Archives par mot-clé : Front de Gauche

Tags à Toulouse : Mais où était la prétendue gauche antifasciste lors des crimes de Merah ?

Depuis plus d’une semaine, la gauche toulousaine est en émoi. Elle frisonne. La peur se lit sur les visages de ses partisans. Dehors, dans les rues, ils rasent les murs. Ils sentent sa présence. Pour eux, plus de doute possible, elle est là; elle guette, rode et menace, la peste brune est de retour. Les tags homophobes et racistes découverts sur la façade de l’Espace des diversités et de la laïcité (1) en sont la preuve. Des Croix celtiques et des croix gammées, dessinées sur les murs du cinéma Utopia, sur ceux de l’Université Toulouse 1 Capitole, au cimetière Terre-Cabade, ainsi que sur la devanture du local de campagne de Jean-Christophe Sellin (Parti de gauche), montrent à l’évidence qu’on a affaire à une armée prétorienne de nazis sanguinaires décidés à s’emparer du Capitole.

tags-596x246-1Face à cette nazification du territoire, Manuel Valls a promis la plus grande sévérité et des renforts.
Dans les colonnes de la dépêche du Midi, les jérémiades dégoulinent. Les grands prêtres de la LDH ont sonné le tocsin. La CGT s’est dit solidaire ( de quoi ? de qui ?), les verts ont acheté des masques à gaz et ont regonflé les pneus de leur vélo en cas d’exode, le NPA a composé avec le groupe Zebda un nouveau chant des partisans en y incluant des versets du Coran, Pierre Cohen a écrasé une larme sur l’épaule de son concurrent Moudenc, et le parti communiste a ressorti les couteaux qu’il avait remisé dans ses placards depuis la fin de l’épuration.

Jusqu’ici personne n’a été interpellé. Combien sont-ils ces soudards qui menacent la République ? 500, 15 000, 50 000 ?
Ou s’agit-il seulement de deux ou trois zozos nostalgiques de tonton Adolphe, égarés un soir de biture dans les rues de Toulouse? Ou a-t-on affaire à une vulgaire manipulation ? Une combine montée par une petite équipée d’antifas transformés pour l’occasion en graphistes néo-nazes afin d’attirer l’attention de la police en direction de l’extrême droite. Ce ne serait pas la première fois, mais pour l’instant seule compte l’émotion. Et ça, la gauche, elle adore. Elle surfe dessus même. La récupération politique est à ce prix.

Elle n’a pas mis d’ailleurs longtemps à organiser ce samedi 22 février une manifestation. C’est bien connu, il faut battre le fer de l’amalgame et de la suspicion quand il est encore chaud. On nous promet un raz de marée de bons sentiments. Mais ce trop plein d’indignation arrivera-t-il à cacher l’absence de sincérité d’une gauche devenue indigne tellement son indignation hémiplégique est devenue maladive ?
Car qui peut encore croire à l’honnêteté de cette brochette de menteurs quand on sait qu’aucun d’entre eux n’ a été capable d’émettre la moindre stupeur quand, il y a un mois, des fusillades ont fait un mort et deux blessés au cœur d’un quartier islamisé. Où était-elle la gauche toulousaine et son cortège de pleureuses assermentées ?

À qui pense-t-elle la gauche toulousaine quand elle parle de fascisme ? À ces adolescents Continuer la lecture de Tags à Toulouse : Mais où était la prétendue gauche antifasciste lors des crimes de Merah ?

Bordeaux : Le Front de gauche organise un colloque de soutien à la grande mosquée

Voir les articles

Bordeaux : Le Front national appelle à manifester contre le projet de centre islamique

Bordeaux : Marine Le Pen dénonce la création d’un quartier islamique de 22 millions d’euros soutenu par Juppé et le PS.

mulhitlerOK————

Alors que le Front national appelle les bordelais à manifester le samedi 08 février contre le centre islamique de Bordeaux (dont le projet phare serait une mosquée de 3500 places confiée à la branche locale des frères musulmans), le Front de gauche organise la riposte.

affiche-de-campagne-du-front-de-gaucheDirigé localement par Vincent Maurin , candidat aux prochaines municipales, ces derniers organisent le vendredi 07 février « une grande table ronde » de soutien à ce projet démesuré (selon de nombreux musulmans eux-mêmes).

