Archives par mot-clé : gaz sarin

« Ce n’est pas le gouvernement de Bachar El-Assad qui a utilisé le gaz sarin »

L’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata, kidnappé en Syrie au mois d’avril et libéré ce dimanche, a accordé une interview à RTL-TVI ce lundi matin. Il a indiqué que le gaz sarin avait été utilisé par les rebelles, et non par le régime syrien.

Il était un soutien inconditionnel de l’armée syrienne libre qui l’a néanmoins livré à un groupe de rebelles djihadistes.

 

959844Capture

Syrie : l’Occident met encore un peu d’huile sur le feu…

C’est en 1921 que l’on recourut pour la première fois aux gaz dans un conflit au Moyen-Orient. Un jeune officier anglais, promis au plus brillant avenir, était à l’origine de cette idée neuve en Asie. Plus tard, devenu maréchal de l’Air et connu sous le surnom de « Bomber Harris », il devait être l’organisateur des raids de terreur et d’anéantissement sur Cologne, Hambourg et Dresde. Trois ans après la fin de la Première Guerre mondiale, l’ypérite, généreusement répandue par l’aviation de Sa Gracieuse Majesté, fit merveille contre les tribus irakiennes allergiques au passage de leur pays sous mandat britannique et la « communauté internationale » ne s’en émut pas autrement. Il est vrai que les belligérants européens s’en étaient copieusement et réciproquement aspergés depuis 1915. Ce n’est qu’en 1925 que le « gaz moutarde » fut proscrit par le Protocole de Genève.

syrieEn mars 1988, Saddam Hussein utilisa à son tour un gaz de sa façon contre les rebelles kurdes d’Irak. Avec succès. Le monde ne s’en formalisa guère sur l’instant et la CIA continua de fournir des renseignements, militaires et autres, au « maître de Bagdad ». Il est vrai que celui-ci était encore à l’époque le bon petit soldat à l’avant-garde du combat déjà engagé par les États-Unis contre l’Iran. C’est seulement en 1993 que fut élaborée la convention internationale d’interdiction des armes chimiques, aujourd’hui ratifiée par 188 États sur les 196 représentés à l’ONU.

On mesurera les rapides progrès de la conscience universelle à l’ampleur de la condamnation et à celle de la riposte à l’emploi probable de ces armes proscrites, le 21 août dernier, par l’armée syrienne dans la banlieue de Damas. Gouvernements et médias rivalisent ces jours derniers de sévérité à l’égard du régime de Bachar el-Assad. La réprobation des États-Unis, entre autres vigies des droits de l’homme, est d’autant plus émouvante et d’autant plus légitime qu’elle vient d’un pays qui, pendant des années, a déversé sur le Vietnam des millions de tonnes d’agent orange et a tiré des obus enrichis à l’uranium pendant les deux guerres d’Irak. La mise de la Syrie au ban des nations civilisées ne résulte que de la plus spontanée et la plus compréhensible des indignations, et c’est pur hasard si le nombre, le nom et les limites des pays qui réprouvent les crimes de Bachar el-Assad recoupent le nombre, le nom et les limites des États occidentaux et de leurs alliés sunnites engagés dans la croisade contre l’islam chiite. Continuer la lecture de Syrie : l’Occident met encore un peu d’huile sur le feu…

Quand des islamistes syriens étaient arrêtés en Turquie avec du gaz sarin

Les autorités turques ont arrêté douze membres présumés du Front al Nosra, un groupe rebelle syrien lié à Al Qaïda en Irak, qui planifiaient des attentats en Turquie et étaient en possession de gaz sarin, rapportent jeudi des médias turcs.

 

Ces informations n’ont pas été immédiatement confirmées de source officielle.

Les douze suspects ont été arrêtés à Adana, une ville du sud de la Turquie située à une centaine de kilomètres de la frontière syrienne, écrivent les journaux turcs Taraf, Cumhuriyet et Aksam.

La police a saisi au cours de la perquisition deux kilos de gaz sarin et des armes lourdes, ajoutent-ils sans citer leurs sources.

Les membres présumés du Front al Nosra préparaient un attentat de grande ampleur et on été inculpés par un tribunal de la ville, selon les journaux.

Les Echos

Le Front al Nosra déjà évoqué dans un reportage sur les islamistes en Syrie (JT F2 / 28.05.2013)

Syrie/Gaz sarin : les rebelles syriens détenaient un arsenal suffisant pour détruire un pays

Tiens c’est curieux, on entend pas Fabius et les média condamnés l’utilisation de gaz sarin par les rebelles syriens…. peut-être ne veulent-ils pas offusquer leurs alliés islamo-fascistes qui exterminent en silence les chrétiens syriens ??????

– – – – – – – – –

« Dans la ville syrienne de Banias ont été saisis des produits chimiques dangereux appartenant aux forces de l’opposition. Selon l’ambassadeur syrien à l’ONU, Bachar Jaafari, l’arsenal suffirait à détruire une ville ou un pays entier.

«Les autorités syriennes ont trouvés dans la ville de Banias 281 barils de produits chimiques dangereux», a déclaré Jaafari, soulignant que le repère était gardé par des « groupes terroristes armés ».

910827CaptureParmi les substances se trouvaient du polyéthylèneglycol, du mono éthylène glycol, de la monoéthanolamine, de la diéthanolamine et de la triéthanolamine. Actuellement, les autorités syriennes procèdent à des recherches sur l’origine de ces produits dangereux.

Jaafari a demandé au représentant du Secrétaire général des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Angela Kane, et Sellström Åke professeur suédois, qui dirige une équipe de recherche d’attaques chimiques présumés en Syrie, de se rendre en Syrie pour constater les faits.

« Cette invitation confirme la transparence du gouvernement syrien et son engagement à coopérer avec les Nations Unies dans la recherche de la vérité sur les allégations d’emploi d’armes chimiques» dans le pays, a déclaré M. Jaafari.

Le diplomate a également souligné que le gouvernement syrien était justement à Continuer la lecture de Syrie/Gaz sarin : les rebelles syriens détenaient un arsenal suffisant pour détruire un pays