste difficile à cerner numériquement et une majorité composée d’officiers et de sous-officiers nationalistes ayant pour modèle le colonel Nasser.
Au moment où ces lignes sont écrites, l’armée est en embuscade, tirant profit de l’échec Continuer la lecture de Egypte : entre guerre civile et coup d’Etat militaire

Safwat Higazi : « La littérature des Frères Musulmans appelle à la domination du monde » (vidéo)

Durant une interview télévisée du weekend dernier, le célèbre prédicateur égyptien Safwat Higazi et intellelcuel des Frères Musulmans a déclaré :

« Si vous lisez la littérature des Frères musulmans, que vous trouvez dans la littérature de la Fraternité, voilà ce qui ne peut jamais être perdu de vue: Le califat islamique et la domination du monde. Oui, nous serons les maîtres du monde, l’un de ces jours »

Safwat Higazi est un des prédicateurs les plus médiatiques des Frères Musulmans. Place Tahrir fin janvier 2011, cet égyptien fut aux côtés du cheikh Qaradawi lors des grandes prières qui ont marqué la révolution. Il fut l’invité vedette de la grande mosquée de Mulhouse en construction lors du congrès régional de l’UOIF en juin 2010. Cette mosquée géante, avec école, galerie commerciale et salles de sports se construit grâce à la mairie de Mulhouse qui a offert le terrain. Relire : Mosquée de Mulhouse, plusieurs polémiques en vue.

Rappelons que Monsieur Juppé s’apprete à signer le bail d’une mosquée -dont l’imâm est un Frère Musulman de l’UOIF- sur un terrain appartenant à la ville de Bordeaux.

« Les Chrétiens devront se convertir, payer la jizya ou émigrer » affirme le candidat des Frères Musulmans en Egypte

Le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle. Le second tour opposera le candidat des Frères musulmans à celui de l’ancien régime et de l’armée.

Selon le média populaire égyptien El Bashayer du 27 mai, traduit par le Washington Times, Muhammad Morsi a déclaré  qu’il voulait

« parvenir à la conquête islamique de l’Egypte pour la deuxième foiset faire convertir tous les chrétiens à l’islam, ou bien leur faire payer la jizya » (taxe islamique).

« Nous ne permettrons pas que Ahmed Shafiq [principal concurrent à la présidentielle, laique] ou que quiconque empêche notre deuxième conquête islamique de l’Egypte. »

Puis, interrogé sur le vote massif des chrétiens pour son adversaire, il a complété :

« Ils doivent savoir que la conquête arrive, que l’Egypte sera islamique, qu’ils devront payer la jizya ou émigrer »

Concernant la première conquête (sanglante) de l’Egypte, lire l’entretien avec l’historien Louis Chagnon dans le mensuel de l’Observatoire de l’Islamisation de décembre 2011. Les chrétiens étaient alors réduits en esclavage et amenés à Médine…

Observatoire de l’islamisation, 30 mai 2012.


Egypte : La grande peur des Coptes (ARTE) par BlogCopte

Du 11/09 aux révolutions arabes: les Etats-Unis et l’allié islamiste

Les média français nous ont vendu une petite fable bien puérile à l’occasion du soit-disant « Printemps arabe ». Libérés du joug de leur dictateur les peuples allaient enfin accéder librement à la démocratie. Or dans son dernier livre, Vérités et Mythologies du 11 septembre, l’ancien chef du service international de RFI, spécialiste des questions de défense et expert du monde arabo-musulman, Richard Labévière, affiche son scepticisme.
Il y dénonce notamment l’alliance qui lie les américains avec les frères musulmans. Une alliance qui rappelle tristement celle qui fut nouée par la CIA avec les talibans dans les années 80 pour mettre fin à la présence soviétique en Afghanistan, et qui fut la genèse de l’épopée islamiste d’Al Qaïda.
Et il suffit de prendre connaissance des derniers sondages effectués en Tunisie ou en Egypte (1) pour se rendre compte que le danger de voir des républiques islamiques s’imposer dans ces pays est bien réel.

Comme le souligne Marianne 2 et Richard Labévière dans son dernier livre, Vérités et Mythologies du 11 septembre, a trop vouloir jouer avec le feu, on se brûle les doigts:

(…) constatant que l’orientation du « pacte de Quincy » (1) continue à dicter la logique des pouvoirs aux Proche et Moyen-Orient, l’auteur émet une hypothèse : « Comme la révolution de mai 1968 a pu tourner à la contre révolution néo-libérale et globale, les « révolutions » arabes pourraient, tout aussi bien, générer des contre-révolutions post-mondialisation se caractérisant par une purification ethnico-religieuse et un hyper libéralisme généralisés ».

Un scénario idéal pour des Etats-Unis, toujours soucieux, de préserver leurs intérêts pétroliers et la stabilité à long terme de la région, quitte, comme le recommandent les think-tanks américains les plus influents à faire affaire avec les Frères musulmans. Les mêmes très inspirés cercles de réflexion (la Rand Corporation notamment, proche de la CIA, dont le chercheur français Laurent Murawiec sera écarté car il osait qualifier l’Arabie Saoudite « d’épicentre du terrorisme »), qui dans les années 80-90, recommandaient au pouvoir américain de renforcer son alliance stratégique avec l’Arabie Saoudite et ce qui allait quelques années plus tard devenir Al-Qaïda. Retour vers le futur ?

source

(1)http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110714.OBS7057/l-emergence-des-freres-musulmans.html

(2) Le Pacte de Quincy a été scellé en février 1945 sur le croiseur Quincy entre le Roi Abdel Aziz Ibn Saoud, fondateur du royaume d’Arabie Saoudite, et le président américain Franklin Roosevelt, en route pour la conférence de Yalta.
Il s’articule sur cinq points.
Le président Roosevelt en compagnie de Abdel Aziz Ibn Saoud et de William Leahy sur le Quincy

– La stabilité de l’Arabie Saoudite fait partie des “intérêts vitaux” des États-Unis qui assurent, en contrepartie, la protection inconditionnelle du Royaume contre toute menace extérieure éventuelle. Par extension la stabilité de la péninsule arabique et le leadership régional de l’Arabie Saoudite font aussi partie des «intérêts vitaux» des États-Unis.

– En contrepartie, le Royaume garantit l’essentiel de l’approvisionnement énergétique américain, la dynastie Ibn Saoud n’aliénant aucune parcelle de son territoire, les compagnies concessionnaires ne seraient que locataires des terrains.

– Les autres points portent sur le partenariat économique, commercial et financier saoudo-américain ainsi que sur la non-ingérence américaine dans les questions de politique intérieure saoudienne.