Parmi les participants à ce colloque, on retrouve Laurence Laborde du syndicat Snuipp-FSU, le prêtre Georges Jousse, « délégué diocésain pour la rencontre avec l’islam », Tareq Oubrou, imam de Bordeaux à qui Juppé voudrait remettre les clefs de ce centre islamique, Jean-Claude Guicheney et Brigitte Durafour de la Ligue des droits de l’Homme, Frédéric Alfos (Président de l’Asti de Bordeaux), ainsi que quelques militants d’extrême-gauche comme Marie-Jeanne Mainhagu et Adrien Mazières Vaysse du NPA.

lire la suite sur Infos-Bordeaux

Affaire Méric : une vidéo confirme que Méric est l’agresseur d’Esteban. Retour sur une récuperation politique sordide.

C’est aujourd’hui une certitude. Grâce au témoignage de la vidéo surveillance, on sait que Esteban Morillon n’a fait que répliquer à l’agression dont s’est rendu coupable le jeune antifa, Clément Méric. Selon RTL la vidéo montre :

Clément Méric se précipiter vers Esteban Morillo, le meurtrier présumé, alors de dos, pour lui asséner un coup. Le skinhead se retourne alors et le frappe avec son poing en plein visage. Le militant d’extrême-gauche tombe immédiatement au sol, inconscient. Ces images permettent de confirmer l’identité du meurtrier. Elles excluent l’hypothèse d’un lynchage, montrent un Clément Méric provocateur et confortent la thèse du juge sur une mort accidentelle à la suite de coups donnés. Source: RTL

Plusieurs sources affirment que le jeune militant d’extrême gauche était très agressif. Sur le site de RMC l’éditorialiste avoue

On le voit en effet se précipiter dans le dos d’Esteban Mourillo afin de lui porter un coup à la tête alors que ce dernier est en prise avec deux autres assaillants.

(…) les images conforteraient le juge dans son idée qu’aucun lynchage du militant de gauche à terre n’a eu lieu. Enfin, il semblerait que ce nouvel élément aille donc dans le sens du juge qui n’a jamais cru à l’hypothèse du meurtre, penchant plus pour une mort accidentelle.

Sur le site du journal Le Point on apprend :

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d’extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c’est près d’elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : « Les mecs d’extrême droite ont cherché à échapper à l’affrontement, n’ont fait que se défendre, puis ont répliqué. » […]

Depuis le début de cette affaire, il a été révélé que le groupe d’extrême gauche cherchait à casser du facho. Il a notamment été démontré qu’une liste dans laquelle figuraient les noms et des photos d’Esteban et sa compagne Katia avait été mis en ligne  sur le site internet Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric. Ces éléments, aujourd’hui entre les mains de la police, peuvent laisser supposer que l’attaque des militants d’extrême gauche contre Esteban et son amie était programmée.

La thèse que nous avons soutenu était donc la bonne. Les militants d’extrême droite n’ont pas cherché la bagarre, et l’ont même évité. Le coup porté par Esteban au jeune Clément était donc de la légitime défense. Il n’y a donc aucune préméditation et aucun caractère politique contrairement à ce que la gauche a tenté de nous faire croire.

