Archives par mot-clé : G.-W. Goldnadel

G.-W. Goldnadel : Les détracteurs de Trump oublient qu’Obama avait agi de même avec l’Irak !

Pour Gilles-William Goldnadel, les médias convenables se gardent bien de rappeler, à propos du décret anti-immigration de Donald Trump, que le président Obama lui-même avait interdit aux Irakiens d’entrer aux États-Unis en 2011, pour les mêmes raisons sécuritaires. Explications.

G.-W. Goldnadel « L’antisémitisme de l’extrême droite, cette vieille antienne… »

Entretien avec G.-W. Goldnadel

Après la profanation du cimetière de Sarre-Union, on s’est remis à parler dans les médias et dans le monde politique de l’antisémitisme de l’extrême droite. Certains ont même fait un lien, comme le député PS Philippe Bies, entre cette profanation et les scores du Front national dans la petite ville. Pensez-vous que ces rapprochements soient justifiés ?

Ce sont à mon avis des rapprochements scabreux. C’est une vieille antienne de reprocher à l’extrême droite en matière d’antisémitisme violent ce que l’on a plutôt constaté du côté soit des islamistes, soit des jeunes voyous. Je n’ai jamais nié l’antisémitisme venu de l’extrême droite, mais force est de constater qu’au grand dam des cerbères de gauche, il est résiduel depuis la Shoah et, en tout état de cause, infiniment moins violent que l’islamo-gauchisme.

L’expérience nous conduisait à être prudent, et moi je l’ai tellement été que jusqu’aux déclarations du procureur de la République, je me suis bien gardé de faire un pronostic. Donc, les propos que vous m’indiquez sont malheureusement tristement récurrents et caractérisent un petit esprit politique assez affligeant.

Robert Ménard raconte que sur le plateau télévisé de l’émission « C à vous », il y a quelques jours, le président de l’UEJF Sacha Reingewirtz a refusé de lui serrer la main. Dans les coulisses était également présent Roger Cukierman, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France). Celui-ci lui a confié ne pas comprendre le geste du président de l’UEJF. Cette anecdote est-elle révélatrice d’une certaine opposition parmi les juifs français ? D’une analyse différente de la situation ?

Que la communauté soit plurielle, ce n’est ni douteux, ni regrettable ! En revanche, contrairement à Roger Cukierman, je comprends très bien le geste que vous me décrivez ! L’UEJF est une sorte d’annexe de SOS Racisme, elle-même succursale PS, et depuis des années, elle a tenté vaille que vaille de laisser penser ou même de faire croire que l’antisémitisme venait de la droite.

Donc, la personne que vous citez aurait sans doute serré avec empressement la main de quelqu’un du Parti communiste français, dont certaines des communes qu’ils dirigent ont fait citoyen d’honneur des terroristes palestiniens ou libanais, condamnés soit par la justice israélienne, soit par la justice française. Citons, par exemple, Ibrahim Abdallah, condamné par la justice française, qui a du sang sur les mains pour avoir tué un diplomate américain et un diplomate israélien, qui est encore dans les geôles françaises, et que plusieurs municipalités communistes (Calonne-Ricouart, Grenet, ou encore Bagnolet) ont fait citoyen d’honneur de leur ville. Je suis certain que le président de l’UEJF serrerait la main de monsieur Mélenchon ; je ne serais pas étonné, même, qu’il donne le bonjour à monsieur Ramadan !

Continuer la lecture de G.-W. Goldnadel « L’antisémitisme de l’extrême droite, cette vieille antienne… »