Archives par mot-clé : Gaza

Goldnadel : «Ce que l’on n’a pas dit sur les morts à Gaza»

(…)

Trois jours cependant après les faits sanglants et leurs commentaires meurtriers, il est désormais temps de pouvoir se livrer à une autopsie sommaire d’un mensonge planétaire.

D’abord le mensonge. Certains médias ont accueilli, davantage sans doute par réflexe pavlovien que par réflexion malintentionnée, le récit arabe palestinien. C’est ainsi, par exemple, que dès le samedi matin, la correspondante de France Inter prétendait que la marche de Gazaouis décidés à franchir la frontière avec Israël pour faire valoir leur droit au retour émanait de «la société civile»…

De la même manière, le nombre des blessés (plus d’un millier) jeté en pâture par les autorités de Gaza était reproduit sans la moindre distance.

Si mensonge il n’y avait pas, il conviendrait effectivement de s’interroger sur le comportement de l’armée israélienne et de se demander sérieusement si ses soldats n’auraient pas eu «la gâchette trop facile», nonobstant le fait que Tsahal avait averti à l’avance qu’elle ne tolérerait pas le franchissement d’une frontière indiscutable depuis que le pays a décidé de se retirer unilatéralement de Gaza, avec les effets que l’on sait sur le comportement du nouvel occupant islamiste.

Mais s’interroger sur la légitimité d’une frontière et le droit de la défendre est une question cruellement ingrate dans un environnement européen délétère où la notion de frontière et de droits nationaux touche à l’obscénité, du moins lorsqu’il s’agit d’un peuple occidental.

On observera en effet que lorsqu’il s’agit d’une population orientale, l’esprit occidental gauchisé par le temps se fait bien moins critique. C’est ainsi par exemple que chaque centimètre carré du territoire palestinien est mesuré, et que dans le cadre d’un État arabe de Palestine à créer, les mêmes qui poussent des cris d’orfraie à l’idée qu’un clandestin afghan soit expulsé du territoire français ne voient pas d’inconvénient majeur à voir chasser les «colons» juifs… de Judée.
Continuer la lecture de Goldnadel : «Ce que l’on n’a pas dit sur les morts à Gaza»

Autre groupe terroriste de Gaza : le Jund Ansar Allah pire que le Hamas ?

Je suis étonné que la presse française fasse l’impasse sur Jund Ansar Allah, une organisation terroriste plus radicale que le Hamas et qui est à l’origine du califat de Gaza. Ce groupe voit d’un très bon œil le califat d’EIL en Irak, et a des intérêts dans la montée des violences. En 2012, dans SAS Les fous de Benghazi, Gérard de Villier démontre comment cette organisation, qui est en lien avec les frère musulmans et qui est financée par le Qatar, considère l’attaque de la Lybie par la France comme une très bonne nouvelle pour son projet politique.

Extrait d’un article de Times Off Israel

Après quatre semaines d’opération punitive israélienne, aérienne et terrestre, qui a fait près de 2 000 morts (dont environ 1 000 hommes armés, selon Israël) et détruit une grande partie de la bande de Gaza, le Hamas survit.

Pour Israël, cela pourrait ne pas être le pire cas de figure.

Parce que malgré son extrémisme violent, le Hamas régit un territoire, entretient un département de service social et contrôle les factions extrémistes plus réduites.

Grâce à des médiateurs, le Hamas et Israël ont conclu des accords en 2011 et en 2012, et en négocient un nouveau en ce moment-même au Caire.

Mais beaucoup d’organisations djihadistes compatriotes du Hamas à Gaza n’ont pas les mêmes intérêts. Pour la plupart, le seul objectif est de combattre, et pas seulement Israël, mais de propager le règne islamiste à travers le monde entier.

C’est pourquoi, au beau milieu du conflit le 28 juillet, le chef de la Defense Intelligence Agency sortant, le lieutenant-général Michael Flynn, a déclaré qu’à la place du Hamas pourrait s’installer « une entité comme l’EIIL », le groupe islamiste radical qui conquiert l’Irak et la Syrie.

« Si le Hamas était détruit et venait à disparaître, nous nous retrouverions probablement avec bien pire », a déclaré Flynn, selon Reuters.

(…)
Les groupes djihadistes

Un certain nombre de groupes djihadistes sont actifs dans la bande de Gaza. Ils sont favorables ou participent à l’objectif de l’État islamique et d’Al-Qaïda de rétablir un califat islamique international. Parmi eux, l’Armée de l’Islam, qui a participé à l’enlèvement de Shalit, et qui a kidnappé le journaliste de la BBC Alan Johnston en 2007.

Un autre groupe, Tawhid wal’Jihad, a tiré un certain nombre de roquettes sur Israël et est célèbre pour l’enlèvement et l’assassinat en 2011 de Vittorio Arrigoni, militant italien de l’International Solidarity Movement.

Un autre groupe, Jund Ansar Allah, a tenté d’attaquer Israël en 2009 et a déclaré Gaza émirat islamique cette même année, déclenchant un échange de tirs avec les forces du Hamas.

Ami de l’État socialiste français et des djihadistes, l’émir du Qatar soutient le Hamas . (vidéos)

Cheikh Hamad al-Thani est le nouvel ami de François Hollande. Il l’a reçu le mercredi 22 août, à l’Elysée, pour évoquer la situation en Syrie. Selon les déclarations officielles du service de communication du président, les deux dirigeants ont constaté « la convergence de leurs vues et ont décidé de coordonner leurs efforts » en vue d' »une transition politique » en Syrie « de manière ordonnée et dans les plus brefs délais ».

Or, on sait aujourd’hui que le Qatar a financé les djihadistes Libyens. Et, si on en croit la presse malienne (1), certains journaux français (2) ainsi que quelques spécialistes bien informés (3), le Qatar a aussi financé (et finance peut-être encore) les djihadistes du Nord Mali contre lesquels François Hollande veut engager une guerre. Situation totalement schizophrène, sans compter que le Cheikh Hamad al-Thani a dernièrement apporter son soutien aux islamistes du Hamas (considéré comme une organisation terroriste par la communauté internationale) lors d’une visite officielle dans la bande de Gaza, , comme le souligne Georges Malbrunot dans un article du Figaro

En visite officielle dans la bande de Gaza, Cheikh Hamad al-Thani arrive avec de nombreux projets d’aide aux islamistes du Hamas, qui contrôlent le territoire. Au grand dam de Mahmoud Abbas, le chef de l’Autorité palestinienne

(…) D’autant que depuis plusieurs années, Doha ne finance plus une Autorité palestinienne, pourtant au bord de la faillite, alors que l’émirat est soupçonné d’aider le Hamas, la branche palestinienne de la confrérie des Frères musulmans, par laquelle Doha exerce aujourd’hui son influence dans les pays arabes qui se sont soulevés contre les dictateurs.

Voilà donc à quoi s’occupe le nouvel ami ( et peut-être donneur d’ordre) des socialistes qui nous gouvernent.
C’était bien la peine de donner des leçons de morale à l’UMP pendant 5 ans ! Je serais socialiste je trouverais qu’il n’y a pas de quoi pavoiser avec un gouvernement de cet acabit !

Jérôme Cortier

(1) Extrait d’un article de Mali Actu :
Continuer la lecture de Ami de l’État socialiste français et des djihadistes, l’émir du Qatar soutient le Hamas . (vidéos)