Une manipulation politique et un mensonge d’État : la gauche et ses média complices se sont une nouvelle fois fourvoyés dans les pires mensonges

Face à ces révélations, on ne peut que s’interroger sur la façon dont le pouvoir médiatique, l’État socialiste et toute la gauche ont cherché à instrumentaliser ce sordide fait divers.  Mis à la une de l’actualité suite à une manipulation orchestrée par le parti de Gauche, c’est sur la seule dénonciation du parti de Mélenchon que les média ont commencé leur travail de propagande, comme on peut le voir dans cette vidéo :

Très vite  la volaille qui fait l’opinion parle d’assassinat politique. La porte parole du Front Continuer la lecture de Affaire Méric : une vidéo confirme que Méric est l’agresseur d’Esteban. Retour sur une récuperation politique sordide.

«Mort en pleine représentation d’un intermittent du spectacle antifasciste»

Mort+d'un+antifaAu théâtre hier soir, un jeune homme est tombé, puis au moment où les acteurs revinrent sur scène pour saluer le public, il n’a pu se relever. Au théâtre hier soir, un figurant est mort pour que les habituels premiers rôles puissent aujourd’hui venir jouir de toute la lumière, onctueusement fardés. Telle est la loi du spectacle, « The show must go on »… Mais cette fois, ce n’est pas tant qu’il doive impérativement continuer, il va surtout pouvoir reprendre enfin ! Et il s’annonce grandiose.
Ils pensaient le tenir dès l’an dernier, au moment de la tuerie de Toulouse, mais la joie fut de courte durée : le meurtrier se révélait islamiste. « Putain, je suis dégoûté que ce soit pas un nazi » tweetait du fond du cœur un journaliste du Nouvel Observateur. Cette fois, il n’y aura pas d’erreur, ils le tiennent leur nazi, la bête au ventre toujours fécond, le retour aux heures les plus sombres et sa victime expiatoire. Ils vont se déchaîner, tout le monde en veut sa part. En tête de file, Le Nouvel Obs qui en moins de 24 heures s’est déjà fendu de plusieurs dizaines d’articles sur le sujet. Libé, l’Express, Le Point… Les politiques ne sont pas en reste : un tel fond en larmes et en direct sur les plateaux TV, un autre promet « de tailler en pièce de façon démocratique les mouvements néo-nazis ». Bernard Debré démontrera son égal état de mort cérébrale en incriminant les jeux vidéos hyper-violents. Pendant que les députés observent un temps de recueillement et d’indignation à l’Assemblée Nationale, les chaînes d’infos se finissent à la main et éjaculent en jets continus. Obligés depuis plusieurs mois de supporter les manifs pour tous, les veilleurs, le désintérêt de moins en moins poli pour les gesticulations antiracistes, ils vont pouvoir reprendre la main et fermer quelques gueules au passage. En langage de Continuer la lecture de «Mort en pleine représentation d’un intermittent du spectacle antifasciste»

Toulouse. Le Front de Gauche au bord de l’explosion

Il y a ceux qui veulent garder leur place bien à côté du PS. Et il y a ceux qui n’y sont pas mais qui aimeraient bien y être. Le Front de gauche est un rassemblement de tartufes et de petits boutiquiers hypocrites. Ce n’est pas la France qui les intéresse, mais les places qu’ils peuvent occuper dans le système.

– – – – – – – – –

Ce n’est plus un front, c’est un affrontement… Ce mardi, Pierre Lacaze, secrétaire départemental du PCF 31, prend officiellement acte de la division qui fissure le Front de Gauche en Haute-Garonne. Pour le patron départemental du Parti communiste, les fauteurs de trouble sont connus, tout comme les raisons qui les poussent à précipiter le FDG dans le chaos et le désordre. Cadre d’une formation politique «dont les militants ont initié ce rassemblement de huit forces de gauche, dès 2009, par leurs moyens militants, financiers et électoraux, et dont elle reste aujourd’hui encore la principale composante», rappelle-t-il, le secrétaire départemental du PCF 31 n’a toujours pas digéré les déclarations de Jean-Christophe Sellin. Sans doute y voit-il une sorte de hold-up politique, en particulier lorsque le militant du Parti de gauche affirme, en écho aux propos guerriers de Jean-Luc Mélenchon, que Toulouse aura sa liste alternative à gauche, et qu’elle portera l’étiquette du Front de Gauche. Pour Lacaze qui œuvre plutôt en faveur d’un rassemblement avec le PS au premier ou au deuxième tour, «la décision prise par Jean Christophe Sellin et Myriam Martin de diviser le Front de gauche pour s’adresser au NPA et à EELV, sans travailler avec les choix des autres composantes du Front de gauche, est consternante. Elle ne résulte que de positionnements électoralistes et individuels visant à une posture politique gauchiste fermée et étroite, fermant le rassemblement à gauche, sans discussion avec les populations et sans projet». Que le patron des communistes de Haute-Garonne traite ses «alliés» de gauchistes donne la mesure de la crise qui couve au sein du Front de Gauche…

Règlement de comptes au Front de gauche

Les bons comptes font les bons amis. C’est bien connu. Il semblerait cependant que l’adage n’ait pas été suivi à la lettre par le Front de gauche. Pour Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, il ne s’agit que d’un « petit contentieux » entre son parti et le Parti de gauche. Mais un « petit contentieux » qui s’élève tout de même à 527 000 euros, soit le montant du dépassement des frais de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle. Mais comme l’a révélé Le Canard enchaîné dans son édition du 17 avril, le PG, qui estime que ces dépenses sont imputables aux fédérations du PCF, refuse de mettre la main à la poche.
article_photo_1334923232722-1-HD
La campagne de M. Mélenchon a été une des plus onéreuses de la présidentielle. Au départ, les organisations du Front de gauche avaient été prudentes en misant sur un budget de campagne de 3,9 millions d’euros. Une fois assurées de faire plus de 5 % des suffrages exprimés au premier tour et donc d’être remboursées de leurs frais de campagne, elles avaient vu plus grand. Au final, en terme de coût de campagne, M. Mélenchon se hisse dans le trio de tête, derrière François Hollande (les comptes de Nicolas Sarkozy n’ont pas été publiés par la commission des comptes de campagne car ils font l’objet d’un recours devant le Conseil constitutionnel). Ses dépenses ont été de 9 427 731 euros, ses recettes de 9 468 161 euros et le remboursement de ses frais de campagne s’est élevé à 8 004 225 euros, soit 47,5% du plafond.

« ANCRAGE TERRITORIAL DÉCISIF »

Une fois les dons et diverses recettes ajoutés au remboursement de l’Etat, restent les fameux 527 000 euros de dépassement auxquels s’ajoutent des frais que la commission des comptes de campagne n’a pas intégré dans les remboursements. L’accord initial signé entre les différentes forces du Front de gauche prévoyait que les éventuels coûts supplémentaires seraient répartis entre elles. « A condition toutefois qu’un accord sur les dépassements ait été trouvé, comme ça a été le cas pour les dépenses nationales », souligne Martine Billard, coprésidente du PG. Pour l’ancienne députée, Continuer la lecture de Règlement de comptes au Front de gauche

Quand le Front de Gauche appelait à voter Cahuzac

Participant à la même loge, le Franc Maçon Mélenchon devait fréquenter son frère de tablier jérôme Cahuzac à l’occasion de leur soirée déguisé en gourou maçonnique . Mais Mélenchon est un pitre; alors aujourd’hui il tape dans les mains, remue du croupion, éructe des mots sales et indigents, bave de colère comme un dingue incontinent qui serait atteint de la maladie d’Alzheimer. Il fait tout pour faire oublier qu’il a passé plus de trente ans au PS. Que grâce à ce parti il s’est fait une fortune de sénateur sur le dos des contribuables. Qu’il a voté Maastricht. Qu’en tant que ministre il a tenu la main de Jospin pour signer les accords de Barcelone. Qu’il a des liens d’amitié avec le conseillé de sarkozy et ex-directeur de Minute (journal d’extrème droite hostile au FN) , Patrick Buisson. Qu’il a également des liens  avec Serges Dassault, l’actionnaire principale du Figaro dont on ne peut pas dire qu’en matière d’éthique électorale se soit un exemple puisqu’il a magouillé avec Mélenchon pour garder sa place de sénateur. Il oublie qu’il a soutenu l’attaque en Libye, et qu’il appelé à voter François Hollande comme ses petits lieutenants ont appelé à voter Cahuzac.

Le Front de Gauche c’est le cirque Bouglione… en moins drôle.

 

Communiqué du Front de Gauche Villeneuve pour le second tour des législatives – 13/06/12

Le Front de Gauche remercie chaleureusement les 2169 électrices et électeurs de la 3eme circonscription du Lot et Garonne qui ont voté pour sa candidate Marie Héléne Loiseau (et son suppléant O. Sottoriva), les plaçant ainsi en quatrième position de la circonscription

Pour battre la droite nous appelons nos électeurs à voter pour le candidat de gauche arrivé largement en tête.

Le Front de gauche ne lâche rien.

(…) Front de Gauche 47

Le Front de Gauche soutient les familles des dealers de Boulogne. (vidéo)

Le tribunal a ordonné l’expulsion de quatre familles dont les enfants dealaient en bas de leur immeuble et pourrissaient la vie des habitants.

Une mesure « fréquente » selon l’office HLM contacté vendredi. Il ne s’agit pas d’une première en la matière, « ni pour pour le département ni pour un autre bailleur en France », selon Christian Dupuy, le président de l’office départemental d’HLM des Hauts-de-Seine (OPDHLM 92) qui a saisi la justice il y a plusieurs années pour rompre les baux des locataires, une affaire dont le Parisien fait état dans son édition de vendredi. Le trafic de cannabis avait valu aux enfants de ces familles une condamnation en 2010. C’est le « trouble de jouissance » que le bailleur, l’OPDHLM 92, a invoqué pour obtenir la résiliation du contrat de location de ces quatre foyers. (…)
Le Monde

Le Front de Gauche et les association d’extrême gauche à la rescousse des délinquants et des dealers

Les associations proches de l’extrême gauche s’émeuvent. Le porte-parole de Droit au logement, Jean-Baptiste Eyraud, interroge: est-ce à la famille de «supporter les conséquences de ces délits?»

Pour la justice, l’affaire est pourtant limpide: les parents locataires ne pouvaient ignorer l’existence du trafic qui se déroulait jusque dans les appartements. La police a ainsi saisi 1,3 kg de résine de cannabis dans l’un d’eux, le 8 juin 2009. le Figaro

Mais les délinquants peuvent compter sur le soutien du Front de gauche, qui a lancé une pétition.

La pétition du Front de gauche en faveur des familles de délinquants, du 19 décembre 2012 :

Continuer la lecture de Le Front de Gauche soutient les familles des dealers de Boulogne. (vidéo)

Najate Haïe (Front de gauche) veut la suppression des visas pour les Algériens

Après le discours à Alger, ce jeudi, du président de la République François Hollande, Najate Haïe, porte-parole de Solidarités 21 et membre du Front de gauche, déclare dans un communiqué de presse:

« Je tiens à saluer le discours d’Alger de François Hollande. Enfin ! Un Président français reconnaît aux yeux du monde la responsabilité de la France dans le fait colonial et ses horreurs. (…) Je souhaite donc que la majorité de gauche au Parlement abroge la loi mémorielle scélérate votée par la droite qui voyait quelques mérites dans la colonisation. Non pour la remplacer par une autre, nous n’en avons nul besoin, mais pour faire disparaître cette tâche négationniste des lois de la République. Un premier pas décisif a été accompli pour que la collaboration des peuples et des gouvernements des deux rives de la Méditerranée s’engage dans une voie nouvelle et prometteuse pour tous. Elle passera à mes yeux, mais chaque chose en son temps, par la suppression réciproque des visas pour se rendre dans l’un ou l’autre pays.»

Suite et source : Bien Public